AccueilPresse localeLes lanceurs d'alerte toujours inquiets

Les lanceurs d’alerte toujours inquiets

Les lanceurs d’alerte contre les faits de corruption en Tunisie ont réitéré, dimanche 2 octobre, à la télévision tunisienne, au journal de 20 heures, leur inquiétude concernant leur protection.

Au cours du reportage consacré à ce dossier, de nombreux lanceurs d’alerte, des deux sexes, employés dans diverses administrations et entreprises publiques, ont pu s’exprimer à leur aise, à visage découvert, signalant les difficultés de toutes sortes qu’ils rencontrent sur le plan de leur protection.

Malgré la loi numéro 10 de l’année 2017 relative à la dénonciation des faits de corruption et autres actions et mesures similaires, le problème de la protection des lanceurs d’alerte est récurrent, même dans les pays européens.

Justement, la mise en œuvre de la loi numéro 10 de l’année 2017 a soulevé des difficultés tandis que certaines de ses dispositions ne sont pas en harmonie avec celles de la loi de la fonction publique et du code du travail, s’agissant, entre autres, de l’obligation de réserve et du secret professionnel imposés aux fonctionnaires et agents publics.

Aussi, des intervenants ont préconisé une révision en rapport de cette législation anti corruption.

La mise en place de structures chargées de la protection des lanceurs d’alerte dans les administrations et les institutions publiques connait des lenteurs.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,020SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -