Tags Posts tagged with "Boeing"

Boeing

par -

ASAM S.A., la société d’assistance aéroportuaire du Mali, a annoncé aujourd’hui sa certification en tant qu’Organisme de Maintenance Agréé et son habilitation à fournir des services de maintenance en ligne pour l’ensemble des avions de type Boeing 737 (300/400/500 – 600/700/ 800) et Airbus A320 (A318 à A321) qui desservent l’Aéroport International Président Modibo Keita – Sénou de Bamako.

Grâce au partenariat développé avec AMC Aviation, un organisme d’entretien français agréé par l’Agence Européenne de Sécurité Aérienne, la station de Bamako (Mali) a été approuvé et ajouté à la liste des sites de maintenance en Ligne de l’agrément Partie 145 : FR.145.0674 – Règlement (UE) 1321/2014, le 12 décembre 2017.

Cette certification permet à ASAM S.A., sous le label ASAM Technics, d’effectuer la maintenance des avions et de délivrer une approbation pour remise en service (APRS) pour un aéronef immatriculé dans un pays membre de l’Union Européenne ou immatriculé auprès de l’Agence Européenne de Sécurité Aérienne (EASA) ce qui en fait l’un des premiers MRO de ce type (non compagnie aérienne) en Afrique de l’Ouest.

La première délivrance a été effectuée par des techniciens d’ASAM Technics le 13 décembre 2017 sur un vol Aigle Azur A 320 de Bamako à Paris / Orly.

« Les compagnies africaines sont en recherche permanente de solutions d’économies de coûts et particulièrement en termes de maintenance aéronautique. De plus le Mali dispose d’une localisation géostratégique forte qui permet le développement de services aéronautiques à l’ensemble de la sous-région » a déclaré Dominique DREUIL, directeur général de ASAM S.A. « Un nouveau terminal vient d’être achevé à l’aéroport de Bamako et la mise en place d’un environnement rigoureux répondant aux normes internationales les plus exigeantes ne fera qu’accroître l’attractivité de notre plateforme », a-t-il ajouté.

Selon l’étude de marché ICF International 2015 ; 17% des dépenses en maintenance des compagnies africaines sont consacrées à la maintenance en ligne. Et tandis que le marché du transport aérien est en pleine expansion en Afrique, les marges restent parmi les plus faibles du monde, ce qui rend encore plus important le besoin de réduire les coûts. Selon un des derniers rapports de l’IATA, les marges devraient se dégrader de 3,4% à 0,6% de 2017 à 2018.

ASAM Technics dispose désormais d’installations modernes, de tous les outils nécessaires et répond aux normes rigoureuses requises pour assurer la maintenance en ligne à l’aéroport de Bamako.

par -

La compagnie aérienne de Dubaï, flydubai, a annoncé aujourd’hui avoir réalisé une commande de 225 avions Boeing 737 MAX pour un montant total de 27 milliards de dollars dans le but de soutenir sa forte croissance. Il s’agit de la troisième commande passée par la compagnie aérienne à Boeing en huit ans d’existence, après celles de 2008 et 2013. Cette nouvelle commande vise à appuyer son expansion continue au sein d’une région géographique qui compte 2,5 milliards de personnes.

À la fin de l’année, la compagnie aérienne possédera une flotte de 61 appareils Boeing 737-800 et 737 MAX 8 de nouvelle génération. De plus, 70 appareils devraient être livrés en 2023.

Son Altesse le cheikh Ahmed bin Saeed Al Maktoum, Président de flydubai, a déclaré à propos de la commande : « Elle démontre que l’objectif défini lors de la création de flydubai, visant à renforcer les liens commerciaux et touristiques sur l’ensemble de son réseau, et contribuer à améliorer la connectivité du pôle aéronautique de Dubai, a été réalisé. En moins de dix ans, flydubai a étendu son réseau jusqu’à 97 destinations dans 44 pays, et nous sommes impatients de disposer du nouvel appareil dès 2019 pour mener à bien nos futurs projets ».

Avec la commande annoncée aujourd’hui, le nombre total d’appareils commandés par la compagnie s’élève à 320.

Ghaith Al Ghaith, Président-directeur général de flydubai, a ajouté : « Aujourd’hui, c’est une nouvelle étape fructueuse qui commence pour flydubai. Depuis son lancement en 2009, flydubai a ouvert 67 marchés mal desservis auparavant pour répondre à la demande de nos passagers dans la région. Nous sommes heureux de consolider notre partenariat de longue date avec Boeing. Si nous avons commandé ce modèle d’avion, c’est parce qu’il nous offre la polyvalence et la flexibilité qui nous ont permis de transporter 44 millions de passagers depuis notre premier vol. »

« Nous sommes très honorés que flydubai ait choisi d’acquérir une flotte uniquement composée d’avions Boeing pour les années à venir. Ce contrat record consolide notre robuste partenariat avec flydubai et les principaux opérateurs de la région », a déclaré Kevin McAllister, Président-directeur général de Boeing Commercial Airplanes. « Grâce au modèle économique éprouvé et à la stratégie de croissance ambitieuse de flydubai, nous nous réjouissons à l’idée que des centaines de 737 MAX relient Dubaï au reste du monde ».

flydubai a été fondée en 2008 pour créer des opportunités en matière de voyages, de tourisme et de commerce dans le rayon d’action de sa flotte d’avions Boeing 737-800 et Boeing 737 MAX 8 de nouvelle génération.

par -

La santé économique et financière de la Chine c’est Boeing qui en parle le mieux. Le vice-président du marketing de Boeing Commercial a confié à l’agence Reuters que les compagnies aériennes chinoises devraient se payer plus de 7200 appareils pour la somme astronomique de près de 1100 milliards de dollars (922 milliards d’euros) dans les 20 prochaines années. C’est le niveau de dépenses qu’il faudrait pour satisfaire la demande sur le marché intérieur chinois et aussi à l’international.

L’avionneur américain table sur un grossissement de la flotte de la Chine à une cadence dépassant nettement celle de la moyenne mondiale ; les compagnies aériennes opérant en Chine pourraient peser aux alentours de 20% dans la demande mondiale de nouveaux appareils.
Pour Boeing, les trois quarts des appareils commandés seront des mono-couloirs pour répondre à l’explosion des besoins en vols intérieurs en Chine et dans toute l’Asie. La flotte de gros porteurs devrait elle se renforcer avec 1670 avions neufs.

En tout cas pour Boeing et son grand rival européen Airbus, c’est en Chine que les choses se passent. Les deux ténors rivalisent d’ardeur pour ouvrir sur place des usines d’assemblage car pour les Chinois, on le sait, le transfert de technologies pèse lourd dans le choix des partenaires commerciaux.

par -

Le roi Mohammed VI a présidé, mardi au palais royal à Tanger, la cérémonie de signature d’un protocole d’accord pour la création d’un écosystème industriel de Boeing au Maroc, un projet structurant qui permettra à l’industrie aéronautique marocaine d’améliorer son positionnement de façon significative sur l’échiquier mondial, rapporte allasino.fr
Cet écosystème générera un chiffre d’affaires annuel supplémentaire à l’export d’un milliard de dollars, entraînera l’implantation de 120 fournisseurs de Boeing et permettra la création de 8.700 nouveaux emplois spécialisés. Pour couvrir les besoins en formation de son écosystème, des programmes de formation dédiés spécialement conçus par Boeing seront implémentés.

par -

Boeing et Airbus peuvent souffler. En effet les autorités américaines viennent de lever leur véto sur la vente d’avions à l’Iran. Les accords avaient été conclus, mais le ministère américain des Finances avait bloqué toute transaction. L’affaire est d’importance pour Téhéran, qui mise sur ces acquisitions pour faciliter le trafic des investisseurs, réveillant ainsi une économie plombée par des dizaines d’années d’embargo onusien très sévère.

Place donc à des commandes qui se chiffrent à plusieurs milliards de dollars, passées en janvier (Airbus) et en juin (Boeing) par l’exécutif iranien, à destination d’Iran Air.

Dès l’annonce, les actions de Boeing sont montées en flèche hier, d’après le correspondante de RFI à Washington. Il faut dire que la firme américaine a beaucoup à ramasser, avec un contrat portant sur 80 appareils et 29 autres avions en location-vente.

Quant à Airbus, il avait sollicité deux licences auprès des Américains. L’une a été accordée hier, l’autre ne devrait pas tarder, « dans les semaines qui viennent », disent les responsables de l’avionneur européen. Ces licences concernent des moyen-courriers A320 et des long-courriers A330. Fin janvier, l’Iran et Airbus avaient paraphé un protocole d’accord portant sur la livraison de 118 appareils, pour une somme de 10 à 11 milliards de dollars, mais il fallait l’aval des Etats-Unis puisque les appareils sont équipés en partie de composants fabriqués aux USA.

L’Iran n’est pas sorti de l’auberge

Certes avec ces licences, Téhéran fait un grand pas vers la normalisation des liens avec la communauté internationale, mais les ennuis ne sont pas finis pour autant. La presse américaine prédit déjà que les banques pourraient trainer des pieds ou carrément bloquer la concrétisation du contrat de 25 milliards de dollars signé avec Boeing. Et pour cause cette affaire se télescope avec l’agitation électorale aux Etats-Unis, et les républicains, on le sait, voient d’un très mauvais oeil que Boeing fasse des affaires avec Iran Air. Le candidat des républicains, Donald Trump, est même allé jusqu’à brandir la menace de faire exploser l’accord nucléaire conclu avec l’Iran et qui lui a permis d’obtenir la levée des sanctions internationales. Alors les banques américaines sont fébriles et n’aimeraient pas se mettre à dos les républicains en cas de victoire à la présidentielle du 8 novembre 2016. Téhéran devra peut-être attendre, encore, avant de voir les nuages au-dessus de sa tête se dissiper…

par -

Des pays du Moyen-Orient dont probablement la Tunisie,  sont en pourparlers avec le constructeur aéronautique américain  Boeing pour l’achat de 150 drones, selon un dirigeant de la société.

Institu, une filiale de l’avionneur américain, mène en ce moment  “entre 12 et 15 démarches actives  dans la région,” a précisé Mark Russell, directeur du développement des affaires de l’entreprise aux  journalistes.

Chaque vente potentielle se compose de six drones de surveillance Institu ScanEagle et de quatre drones d’interception Institu.

 Russell se gardant de mentionner les pays qui sont actuellement en pourparlers avec Boeing, on croit savoir que les drones ScanEagle sont déjà en usage au Yémen, en Irak et en Tunisie.

La majorité des ventes sont effectuées par l’intermédiaire du programme des ventes militaires à l’étranger de l’administration américaine.

FOCUS 🔍

La BIAT, qui apporte depuis s plusieurs années, un soutien à la culture et aux industries créatives allant au-delà du mécénat, a lancé une...

Le meilleur des RS

Notre rubrique «Le meilleurs des réseaux Sociaux », début de la saison estivale oblige, choisit de mettre en lumière une initiative citoyenne, soutenue par un...

INTERVIEW

Walid Ben Salah, expert comptable, a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont l'augmentation et à plusieurs reprises...

AFRIQUE

Reseaux Sociaux

SPORT

voici quelques statistiques marquantes de la Coupe du monde Russie-2018 qui s'est achevée dimanche dernier avec la victoire finale de la France face à...