AccueilLa UNELe rideau est tombé sur l'exercice African Lion, mais de sérieuses interrogations...

Le rideau est tombé sur l’exercice African Lion, mais de sérieuses interrogations sont soulevées!

L’exercice African Lion, qui a  débuté le 7 juin et s’achève vendredi, a rassemblé les armées de pays alliés, dont les États-Unis et leurs partenaires, le Maroc et le Sénégal, ainsi que le Royaume-Uni, le Canada, le Brésil, la Tunisie, les Pays-Bas et l’Italie, ainsi que l’Alliance atlantique, pour un total de quelque 8 000 soldats. Les opérations ont été menées sur terre, dans les airs et en mer. Des observateurs militaires d’une quinzaine de pays représentant l’Afrique, l’Europe et les Amériques participent à l’exercice, en vue de se joindre à eux l’année prochaine. L’Égypte fait partie des pays observateurs cette année.

- Publicité-

Les médias marocains et autres, cités par The Medialine,  ont affirmé que les lieux où se dérouleront les exercices militaires pendant African Lion comprendront la région contestée du Sahara occidental, dont environ 80 % du territoire est contrôlé par le Maroc, qui le revendique depuis longtemps. Environ 20 % du territoire est contrôlé par la République arabe sahraouie démocratique (RASD), qui réclame depuis longtemps un référendum des habitants du Sahara occidental.

En tant qu’élément clé de l’accord de normalisation conclu l’année dernière entre le Maroc et Israël sous l’égide de la Maison Blanche, les États-Unis sont devenus la première grande puissance à reconnaître la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental. L’administration Biden n’a jamais confirmé explicitement qu’elle avait maintenu cette politique en place, mais les cartes actuelles du département d’État du Maroc incluent le Sahara occidental.

L’Espagne a retiré sa participation à African Lion, le média espagnol El País rapportant que le gouvernement espagnol ne souhaitait pas « légitimer l’occupation du Sahara. » Le ministère de la défense espagnol a officiellement invoqué des restrictions budgétaires pour se retirer des exercices de cette année, après avoir participé aux manœuvres militaires conjointes au cours des dernières années. En fait, l’Espagne n’a même pas envoyé d’observateurs. L’Espagne a contrôlé le territoire maintenant appelé Sahara Occidental de 1884 à 1976, l’abandonnant suite aux demandes marocaines et à la pression internationale, provenant principalement des résolutions des Nations Unies concernant la décolonisation.

Une vocation polyvalente

Le général de division Andrew Rohling, commandant de l’US Army Southern European Task Force-Africa et général adjoint de l’US Army Europe and Africa pour l’Afrique, a apporté des éclaircissements sur certains des autres objectifs et résultats d’African Lion, notamment sur la manière dont les exercices pourraient contribuer à une plus grande activité militaire multinationale dans la région.

« Il y a un large éventail d’opérations militaires ici, qui vont de l’humanitaire aux secours en cas de catastrophe, en passant par les conflits potentiels, et donc la conception d’African Lion était d’essayer d’incorporer presque toutes ces opérations dans le scénario afin que nous devenions un peu plus compétents », a déclaré Rohling à The Media Line.

« Nous avons mené un exercice d’aide humanitaire en direct au nord d’Agadir, couvrant plus de 20 000 opérations médicales différentes. Donc, une assistance humanitaire réelle, en direct. Nous avons effectué un exercice de secours en cas de catastrophe dans le port d’Agadir qui, à l’instar de l’incident malheureux au Liban où il y a eu une grande explosion dans le port, a permis d’exercer les ressources qui étaient là pour aider à maintenir la sécurité et la récupération. Et enfin, nous avons exercé, dans le cadre d’un exercice de poste de commandement piloté par ordinateur, des opérations de combat à grande échelle qui nous aideraient à combattre à un tout autre niveau de guerre. Cet exercice nous a donc donné l’occasion de nous entraîner et de chercher des moyens d’améliorer l’éventail complet des missions potentielles en Afrique du Nord et en Afrique en général », a souligné Rohling.

La Tunisie, un « excellent partenaire » pour les USA et l’Afrique.

« La Tunisie reste un allié solide des États-Unis avec un partenariat fort. Je me suis rendu en Tunisie dans le cadre d’African Lion 21. Ils sont bien liés à l’exercice et bien liés à la tentative de maintenir la stabilité et la sécurité du continent africain. La Tunisie est donc un excellent partenaire, non seulement pour les États-Unis, mais aussi pour l’ensemble du continent africain, et elle a été et sera essentielle pour nous dans le cadre des futurs Lions africains », a déclaré M. Rohling.

Séparément, l’armée américaine affirme avoir effectué une frappe simulée sur une paire de missiles S-400 dans le cadre d’African Lion. Le système de défense aérienne russe S-400 est considéré comme l’un des meilleurs au monde, avec la capacité de détruire des avions de chasse, des missiles de croisière, des missiles balistiques et des drones. La semaine dernière, la Southern European Task Force-Africa (SETAF-AF) de l’armée américaine a effectué un exercice de poste de commandement (CPX), un jeu de guerre simulé, au Maroc, au cours duquel deux missiles S-400 ont été visés.

La SETAF-AF a publié une vidéo d’un exercice CPX dans une installation à Agadir. Un officier peut être entendu sur la vidéo disant : « Deux frappes ont été menées contre ces deux S-400 ».

La Russie a rendu le S-400 opérationnel en 2007 et l’a déployé dans un certain nombre de zones de conflit, notamment en Syrie. Toutefois, selon l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm, le S-400 n’a pas été testé dans une situation de guerre sérieuse.

Moscou s’est pourtant montré très désireux de l’exporter. Plus particulièrement, la Turquie, pourtant membre de l’OTAN, a acquis le S-400 en 2017. L’Arabie saoudite, le Qatar, l’Algérie, le Maroc, l’Égypte et l’Irak font partie des autres États qui ont discuté avec Moscou de la possibilité d’acquérir le système de missiles, selon CNBC. En ciblant le S-400 et en publiant la vidéo susmentionnée, les États-Unis font savoir aux acheteurs potentiels du S-400 que le missile lui-même pourrait ne pas être à la hauteur de l’engouement, probablement dans l’espoir de dissuader son achat.

1 COMMENTAIRE

  1. je me demande s’il y a des valeurs militaires ajoutées à African Lion? non , il me semble ,il n’y a rien de spécial; car c’est sur le terrain d’une guerre ,d’ailleurs qui se prépare, Algerie vs Maroc et qui engendrerait une guerre civile transfrontalière de Souss Massa à Tizi Ouzou à Ourzazatte à Adrar à Tilmim…qu’on peut dire qu’effectivement ou non cet exercice militaire à donner ou non des leçons retenables à l’armée marocaine , même constation pour l’armée algérienne avec leurs exercices.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,447SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles