25 C
Tunisie
dimanche 27 septembre 2020
Accueil Actualités La Turquie cherche à associer la Tunisie à ses exercices navals en...

La Turquie cherche à associer la Tunisie à ses exercices navals en Méditerranée orientale

Sept pays devraient se joindre à l’exercice international des forces navales turques en Méditerranée orientale, où la Turquie est confrontée à de multiples menaces pour sa sécurité, notamment en ce qui concerne ses tentatives d’exploration pétrolière et gazière, indique quotidien turc Daily Sabah, ce lundi.

L’exercice appelé « Bouclier méditerranéen » est déjà devenu un exercice international avec la participation des marines pakistanaise et jordanienne et la Turquie vise à étendre la portée de l’opération avec l’adhésion de davantage de pays, dont la Tunisie, l’Algérie, la Géorgie, l’Albanie, l’Azerbaïdjan, la Libye et le Liban , rapporte, pour sa part, le journal Yeni Şafak qui précise que le ministère turc de la défense Hulusi Akar a eu à cet égard une conversation téléphonique avec son homologue tunisien Imed Hazgui pour en discuter.

L’exercice « Bouclier méditerranéen », organisé chaque année depuis 2006, vise à renforcer la préparation aux menaces pour la sécurité maritime. Il y a deux ans, la Turquie a entamé des pourparlers avec neuf pays, dans le but d’étendre l’opération au niveau international.

En novembre 2019, 40 pays ont participé à l’exercice, dont l’Azerbaïdjan, le Brésil, la Géorgie, l’Italie, le Koweït, le Liban et le Qatar. Des frégates et d’autres navires du Pakistan, de la Bulgarie, de la Roumanie, des États-Unis et de la Jordanie ont également participé à l’exercice.

La Turquie a donné du poids aux exercices navals en Méditerranée orientale, notamment en raison des tentatives unilatérales de l’administration chypriote grecque de forer dans la région et d’accueillir un total de 13 parcelles dans sa zone économique exclusive (ZEE), invitant les compagnies pétrolières et de forage internationales à opérer dans ces zones, qui devraient contenir de riches réserves d’hydrocarbures.

En tant qu’État garant de l’île de Chypre, Ankara a constamment fait valoir les droits de la République turque de Chypre du Nord (RTCN) sur les ressources de la région.

La Turquie cherche à étendre ses exercices navals afin de renforcer sa présence en mer Noire, en mer Égée et en Méditerranée, estime-t-on.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

104,647FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,308SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles