Tags Posts tagged with "Boeing"

Boeing

par -

Un accord de coopération technique dans le domaine de l’aéronautique a été signé mercredi 12 juillet 2017 à Washington entre la société de fret aérien ” spécial Cargo ” relevant de la compagnie aérienne de fret “Express Air-Cargo” et le constructeur aéronautique américain Boeing.

Cet accord intervient en marge de la visite de travail et d’amitié que le chef du gouvernement Youssef Chahed effectue actuellement à Washington.

Le PDG d’Express Air Cargo, Anis Riahi a indiqué, qu’avec la signature de cet accord de coopération technique, un nouveau projet vient de se concrétiser pour l’installation d’un centre de maintenance aéronautique en Tunisie destiné à l’exportation.

Ce projet dont le coût s’élève à 90 millions de dinars permettra, selon Riahi, d’offrir des opportunités d’emploi aux ingénieurs tunisiens d’aéronautique.
Il entrera en exploitation à partir de mars 2018, a-t-il précisé.

par -

L’effervescence de la 52e édition du Salon international de l’aéronautique du Bourget, à Paris, est retombée le jeudi 22 juin 2017 au soir. C’est le moment pour les professionnels du secteur de faire les comptes. L’américain Boeing, avec ses 571 commandes et engagements, a damé le pion à l’européen Airbus, dont le compteur s’est arrêté à 326 commandes, rapporte Jeune Afrique. Mais il y avait une attraction lors de ce méga rendez-vous : les compagnies africaines, en pleine croissance et qui entendent grossir leurs flottes pour répondre à la demande qui explose sur le continent.

Ethiopian Airlines est sorti du lot, avec sa commande de 27 appareils. La compagnie ambitionne de passer de 85 à 150 avions d’ici 2025. Elle a signé un chèque au Bourget pour 10 Airbus A350-900, pour un montant de plus de 3 milliards de dollars. Ces appareils présentent l’avantage de réduire la consommation de kérosène de 25% et d’avoir des coûts de maintenance très raisonnables, selon le fabricant européen. Ethiopian Airlines a par ailleurs acheté chez Boeing, son fournisseur traditionnel, deux 777 dédiés au fret.

Mauritania Airways s’est également activé, avec l’achat d’un Boeing 737 Max-8 pour un montant de 112,4 millions d’euros, pour renforcer sa flotte de trois 737.
« Cet avion complétera notre flotte en croissance, c’est le parfait appareil pour les opérations de court et moyen-courrier pour couvrir le Sahel et l’Europe et nourrir notre hub de Nouakchott » a confié Mohamed Radhi Bennahi, directeur général de la compagnie, qui planche actuellement sur un partenariat technique et commercial avec Tunisair.

On a vu aussi au Salon du Bourget Air Sénégal, qui entamera ses activités le 7 décembre prochain. La compagnie réceptionnera deux ATR 72-600 qui ont couté 50 millions d’euros et sont destinés au marché domestique et régional.

A noter qu’en août 2016, Boeing avait estimé à 1 150 appareils neufs les besoins du continent africain d’ici 2035.

par -

La Chine pousse encore ses pions, dans sa stratégie pour arracher aux USA le leadership économique mondial. Ce vendredi 05 mai 2017, Pékin a fait une démonstration de force en testant le C919, le plus gros avion de ligne jamais construit sur le sol chinois, rapporte l’agence Reuters. Le vol inaugural s’est parfaitement bien déroulé, ouvrant une nouvelle ère dans l’aviation mondiale. Les mastodontes américain et européen, Boeing et Airbus, ont du souci à se faire !

A noter que le gros engin a pris son envol à l’aéroport international Pudong de Shanghai, a flâné dans les airs et est rentré au bercail 80 minutes après. L’appareil a été fabriqué par la Commercial AircraftCorporation of China (Comac), une structure publique. Dans sa ligne de mire : Les très célèbres Boeing 737 et Airbus A320. “La signification en est gigantesque. C’est le premier avion de grande envergure conçu en Chine. Cela a un grand impact sur le peuple chinois et sur le marché intérieur”, a confié Xiong Yuexi, professeur et spécialiste du design aéronautique à l’université Beihang de Pékin.

La télévision publique chinoise a donné toute sa dimension à l’événement en retransmettant en direct le vol, auquel ont assisté des milliers de responsables du pays et des employés qui ont participé à la conception de l’avion.

La Comac, pas peu fière, a déclaré avoir déjà enregistré 570 commandes venant de 23 clients, dont la grande majorité sont des compagnies chinoises et des sociétés de leasing. Toutefois l’engin chinois a du chemin à faire pour rattraper le concurrent Boeing, par exemple, dont le 737 avait recueilli plus de 3.000 commandes fermes avant même son premier vol, en janvier.

par -

Le roi Mohammed VI a présidé, mardi au palais royal à Tanger, la cérémonie de signature d’un protocole d’accord pour la création d’un écosystème industriel de Boeing au Maroc, un projet structurant qui permettra à l’industrie aéronautique marocaine d’améliorer son positionnement de façon significative sur l’échiquier mondial, rapporte allasino.fr
Cet écosystème générera un chiffre d’affaires annuel supplémentaire à l’export d’un milliard de dollars, entraînera l’implantation de 120 fournisseurs de Boeing et permettra la création de 8.700 nouveaux emplois spécialisés. Pour couvrir les besoins en formation de son écosystème, des programmes de formation dédiés spécialement conçus par Boeing seront implémentés.

par -

Boeing et Airbus peuvent souffler. En effet les autorités américaines viennent de lever leur véto sur la vente d’avions à l’Iran. Les accords avaient été conclus, mais le ministère américain des Finances avait bloqué toute transaction. L’affaire est d’importance pour Téhéran, qui mise sur ces acquisitions pour faciliter le trafic des investisseurs, réveillant ainsi une économie plombée par des dizaines d’années d’embargo onusien très sévère.

Place donc à des commandes qui se chiffrent à plusieurs milliards de dollars, passées en janvier (Airbus) et en juin (Boeing) par l’exécutif iranien, à destination d’Iran Air.

Dès l’annonce, les actions de Boeing sont montées en flèche hier, d’après le correspondante de RFI à Washington. Il faut dire que la firme américaine a beaucoup à ramasser, avec un contrat portant sur 80 appareils et 29 autres avions en location-vente.

Quant à Airbus, il avait sollicité deux licences auprès des Américains. L’une a été accordée hier, l’autre ne devrait pas tarder, « dans les semaines qui viennent », disent les responsables de l’avionneur européen. Ces licences concernent des moyen-courriers A320 et des long-courriers A330. Fin janvier, l’Iran et Airbus avaient paraphé un protocole d’accord portant sur la livraison de 118 appareils, pour une somme de 10 à 11 milliards de dollars, mais il fallait l’aval des Etats-Unis puisque les appareils sont équipés en partie de composants fabriqués aux USA.

L’Iran n’est pas sorti de l’auberge

Certes avec ces licences, Téhéran fait un grand pas vers la normalisation des liens avec la communauté internationale, mais les ennuis ne sont pas finis pour autant. La presse américaine prédit déjà que les banques pourraient trainer des pieds ou carrément bloquer la concrétisation du contrat de 25 milliards de dollars signé avec Boeing. Et pour cause cette affaire se télescope avec l’agitation électorale aux Etats-Unis, et les républicains, on le sait, voient d’un très mauvais oeil que Boeing fasse des affaires avec Iran Air. Le candidat des républicains, Donald Trump, est même allé jusqu’à brandir la menace de faire exploser l’accord nucléaire conclu avec l’Iran et qui lui a permis d’obtenir la levée des sanctions internationales. Alors les banques américaines sont fébriles et n’aimeraient pas se mettre à dos les républicains en cas de victoire à la présidentielle du 8 novembre 2016. Téhéran devra peut-être attendre, encore, avant de voir les nuages au-dessus de sa tête se dissiper…

par -

Des pays du Moyen-Orient dont probablement la Tunisie,  sont en pourparlers avec le constructeur aéronautique américain  Boeing pour l’achat de 150 drones, selon un dirigeant de la société.

Institu, une filiale de l’avionneur américain, mène en ce moment  “entre 12 et 15 démarches actives  dans la région,” a précisé Mark Russell, directeur du développement des affaires de l’entreprise aux  journalistes.

Chaque vente potentielle se compose de six drones de surveillance Institu ScanEagle et de quatre drones d’interception Institu.

 Russell se gardant de mentionner les pays qui sont actuellement en pourparlers avec Boeing, on croit savoir que les drones ScanEagle sont déjà en usage au Yémen, en Irak et en Tunisie.

La majorité des ventes sont effectuées par l’intermédiaire du programme des ventes militaires à l’étranger de l’administration américaine.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux