AccueilLa UNEL'électricité pour tous: La Tunisie pays phare en Afrique

L’électricité pour tous: La Tunisie pays phare en Afrique

La Tunisie, l’Égypte et le Maroc arrivent en tête de liste des pays ayant le taux d’accès à l’électricité le plus élevé pour leur population en Afrique, à savoir 100 %, tandis que l’Algérie se classe quatrième.

Selon un rapport  de la  plateforme « Énergie », la Tunisie est, en effet,  l’un des 3 pays qui ont atteint 100% pour le taux d’accès à l’électricité en Afrique.

De plus, elle entend également améliorer le mix électrique avec une part de 30% de l’approvisionnement d’énergies renouvelables d’ici l’an prochain (2023), dans le cadre d’un plan d’investissement à long terme.

Le gouvernement tunisien a convenu en mars dernier de projets d’énergie solaire qui fourniraient 500 mégawatts d’électricité propre, conformément aux plans de réduction de la facture d’importation des dérivés du pétrole.

Les autorités tunisiennes ont exprimé leur volonté d’œuvrer pour porter la part des énergies renouvelables dans le mix électrique de 3% actuellement à 30% d’ici la fin de la décennie, et la Tunisie envisage de développer 3,8 gigawatts d’énergie solaire durant la même période.

Il n’en demeure pas moins que les Tunisiens sont confrontés à de fréquentes coupures de courant pendant l’été  en raison  d’une augmentation de la demande et de la consommation.

Le directeur général de l’électricité et de la transition énergétique au ministère tunisien de l’Industrie de l’Énergie et des Mines Belhassan Chiboub, a déclaré que les ressources énergétiques primaires sont limitées et que le déficit énergétique est de 50 % environ.

Pour sa part, le PDG de la Société tunisienne de l’électricité et du gaz, Hichem Annan, a indiqué que la Tunisie a atteint, au cours du mois de juin, la capacité maximale de consommation d’électricité au niveau national, en battant un nouveau record de consommation d’électricité avec une valeur de 4 563 mégawatts, après 4 472 mégawatts le 11 août dernier.

Le même rapport a montré que l’Égypte a également été en mesure de fournir un taux d’accès à l’électricité de 100 %, en fonction des centrales hydroélectriques et thermiques, en tant que pays leader dans le secteur des énergies renouvelables, selon un rapport publié par Energy Capital & Power.

A l’heure actuelle, le Caire adopte des plans d’interconnexion électrique avec l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique subsaharienne, après avoir réalisé un surplus de consommation intérieure, qu’il entend exporter pour soutenir les secteurs de l’électricité en Afrique et dans le monde. La couverture des tarifs d’accès à l’électricité en Égypte comprenait toutes les zones rurales et urbaines.

Il y a quelques jours, le président égyptien Abdel Fattah Sisi a annoncé que les factures d’électricité continueraient de bénéficier du soutien du gouvernement et que les projets d’augmentation, d’annulation et de réduction des tarifs pour la troisième fois en deux ans avaient été reportés.

Quid de l’Algérie et du Maroc

Le Maroc a également les taux d’accès à l’électricité les plus élevés en Afrique, avec 100%. Les  énergies renouvelables y ont contribué à l’approvisionnement des résidents ruraux et urbains.

La production d’énergie solaire a joué un rôle important dans l’inclusion du Maroc dans la liste des pays ayant le meilleur accès à l’approvisionnement en électricité en Afrique.Le Royaume envisage de porter la part des énergies renouvelables dans le mix électrique à 52% d’ici 2030, soutenu par la production d’énergie solaire et éolienne.

Quant à l’Algérie, elle a occupé la quatrième place parmi les meilleurs pays du continent africain, qui a récemment travaillé pour atteindre les taux d’accès à l’électricité les plus élevés d’Afrique.

Entre l’arrivée de l’électricité dans les zones rurales algériennes de 99,6% et les zones urbaines de 99,9%, le rôle de l’Etat s’est imposé en atteignant un taux d’accès total de 99,8%.

Selon les données disponibles, le gaz naturel représentait une part de 96 % de la capacité installée dans le pays, tandis que la part restante – 4 % – variait entre la contribution du pétrole, du solaire, de l’hydroélectricité et de l’énergie éolienne.

En Afrique subsaharienne, , le Gabon,  bien que réputé pour son industrie pétrolière, cherche à intégrer un mélange de biomasse, de gaz naturel et d’hydroélectricité comme énergies durables dans son mix électrique.

Ce pays d’Afrique centrale a atteint des taux record parmi les taux d’accès à l’électricité les plus élevés d’Afrique, atteignant une moyenne de 91,6% entre le taux d’approvisionnement atteignant les zones rurales, estimé à 27,8%, et les zones urbaines, à 98,6%.

Libreville cherche, dans la période à venir, à réduire la dépendance aux énergies fossiles, parallèlement au développement de l’accès à l’électricité des zones rurales.

- Publicité-

1 COMMENTAIRE

  1. Si la Tunisie vise passer de 3% à 30% de ses besoins en énergies renouvelables, elle doit mobiliser des fonds ou à défaut passer des contrats du type B.O.T avec des bailleurs de fonds crédibles.
    Or, et pour réduire l’investissement dans des équipements à fixer, il est plus logique de réduire la consommation en fonction des usages puis dimensionner les surfaces des capteurs en fonction de leurs performances en KWc/m². De ce fait, plus on réduit les besoins moins on aura de surfaces de capteurs à installer et moins d’investissements.
    D’une façon générale, la plus grande consommation est accaparée par le secteur du bâtiment et des matériaux de construction.
    La Tunisie était parmi les premiers pays au monde derrière les pays développés à se doter de règlementations qui incitent à la réduction de la consommation d’énergie fossile et des dégagements de CO2.
    Malheureusement, et comme dans la plupart des secteurs, les règlements et les lois n’ont pas trop servis après 2011.
    Ainsi, il est primordial de continuer à former et à recycler le maximum d’experts en efficacité énergétiques (des Architectes et des ingénieurs ),qui aideront par leurs audits à réduire les besoins en consommation énergétique fossile en faisant appel au meilleur usage de l’énergie humaine.De plus, les architectes peuvent recourir à l’architecture bioclimatique qui réduit en bonne partie, les besoins en énergie.
    Pour avancer, la Tunisie a besoins de former et de restaurer les puissances humaines dont elle dispose, de les permettre de bien utiliser leur temps de travail dans des environnements, naturels, sociaux et économiques leur permettant d’être énergétiquement efficaces et épanouis.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,019SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -