23 C
Tunisie
jeudi 29 octobre 2020
Accueil La UNE Importation de céréales : Trop d’oseille pour si peu de blé !

Importation de céréales : Trop d’oseille pour si peu de blé !

La Tunisie, gros importateur de céréales s’y attendait sans apparemment trop s’y préparer. Les prix du blé commencent à monter en flèche au risque même d’exploser.  Ce jeudi, l’Office tunisien des céréales, sans aller jusqu’à dire qu’il l’a appris à ses dépens, en a fait l’amère expérience.  Il a acheté environ 25.000 tonnes de blé tendre et 50.000 tonnes d’orge fourragère dans le cadre d’un appel d’offres international clôturé aujourd’hui même, ont déclaré les négociants européens dans leurs premières évaluations de la transaction. L’appel d’offres, pourtant, visait au départ  jusqu’à 134 000 tonnes de blé tendre et 100 000 tonnes d’orge fourragère.

- Publicité-

« Les prix ont été considérés comme trop élevés et un achat inférieur aux volumes demandés dans l’appel d’offres a été effectué », a déclaré un négociant cité par Reuters. Le blé tendre a été acheté à 215,90 $ la tonne c&f en un seul lot auprès de la maison de commerce Glencore. L’orge a été achetée en deux lots de 25 000 tonnes à 194,89 dollars et 196,25 dollars la tonne c&f, tous deux auprès de la société GrainCorp.

Prologue d’une spirale ?

Il est fort à craindre qu’il ne s’agisse que du début d’une spirale qui, conjuguée à l’une des pires sécheresses qui devrait frapper l’Afrique du Nord, donc la Tunisie, ferait du Maghreb le premier acheteur mondial de céréales. Les achats de céréales en Tunisie devraient augmenter d’un tiers pour atteindre 2,5 millions de tonnes après la baisse des récoltes. Ailleurs qu’en Tunisie, la faible pluviométrie jusqu’à la mi-avril a assombri les perspectives de récolte de céréales du Maroc cette année, les récoltes dans les pays voisins souffrant également. La baisse de l’offre locale pourrait stimuler les achats de blé de la région de 7,4% pour atteindre un record de 29,7 millions de tonnes dans l’année à partir de juillet, selon les prévisions du département américain de l’Agriculture.

Cela ferait passer la demande avant le Moyen-Orient et l’Asie du Sud-Est pour la première fois en trois saisons. Bien que les offres de céréales aient été lentes jusqu’à présent, les achats reprennent souvent après la fin des récoltes locales et les récoltes des fournisseurs de la mer Noire et de l’Europe, indique Bloombergquick.

L’Égypte, premier acheteur mondial, a tenu son premier appel d’offres de la saison 2020-2021 la semaine dernière et en a annoncé un autre qui se terminera mercredi. La demande y est plus stable que le reste de la région, qui a moins d’irrigation et des récoltes plus volatiles, toujours d’après la même source.

Le Maroc pourrait acheter un record de 5,8 millions de tonnes de blé étranger et a déjà pris la mesure inhabituelle d’exonérer les taxes à l’importation jusqu’à la fin de 2020. Le manque de pluies a été aussi grave qu’en 2016, stimulant les perspectives de récolte « critiques», selon le Réseau d’information sur les marchés agricoles méditerranéens.
L’USDA (ministère américain de l’Agriculture) prévoit également une reprise des achats en Algérie, un client français clé. La région de l’Afrique du Nord comprend également la Libye.

Cours volatils

Le Covid-19 accentue l’imprévisibilité à l’échelle mondiale, marquée par des désordres monétaires sur fond de tensions géopolitiques. « On ne connaît pas encore précisément quel sera le comportement des pays habituellement acheteurs, tels les pays du Maghreb dont l’économie repose pour partie sur le tourisme ou le pétrole», explique ainsi Agritel.
D’après les estimations de la FAO, la production mondiale de céréales en 2020 devrait battre le record de l’année précédente de 2,6%. La plus grande partie de la hausse devrait être imputable au maïs et au riz. « En revanche, la production mondiale de blé en 2020 devrait reculer par rapport au bon niveau de l’année dernière, en grande partie sous l’effet d’un probable fléchissement dans l’Union européenne, en Ukraine et aux États-Unis qui devrait plus que compenser les hausses de production prévues en Russie et en Australie », estime l’organisation internationale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

104,725FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,333SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles