21 C
Tunisie
mardi 20 octobre 2020
Accueil Monde Même desservi par les sondages, Trump promet une « vague républicaine »...

Même desservi par les sondages, Trump promet une « vague républicaine » !

Alors que l’échéance du 3 novembre se rapproche, les pronostics ne semblent pas favoriser Donald Trump. Confronté à de mauvais sondages mais aussi à un Parti républicain plongé dans le doute, l’occupant de la Maison-Blanche s’est rendu vendredi en Géorgie et en Floride, deux États qu’il peut difficilement se permettre de perdre s’il veut l’emporter face à Joe Biden. « Nous allons assister à une vague rouge (la couleur des républicains, NDLR) d’une amplitude jamais vue », a lancé, depuis Ocala en Floride, le président américain qui compte sur une intense campagne de terrain pour, comme en 2016, faire mentir les sondages. Optant pour un registre de plus en plus agressif – « Joe Biden est un désastre (…), Joe Biden est un politicien corrompu » – le locataire de la Maison-Blanche jette toutes ses forces dans la bataille pour éviter que le « Sunshine State », qu’il avait emporté de justesse en 2016, ne bascule du côté démocrate. « Le jour de l’élection (…), nous allons infliger à Joe l’Endormi une défaite retentissante », a-t-il tonné devant une foule enthousiaste.
Trump, 74 ans, s’est ensuite exprimé depuis Macon, en Géorgie, État où il avait largement devancé Hillary Clinton il y a quatre ans mais où il est derrière Joe Biden, 77 ans, dans les derniers sondages. « Le fait d’être en concurrence avec le pire candidat de l’histoire de la politique présidentielle met la pression sur moi. Imaginez que je perde (…), que vais-je faire ? Je ne vais pas me sentir très bien, je devrais peut-être quitter le pays, je ne sais pas », a-t-il lancé devant une foule hilare. Mais la fébrilité est chaque jour un peu plus palpable dans le camp républicain, fait remarquer le magazine « Le Point ». Selon les données transmises par l’institut Nielsen, le « town hall » (échange télévisé avec des électeurs) de l’ancien présentateur de télé-réalité jeudi soir a été moins regardé que celui de son adversaire démocrate (13 461 000 téléspectateurs contre 14 135 000). Les deux rendez-vous télévisés se sont tenus au même moment, à la place du débat qui avait été finalement annulé entre les deux hommes.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

104,725FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,330SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles