AccueilLa UNELes systèmes agricoles tunisiens « Ramli » et « Djebba » reconnus...

Les systèmes agricoles tunisiens « Ramli » et « Djebba » reconnus d’importance mondiale par la FAO

Les systèmes agricoles traditionnels Ramli de la Tunisie dans les lagunes de Ghar El Melh et ses jardins suspendus de Djebba El Olia, ont été reconnus comme des systèmes agricoles d’importance mondiale (GIAHS), une désignation gérée par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). C’est la deuxième fois que des sites tunisiens obtiennent la reconnaissance du GIHAS, après l’Oasis de Gafsa en 2011.
Les deux sites reflètent les liens profonds entre les cultures cultivées et l’écosystème naturel, la faune et la flore locales, tout en favorisant la préservation du savoir traditionnel et la conservation de la biodiversité, a déclaré la FAO dans un communiqué publié lundi. Leur reconnaissance en tant que sites du GIAHS encouragera les communautés locales à mieux préserver leur patrimoine pour les générations futures.
Les ramli ( » sableux ») sont des pratiques agricoles qui consistent à faire pousser des cultures sur des substrats sablonneux. Uniques non seulement en Tunisie mais dans le monde entier, ces jardins ont vu le jour au 17e siècle avec l’arrivée en Tunisie des musulmans d’Andalousie pour faire face au manque de terres cultivables et d’eau douce.
Les pratiques sont basées sur un système d’irrigation passif où les racines des plantes sont alimentées tout au long de chaque saison par l’eau de pluie stockée et flottant à la surface de la mer grâce au mouvement des marées.
Le savoir traditionnel préservé au fil des siècles permet aux agriculteurs d’entretenir les parcelles de la lagune grâce à un apport précis de sable et de matière organique afin que les cultures atteignent la bonne hauteur, permettant aux racines d’être irriguées par une eau douce fine et de ne pas être affectées par l’eau salée, explique la FAO dans son communiqué.
Les haies d’arbres et d’arbustes fruitiers sur la barrière de la lagune protègent les parcelles cultivées du vent et des embruns, aident à ralentir l’évaporation et fixent le sable. Un tel système à multiples facettes permet de cultiver toute l’année sans apport artificiel d’eau, même en période de sécheresse. Aujourd’hui, la pêche et l’agriculture sont les principales activités de subsistance dans la région. Les fermes de Ghar El Melh sont petites (81 % ont moins de 5 hectares) et leur production primaire comprend des pommes de terre, des haricots et des oignons  » ramli », selon la FAO.
Un système agroforestier unique
Perchés sur les hauteurs du Mont el Gorra, les jardins de Djebba el Olia forment un système agroforestier unique. A 600 mètres d’altitude, les agriculteurs ont pu façonner ce paysage montagneux à leur avantage en intégrant l’agriculture sur des terrasses issues de formations géologiques naturelles ou en les construisant en pierre sèche. Renforcés par un système d’irrigation efficace, les jardins suspendus sont des exemples d’agroforesterie innovante et résistante qui répond aux besoins alimentaires des communautés locales tout au long de l’année. Grâce à la préservation des forêts de haute altitude et à la multitude d’espèces dans la strate arborée des jardins, Djebba El Olia bénéficie d’un microclimat particulier.
Basée sur des pratiques combinant l’agroforesterie et l’agroécologie, la culture du figuier est le pilier d’un système multiculturel varié et résistant, soutenu par un élevage extensif.
Outre les figues, un grand nombre de légumes, de légumineuses et d’espèces fruitières sont produits dans les jardins, notamment des plantes solanacées (tomate, poivron) ainsi que des courges, des fèves, des oignons, des haricots et des pommes de terre.
L’élevage représente également une grande partie de la biodiversité du site, en particulier la race ovine noire de Thibar, adaptée au terrain accidenté, et la race bovine de l’Atlas brun, connue pour sa rusticité.
Ces jardins profitent des forêts voisines et des espèces de la flore et de la faune sauvages, ce qui garantit que les pollinisateurs sauvages soutiennent également la biodiversité. L’art de gérer les espèces cultivées et sauvages est à la base des connaissances ingénieuses du site. La qualité des produits est très appréciée : les figues labellisées AOC de Djebba, les fruits frais et secs et les produits transformés (confitures) sont tous très recherchés localement et à l’étranger, représentant une source de revenus importante.
L’ajout des deux sites tunisiens porte le nombre total de GIAHS dans le monde à 61 dans 22 pays. Ce programme phare de la FAO met en lumière les moyens uniques que les communautés rurales ont mis en place au fil des générations pour favoriser la sécurité alimentaire, des moyens de subsistance viables, des écosystèmes résistants et des niveaux élevés de biodiversité, tout en contribuant à la formation de paysages remarquables.
Source : FAO/ Ansa

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,575SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles