Tags Posts tagged with "baromètre politique"

baromètre politique

par -

L’UTICA est la 4ème institution préférée des Tunisiens, derrière l’armée, la police et la société civile, et devant l’UGTT. C’est ce qu’affirme le dernier baromètre politique de SIGMA Conseils. Le résultat de ce sondage d’opinion confirme celui de l’IRI-Elka et relatif au premier trimestre 2018 (mars 2018), qui n’avait alors pas été publié pour cause d’élections municipales, et dans lequel l’UTICA avait fait un bon de 15 points dans les taux de confiance et se retrouvait parmi les institutions qui ont le vent en poupe.

Contacté par Africanmanager pour sonder sa réaction à ce chiffre de 59% de taux de confiance des Tunisiens, le président de l’UTICA, Samir Majoul, a estimé que «ces chiffres, tout comme ceux du sondage non publié de l’IRI de mars 2018 et dans lequel l’UTICA faisait un bon d’environ +15%, honorent tous ceux qui travaillent, se lèvent tôt et essaient de créer de la richesse pour notre pays, et nous espérons que chacun s’essaie à l’aventure entrepreneuriale. C’est un signe de confiance renouvelée à tous les syndicalistes patronaux à l’échelle locale, régionale, sectorielle, nationale et internationale, qui se sont succédé et qui continuent de faire avancer l’UTICA, le secteur privé et l’économie depuis 71 ans, date de fondation de notre institution».

Et le patron des patrons tunisiens d’ajouter que «les chiffres qui comptent vraiment pour nous, ceux pour lesquels nous nous battons syndicalement, ce sont les chiffres liés à la création de richesse ; le nombre d’entreprises créées, le nombre d’entrepreneurs, l’investissement, la part de marché de la Tunisie à l’international, la croissance de chaque entreprise, les réserves de change, le recul du chômage et de la pauvreté, la part de l’économie réelle et bien sûr la création d’emplois décents. Sans oublier bien sûr la paix sociale, que les excellentes relations avec notre partenaire social ont su renforcer».

Notons, selon Sigma toujours, que l’organisation syndicale ouvrière UGTT n’est qu’à la 5ème place dans la confiance des Tunisiens à cause, peut-être, des grèves incessantes directes ou indirectes, légales ou illégales, qu’elle dirige et qui font mal à l’économie tunisienne. Le syndicalisme ne fait d’ailleurs plus recette auprès des Tunisiens qui ont mis «les syndicats» à la 10ème place avec un taux de confiance global qui ne dépasse pas les 42%, dont 12% de confiance absolue. A la 7ème place, les médias gardent tout de même un honorable taux de confiance. Le Tunisien fait en tout cas, selon Sigma, plus confiance aux médias qu’à l’Instance de lutte contre la corruption (6ème), au clergé religieux ou à l’IVD de Sihem Ben Sedrine. Le Tunisien fait aussi plus confiance au gouvernement qu’au chef de l’Etat ou aux députés et encore moins aux partis politiques.

par -

Cela devait fatalement arriver avec la crise politique qui s’éternise et les résultats économiques qui tardent, à part quelques bons indicateurs. Le baromètre politique pour le mois de juillet, réalisé par Sigma Conseil, fait ressortir une envolée du taux du pessimisme chez les Tunisiens, à des niveaux jamais atteints. C’est ce qu’a révélé, ce mercredi 1er août 2018, Hassen Zargouni, lors de son passage sur les ondes d’Express Fm. Il a affirmé que 86,2% des Tunisiens sont persuadés que le pays va dans la mauvaise direction. La pénurie de médicaments, les coupures d’eau potable dans plusieurs régions, l’inflation et d’autres problèmes sont derrière cet état d’esprit des citoyens…

Zargouni a expliqué que ce pessimisme est accompagné d’un net recul du taux de satisfaction quant au rendement des têtes du pouvoir exécutif puisque le chef du gouvernement, Youssef Chahed, affiche 8,4% alors que le président de la République, Béji Caïd Essebsi, tombe à 6%.

La non-satisfaction des Tunisiens par rapport à la situation générale dans le pays s’explique en effet par plusieurs raisons qui se résument ainsi : 7 ans après la Révolution, tout reste à faire. Les principales revendications de la Révolution n’ont pas encore été satisfaites. Les problèmes du chômage et des disparités régionales persistent et se sont même aggravés, et ce malgré l’ensemble des programmes, mesures et mesurettes mis en place par les différents gouvernements qui se sont succédé depuis le 14 janvier 2011. Le taux de chômage demeure très élevé et reste aux alentours de 15%. Les problèmes des régions ne sont pas encore résolus : Pénurie d’eau, détérioration des infrastructures, des services de santé et de transport médiocres, un taux de chômage qui frappe fort les diplômés de l’enseignement supérieur et des déséquilibres régionaux qui se sont accentués après la Révolution.

S’agissant des priorités des Tunisiens, le DG de Sigma Conseil a précisé que ceux-ci ont changé de nature dans le sens où le volet sécuritaire l’emporte, de nouveau, sur les autres préoccupations dont notamment la cherté de la vie et le chômage.

Toujours selon le sondage de Sigma Conseil, le taux de satisfaction concernant le rendement le chef du gouvernement et celui du président de la République a baissé, respectivement, de 8 et 5 points.

Samia Abbou, députée du Courant Démocratique, recueille la confiance de 35% des Tunisiens, suivie de Abdelfattah Mourou (29%) et Nèji Jalloul (27%). En revanche, seuls 24% des Tunisiens ont confiance en Youssef Chahed.

Le baromètre politique de Sigma Conseil a également établi que Hafedh Caïed Essebsi, le directeur exécutif de Nidaa Tounes, par qui tous les ennuis du chef du gouvernement et du pays sont arrivés, est en bas de l’échelle et se positionne dernier avec seulement 5% d’opinions favorables, devancé par Borhene Bsaïes (6%), Imed Hammami et Noureddine Bhiri (7%).

par -

Selon le baromètre politique de Sigma Conseil, effectué du 23 au 25 mai 2018, 42.5% des Tunisiens interrogés veulent le départ du chef du gouvernement, Youssef Chahed alors que 47% souhaitent son maintien.

Il est à signaler à ce propos que le président de la République, Béji Caïd Essebssi, a décidé de suspendre les concertations engagées dans le cadre du Document de Carthage II et de les reporter à une date ultérieure, a indiqué, lundi, le porte-parole de la présidence de la République, Saïda Garrache.

Vendredi dernier, à l’ouverture des travaux de la commission des présidents et secrétaires généraux des partis politiques et des organisations nationales, Caïd Essebssi a soulevé le différend qui persiste autour du 64 e point relatif au remaniement ministériel. Ce point évoque la question de savoir s’il touchera ou non le chef du gouvernement.

par -

Selon un baromètre politique réalisé  au cours du mois de  mars 2018, par Emrhod consulting , 81% des Tunisiens interrogés ne soutiennent pas la décision de la fédération générale de l’enseignement secondaire, concernant la rétention des notes des élèves  et l’observation d’une grève dans le secteur en question.

En revanche, 8% des personnes sondées sont pour les mouvements protestataires des professeurs, rapporte Mosaïque fm.

par -

Malgré ses nombreux déboires et casseroles, Nidaa Tounes reste leader dans les intentions de vote aux prochaines élections municipales, avec 17,7%, à en croire le dernier baromètre politique d’Emrhod consulting publié ce jeudi 21 septembre 2017 par le journal Assabah.

Le mouvement Ennahdha figure à la deuxième place, avec 11,2%. Le Front populaire occupe la troisième position avec 4,5% des intentions de vote…

par -

Mise à jour le 08/02/2017

Le baromètre politique de Sigma Conseil a dévoilé la liste des personnalités que les Tunisiens n’ont pas envie de voir sur la scène politique à l’avenir. La liste comprend Hechmi El Hamdi (79%), suivi de Hafedh Caied Essebsi (74%) et du président du mouvement Ennahdha, Rached Ghannouchi (70%).

Publiée, ce mardi 7 février 2017, dans le journal arabophone “Le Maghreb”, la liste comprend aussi Slim Riahi, président de l’UPL (69%), Ali Laârayedh, dirigeant au sein du mouvement Ennahdha (67%), Mohsen Marzouk, le secrétaire général de Machouâ Tounes et l’ancien chef du gouvernement, Moncef Marzouki (66%).

Les personnalités qui ont la cote auprès des sondés sont Abdelfatah Mourou, un des leaders  d’Ennahdha (29%), suivi par Safi Said (30%), ensuite vient le ministre de l’Éducation, Néji Jalloul (34%), enfin Samia Abbou et l’ancien chef du gouvernement Mehdi Jomaâ (36%).

[NDLR : Mise à jour : Suite à une erreur de notre part, nous avons cité M. Béji Caïd Essebsi au lieu de M. Hafedh Caïd Essebsi dans la liste des personnalités concernées par le baromètre politique de Sigma Conseil. Nous nous excusons pour cette erreur]

par -

Selon le baromètre politique de Sigma Conseil publié ce mardi 6 septembre 2016 dans le journal “Le Maghreb”, 76,6% des Tunisiens se sont déclarés pessimistes quant à l’avenir du pays.

Selon le même sondage, 49,4% des sondés ont exprimé leur manque de confiance en la capacité du gouvernement de Youssef Chahed à diriger le pays lors de l’actuelle phase.

FOCUS 🔍

Italcar, concessionnaire et distributeur exclusif de plusieurs marques de voitures et de camions en Tunisie (Fiat, Alfa Romeo, Lancia, Fiat Professional, Iveco et Jeep), a...

Le meilleur des RS

L'étrangère qui vous dit vos 4 vérités

Elle s’appelle Martine Maçon. Manifestement une étrangère vivant à Tunis. Sur sa page des réseaux sociaux, elle se définit comme «Empêcheuse de tourner en...

INTERVIEW

Le PDG de la Caisse nationale d'assurance-maladie (CNAM), Béchir Irmani a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont...

AFRIQUE

Reseaux Sociaux

SPORT

Ligue 1 : Programme de la 4ème journée

 Programme de la quatrième journée du championnat de la Ligue 1 du football professionnel, prévue les 6 et 7 octobre 2018 (tous les matches...