Tags Posts tagged with "création"

création

par -

La création de l’Agence Africaine des Médicaments (AMA) est une sorte de mise en place d’un catalyseur de surveillance renforcée des réglementations et des autorités nationales du médicament afin de se donner les moyens et l’arsenal juridique idoine pour lutter contre les produits médicaux de qualité médiocre, a indiqué mercredi à Tunis Samira Merai Friaa, ministre de la santé.
Dans son allocution prononcée à l’ouverture de la 3ème consultation des cadres institutionnel, juridique et financier pour la mise en place de l’AMA, conformément à l’engagement de Luanda, Merai a précisé que cette institution permettra de lutter contre tous les ” faux ” médicaments, faussement étiquetés et contrefaits que des filières internationales malveillantes cherchant à introduire dans le marché africain.
Merai a souligné, lors de cette rencontre de deux jours, qu’il s’agit aussi d’instaurer à travers l’AMA, le catalyseur qui soit capable de promouvoir la compétitivité des produits pharmaceutiques locaux, en particulier ceux destinés à combattre les maladies qui touchent notre continent de manière disproportionnée.
Cette structure aura pour fonction essentielle d’assurer le contrôle sur la qualité des médicaments qui seront mis sur le marché africain, faisant part avec les représentants des 55 pays membres de l’Union Africaine UA des challenges déjà fixés, pour participer à l’édification d’une complémentarité fructueuse interafricaine en matière de médicaments et de services de santé, a encore souligné Merai.

par -

Le nouveau chef de l’Etat français, Emmanuel Macron, avait divorcé avec l’ancien, François Hollande, le 30 août 2016 et avait lancé dans la foulée son mouvement sous le scepticisme, les quolibets et les railleries, notamment ceux de l’ancien Premier ministre, Manuel Valls. Le même Valls qui lui a couru derrière pour avoir l’investiture de LREM! aux législatives (La République En Marche) et qui lui doit en conséquence sa survie politique – il a été élu député, alors que son parti a été laminé. In Fine, en à peine un an, le monde entier a entendu parler du brillant destin de Macron. Sur notre continent, en Afrique, il y aussi le cas du président du Sénégal, Macky Sall. Ejecté de son perchoir à l’Assemblée nationale par l’ancien président de la République, Abdoulaye Wade, le 09 novembre 2008, pour avoir un crime de lèse-majesté en convoquant son fils, Karim Wade, à l’époque tout-puissant ministre “du ciel et de la terre” (ministre d’Etat, ministre de la Coopération internationale, de l’Aménagement du territoire, des Transports aériens et des Infrastructures), pour s’expliquer sur la gestion de ses méga budgets. Sall a préféré quitter le parti au pouvoir, le Parti Démocratique Sénégalais, prendre son bâton de pèlerin pour aller “vendre” partout dans le pays le redressement après les dérives de fin de règne des Wade père et fils. Les citoyens ont adhéré et à peine 4 ans après, aux élections de 2012, ils lui ont confié les rênes du pays. Le chef du gouvernement tunisien, Youssef Chahed, plus populaire que jamais, un plébiscite que lui a conféré sa croisade contre les barons de la corruption, peut se forger le même destin. A condition d’oser faire cavalier seul en se délestant de l’encombrant parrainage de son parti Nidaa Tounes, qui sent le souffre et dont la réputation s’est flétrie.

Se forger un destin, de ses propres mains, en partant de rien, à la mesure de Macron et Sall, c’est à la portée de Chahed, mais cela exige bien plus que du courage politique et de la vision : Il faut avoir un petit grain de folie, suffisamment gros pour donner la force de renverser la table. Le bruit prêtant à Chahed l’intention de monter sa propre formation politique avait couru, pour finalement s’estomper. Mais nous ne sommes pas dupes, personne ne pourra nous enlever de la tête que cette idée n’a pas traversé l’esprit du chef du gouvernement et qu’il l’a glissée à l’oreille d’un des membres de sa garde rapprochée pour justement la faire fuiter sur la place publique, histoire de sonder l’humeur des Tunisiens. Une sorte de ballon d’essai quoi, en attendant de prendre vraiment date. Tout dirigeant, même peu éclairé, aurait fait pareil à sa place. Et le contexte s’y prête ! La popularité du patron de l’exécutif est au zénith, la croissance remontre le bout de son nez, les bailleurs de fonds – FMI, Banque mondiale, BERD… – sont revenus à de meilleurs sentiments, l’UGTT a endossé le costume de compagnon de route, les touristes reviennent et, cerise sur le gâteau, c’est le désert politique en face de Chahed. Ou presque.

Transformer l’essai…

L’impopularité du parti sorti majoritaire des dernières législatives – qui s’en souvient encore ? -, Nidaa Tounes, bat des records, une formation entrainée dans les bas fonds par le ténébreux Hafedh Caid Essebsi (HCE), dont l’horizon politique tend vers zéro (ce sont les sondages, presque tous, qui le disent). En face il y a le mouvement Ennahdha, arithmétiquement majoritaire au Parlement, qui reste fort dans le pays mais dont les errements et erreurs tragiques quand il avait la main sur tous les leviers du pouvoir bouchent toute perspective de décrocher une majorité absolue au prochain scrutin. Il y a eu aussi la météorite Machrou Tounes, impulsée par l’ex-secrétaire général de Nidaa Tounes, Mohsen Marzouk, à qui certains prédisaient un avenir doré. Mais voilà, l’image de fossoyeur de Nidaa et d’opportuniste, même si ce n’est pas une insulte en politique, lui colle trop à la peau. Il a voulu profiter de l’agonie de son ex-parti pour prospérer sur sa dépouille, mais la mayonnaise n’a pas pris. Des problèmes de Nidaa dont d’ailleurs il est pour beaucoup car s’il avait fait le choix courageux de rester dans le parti, de combattre de l’intérieur et bloquer l’ascension néfaste de HCE, bien des déboires auraient pu être évités au parti bâti par le papa, le président de la République, Béji Caid Essebsi. Enfin il y a Mehdi Jomaa, qui a une belle carte à jouer, à la faveur de son bon bilan à la tête du pays. Un bilan peu étoffé mais qui se défend bien et qui surtout donne à son artisan le bénéfice du doute, ce qui n’est pas négligeable. Mais tout ce capital ne pèse pas très lourd face aux munitions de Chahed. A lui de profiter de la fenêtre de tir qui s’offre à lui.

Toutefois le chemin de Chahed est pavé de préalables, et pas des moindres ; les plus saillants sont la bataille de l’économie et la lutte contre la corruption. Sans des résultats tangibles et durables dans ces domaines, point de salut politique. Et le même personnel politique qui l’a adoubé se ferait un plaisir de le lâcher en rase campagne à la première occasion, effrayé par sa volonté d’en découdre avec les corrompus, jusqu’au bout, comme il l’a réaffirmé dans le New York Times, quitte à les débusquer jusque dans son propre camp. Chahed a du pain sur la planche…

par -

Le rythme de création des entreprises dotées de la personnalité morale (sociétés) a enregistré un ralentissement durant le premier semestre de 2016 comparativement à la même période de 2015, à l’exception de celles relevant du secteur du commerce et de l’industrie, a appris l’APS auprès de l’Office national des statistiques.

Pour rappel, les opérateurs économiques s’inscrivent soit sous le statut de personnes morales (sociétés) soit sous celui de personnes physiques.

Ainsi, durant le premier semestre de l’année écoulée, 5.546 sociétés ont été créées au niveau national contre 5.584 durant la même période de 2015, soit 38 sociétés de moins, un recul de l’ordre de 0,7%.

Toujours selon APS, le plus grand nombre des sociétés qui ont vu le jour a été observé au niveau de quatre  secteurs d’activité ayant représenté plus de 77% de l’ensemble des créations, avec 4.305 entreprises installées dans ces 4 filières.

Il s’agit des secteurs du commerce et de réparation auto (2.065 sociétés créées), de l’industrie manufacturière (1.079), de la construction (853) et du secteur des activités de services administratifs et de soutien (308).

par -

En dépit d’une conjoncture économique et d’un climat d’affaires défavorable, les investisseurs, tunisiens et étrangers, continuent à investir, à monter des projets et à faire des extensions. En témoignent les derniers chiffres de l’Agence de promotion de l’Industrie et de l’Innovation (APII) rendus publics récemment. Il en ressort en effet que tous les indicateurs relatifs à l’investissement ont clignoté au vert durant les onze premiers mois de l’année 2016. Durant cette période, l’investissement déclaré dans le secteur industriel a atteint le montant de 2875.8 millions de dinars (MD), contre 2322.6 MD dans les onze premiers mois de 2015, enregistrant ainsi une hausse de 23.8%. Le nombre de projets déclarés a atteint 3282 au cours des onze premiers mois de 2016 contre 3023 durant les onze premiers mois de 2015, soit une augmentation de 8.6%. Ces projets permettront la création de 48001 postes d’emploi, contre 45577 durant les onze premiers mois de 2015, soit une progression de 5.3%.

Durant le seul mois de novembre 2016, les investissements déclarés ont atteint 236.6 MD, contre 302.6 MD en novembre 2015, enregistrant ainsi une baisse de 21.8%. Le nombre de projets déclarés est passé de 275 au cours du mois de novembre 2015 à 305 en novembre 2016, soit une hausse de 10.9%. Ces projets permettront la création de 4275 postes d’emplois, contre 4688 au mois de novembre 2015, soit une diminution de 8.8%.

Les investissements déclarés dans le cadre des projets sont passés de 1388.7 MD durant les onze premiers mois de 2015 à 1468.2 MD en 2016, enregistrant ainsi une hausse de 5.7%. Le nombre de ce type de projets a augmenté de 10.6%, passant de 2210 durant les onze premiers mois de 2015 à 2444 durant les onze premiers mois de 2016. Également le nombre des emplois a évolué de 1.2%, passant de 32576 à 32972 durant les onze premiers mois de 2016.

S’agissant des investissements déclarés dans le cadre des projets autres que la création (extension, renouvellement de matériel…), ils ont atteint 1407.6 MD, soit 50.7% de plus que le volume enregistré lors des onze premiers mois de 2015. Le nombre de ces projets a augmenté de 3.1%, en passant de 813 durant les onze premiers mois de  2015 à 838 durant les onze premiers mois de 2016, et les emplois y afférents ont progressé de 15.6% avec 15029 postes contre 13001 durant les onze premiers mois de 2015.

Quant aux investissements déclarés dans les industries totalement exportatrices, ils ont enregistré une hausse de 14%, passant de 785.6 MD à 895.6 MD durant les onze premiers mois de 2016. Les industries dont la production est orientée vers le marché local ont enregistré une augmentation de 28.8%, passant de 1537 MD à 1980.2 MD durant la même période.

Par ailleurs et concernant les investissements relatifs aux projets dont le coût est supérieur à 5 MD, ils ont enregistré une hausse de 42.8% passant de 1154.3 MD au cours des onze premiers mois de 2015 à 1648.9 MD durant les onze premiers mois de 2016. Le nombre de ces projets est passé de 95 à 125 au cours des onze premiers mois 2016. Ces projets permettront la création de 9870 postes d’emplois, contre 6571 postes d’emplois durant les onze premiers mois de 2015, soit une progression de 50.2%. Il est à signaler que les projets de 5 MD et plus, qui ne représentent que 3.8% du nombre des projets déclarés et 20.6% du nombre des emplois, totalisent 57.3% de l’ensemble des investissements déclarés. Parmi les 125 projets (I>5 MD) déclarés durant les onze premiers mois de 2016, quinze ont totalisé un montant d’investissement de 637 MD, soit 38.6% de l’investissement total (I>5 MD).

Les onze premiers mois de 2016 ont été caractérisés par une hausse au niveau de l’investissement déclaré dans les zones de développement régional de 33.6%, avec 1443.1 MD contre 1080.1 MD durant les onze premiers mois de 2015. La part de ces zones dans l’ensemble des gouvernorats est passée de 46.5% à 50.2% durant les onze premiers mois de 2016.

par -
Les efforts se multiplient pour la création d’une commission consultative économique qui sera chargée de présenter des rapports concernant certaines propositions relatives à la situation économique.
Dans son édition de ce samedi 15 octobre, le quotidien « Assarih » a ajouté que plusieurs noms sont sur la table du chef du gouvernement ,Youssef Chahed, pour accomplir cette mission.
Parmi ces noms, la source a cité l’ancien ministre de l’Industrie et de la Technologie, Afif Chalbi, l’ancien ministre délégué auprès du Premier ministre chargé des dossiers économiques, Ridha Saïdi et l’ancien président du Conseil national de l’Ordre des experts comptables de Tunisie, Fayçal Derbel.

par -
La Tunisie sera dotée d’une ville sanitaire, a annoncé le représentant de la société Adwiya, Abdallah Ferchichi
Rencontré lors d’une conférence organisée hier vendredi 07 octobre, Ferchichi a ajouté que les détails relatifs à ce projet pilote seront dévoilés lors du Forum International sur le financement des soins de santé, qui se tiendra les 18 et 19 octobre 2016 en Tunisie.
Pour rappel, ce forum est le premier événement de ce genre qui se tient en Afrique du Nord pour traiter un sujet important, celui du financement du secteur de la santé. Il réunira les investisseurs dans le secteur de la santé de plusieurs nationalités ainsi que certaines institutions internationales comme l’OMS et nationales comme le CEPEX et la Fédération Nationale de la Santé.
Jusqu’à ce jour, 200 participants ont confirmé leur participation à cet événement incontournable qui traitera plusieurs thèmes dont les moyens du financement du secteur de la Santé adoptés à l’échelle mondiale, les méthodes de réalisation d’une couverture sanitaire globale, les données nécessaires pour orienter la gestion des ressources limitées et des politiques sanitaires, le financement des médicaments coûteux et les interventions chirurgicales dans les pays à faibles moyens ainsi que les dons de médicaments durant les états d’urgence.

par -

Le nombre des partis politiques en Tunisie a atteint 205. Trois autres demandes d’autorisation ont été déposées auprès des autorités pour la création d’autres partis, rapporte, ce vendredi 9 septembre 2016, le quotidien « Le Maghreb ».

On rappelle que Hamadi Jebali avait déclaré devant les médias qu’il comptait créer un parti en collaboration avec des personnalités.

par -
Trois nouveaux projets de thermalisme entreront

 « On n’a pas de date précise pour la signature d’un accord portant sur la réalisation de la station thermale à El-Khbayet dans la délégation d’El Hamma à Gabès ». C’est ce qu’a indiqué le ministre de la Santé Said Aidi

Dans une déclaration exclusive accordée ce lundi 9 mai 2016, à Africanmanager, il a par ailleurs assuré que les négociations se poursuivent pour la réalisation de ce mégaprojet.

Une précision qui vient à un moment où la signature de l’accord en question entre le gouvernement tunisien et un investisseur autrichien, d’une convention d’investissement prévue pour fin avril relative à la réalisation de cette station thermale n’a pas encore eu lieu.

A noter que la station thermale « El-Khbayet » constitue l’un des grands projets en Tunisie, et en Afrique.

Ce projet dont le coût est estimé à 700MDT,  comporte deux centres de thermalisme, trois unités hôtelières, sept unités d’hébergement, 10 espaces de sport, d’animation et de loisirs, un terrain de golf et des aires de camping, répartis sur un terrain de 24 millions de mètres carrés.

par -

Dans une déclaration exclusive accordée ce lundi 2 mai 2016 à Africanmanager, le directeur général du commerce extérieur au sein de ministère du Commerce, Lazhar Bennour a indiqué que son département multiplie les efforts pour la création d’un centre d’expositions à la banlieue nord de Tunis.
Le responsable a dans ce cadre précisé que ce méga-projet sera réalisé dans le cadre d’un partenariat public-privé (PPP). « Notre but est de développer l’industrie d’exposition qui est capable de générer plus de 20 mille postes d’emplois », a dit Lazhar Bennour. Et d’ajouter : « la création de ce genre des centres pourra non seulement drainer des investissements, mais aussi promouvoir l’exportation. C’est vraiment un atout pour le développement du tourisme de business ».
Le centre d’exposition qui sera réalisé conformément aux normes internationales en termes de sécurité et  d’aspect environnemental, s’étalera sur une superficie variant entre 16 et 20 hectares.
Parmi ses spécificités, un hall sera dédié aux expositions permanentes, selon ses dires
Notre interviewé a d’autre part souligné qu’ « un appel d’offre international sera lancé d’ici la fin de cette année pour sélectionner l’investisseur qui va financer et réaliser ce projet ».
Pour son entrée en exploitation, Lazhar Bennour a estimé qu’il sera prêt 2020.

par -

Wided Bouchamaoui, présidente de l’UTICA, a appelé lors du 18e forum de l’économiste maghrébin tenu ce vendredi 29 avril 2016 à la création d’un conseil spécialisé en technologie. Ce conseil serait dirigé par le gouvernement.

La présidente de l’UTICA a dans ce contexte mis l’accent sur le rôle stratégique de ce conseil, laquelle viendrait consolider le travail de la stratégie digitale. Elle a également rappelé que ladite stratégie a été élaborée par le gouvernement en collaboration avec les parties prenantes dont l’UTICA.

par -

L’Assemblée des représentants du peuple (ARP) a adopté mardi, à l’unanimité des 141 députés ayant pris part au vote, un projet de loi portant création d’une mutuelle des agents civils du ministère de la Défense nationale et des établissements sous tutelle.

En vertu de cette loi, les 3795 agents civils du département bénéficieront, à l’instar des militaires, des services d’une mutuelle, notamment un régime complémentaire et optionnel d’assurance maladie, a souligné le ministère dans son plaidoyer.

Répondant à une députée, le ministre de la Défense Farhat Horchani a affirmé que la gratuité des transports publics pour les militaires est consacrée par la loi et fait l’objet d’une convention entre les ministères de la Défense nationale et des Transports.

Il a souligné que «  le lancement du projet de la mutuelle  des agents civils est tardif et qu’il a été difficile et impossible de les intégrer dans la mutuelle des militaires, car chacun a un rôle bien défini et une tâche à accomplir », ajoutant que des élections seront organisées pour choisir les membres de la mutuelle.

Sur un autre volet, le ministre a affirmé que des statues de militaires qui se sont tombés en martyrs  lors des opérations terroristes en Tunisie, seront bientôt érigées Place de la Kasbah. Un appel d’offres a été lancé à cet effet, a-t-il dit.

Il  a également réaffirmé que le ministère est en train de faire tout le nécessaire pour permettre aux militaires de bénéficier de la gratuité des moyens de transport, à charge pour les ministères du Transport et des Finances d’édicter  un décret gouvernemental, à cet effet.

Commentant ce projet, le député du Front Populaire  Zied Lakhdhar a affirmé que le projet de la création de cette mutuelle est une bonne initiative et qu’il est souhaitable de généraliser ce projet au profit de tous les fonctionnaires dans tous les ministères tunisiens.

A noter que le projet de loi pour la création d’une mutuelle des agents civils du ministère de la défense nationale est une nouvelle structure dotée de la personnalité civile et de l’indépendance financière et relève du ministre de la défense.

La création de cette structure permettra aux agents civils relevant du ministère de la Défense de bénéficier des services de la mutuelle des militaires, d’accéder aux avantages du régime complémentaire facultatif d’assurance maladie…

par -
Le dirigeant au Front populaire

Lors de la séance plénière tenuece mardi 5 avril 2016, à l’ARP  et  consacrée à l’examen d’un projet de loi portant sur « la création d’une mutuelle des agents du ministère de la Défense nationale » , le député du Front Populaire  Zied Lakhdhar a déclaré, ce mardi 5 avril 2016, que le projet de la création de cette mutuelle est une bonne initiative et qu’il est souhaitable de généraliser ce projet au profit de tous les fonctionnaires dans tous les ministères tunisiens

par -

Les investissements relatifs aux projets dont le coût est supérieur à 5 MD, ont enregistré une hausse de 209,5% passant de 108,8 MD au cours des deux premiers mois 2015 à 336,7 MD au cours de la même période de 2016, indiquent les derniers chiffres de l’Agence de promotion de l’industrie et de l’innovation (APII) rendus publics récemment.

Le nombre de ces projets est passé de 11 à 25 au cours des deux premiers mois 2016. Ces projets permettront la création de 1602 postes d’emplois, contre 521 postes d’emplois lors des deux premiers mois 2015, soit une progression de 207,5%.

Il est à signaler que les projets de 5 MD et plus qui ne représentent que 4,1% du nombre des projets déclarés et 18,4% du nombre des emplois, totalisent 56,9% de l’ensemble des investissements déclarés.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Les exportations de l'Algérie ont nettement augmenté à 18,141 milliards de dollars (mds usd) sur la première moitié de l'année 2017 contre 13,323 mds...

SPORT

Reseaux Sociaux