AccueilLa UNELa Tunisie peine encore à attirer les startups

La Tunisie peine encore à attirer les startups

Le Maroc  figure à la première place  en Afrique du Nord dans un classement international de la meilleure destination pour l’incubation des startups, grâce à sa progression de 16 points, s’étant classé 79ème au niveau mondial,  alors  qu’il était à la 95ème  position, l’année dernière.

Selon le rapport « Global Startups Ecosystem 2022 », qui a été publié, cette semaine ,  par StartupBlink, le Maroc a également progressé au Moyen-Orient dans la liste des meilleurs environnements d’incubation pour les startups et les entrepreneurs, puisqu’il s’est classé septième sur les dix pays arabes inclus dans le classement, alors qu’il était lanterne rouge  dans la dernière édition de l’indice.

En revanche, la Tunisie la Tunisie a perdu neuf places entre 2019 et 2022 dans l’indice de l’écosystème des startups, se classant au 83ème rang mondial.

Cela intervient au moment où plusieurs collectivités territoriales et l’Etat tunisien ont appelé à accélérer de nombreuses démarches dans divers domaines afin d’être économiquement efficace et capable de se développer et d’attirer les investissements.

L’ancien patron de l’Autorité tunisienne des investissements, Khalil Laabidi, a confirmé dans une interview accordée à African Manager que la Tunisie cumule de nombreux ingrédients qui la qualifient d’être une véritable porte d’entrée vers l’Afrique, d’autant qu’elle se caractérise par la diversité de la main-d’œuvre et son expertise outre sa situation géographique stratégique.

« Malgré les avantages dont dispose notre pays, il a perdu de nombreux marchés et sa réputation au niveau mondial. En revanche, de nombreux pays dans des conditions pires que la Tunisie ont réussi à occuper une place importante sur le marché africain », a-t-il ajouté.

Recul à maints égards

Selon le rapport de l’indice « Start Up Blink », la Tunisie a obtenu un score total de 0,548, et de 0,21 en termes de nombre de startups dans le pays, alors qu’il lui a été attribué  le score de 0,09 dans le sous-indice lié à la qualité, qu’il s’agisse des cadres ou de la représentativité internationale ou encore du nombre d’utilisateurs, et 0,24 points dans l’indice de l’infrastructure légale et d’investissement.

Avec ces scores, la Tunisie n’a pas pu résister, puisque sa capitale a perdu la deuxième place parmi les villes d’Afrique du Nord au profit de Casablanca, et au niveau mondial, la Tunisie a chuté de 76 places pour se classer 417ème.

Il convient de noter que le Startup Index comprend 100 pays et 1 000 villes mondiales, et depuis sa sortie en 2017, il a été mis à jour annuellement, en plus de fournir deux groupes de classements, le premier groupe se concentrant sur le classement des pays, tandis que le second est axé sur les systèmes individuels situés dans les villes.

StartupBlink se base dans la classification des pays et des villes sur des systèmes développés au cours des dernières années, à partir desquels ont émergé les classifications les plus complètes des environnements de démarrage dans le monde, et les résultats viennent de multiples sources, car  est prise en compte une base de données géographique qui repose sur des dizaines de milliers de startups, de projets et d’espaces de coworking, parmi de nombreuses autres entités du sous-indice qui mesure le nombre de startups.

À l’échelle mondiale, les États-Unis ont conservé la première place , suivis du Royaume-Uni à la deuxième place le, du Canada à la quatrième place, de l’Allemagne à la cinquième place, de la Suède à la sixième place et de la Chine à la septième place.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,002SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -