AccueilActualités - Tunisie : Actualités en temps réelLe ministère de l’Intérieur affirme avoir mis en place une approche fondée...

Le ministère de l’Intérieur affirme avoir mis en place une approche fondée sur les droits de l’homme

La porte-parole du ministère de l’Intérieur et la directrice générale du département des droits de l’homme, Fadhila Khlifi, a assuré que l’approche des droits de l’homme est « bel et bien, présente dans le travail du ministère ».

Preuve à l’appui, a-t-elle dit, il y a « tout un département au sein du ministère de l’intérieur dédié aux droits de l’homme », niant toutefois une « rupture présumée » entre le ministère et les collectifs des droits de l’homme et les organisations nationales, régionales et internationales actifs dans le domaine des droits humains.

« Nous sommes là pour recevoir leurs doléances. Le département de l’Intérieur est tenu au devoir de réponse. », a-t-elle fait savoir lors d’un point de presse tenu, jeudi, au siège du département pour présenter les structures de tutelle du ministère.

Chiffres à l’appui, la porte-parole a révélé que la direction de l’écoute et de l’orientation au sein du ministère a examiné au cours de la période comprise entre 2019-2021, les dossiers qui lui ont été déférés par les organisations et les citoyens, dont le nombre s’élève à 1085 requêtes. Quelque 782 resuêtes ont été entièrement traitées.

Elle a également précisé que la direction des droits de l’homme n’est pas une « structure de façade » ou « un élément du décor » mais plutôt un organe « effectif » investi d’une mission qu’il exerce dans les limites des domaines d’intervention du ministère, conformément au décret n°737 de 2017.

De son côté, le responsable du bureau d’information du département, Faker Bouzguia, a mis l’accent sur la nécessité de communiquer avec les journalistes loin de toute forme d’exclusion dans le cadre de la stratégie de communication du ministère.

Il a rappelé à ce propos les nombreuses rencontres entre le ministère de l’Intérieur et le syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT) ainsi que l’organisation des sesions de formation au profit des journalistes.

Objectif, a-t-il révélé, « créer un climat de confiance entre les deux parties et « apaiser les tensions ».

Il a dans le même contexte pointé du doigt des parties (sans les citer) de vouloir diaboliser le département à travers des campagnes de dénigrement sur le « retour de l’Etat policier ».

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,004SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -