AccueilLa UNELa démocratie tunisienne tourne les talons

La démocratie tunisienne tourne les talons

Invité  par les défenseurs de la démocratie, le chercheur du think tank « l’Institut Cato » (Institut Caton en français), Doug Bandow, ex assistant spécial du président Ronald Reagan, a séjourné, le mois dernier, en Tunisie. Dans une analyse livrée sur les colonnes de « The American Conservative », il souligne que nombreux sont ceux qui avaient voté pour Kais Saied. Certains ont d’abord espéré qu’il tiendrait sa promesse de restaurer la démocratie. Aujourd’hui, peu de gens croient en ses bonnes intentions. Au lieu de cela, le diagnostic quasi unanime est qu’il prévoit d’installer un système autoritaire, peut-être semblable au régime personnaliste de Mouammar Kadhafi, qui exprimait des idées politiques similaires, a-t-il affirmé.

Pourtant, lorsque Saied, un professeur de droit peu connu qui avait gagné sur une plateforme populiste, a pris le pouvoir, de nombreux Tunisiens lui ont accordé le bénéfice du doute. « Depuis lors, ont noté plusieurs personnes avec qui j’ai parlé, Saied est devenu à la fois plus paranoïaque et plus punitif », note Doug Bandow.

Sa vision politique semble impliquer un leader investi de tous les pouvoirs, qui serait conseillé par des assemblées locales diffuses et sans pouvoir, au sein desquelles seraient choisis des représentants régionaux et nationaux, maintenus désorganisés et sans leader par une interdiction des partis politiques. Un dirigeant d’ONG a affirmé que Saied avait l’intention de « produire une législature très faible ».

En effet, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, qui soutiennent les dictatures en Égypte et au Bahreïn et font obstacle aux forces démocratiques en Libye et au Soudan, sont largement soupçonnés d’avoir encouragé Saied à organiser son Machtergreifung  prise d »e pouvoir en allemand). L’Égypte pourrait également avoir joué un rôle. Chacun craint la démocratie ainsi que l’émergence d’une variante même modérée de l’islam politique. Le chroniqueur de Bloomberg Bobby Ghosh a plaisanté : « Le président tunisien Kais Saied ne porte peut-être pas de treillis militaire, mais il imite néanmoins très bien Sisi ».

Saied a d’abord gagné du soutien en faisant appel aux frustrations populaires. Lorsqu’il a promis de réparer le système politique, de punir la corruption et de s’attaquer à l’économie, de nombreux Tunisiens ont applaudi. Un critique de Saied a reconnu que les gens s’attendaient à ce que les nouveaux dirigeants révolutionnaires améliorent leur vie : « La démocratie n’est pas facile à comprendre quand on ne peut pas nourrir sa famille ». De plus en plus, le président est isolé et gouverne seul. En même temps, a noté un militant, « nous voyons maintenant les partis d’opposition se rassembler », faisant cause commune pour un retour à la démocratie. 

Et  Bandow de raconter : « J’ai assisté à une grande manifestation contre la prise de pouvoir de Saied et j’ai parlé avec certains des manifestants. L’une d’elles s’est plainte que le président « ait volé tous les pouvoirs et les a mis dans une seule main, la sienne ».  Un autre, qui a voté pour Saied, a qualifié le président d' »usurpateur ». Un autre encore s’est plaint que Saied « n’ait rien fait pour nous ».

La clé du succès de l’opposition pourrait être l’élaboration d’un programme crédible de réforme économique et politique. Un militant a affirmé que le soutien à Saied « s’amenuise » parce qu' »il ne montre aucun intérêt à résoudre les problèmes des gens ». Cependant, en Tunisie, comme en Amérique, il est difficile de battre quelque chose avec rien.

Que doivent faire les États-Unis ?

Malgré le soutien rhétorique de l’administration Biden à la démocratie, sa position à l’égard de Saied a été remarquablement faible, note le chercheur de l’Institut Caton. A l’origine, Washington a publié des déclarations génériques applicables aux deux parties, par exemple, en déclarant que « la Tunisie ne doit pas gaspiller ses acquis démocratiques » et en appelant Saied « à adhérer aux principes de la démocratie et des droits de l’homme ». En décembre, Washington a salué « l’annonce par le président Saied d’un calendrier décrivant la voie à suivre pour la réforme politique et les élections parlementaires et a dit attendre avec impatience un processus de réforme transparent et incluant diverses voix politiques et de la société civile ». Cependant, l’administration semble finalement perdre patience et a proposé le mois dernier de réduire de près de moitié l’aide économique et militaire l’année prochaine.

Les responsables politiques américains doivent reconnaître les limites de leur influence. Étant donné le refus de Saied de dévier de son cours autoritaire malgré une opposition intérieure croissante, il est peu probable qu’il cède à la pression américaine. En effet, il pourrait se rendre à Riyad et à Abou Dhabi pour demander l’aumône, suivant l’exemple du président égyptien Abdel Fattah al-Sisi après une interruption partielle similaire de l’aide américaine.

Néanmoins, il est important pour Washington de refuser de donner son imprimatur à un régime qui devient de plus en plus autocratique. « La plupart des militants tunisiens avec lesquels j’ai parlé espèrent une opposition plus forte au cours dictatorial de Saied,  dit l’ex assistant spécial de Reagan.

Et de priposer ensuite : « Ce que l’administration Biden devrait faire, c’est utiliser sa chaire d’intimidation pour appeler à la restauration de la démocratie – relancer les institutions gouvernementales, respecter les libertés civiles et la liberté de la presse, entreprendre un véritable dialogue national, s’engager dans une réécriture inclusive de la constitution, suivie de votes libres pour ratifier la constitution et élire un nouveau président et une nouvelle législature. Le Pentagone devrait encourager les forces armées tunisiennes à respecter la constitution plutôt que l’usurpateur constitutionnel ».

« Washington devrait se coordonner avec l’Europe, qui a des liens historiques, culturels et économiques plus importants avec la Tunisie. Washington devrait envisager d’appliquer les sanctions prévues par la loi Magnitsky à l’encontre de Saied, de ses hauts responsables et des institutions gouvernementales. La menace pourrait s’avérer particulièrement efficace contre ceux qui ont soutenu Saied par opportunisme, pour ensuite le voir perdre le soutien du public et de l’étranger.

Enfin, les États-Unis devraient cesser toute aide financière à la Tunisie. Certes, c’est une proposition controversée. Les militants de l’opposition ne sont pas d’accord sur la question, certains craignant de déclencher un effondrement économique. Cependant, il serait pire pour les États-Unis de maintenir à flot une dictature émergente et de subventionner un retour au passé oppressif de la Tunisie.

Le printemps arabe a suscité un optimisme et un espoir énormes. Tragiquement, dans tous les cas sauf en Tunisie, le résultat a été négatif. Et maintenant, la démocratie tunisienne semble s’éclipser.

Pourtant, l’espoir demeure. Une militante a déclaré qu’en fin de compte, elle ne pensait pas que « le peuple tunisien accepterait une dictature dix ans » après la révolution.

Il y a plus de dix ans, le peuple tunisien a pris de grands risques pour se libérer après des décennies d’oppression. Il devra prendre une position similaire aujourd’hui pour préserver les libertés qu’il a gagnées lors de la révolution du jasmin. Les personnes de bonne volonté en Amérique et dans le monde entier doivent se tenir à leurs côtés, conclut Doug Bandow.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,015SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -