AccueilLa UNELa recette pour que l'école aille moins mal !

La recette pour que l’école aille moins mal !

L’école en Tunisie va mal. Tout le monde le dit même l’actuel ministre de l’Education qui affirme  sans la moindre nuance que « l’école publique est aujourd’hui plus menacée que jamais, elle n’est plus en mesure de répondre aux aspirations des élèves et des parents ». Voici pour le constat. Pour le reste, « l’étape actuelle nécessite des efforts concertés pour sauver ce qui peut être sauvé, d’autant plus que le système éducatif et l’école publique sont en danger et ont perdu leur rôle d’ascenseur social ».

- Publicité-

Alors que le système éducatif centralisé de la Tunisie pourrait donner des résultats équitables entre les garçons et les filles, des  recherches, publiées  dans «  The Political Economy of Education in the Arab World », montrent qu’il existe des inégalités substantielles entre les familles et les communes  et que ces inégalités sont déterminées par le statut socio-économique des élèves, plutôt que par leur sexe.

Sous la plume de sa chercheuse Lindsay Benstead, le Wilson Center relève « le système à accès limité qui a émergé et s’est consolidé après l’indépendance,  a figé les disparités régionales structurelles ainsi que les différences de revenus au niveau familial. La Tunisie a toujours connu des niveaux plus élevés d’investissements dans l’éducation dans les zones côtières, ce qui a entraîné des disparités régionales persistantes en matière de scolarisation ».

En outre, est-il ajouté, le système centralisé de la Tunisie et l’accent mis sur les examens  nationaux ouvrent des possibilités de recherche de rente par les enseignants ainsi que des dépenses plus élevées pour le tutorat et les services éducatifs connexes par les familles plus riches. Les élèves se préparent à deux examens majeurs – dont le baccalauréat (examen de fin d’études secondaires) – qui déterminent s’ils pourront poursuivre leurs études. Des résultats plus élevés sont également associés à un placement dans des carrières et des institutions plus prestigieuses. Cela exerce une pression extrême sur les élèves et les familles pour qu’ils obtiennent une marge de plus en plus étroite aux examens. Selon le rapport du Program on Governance and Local Development (GLD), les familles tunisiennes dépensent plus pour le soutien scolaire et d’autres services que l’ensemble du budget de l’État consacré à l’éducation. Cela joue un rôle important dans la reproduction des inégalités historiques entre les étudiants de différents milieux socio-économiques et régions.

Qualité des écoles

Il existe également d’autres préoccupations. Les ménages les plus pauvres et ceux des régions les moins riches souffrent d’écoles de moindre qualité, souligne le Wilson Center au chapitre des évaluations de l’infrastructure et de la qualité des écoles tunisiennes.  Près de 40% des sondés dans une enquête d’opinion ont indiqué que les toilettes sont propres et une proportion similaire (41%) a déclaré que l’école de leur enfant a une association de parents d’élèves. Environ la moitié (52%) ont indiqué que leur école n’a qu’une seule équipe et 66% ont déclaré que l’école est bien construite. Environ 69% des garçons et des filles ont été perçus comme étant en sécurité à l’école. Près de 80 % ont déclaré qu’il était faux de dire que les enseignants sont souvent absents et la plupart (90 %) pensent que les enseignants ne font pas de favoritisme envers les élèves qui suivent des cours spéciaux avec eux. 93 % étudiaient dans des classes de moins de 40 élèves.

Si la qualité de l’enseignement est généralement meilleure dans les régions côtières et orientales du pays que dans l’Ouest et le Sud, certaines municipalités obtiennent des résultats supérieurs ou inférieurs à ce que l’on pourrait attendre. Pourtant, le statut socio-économique de la famille et le niveau d’éducation de la personne interrogée déterminent de manière constante la qualité de l’éducation dans tout le pays. L’analyse multivariée montre que les répondants plus instruits et ceux dont le statut socio-économique est plus élevé ont accès à des écoles de meilleure qualité pour leurs enfants, toutes choses étant égales par ailleurs.

Un problème récurrent tient au redoublement, une forme d’inefficacité qui est généralement le résultat d’un système médiocre plutôt que de l’individu. Parmi les jeunes de 6 à 16 ans en Tunisie, 6,2 % avaient redoublé au moins une fois.  13 pour cent des répondants ont déclaré que pour au moins un de leurs enfants dans le il y avait eu un problème au cours de l’année précédente, comme le redoublement ou l’expulsion. La mesure dans laquelle c’était le cas allait d’un maximum de 38% à Bouarada (Siliana) à aucun à Jbel Jloud. Très peu d’élèves (3 %) ont rencontré un problème à Bizerte Sud, une zone relativement pauvre de l’ouest du pays, tandis qu’un quart des ménages avec enfants l’ont fait dans la municipalité tunisienne de La Marsa.

Transparence

La transparence est également un problème important en Tunisie, sept pour cent des familles – de manière disproportionnée dans les zones rurales – ayant effectué au moins un paiement informel au cours de l’année écoulée pour l’école de leur enfant, par exemple pour inscrire un enfant ou l’aider à obtenir une bonne note. La proportion des personnes interrogées qui l’ont fait varie de 32 % à Tebolba à aucune à Bizerte Sud, Bouarada (Siliana), Monastir, Souassi (Mahdia) et Jebel Jelloud (Tunis).

Cela dit, les ménages les plus pauvres et ceux des régions les moins riches bénéficient d’écoles de moindre qualité et l’inégalité de statut socio-économique (SES) est plus frappante que l’inégalité de genre. La transparence est un problème important, en particulier dans les zones rurales du pays. Pourtant, il existe des variations inexpliquées entre les communes,  les zones pauvres obtenant parfois de meilleurs résultats que prévu – qui méritent d’être étudiées plus . Ces différences suggèrent que certaines autorités locales sont plus efficaces que d’autres lorsqu’il s’agit de gérer les ressources matérielles et humaines et d’obtenir des résultats de meilleure qualité pour les élèves et leurs familles.

La chercheuse du Wilson Center estime  que les réformes qui renforcent l’État de droit sont essentielles, incitant le  gouvernement tunisien et ses partenaires  à élaborer des normes de responsabilité pour les éducateurs. Les organisations de développement pourraient fournir des incitations monétaires ou des ressources pour l’amélioration de la qualité (par exemple, l’assiduité des enseignants), et engager les autorités locales dans les réformes de développement.  Grâce à ces réformes et à d’autres réformes ciblées, le système éducatif répondra mieux aux aspirations de la jeunesse tunisienne et aux objectifs de développement du pays, espère-t-elle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,453SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles