Tags Posts tagged with "BFPME"

BFPME

Khaled Azaiez est un des entrepreneurs les plus connus sur les réseaux sociaux. Réputé pour son art, celui de sa verrerie et ses créations. Mais connu aussi pour ses coups de gueule. Sur sa page, il lance un cri d’alarme. Celui d’un entrepreneur client de la BFPME (Banque de financement des PME). «Qu’on le veuille ou pas, cette banque était le refuge de tout entrepreneur qui ne disposait pas de garanties réelles pour créer son entreprise. Elle était l’institution financière qui donnait l’accord de financement qui permettait à tout entrepreneur d’entamer les démarches pour boucler son tour de table financier. Les autres (banques commerciales & Sicar) exigeaient l’accord de la BFPME. Ce que je vais écrire ne va pas plaire mais c’est une réalité.
J’ai connu les cinq PDG, Abdessalem Mansour, Khalil Ammar, Souhir Taktak, Lamia Zribi et Slim Fériani. Aujourd’hui, je me permets de dire qu’à part les deux premiers (Azlem), les trois derniers étaient des touristes. Je ne leur en veux pas, mais j’accuse ceux qui les ont nommés de «trahison» envers le monde des entrepreneurs Tunisiens. Cette banque est aussi importante que la STB, la BNA et la BH. C’est une banque publique et elle doit être traitée de la même manière que les trois banques précitées.
Cette banque devrait être l’un des piliers de l’investissement, du moins, elle doit être à la hauteur des attentes des entrepreneurs déjà financés.
Il est inconcevable que des PDG défilent de cette manière et que rien ne soit fait. Des lourds et complexes dossiers sont à l’ordre du jour et en attente depuis des années. Si le Président du Gouvernement et le Ministre des Finances veulent réellement booster la création des PMEs et sauver celles créées et financées par la BFPME, il faut donner une attention très particulière à cette banque et nommer un PDG avec un mandant d’au moins 5 ans, mais aussi la doter des fonds nécessaires. Sinon bye bye les PMEs et rendez-vous après «Slat el3asser fi Jallez».

par -

Slim Feriani, PDG de la Banque de financement des petites et moyennes entreprises (BFPME) a déclaré, lors de son passage ce mardi 5 septembre 2017 sur Express Fm, que pas moins de 150 crédits ont été accordés, en 6 mois, pour un montant global de 125 millions de dinars, ce qui a permis de créer un millier de postes d’emploi.

Après avoir reconnu une baisse de régime durant les deux derniers mois d’été avec seulement 20 projets agréés, le PDG de la BFPME a réitéré que la banque s’est assigné l’objectif de donner l’accord pour une moyenne de dix projets par gouvernorat ayant un caractère inclusif et durable.

par -
« Amélioration de l’accès au financement des PME » sera le thème d’un séminaire qui aura lieu à Beja

Le ministère des Finances a annoncé, dans un communiqué publié ce vendredi 3 février 2017, la nomination de Slim Feriani au poste de PDG de la Banque de Financement des petites et moyennes entreprises (BFPME).

par -
La BFPME et une PME dans le secteur de l’environnement (GREEN LAB)

Le ministère des Finances a annoncé la nomination de Lamia Zribi en tant que directrice générale de la Banque de financement des petites et moyennes entreprises (BFPME), indique le ministère des Finances dans un communiqué rendu public ce mardi 10 mai 2016.

Rappelons que Lamia Zribi avait occupé auparavant le poste de secrétaire d’Etat auprès du ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale, au gouvernement Essid.

par -

Deux nouveaux projets de loi (PL) s’ajoutent depuis peu à la longue file d’attente d’une ARP (Assemblée des Représentants du Peuple) qui travaille à un train de sénateur, sans avoir l’abnégation, le sérieux et l’assiduité. Les deux PL concernent, d’abord la Banque Centrale elle-même et ensuite toute la place financière de Tunisie à travers la nouvelle loi bancaire.

Concernant la BCT, il s’agit en premier lieu, comme nous le disait son Gouverneur Chedly Ayari, de renforcer l’indépendance de l’institut d’émission qui existe déjà. Il est même dit, dans le projet de texte de loi qui lui donne toute indépendance  dans  l’exercice de ses fonction et la gestion de ses ressources, que «la BCT ne peut, dans le cadre de l’exercice de ses fonctions et l’exercice de ses pouvoirs, demander ou recevoir aucune directive du gouvernement ou d’aucune structure publique ou privée». Mieux, les agents de la BCT seront dotés de nouveaux statuts, autre que ceux  de la fonction publique et qui leur seront propres et donneront une protection juridique aux dirigeants de la BCT.

  • Plus d’indépendance de la BCT et un organe de contrôle prudentiel dont les recommandations sont imposées au gouvernement

La seconde nouveauté dans ce PL des statuts de la BCT, sera la mise en place d’un organe de contrôle prudentiel, dont le rôle sera de «publier des recommandations qui fixent les mesures que le gouvernement devra prendre et appliquer pour participer à la stabilité du système financier et le renforcer pour faire face aux risques systémiques (…).» Mais le nouveau texte devrait aussi mettre en place un nouveau système de résolution des banques, en cas de disparition d’une des banques de la place. Commentant ce PL pour Africanmanager, le gouverneur de la BCT a indiqué aussi que «on a aussi déjà mis en place une facilité pour les banques qui passent par une situation exceptionnellement difficile, qui ont une crise de liquidité tout en restant solvables, pour donner à la BCT les moyens de jouer le rôle de financier de dernier ressort. Pour celles qui sont en crise de liquidité et qui ne sont pas solvables, on entame les procédures de résolution». Le PL des statuts de la BCT intègrera et développera  l’observatoire des services financiers, qui va regarder la protection du consommateur et la sécurise par rapport aux services financiers.

  • «L’Etat a besoin d’une fusion de certaines banques»

«Nous avons aussi réorganisé les conditions d’ouverture de licences de banques, avec de nouvelles disposition, mais aussi un système ouvert et concurrentiel mais qui évite de donner une licence à n’importe qui», dira aussi Chedly Ayari à Africanmanager. Interrogé sur ces nouvelles conditions et si le système restera ouvert pour d’autres licences, le gouverneur Ayari a estimé qu’il trop tôt pour en parler, avant d’ajouter que «nous considérons par exemple aujourd’hui, que l’Etat a besoin d’une fusion de certaines banques, pas les grandes mais les petites, et ensemble, nous allons pousser vers cela. Aujourd’hui, je le répète, le nombre de banques sur la place surpasse les besoins de la Tunisie. Nous avons besoin de reconcentration et le sujet et encore à l’étude». Il n’en dira pas plus sur les banques qui pourraient être concernées par cette prochaine fusion, ni quand elle pourrait être faite.

Le projet de loi sur les banques est entre les mains de l’ARP qui l’a mis sur son site Internet. Le document publié est cependant tronqué, expurgé de plusieurs pages qui le rendaient incompréhensibles, comme nous l’avions fait remarquer dans un précédent article.

  • «La BFT pose problème, mais nous n’avons pas de plan à son sujet»

Questionné ensuite sur le sort de la BFT (Banque Franco-tunisienne) qui est filiale de la STB, le Gouverneur Chedly Ayari affirme que «nous n’avons pas de plan à ce sujet, mais la BFT pose effectivement problème, avec des dysfonctionnements de partout». Et lorsqu’on lui rappelle que le DG de La Poste avait déclaré à la Radio Nationale que La Poste tunisienne pourrait reprendre la BFT, Ayari oppose un non catégorique, avant d’indiquer que «l’idée qui est posée mais n’a pas encore de façon officielle car il y a des pour et des contre», précisant qu’il «s’agit d’abord d’ériger La Poste en une banque postale et peut-être qu’on trouvera le biais par la création d’une banque régionale que le prochain plan vise à mettre en place». Et de préciser encore qu’on «étudie un schéma qui sortira la banque des régions, à partir de la BFPME, la CDC, la banque postale et la Sotugar [ndlr : société tunisienne de garantie]. Tout cela est encore à l’état de réflexion et dans les cartons du ministère des Finances, mais La Poste nous intéresse par son réseau d’agences, le fait qu’elle collecte l’épargne et ce n’est pas peu».

par -

La Banque de Financement des Petites et Moyennes Entreprises (BFPME) a cofinancé, jusqu’au mois d’août 2015, près de 1537 projets sur un total de 8382 dossiers reçus, selon les dernières statistiques de la Banque. D’après la BFPME, 2/3 des projets approuvés ont été déjà réalisés, soit 1378 projets.

Pour la réalisation de ces projets, dont le coût moyen de chaque projet est de 700 mille dinars, la banque a investi 347,960 millions de dinars (MD).

La majorité des projets cofinancés par la banque ont été réalisés dans les secteurs des industries agroalimentaires, soit 330 projets pour un total d’investissements de 80 MD. Vient ensuite le secteur des services avec 292 projets approuvés pour un total d’investissements de 50, 982 MD, celui des industries chimiques et plastiques (140 projets) et le secteur des industries des matériaux de construction, de la céramique et du verre (IMCCV) (115 projets).

Le secteur textile-habillement semble aussi dynamique, en dépit des difficultés qu’il rencontre dans la commercialisation de ses produits sur le marché international. La preuve en est, le nombre de projets approuvés par la BFPME s’élève à 204 projets pour un total d’investissements de 28,908 MD. Environ 90 projets dans le secteur agricole ont été également approuvés par la BFPME pour des investissements de l’ordre de 15,295.

La banque est également prête à cofinancer 86 projets dans le secteur des TIC moyennant des investissements de l’ordre de 9,169 mille dinars approuvés.

Source : Tap

par -
Le quatrième   Atelier

Le quatrième Atelier “entreprendre ” aura lieu les 24, 25 et 26 juin, à Tabarka (Gouvernorat de Jendouba).

Organisé conjointement par la BFPME et la Coopération Suisse, cet atelier est destiné aux trois gouvernorats de Jendouba, du Kef et de Siliana.

Dans sa nouvelle version de 2014, cette initiative qui vise à promouvoir l’esprit entrepreneurial, doit permettre de cibler et de soutenir les nouveaux entrepreneurs les plus prometteurs, et ce dans ces gouvernorats du Nord-ouest.

Le programme offre un accompagnement global aux lauréats (tes) de cet atelier par l’attribution d’un bon à échanger contre un accompagnement d’une valeur maximale de 5.000 TND, jumelé à du mentorat et à une assistance technique, accordés via des bureaux d’assistance et d’accompagnement.

par -
La BFPME s’apprête à signer une convention de coopération avec CEED TUNISIA

La BFPME s’apprête à signer une convention de coopération avec CEED TUNISIA, qui sera officiellement lancé en Tunisie le 20 mai sera.

Il s’agit d’une ONG américaine, financée en partie par l’USAID, qui s’intéresse à l’encadrement des PME en développement, via une assistance et un accompagnement durant leur création, assurés par des actions de monitoring et de coaching menés par des experts et des chefs d’entreprises expérimentés.

Les conditions d’éligibilité à ce programme sont très simples :

– Au moins 18 mois depuis l’entrée en activité.

– Des potentialités en matière de développement de l’entreprise.

par -
Malgré la réticence constatée au niveau de la création des nouveaux projets

Malgré la réticence constatée au niveau de la création des nouveaux projets, la Pdg de la Banque de Financement des Petites et Moyennes Entreprises (BFPME), Souhir Taktak se dit optimiste pour l’année en cours indiquant qu’ « on revient au rythme habituel de celui de 2010 ».

Elle a encore assuré que 2014 serait une occasion pour augmenter le flux des demandes pour la mise en place des nouveaux projets.

Interrogé par nos soins sur le bilan de la banque pour le premier trimestre, elle a noté qu’une cinquantaine des projets ont été approuvés, un chiffre qui reste en deçà des ambitions, mais les efforts se poursuivent pour atteindre l’objectif fixé.

par -
La Banque de financement des petites et moyennes entreprises (BFPME) a

La Banque de financement des petites et moyennes entreprises (BFPME) a approuvé durant 2013 le financement de 189 projets contre 252 projets en 2012, enregistrant ainsi baisse de 25%.

Le montant global des crédits mobilisés pour le financement des projets a atteint 35 millions de dinars contre 56 MD en 2012 alors que le montant décaissé à fin décembre 2013 n’a pas dépassé les 38,8 MD contre 45 MD en 2012.

par -
La BFPME organise son quatrième séminaire régional de promotion de ses

La BFPME organise son quatrième séminaire régional de promotion de ses nouveaux produits, qui se tiendra mercredi 19 mars 2014, au siège du CEPEX.

Ce séminaire qui est destiné aux quatre gouvernorats du Grand-Tunis (Tunis, Ariana, Manouba et Ben Arous) est organisé en collaboration avec deux partenaires du Jumelage, la SOTUGAR et BPI France.

Ce séminaire sera une occasion pour présenter les nouveaux outils de la BFPME, et notamment le contrat de développement (CDD) qui est un instrument pratique et souple pour le financement de l’ensemble des besoins immatériels des PME en développement.

Cette rencontre comportera, également, une présentation des diverses prestations de la SOTUGAR, en matière de garantie couvrant les crédits accordés aux PME.

par -
Au cours d’une cérémonie déroulée

Au cours d’une cérémonie déroulée, lundi 17 février 2014 à Tunis, la Banque de Financement des Petites et Moyennes Entreprises (BFPME) a entamé son partenariat avec le Qatar Friendship Fund (QFF) par la ratification d’une première série des prêts participatifs accordés par ce Fonds, indique un communiqué de l’Association professionnelle des banques, qui ne donne aucune indication sur le volume des prêts qataris.

Ce partenariat vise à créer, mettre en œuvre et gérer un fonds destiné à financer des prêts participatifs, accordés au nom des jeunes entrepreneurs tunisiens. Ce programme est essentiellement destiné aux PME en Tunisie.

Le prêt participatif est accordé sans intérêts bancaires et avec une période de grâce de deux ans, la période de remboursement des prêts étant de cinq ans, y compris les deux années de grâce.

Les 96 projets représentent la première partie des 345 projets qui seront financés par la BFPME avec le soutien de QFF. Environ 6.600 postes d’emplois directs seront ainsi créés sur deux ans et demi (durée de la convention), à travers le soutien, la création ou l’extension de ces 345 PME.

Ces projets sont développés sur l’ensemble du territoire tunisien, particulièrement dans les régions intérieures du pays qui connaissent des taux de chômage élevés. Les projets touchent plusieurs secteurs (agricole, industriel et électronique, agroalimentaire et technologie de l’information et de la communication, etc.

par -
« Amélioration de l’accès au financement des PME » sera le thème d’un séminaire qui aura lieu à Beja

« Amélioration de l’accès au financement des PME » sera le thème d’un séminaire qui aura lieu à Beja, jeudi 20 février . C’est le premier séminaire régional de promotion des nouveaux produits de la BFPME et les gouvernorats concernés sont t : Beja, Jendouba, Kef, Siliana, Bizerte, Zaghouen et Nabeul.

Plusieurs intervenants prendront part à cette occasion. On cite le, PDG de la BFPME, Jean Luc Daniel, conseiller résident du jumelage « BFPME-Sotugar-BPI-France ».

par -
Souhir Taktak directrice générale du Financement au ministère des Finances a été nommée à la tête de de la Banque de Financement des Petites et Moyennes

Souhir Taktak directrice générale du Financement au ministère des Finances a été nommée à la tête de de la Banque de Financement des Petites et Moyennes Entreprises (BFPME) à la place de Khalil Ammar .

Souhir Taktak est Inspecteur général des Finances, directrice générale , depuis 2011,elle est diplômée de l’IFID promotion 1988, et a effectué toute sa carrière au sein du ministère des Finances .

par -
Le responsable de la communication à la banque de financement des petites et moyennes entreprises (BFPME) a démenti

Le responsable de la communication à la banque de financement des petites et moyennes entreprises (BFPME) a démenti, dans une déclaration à Africanmanager, le limogeage de l’actuel PDG de la banque, Khelil Ammar . En effet, des informations circulent dans plusieurs medias selon lesquelles, l’actuel PDG de la banque a été limogé et remplacé par la directrice générale du financement auprès du ministère des Finances, Souhir Taktak.

Joint par téléphone, Hamdi Ksiâa, directeur adjoint chargé de la communication à la BFPME a indiqué qu’aucune décision ou information officielle n’est parvenue encore à la banque.

par -
Un recul a été affiché au niveau du nombre des projets financés par la Banque du Financement des Petites et Moyennes

Un recul a été affiché au niveau du nombre des projets financés par la Banque du Financement des Petites et Moyennes Entreprises (BFPME) atteignant déjà 122 projets d’un cout global de 107 millions de dinars, contre 188 projets réalisés durant la même période de 2012.

Les projets crées ont permis de générer 1587 postes d’emplois, enregistrant une baisse par rapport à la même période de l’année écoulée soit 3046.

par -
Trois conventions de coopération

Trois conventions de coopération, d’accompagnement et d’assistance technique au profit de la Banque de Financement des PME (Bfpme) ont été signées, ce matin, au ministère de l’Investissement et de la Coopération Internationale.

La première convention, d’une durée de 5 ans renouvelables, consiste à accompagner la Bfpme, grâce à un don du Fonds de coopération technique relevant de la Sidsp, d’un montant de 350.000 dinars, pour la mise en place de nouveaux services et produits bancaires islamiques destinés aux PME tunisiennes. Cette convention va permettre également, de mettre à la disposition de la Bfpme des experts de la société de finance islamique pour la création de ces nouveaux produits.

La deuxième convention porte sur une assistance technique qui sera fournie par les experts de la Bfpme au profit de 52 pays membres de la Société islamique de développement du secteur privé.

Cette convention est valable pour  5 ans (renouvelables). Le coût des services fournis d’accompagnement sera défini au cas par cas et financé par l’Etat bénéficiaire.

La troisième convention de coopération a été signée entre la Bfpme et la Société du Golfe des services financiers pour la région de l’Afrique du Nord (United Gulf FinancialServices-North Africa), société qui gère le fonds «Theemar», financé par le Fonds des dépôts et consignations (Tunisie) et la Sidsp (Arabie Saoudite). L’objectif est de faciliter le financement des projets d’investissement conformément aux domaines d’intervention des parties contractantes (Bfpme- United Gulf Financial Services- North Africa-Sidsp).

Le meilleur des RS

Dans ce Post, le statisticien Hassen Zargouni a imaginé une discussion entre deux responsables du ministère des Finances, à propos des mesures à prendre...

INTERVIEW

Nejib Snoussi, directeur général de l'Habitat au ministère de l'Équipement, de l'Habitat et de l'Aménagement du territoire, a accordé à Africanmanager une interview exclusive...

AFRIQUE

Reseaux Sociaux