AccueilActualités - Tunisie : Actualités en temps réelLa Tunisie importera les ¾ de ses  besoins en céréales, les années...

La Tunisie importera les ¾ de ses  besoins en céréales, les années à venir

«La Tunisie importe presque 50% de ses besoins en produits céréaliers, un taux susceptible d’atteindre 75% dans les prochaines années, avec la détérioration des conditions climatiques », a indiqué l’Observatoire National de l’Agriculture (Onagri), dans une note publiée mercredi, sur la filière de céréales.
 
L’Observatoire a expliqué que les importations des céréales montrent une tendance haussière expliquée par la hausse des prix, l’accroissement de la demande des produits céréaliers et la régression du rendement des cultures céréalières.
 
Dans ce cadre, il a noté que la Tunisie est classée 120 mondialement sur un total de 191 pays en matière de rendement des cultures céréalières. Le faible rendement des céréales est lié aux conditions climatiques, à la qualité des terres, aux intrants et aux pratiques agricoles.
 
Toutefois, il a estimé que l’augmentation de la production nationale de céréales serait possible si les besoins en engrais seraient assurés, à des prix abordables.
 
« Avec les circonstances mondiales actuelles, dans un contexte de pénurie mondiale d’approvisionnement en engrais, la flambée des prix de l’énergie a réduit la production dans de nombreux pays d’Asie, d’Europe et d’Amérique du Nord et a causé l’augmentation des prix des engrais », a rappelé l’Onagri.
 
Par ailleurs, il a estimé qu’il est indispensable d’investir dans le domaine de la recherche pour l’identification des variétés résistantes à la sécheresse et accroitre l’utilisation des semences sélectionnées
 
L’Observatoire recommande, aussi, de développer un programme conjoint pour l’amélioration du rendement céréalier intégrant l’amélioration variétale, la vulgarisation de bonnes pratiques pour les paquets techniques.
 
Il conseille, en outre, d’améliorer l’accès au financement pour les petits agriculteurs et de renforcer la réserve stratégique pour atténuer les risques d’approvisionnement en temps de crise, ainsi que de renforcer le soutien aux petits céréaliculteurs par des aides aux intrants pour diminuer le coût de production (semences, engrais, pesticides).
 
Il est à rappeler que la céréaliculture joue un rôle considérable sur le plan économique. Elle participe en moyenne par une part de 13%, à la valeur ajoutée agricole, et contribue au PIB avec une part de 1,44% en moyenne. Cette culture représente 42% de la superficie agricole utile, soit 27 % de total des exploitations agricoles en 2019.

- Publicité-

1 COMMENTAIRE

  1. il ne fait pas honneur à un pays qui est connu dans l’antiquité le grenier de Rome et jusqu’à l’aube de l’indépendance notre pays était un net exportateur de blé dur mais la mauvaise politique agricole adoptée depuis l’indépendance la destruction des terres agricoles au profit de l’urbanisme l’accroissement démographique de la population les changements climatiques et les aléas de la nature aggravés par la pollution de l’environnement et depuis la révolution bénie une hausse vertigineuse de la contrebande avec les pays voisins la spéculation et la hausse des migrants clandestins des subsahariens et autres ont rendu un déficit céréalier de plus en plus insupportable et l’importation de plus en plus importante avec un risque très grand que le peuple sera un jour affamé si les pays exportateurs de céréales arrêtent leurs exportations comme actuellement l’invasion militaire russe en Ukraine ,Dieu a maudit un peuple qui ne produit pas ses besoins alimentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,007SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -