Tags Posts tagged with "décret"

décret

par -

” Des parties de l’Exécutif tentent d’exercer une mainmise sur le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) en entravant le versement des fonds qui lui sont alloués “, a accusé, mercredi, le président provisoire du Conseil, Hatem Ben Khelifa.
” La suspension du versement de ces fonds risque de paralyser les activités du Conseil dans quelques semaines “, a-t-il averti lors d’une conférence de presse.
Après plus de cinq mois de son entrée en service (le 28 avril 2017), a-t-il indiqué, la direction générale de la législation et le ministère des Finances entravent encore la publication de la décision réglementaire n°1 fixant les primes et les privilèges accordés aux membres du Conseil supérieur de la magistrature (CSM).
” Ces deux établissements publics entravent également l’exécution des dispositions de la loi de finances pour l’exercice 2017 qui allouent un budget de 1715 mille dinars au Conseil “, a-t-il ajouté.

Dans le même contexte, Hatem Ben Khelifa a fait état du mécontentement des membres du Conseil supérieur de la magistrature face à l’absence des moindres conditions de travail, y compris un local.
A ce propos, il a souligné que le Conseil supérieur de la magistrature a récemment choisi le siège de la Caisse de prévoyance et de retraite des avocats pour y élire domicile, sur la base d’une série d’offres de location qui lui ont été proposées par le ministère de la Justice.
Ben Khelifa a également dénoncé le retard pris dans la publication par la présidence de la République des décrets portant nomination des magistrats, particulièrement ceux relatifs à la nomination des Conseillers du Tribunal administratif.
” Adressés depuis juin 2017 à la présidence de la République, ces projets de décrets n’ont été publiés au Journal officiel de la République tunisienne (JORT) qu’hier 3 octobre 2017 “, a-t-il déploré.

par -

Les sacs plastique virevoltent partout dans le paysage urbain, polluant et enlaidissant les rues, les forêts, les oueds, les espaces verts, la mer… Ils sont jetés anarchiquement par des citoyens qui n’ont pas conscience de leur impact sur l’environnement.
Le directeur général de l’environnement et de la qualité de la vie, au ministère des affaires locales et de l’environnement, Mohamed Sghaier Ben Jeddou assure dans un entretien avec l’Agence TAP que le département de l’environnement a élaboré plusieurs études pour la préservation des ressources naturelles et la biodiversité de la pollution et des dégâts causés par les sacs plastique en Tunisie et la réduction de leur prolifération.
Vu le danger de cette matière fabriquée à partir des dérivés du pétrole et de certains produits chimiques, le ministère de l’environnement a élaboré un projet de décret réglementaire pour “interdire la fabrication, l’importation et la distribution des sacs en plastique non biodégradables“, qui est actuellement soumis aux services de la présidence du gouvernement, a-t-il dit, ajoutant que ce projet a été élaboré en collaboration avec toutes les parties concernées et en particulier les industriels.

Ce décret une fois adopté devrait entrer vigueur après 9 mois de sa publication dans le JORT pour permettre à toutes les parties de préparer des emballages écologiques et recyclables. Il s’agit des sacs en plastique contenant dans leurs compositions chimiques une forte concentration de métaux lourds. Des initiatives ont été lancées, depuis le mois de mars 2017, en attendant la publication du décret, par certaines grandes surfaces pour remplacer les sacs nuisibles pour l’environnement par d’autres préservant la nature. Ces premières expériences ont donné des résultats positifs et ont permis la réduction de l’utilisation des sacs à usage unique, dont le nombre a atteint un milliard/an sur le marché local, dont 315 millions sont utilisés dans les grandes surfaces, soit le tiers de la quantité totale.

par -

Un décret royal du roi Salmane a dit son mot hier mardi 26 septembre : Les femmes peuvent maintenant conduire leurs bagnoles, en toute liberté, rapporte l’AFP ce mercredi. Une véritable révolution dans cette monarchie très peu perméable aux percées de la modernité, à part pour les habitudes de consommation. Les féministes ont finalement eu raison du conservatisme gravé sur le marbre, après des décennies de bras de fer et bravades. Même le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a pris la mesure du bouleversement en saluant un “pas important dans la bonne direction”.

Au-delà de la symbolique en termes de droits des femmes, de modernisation de la société, c’est aussi une affaire éminemment économique. En effet la stratégie de développement à l’horizon 2030, axée sur la rupture de la dépendance du pétrole, va miser sur toutes les ressources humaines du royaume. Or les femmes étaient sous-utilisées jusqu’ici, à cause de moult brides et tabous. Maintenant que l’étau se desserre, le pays va pouvoir tirer profit au maximum de toutes ses forces vives.

A rappeler que le prince et milliardaire saoudien Al-Walid ben Talal, connu pour ses fulgurances sociétales, avait milité, en novembre dernier, en faveur du droit de conduire de la gente féminine. Il avait justement argué le «coût économique» pour l’Arabie saoudite de cette chape de plomb sur les femmes. Il a avait donné un exemple qui avait fait mouche : si un époux est contraint de faire le chauffeur pour sa femme, cela veut dire qu’il est obligé de zapper son travail, ce qui multiplié par X fait chuter la productivité nationale. Permettre aux femmes de conduire est devenu «une demande sociale urgente que la conjoncture économique justifie», avait-il asséné, en allusion aux gros pépins budgétaires du royaume du fait de la fonte des recettes pétrolières…

par -

Ben Carson, le secrétaire au Logement de Donald Trump, est venu s’ajouter à la longue liste des amis très peu fréquentables du président. En effet il a défrayé la chronique et a indigné les internautes en déclarant le lundi 06 mars 2017 que les esclaves sont des immigrés qui ont débarqué aux USA pour toucher du doigt le fameux rêve américain, dans cette “terre (…) d’opportunités”. Si l’affront n’était pas venu d’un Afro-Américain, donc descendant d’esclaves, on aurait pas le mettre sous le tapis, mais là…

« Il y a eu [des] immigrés qui sont venus ici au fond des navires négriers, qui ont même travaillé plus longtemps et plus dur et pour obtenir moins » a dit Carson, avant d’ajouter : « Mais eux avaient aussi le rêve qu’un jour leurs fils, leurs filles, leurs petits-fils, leurs petites-filles, leurs arrière-petits-fils, leurs arrière-petites-filles puissent trouver la richesse et le bonheur sur cette terre. »

Ben Carson, qui a été le challenger de Trump lors des primaires des Républicains, a tenu ces propos devant les fonctionnaires de son département, le même jour où il a dévoilé la nouvelle mouture du décret sur l’immigration. Le moins qu’on puisse dire est qu’il a sacrément manqué d’inspiration, qui plus est sur un sujet aussi tragique qui a concerné des centaines de millions d’Africains. Pourtant ce chirurgien assez fortuné, très bon chic bon genre, s’était tenu à carreau jusque-là, et avait plutôt fait bonne impression, à part deux trois dérapages…

La pilule est amère pour la grande organisation de défense des droits des Noirs, la NAACP. Elle a rétorqué sur Twitter : « Des immigrés ??? »
Cette sortie a été suivie par un déluge de critiques sur les réseaux sociaux et dans la presse américaine ; le ministère n’a rien trouvé d’autre à répliquer que c’est une « cynique interprétation (…). Personne ne croit sincèrement que Ben Carson met au même niveau immigration et servitude involontaire ». Mais encore ? C’est un peu maigre comme argumentation !

Le bonhomme n’en est pas à sa première boulette, en 2013 il avait osé déclarer que la réforme du système de santé Obamacare, qui s’adresse pourtant directement à “sa” communauté, très défavorisée, était « la pire chose qui soit arrivée à ce pays depuis l’esclavage (…). Et c’est, d’une certaine façon, de l’esclavage, car cela nous asservit tous à l’Etat ». Cet esclavage qu’il qualifie maintenant d’immigration économique. Ce qui est certain c’est que Carson s’est définitivement discrédité auprès des Noirs…

par -

Le chef du gouvernement, Youssef Chahed, a paraphé le décret instaurant le “Contrat de la dignité”, et fixé son entrée en vigueur au mois d’avril 2017, rapporte Mosaïque FM ce samedi 25 février 2017. Le gouvernement y voit un remède contre un chômage endémique et qui ne cesse de monter : officiellement 15.6% en 2016, contre 15,2% en 2015.

Pour rappel, ce dispositif va concerner tous les gouvernorats du pays, avec pour objectif l’insertion de 25 mille diplômés en chômage de longue durée. 25 mille autres seront recrutés en 2018, par des entreprises privées, avec un salaire net de 600 dinars durant deux ans, dont 400 dinars versés par l’Etat. Au bout de ces deux ans, les employeurs sont tenus de les titulariser…

par -

Suite à un décret émis par le ministre de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche, il a été décidé de nommer :

*Rym Mlawah : Présidente des études et de développement agricole à la délégation régionale de développement agricole à Zaghouan.

*Lotfi Boujmil : Président des ressources hydrauliques à la délégation régionale de développement agricole à Nabeul.

*Abdel Kader Salmane : Président des ressources hydrauliques à la délégation régionale de développement agricole à Mahdia.

*Ahmed Mohamed : Président des études et des statistiques à la délégation régionale de développement agricole à Zaghouan.

*Rached chiboub : Chef du service terres à la délégation régionale de développement agricole à Ben Arous.

par -
Le nouveau directeur général de la fonction publique

Le ministère de la Fonction publique, de la Gouvernance et de la Lutte contre la corruption a annoncé dans un communiqué rendu public ce lundi 25 avril 2016 sur sa page Facebook officielle, le lancement d’une consultation publique sur un décret organisant les consultations publiques.

La consultation a démarré ce lundi 25 avril 2016 et se poursuivra pendant 30 jours sur le site www.consltations-publiques.tn.

Cette consultation est conçue afin de permettre aux parties intéressées de présenter leurs propositions et perceptions au sujet du projet de décret proposé tout en fixant les règles des consultations publiques pour plus de transparence et pour faire participer les citoyens dans la prise de décision.

par -
On vient d’apprendre que le directeur général de la Fonction Publique

Un projet de décret fixant les critères et procédures de réaffectation des agents publics et définissant les dispositions organisant les concours vient d’être élaboré par le ministère de la Fonction publique.

Le texte s’inscrit dans le cadre du souci d’assurer un meilleur déploiement des ressources humaines dans les services de l’Etat et les institutions publiques.

Il permettra la réaffectation des agents qui sont dans des grades inférieurs à leur diplôme ou qui exercent des fonctions ne correspondant pas à leur qualification, indique un communiqué du département.

Ces derniers bénéficieront, si besoin est, d’un recyclage, propose le ministère, mettant l’accent sur l’importance d’encourager la formation continue pour le développement des compétences.

par -

Le ministère de la Fonction publique, de la Gouvernance et de la Lutte contre la corruption, a fait savoir à travers un communiqué rendu public hier mardi 15 mars 2016 que le département planche actuellement sur un décret qui donnera la possibilité aux ministères et aux organismes publics d’embaucher plus facilement. Ce texte comportera une batterie de mesures exceptionnelles pour alléger les procédures de recrutement, dont un raccourcissement des délais, des dispositions pour une meilleure égalité des chances, la transparence dans les concours et l’intégrité des procédés de sélection.

Le document propose que les commissions des concours soient composées de militants de la société civile qui ont une fine connaissance de la fonction publique et reconnus pour leur expertise et leur intégrité. Ces observateurs ne seraient pas plus de deux par commission.

Le ministère a assuré qu’il veillera sur la régularité des décisions des commissions et qu’il traitera avec rigueur toute présomption de corruption signalée par les responsables des concours ou les associations de la société civile impliquées.

 

Enfin le décret permettra aux ministères qui organisent des concours externes au titre de l’année 2016 de rendre publiques les annonces de recrutement sur le portail du département ainsi que celui de l’Agence nationale de l’emploi.

 

Le meilleur des RS

Dans un récent statut sur sa page officielle, l’économiste Ezzeddine Saidane dit «Non, ce n’est pas vrai, il n’y a pas de reprise économique»....

INTERVIEW

Le président de la Conect (Confédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie), Tarek Cherif, a accordé à Africanmanager une interview exclusive dans laquelle il a...

AFRIQUE

Selon des informations rapportées ce vendredi 24 novembre 2017 par la chaîne de télévision Sky News Arabia, Une explosion s'est produite dans une mosquée...

Reseaux Sociaux

SPORT