AccueilActualitésLa France veut tripler l'enveloppe des droits de tirages spéciaux consacrée à...

La France veut tripler l’enveloppe des droits de tirages spéciaux consacrée à l’Afrique

Le président de la République Française, Emmanuel Macron a déclaré, mardi, que son pays espère conclure un accord politique, d’ici les réunions du G7 et du G 20, afin de permettre à l’Afrique de bénéficier de près de 100 milliards de dollars, lors de la prochaine allocation des droits de tirages spéciaux (DTS) du Fonds monétaire international (FMI), alors que seulement 33 milliards de dollars de ces réserves sont alloués au continent.

- Publicité-

S’exprimant, lors d’une conférence de presse à l’issue du sommet sur les économies africaines tenu, ce mardi au Grand Palais Ephémère à Paris, en présence de 22 chefs d’Etat africains, dont le président de la République, Kais Saied, Macron a estimé qu’il y’avait unanimité sur le fait que l’enveloppe de 33 milliards allouée aux pays africains était « insuffisante ».

Le DTS, qui s’élève à 650 milliards de dollars, est un avoir de réserve international détenu par le FMI et utilisé par les pays membres pour compléter leurs propres réserves.

« La France est prête à réallouer les droits de tirage spéciaux dont elle sera dépositaire et nous allons convaincre d’autres pays riches à l’instar des Etats-Unis afin de réaffecter leurs DTS au profit des pays africains », a jouté le président français.

De son côté, la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva a souligné son engagement à présenter, d’ici août prochain, au conseil d’administration de son institution financière, la proposition relative à la réallocation des DTS en faveur des pays africains.

S’agissant du traitement de la dette, Emmanuel Macron a indiqué que le sommet a permis d’acter un moratoire sur les intérêts et le principal de la dette des pays africains ; à l’égard de tous les membres du G20, sur 2020 et 2021.

Lancement de l’alliance pour l’entrepreneuriat en Afrique

Volet financement du secteur privé, Macron a annoncé le lancement de l’alliance pour l’entreprenariat en Afrique destinée à soutenir les PME et TPE, d’un coût estimé à un milliard de dollars.

Le Sommet sur les économies africaines fait suite à la publication, le 15 avril 2020, d’une tribune signée par 18 dirigeants africains et européens, en faveur d’une mobilisation de la communauté internationale pour affronter les conséquences de la crise sanitaire et économique causée en Afrique par la pandémie du Covid-19.

L’objectif étant de trouver de nouvelles sources de financement pour cette région lourdement impactée par la crise sanitaire et de poser les bases d’une nouvelle aide massive aux économies africaines, afin qu’elles puissent faire face aux chocs de la pandémie, selon le conseiller Afrique du président français, lors d’un briefing à distance, destiné à la presse, tenu vendredi dernier.

Les pays africains font face à un gap de financement budgétaire, alors que la crise de l’endettement extérieur est devenue un obstacle majeur pour une reprise économique durable. Selon les estimations du FMI, les besoins de financement de l’Afrique d’ici 2025, sont estimés à 285 milliards de dollars.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,561SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles