Tags Posts tagged with "douane"

douane

par -

Lors de son intervention dans l’émission « Le rendez-vous » diffusée dans la soirée du lundi 20 novembre 2017 sur la chaine Hannibal tv, Imed Ben Halima s’est exprimé sur la corruption qui ronge l’administration douanière.

Ben Halima a affirmé que plusieurs hauts cadres douaniers possèdent des biens d’origine douteuse. « Je détiens des données bien détaillées relevant que les rémunérations de certains douaniers ne leur permettent pas d’avoir une fortune aussi rapidement. Je cite à titre d’exemple un haut cadre douanier dont la richesse équivaut à 3.5 million de dinars. Je m’interroge alors : d’où vient cette fortune pour un simple fonctionnaire ?

A vrai dire, ce qui est étonnant, c’est de ne plus savoir qui gouverne actuellement dans l’administration générale des douanes.

Je tiens à rappeler que l’ancien directeur général des douanes disposait d’une liste de tous les douaniers corrompus et qui collaborent avec un contrebandier connu dans le secteur des moteurs. Ils avaient été limogés mais par la suite ils ont repris leurs activités avec le nouveau DG des douanes“.

par -

Le directeur général de la Douane, Adel Ben Hassen, a affirmé, mercredi, que 5015 affaires douanières totalisant une valeur de 270 millions de dinars ont été enregistrées durant les 10 premiers mois de l’année en cours dans le cadre de la lutte contre la contrebande.
Et d’ajouter, dans une déclaration médiatique en marge de la quatrième réunion de la commission mixte des douanes des pays membres de l’Accord d’Agadir tenue à Tunis, que la Direction des enquêtes douanières a révélé, durant la même période, 538 affaires dans le cadre de la lutte contre la contrebande et le blanchiment d’argent d’une valeur de 1000 millions de dinars.
“Les services douaniers et les mécanismes du contrôle douanier s’emploient quotidiennement, à relever les infractions relatives à la contrebande et au blanchiment d’argent, dans l’objectif d’instaurer une justice douanière et de limiter les effets de la contrebande sur l’économie nationale”.
Il a par ailleurs souligné l’amélioration de la situation générale de la Douane et la modernisation de ses équipements ayant permis de sécuriser les points de passages légaux.
Ben Hassen a également fait savoir que des programmes de formation continue ont été mis en place au profit des agents du secteur douanier. Il a aussi évoqué la possibilité d’envisager des recrutements durant l’année 2018.
Il a indiqué que la quatrième réunion de la commission mixte des douanes des pays membres de l’Accord d’Agadir (Tunisie, Maroc, Egypte, Jordanie) s’inscrit dans le cadre du suivi des recommandations de la troisième réunion tenue au Caire, en avril 2016.
Toujours selon lui, cette réunion constitue une occasion pour mettre en œuvre les mécanismes devant favoriser une meilleure collaboration entre les pays membres, rappelant, à ce titre les résultats positifs réalisés par le Comité technique de l’accord d’Agadir, institué depuis 2014.

par -
Nous évoquions, dans une récente édition, cette lettre confidentielle du gouverneur de la BCT leur enjoignant l’instruction de ne plus procéder à l’ouverture d’une lettre de crédit (LC) pour l’importation de certains produits qu’avec la couverture par l’importateur de sa LC par une garantie sur ses propres fonds. La BCT envoie aussi, dans sa même lettre, une liste de plus de 600 codes en douane représentant les produits concernés par la nouvelle mesure d’ouverture d’une LC.
En fait, la BCT n’interdit par l’importation de ces produits, mais demande que les importateurs le fassent sur leurs fonds propres et non par le biais de crédits des banques, tant en devises qu’en monnaie locale. La BCT espère ainsi deux choses : D’abord diminuer la demande sur les devises qu’elle a en réserve ; ensuite dissuader les importateurs et baisser la pression sur la balance commerciale dont le déficit explose depuis plusieurs mois.
Il se trouve cependant que cette liste, qui a été par ailleurs mise en place par l’ancien ministre du Commerce, Zied Laadhari et non par la BCT, comprend un certain nombre de produits dont toute difficulté à l’importation pourrait avoir un très mauvais impact économique. En effet, au moins l’un des produits considérés comme non indispensables à l’importation par le cabinet de Zied Laadhari est le véhicule utilitaire dans toutes ses déclinaisons, du camion à la pick-up. Ces véhicules sont avant tout des outils de production et des moyens de création de valeur ajoutée économique.
Nous apprenons ainsi que, consciente de certains travers de sa dernière décision en matière de financement de certaines importations, la BCT aurait demandé au nouveau ministre du Commerce de procéder à la révision de la liste des produits dits non indispensables. Cette révision pourrait d’ailleurs concerner d’autres produits.

par -

Sofiene Selliti, porte-parole du Tribunal de première instance et du pôle judiciaire et financier, avait fait état dernièrement de l’arrestation de douaniers mouillés dans le blanchiment d’argent, et bien le directeur général de la douane a démenti ce mardi 24 octobre 2017. En marge d’une conférence de presse sur le système douanier en Tunisie, il a assuré à Shems fm qu’aucun agent n’a été arrêté pour implication dans des affaires de corruption.

Il a précisé que personne n’est au-dessus de la loi, affirmant que la douane œuvre, en collaboration avec le ministère des Finances, afin de mettre en place une stratégie pour restructurer le système douanier.

par -

Selon des statistiques publiées par les services de la Douane , le déficit commercial de l’Algérie a reculé à 8,14 milliards de dollars sur les neuf (9) premiers mois de 2017 contre un déficit de 13,11 milliards de dollars sur la même période de 2016, soit une baisse de 4,97 milliards de dollars correspondant à un recul du déficit de 37,94%, a appris l’APS.

Les exportations ont nettement augmenté à 25,79 milliards de dollars (mds usd) sur les 9 premiers mois de l’année 2017 contre 21,82 mds usd sur la même période de 2016 (+18,2%), en hausse de 3,97 mds usd, selon les données du Centre national de l’Informatique et des Statistiques des Douanes (Cnis).

Concernant les importations, elles ont connu une légère baisse en s’établissant à 33,92 mds usd contre 34,93 mds usd (-2,9%), en baisse de 1,01 mds usd, précise la même source.

Quant au taux de couverture des importations par les exportations, il est passé à 76% contre 62% à la même période de l’année précédente.

Toujours selon APS, les hydrocarbures continuent de représenter l’essentiel des ventes algériennes à l’étranger (94,66% du volume global des exportations), en s’établissant à 24,41 mds usd contre 20,52 mds usd sur la même période de 2016, soit une hausse de 3,89 mds usd correspondant à une augmentation de près de 19%.

Demeurant toujours marginales, les exportations hors hydrocarbures se sont établies à 1,38 mds usd, soit une hausse de 5,76% par rapport à la même période 2016.

Les exportations hors hydrocarbures sont composées des demi-produits avec 973 millions usd (contre 982 millions usd), des biens alimentaires avec 277 millions usd (contre 208 millions usd), des biens d’équipements industriels avec 61 millions usd (contre 39 millions usd), des produits bruts avec 51 millions usd (contre 61 millions usd), des biens de consommation non alimentaires avec 15 millions usd (contre 12 millions usd) et des biens d’équipements agricoles avec 0,16 million usd (contre 0,05 million usd).

Pour ce qui est des importations, des baisses ont été constatées pour les biens d’équipements industriels en s’établissant à 10,45 mds usd contre 11,54 mds usd (-9,51%), les demi-produits à 7,96 mds usd contre 8,63 mds usd (-7,7%), et les produits bruts à 1,07 mds usd contre 1,18 mds usd (-9,07%), détaille APS.

par -

Les brigades économiques relevant de la Douane tunisienne dans le gouvernorat de Bizerte ont intercepté ce vendredi 6 octobre 2017 trois conteneurs transportant 36 tonnes de couscous destinées à l’exportation vers Israël.

Selon les données rapportées par Express fm, la marchandise en question a été saisie et un PV de 84 mille dinars a été rédigé contre le propriétaire de ces conteneurs.

par -

Adel Ben Hassen, directeur général de la douane tunisienne, a déclaré, ce mardi 26 septembre 2017, à Africanmanager, que la campagne anti-corruption qui a été lancée depuis le mois de mai dernier se poursuit encore, ajoutant que le chef du gouvernement s’est engagé énergiquement dans ce dossier.

Il a, en outre, affirmé que les différentes unités de la douane travaillent d’arrache-pied afin de protéger le pays et préserver l’économie nationale.

par -

La facture d’importation des produits alimentaires s’est établie à 5,17 milliards de dollars sur les sept (7)  premiers mois de l’année en cours (contre 4,69 milliards de dollars durant la même période de 2016), tandis que celle des médicaments a connu une baisse de plus de 6%, a appris l’APS auprès des Douanes.

Pour ce qui concerne les laits et produits laitiers, la facture a bondi à 879,38 millions de dollars contre 566,13 millions de dollars durant la même période de l’année dernière, en hausse de 55,33%, détaille le Centre national de l’information et des statistiques des Douanes (CNIS).

Une même tendance haussière est constatée pour les sucres et sucreries dont les importations se sont chiffrées à 698,51 millions de dollars contre 510,12 millions de dollars, soit une augmentation de 36,93 %.

Pour les huiles destinées à l’industrie alimentaire, leurs importations ont grimpé à 512,81 millions de dollars contre 409,98 millions de dollars, en hausse de 25,08%.

Quant aux céréales (blé dur, tendre…), semoule et farine, ils ont été importés pour un montant de 1,68 milliard de dollars contre 1,56 milliard de dollars, en hausse de 8,02%.

La facture d’importation du café et thé a atteint 251,01 millions de dollars contre 221,81 millions de dollars (+13,16%).

Quant aux légumes secs et autres, ils ont été importés pour un montant de 197,35 millions de dollars contre 165,71 millions de dollars  (+19,09%), détaille la même source.

par -

Les mauvaises nouvelles sur la corruption continuent de nous parvenir sans relâche. Après le dossier des 55 sociétés impliquées dans la falsification de documents et les 3000 millions de dinars partis en fumée, une autre grosse affaire vient d’être révélée. Le président de l’Instance nationale de lutte contre la corruption (INLUCC), Chawki Tabib, a jeté un autre pavé dans la marre ce jeudi 03 mars 2017. Lors de son intervention en marge d’une rencontre organisés au siège du Centre de l’Islam et de la Démocratie, Tabib a pointé du doigt les corrompus.
“Des cadres de la douane reçoivent mensuellement des salaires” de la part de dizaines de commerçants ou de personnes impliquées dans la contrebande. Cela se passe dans des rendez-vous bien calés, dans des cafétérias ; ces responsables de la douane reçoivent des sommes d’argent dépassant parfois les 3 mille dinars. La mission est simple : il faut juste étouffer une affaire de corruption, éviter une amende ou un procès aux businessmen indélicats. Idem pour les chefs de poste de la Garde routière et sécuritaire, qui eux aussi reçoivent mensuellement des pots-de-vin de la part des chauffeurs de taxis collectifs.
En outre, le responsable a déclaré que la corruption se propage toujours en Tunisie à cause principalement de l’absence de sanctions. Selon lui, ce qu’on appelle “la petite corruption” coûte à l’État entre 400 et 500 Millions de dinars (MD). Le pire c’est cette “petite corruption, légitime”, selon ses déclarations, qui engendre le risque de faire entrer le pays dans un cercle infernal qui aura cerainement plusieurs effets néfastes. Le président de l’INLUCC a déjà mis en garde contre la chute de l’État tunisien à cause de la corruption. “On n’a ni du pétrole ni du gaz et nos ressources sont principalement basées sur les services, l’agriculture et le tourisme, des secteurs lesquels s’ils sont touchés par le virus de la corruption, vont disparaître”, a-t-il expliqué.

“Non pour des instances de contrôle sous la tutelle…”

Sur un autre volet, Chawki Tabib a fait part de son espoir de voir les instances de contrôle et de supervision se débarrasser de la tutelle, accusant certains responsables de manipulation : “Certains ministres ont gardé le silence sur des dossiers de corruption et ont caché certains rapports dans les tiroirs. Éviter le chaos et le désordre et préserver la paix sociale était leur fameux slogan”, a-t-il précisé.

C’est ainsi que le responsable a appelé à valoriser le travail de ces instances dont la majorité n’a pas les moyens, ni techniques, ni logistiques ou encore en ressources humaines, pour accomplir les missions qui lui ont été confiées. Selon ses déclarations, ces instances sont au nombre de 450 et sont en train de contrôler le 1/3 du budget de l’État et des dizaines de milliers des opérations et des infractions qui viennent de part et d’autre.

“Chacun veut prendre sa part…”

Il a par ailleurs estimé que la Tunisie a perdu 4 points de croissance à cause de la corruption, accusant ainsi certains Tunisiens de faire la sourde oreille devant la propagation de ce fléau qui ne cesse de frapper fort en Tunisie. “Chacun veut prendre sa part…”, a-t-il dit.
Chawki Tabib a dans le même ordre d’idées indiqué que le ministre des Finances et le gouverneur de la Banque centrale de Tunisie (BCT) sortent sur le marché international pour avoir un crédit de 500 MD avec des taux d’intérêt très élevés alors qu’on a perdu la même somme dans la contrebande des médicaments, sans compter les 800 MD perdus à cause de la contrebande des produits subventionnés. “Des camions chargés de produits tunisiens subventionnés entrent quotidiennement en Libye et passent par la suite au Niger et au Mali sans que personne ne réagisse. 1700 MD d’impayés à la douane. Sur les 100 infractions douanières seules une fera l’objet d’un procès, sans compter la suppression des amendes et des infractions dans les recettes fiscales et les tribunaux”, a assuré Tabib, ajoutant que la corruption a également qempêche l’État tunisien de récupérer 3000 MDT d’impayés provenant des procès.

“Un budget annuel de 100 MDT”

Évoquant les solutions, le président de l’INLUCC a fait part de son optimisme de voir les choses s’améliorer au cours de la prochaine période, et ce grâce à l’effort des médias, de la société civile mais aussi du gouvernement, rappelant le projet de loi sur la dénonciation de la corruption et la protection des dénonciateurs, le projet de loi sur la lutte contre l’enrichissement illicite, la loi relative à la déclaration de patrimoine ainsi que celle relative au droit d’accès à l’information.

Il a par ailleurs qualifié le projet de loi sur la dénonciation de la corruption et la protection des dénonciateurs de très mauvais : “Il y a des lobbies qui ne veulent pas que les gens qui dénoncent la corruption soient protégés mais au contraire sanctionnés”, a-t-il expliqué, appelant ainsi à valoriser le travail du gouvernement en matière de lutte contre la corruption, tout en l’incitant à faire encore plus.

La meilleure solution, selon ses dires, est que le gouvernement consacre annuellement un budget de 100 MDT pour lutter contre la corruption, un budget qui devrait être équitablement redistribué aux différentes instances qui se chargent de l’affaire. “Le responsable qui n’a pas le courage éthique et politique et qui n’est pas capable d’exécuter les décisions attendues doit laisser sa place…”, a-t-il conclu.

par -

Nul doute que la Douane tunisienne a joué son rôle de sécurisation des frontières commerciales de la Tunisie et comme barrière contre la contrebande de toutes sortes et quelle que soit sa provenance. Au terme de l’exercice 2016, les recettes de la douane ont apporté plus de 4,854 Milliards DT dans les caisses de l’Etat, dont plus de 2,7 milliards DT dans le domaine de la TVA sur les importations et plus de 1,2 Milliards DT en taxes sur la consommation sur les importations. Les différents services et ses différentes représentations sur le territoire ont bien travaillé, puisque les recettes ont augmenté de 11,7 % par rapport à celles de l’année 2015.

L’année dernière, 2016 aussi, c’est un stock de devises étrangères d’une valeur de 5,539 MDT et un stock de devises locales d’une valeur de plus de 2,305 MDT qui ont été saisis et ont rejoint les réserves de la BCT ou la trésorerie publique. Cela, sans compter les 66,733 MDT en marchandises et véhicules utilisés par les contrebandiers, qui ont été saisis. Des marchandises, soit détruits pour celles périssables ou dangereuses, soit redistribuées à certains ministères ou entreprises publiques, après autorisation de la justice, comme pour le cas des véhicules et certains équipements. Les services de la douane auraient ainsi fait «don», autorisé, pour plus de 20 MDT au cours de l’année 2016.

Mais la douane n’a pas fait saisie que de marchandises, elle a aussi intercepté d’importantes quantités d’or et d’argent. En 2016, ce sont presque 46 kilos d’or divers, en lingots ou en bijoux dont certains avec moult pierres précieuses, qui ont été saisis. La valeur des saisies en or a dépassé les 2,633 DT. D’importantes quantités d’argent ont été aussi saisies. En 2016, ce sont plus de 5,8 kilos d’argent massif d’une valeur de 14.958 DT. Toutes les quantités d’or, saisies chaque année depuis 2011, sont consignées dans un coffre spécial de la Douane auprès de la Banque Centrale de Tunisie. Les quantités d’argent sont généralement consignées dans d’autres coffres, à l’abri, dans différents endroits tenus secrets.

C’est ainsi que les quantités d’or saisies depuis 2011 et consignées à la BCT dépassent désormais la tonne, ou plus exactement 1,212 tonne, soit en lingots ou en bijoux, dont moins de la moitié a fait l’objet de PV de conciliation et payé les contraventions y afférentes, sans pour autant que cela leur permette de reprendre les quantités d’or frauduleusement introduites. L’importation frauduleuse d’argent a été nettement plus importante. Depuis 2011 aussi, les quantités d’argent saisies dépassent les 3,4 tonnes (3.458 tonnes pour être exact).

Reste à savoir où vont toutes ces saisies et qu’en fait-on en Tunisie. Comme précisé plus haut, les devises étrangères vont gonfler les réserves tunisiennes à la BCT. L’argent liquide saisi va à la trésorerie de l’Etat. L’argent est pour l’instant conservé dans différents coffres. Un conseil ministériel devrait prochainement se réunir pour décider de la meilleure manière d’utiliser toutes ces quantités. Pour l’or, il pourrait être fondu en lingots qui rejoindraient les réserves nationales. Il s’ajouterait alors aux 6,779 tonnes d’or de la Nation (lingots et médailles commémoratives). Or, il se trouve qu’une bonne quantité de cet or saisi est sous forme de bijoux, parfois faits de mains de maîtres et ornés de pierres précieuses. Le concasser et le fondre pour en faire des lingots diminuerait fortement sa valeur dans une possible vente. Que décidera le gouvernement et communiquera-t-il à ce sujet ? On en doute !

par -

La valeur des produits saisis par les services de la douane, jusqu’à fin 2016, s’élève à environ 500 millions de dinars (MD), dont des produits d’une valeur de 20 MD ont été déjà vendus, a fait savoir le directeur général de la Douane, Adel Ben Hassan.
Il a précisé, lors d’une séance d’audition, tenue ce lundi 23 janvier, à l’initiative de la commission de la sécurité et défense de l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP), que ces produits ont été saisis suite à de grandes opérations, menées par la garde douanière et les services des enquêtes douanières.
Le responsable a indiqué, par ailleurs, que dans le cadre des efforts déployés en vue de lutter contre la corruption, 101 agents ont comparu devant le conseil de discipline de la Douane, alors que 29 douaniers ont été licenciés, en raison de négligence dans leur travail, d’actions de chantage, pour avoir accepté des cadeaux ou encore pour indiscipline et mauvais comportement.
Evoquant le plan de modernisation de la douane (2016-2020), le DG de la Douane a indiqué qu’il portera sur la numérisation et la simplification des procédures, l’aménagement de locaux dignes, la garantie des équipements nécessaires, et le lancement de programmes de formation indispensables.
Les députés ont souligné, à cette occasion, l’impératif de simplifier les procédures douanières, d’améliorer les conditions de travail des agents de la douane, au niveau des postes frontaliers et d’améliorer les moyens de lutte contre la contrebande.
Un certain nombre de députés ont appelé, en outre, à la révision des autorisations d’importation et d’exportation.

Symptômes d’un pays qui va mal

Ces saisies record, avec tous ces agents de la douane mouillés, sont aussi les symptômes d’un pays où il y a un débridement à beaucoup de niveaux. Réprimez la contrebande, il en restera toujours quelque chose. Le problème de la contrebande est devenu tellement endémique que quels que soient les moyens mis en place pour la contrecarrer et serrer les mailles du filet, il y a toujours un gros paquet qui passe entre les gouttes. C’est aussi cela les retombées de la déstructuration des services de l’Etat qui a suivi le départ brutal de Ben Ali et surtout le profond changement des mentalités depuis, notamment dans les zones frontalières, où l’imputé est devenue reine à certains endroits. C’est un combat de tous les jours pour l’Etat, et il n’est pas gagné, loin de là…

par -

Le directeur régional de la Douane tunisienne au Sud, Mansour Douzi est décédé,  dans un accident de la route, survenu ce dimanche 22 janvier 2017 au niveau de la route nationale n°14 reliant Sfax et Gafsa.

Le défunt a perdu le contrôle de son véhicule.Suite à cela, son véhicule s’est renversé causant son décès sur place, rapporte Jawhara Fm, citant une source sécuritaire.
Le défunt est marié et est père de trois enfants.

par -

Plusieurs agents et officiers de la Douane ont été décorés mardi, lors d’une cérémonie tenue à l’occasion du 60e anniversaire de la Douane, tenu au Parc des expositions du Kram
Présidant la cérémonie, le Chef du gouvernement Youssef Chahed a mis l’accent sur l’amélioration du rendement professionnel de ce corps mettant l’accent sur son rôle dans la préservation de la sécurité et de l’économie de la Tunisie.
Il a affirmé que la situation du pays, et les défis auxquels il est confronté , imposent la mise en place de réformes profondes, dont la réforme du système douanier en vue de faciliter les procédures douanières, renforcer la transparence des services dans ce domaine et améliorer leur qualité, de manière à augmenter la compétitivité des entreprises et à instaurer un climat propice à l’investissement.
Chahed a aussi souligné les résultats enregistrés dans ce domaine et le rôle probant joué par les unités douanières en matière de lutte contre la contrebande.
De son coté, la ministre des finances Lamia Zribi, a mis l’accent sur les résultats réalisés par la direction de la Douane, en matière de recouvrement des taxes douanieres, lesquelles se sont inscrits en hausse de 11% malgré la faiblesse des moyens, précisant que le département des financement compte oeuvrer à les renforcer, pour améliorer ce taux.

par -

A l’occasion de la célébration, le 9 décembre de chaque année, de la Journée internationale contre la corruption, la Direction Générale de la Douane Tunisienne, appuyée par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), organise les 2 et 3 décembre 2016 à l’Hôtel Raddison Blue de Hammamet un atelier technique engageant les hauts responsables du secteur de la douane à une large réflexion autour de l’opérationnalisation de la stratégie de bonne gouvernance et de lutte contre la corruption.

Le secteur de la douane constitue un enjeu important de développement au regard de son champ d’action très étendu et de la diversité des missions qui lui sont assignées, en l’occurrence le recouvrement équitable des recettes fiscales, la facilitation des échanges, la sécurité des frontières, la lutte contre la contrebande, le crime organisé, le blanchiment d’argent et le terrorisme. Renforcer l’intégrité dans ce secteur ne manquera pas, également, de rétablir la confiance des agents des douanes vis-à-vis des citoyens.

Par ailleurs, ce secteur a été choisi dans l’expérimentation des « îlots d’intégrité ». Trois sites douaniers ont été choisis comme sites pilotes dans le cadre du projet « Renforcement de la redevabilité publique en Tunisie ».

Objectifs :

  • Partager la stratégie nationale de bonne gouvernance et de lutte contre la corruption et revoir son plan d’action pour tout ce qui concerne les prérogatives et le champ d’action des douanes tunisiennes ;
  • Engager les responsables de la douane à mener une réflexion stratégique pour des actions visant à renforcer l’intégrité ;
  • Mobiliser les responsables de la douane autour de la mise en œuvre de la stratégie de modernisation du secteur et de la mise en place de modèles d’intégrité ;
  • Disséminer le code de conduite et de déontologie de l’agent public en vue de l’aligner aux obligations des agents ;
  • Formuler des recommandations pour renforcer l’intégrité dans les trois sites douaniers pilotes dans le cadre du projet « Renforcement de la redevabilité publique en Tunisie ».

par -

Le directeur général de la Douane, Adel Ben Hassan, a déclaré que son département recevra le 28 novembre 2016 de nouveaux équipements comprenant également des scanners.
Rencontré en marge d’un atelier qui se tient actuellement sur « l’évaluation de l’accord d’Aghadir », il a précisé que l’acquisition de ces équipements d’une valeur de 80 millions de dinars s’inscrit dans le cadre de la modernisation de la douane, un programme qui s’étale de 2016 à 2020. L’objectif est de faciliter le travail de la douane et de l’accélérer, tout en mettant fin aux pratiques illégales.

par -

Le colonel Lasaâd Bachwel, porte-parole de la douane tunisienne a indiqué à Mosaïque Fm que la valeur du tabac saisi par les services de la douane pendant les neuf premiers mois de l’année 2016 s’élève à 9,8 millions de dinars.

Il a également révélé à la même source que les sommes d’argent saisies par les services de la douane sont estimées à 12,61 millions de dinars dont 4,35 millions d’euros.

Du 24 au 30 octobre 2016, la Garde douanière ont rédigé 65 procès-verbaux et saisi des marchandises d’une valeur de 1,8 millions de dinars, selon ses dires.

par -

Une patrouille de la douane a été attaquée, mercredi 19 octobre 2016, dans le gouvernorat de Kasserine, à coups de pierres par un groupe de contrebandiers.

Le secrétaire général du syndicat unifié des agents de la douane a précisé à Shems Fm que cette attaque a eu lieu, après que la patrouille ait essayé d’intercepter une voiture de contrebande.

Il a par ailleurs précisé à la même source que la voiture de patrouille a été endommagée et que le chef de la patrouille a été blessé aux yeux.

par -
Les unités de la garde douanière ont saisi une grosse quantité de plaques d’aluminium, estimée à 75 tonnes et d’une valeur de 210 mille de dinars, apprend Africanmanager d’une source bien informée de la Douane.
D’après la même source, cette quantité de plaques d’aluminium a été saisie à Ben Arous, dans trois conteneurs destinés à l’export et ce d’une manière illégale.
Un procès est prévu, a ajouté la même source.
hsd6s hg5

par -

Le Syndicat Unifié des Agents de la Douane a annoncé que l’évaluation des quantités de cuivre de contrebande saisies dans la région d’El Fejja du gouvernorat de la Manouba a été achevée hier, mardi 3 octobre 2016 dans une heure tardive.

Dans un communiqué, le syndicat des Agents de la Douane a indiqué que les quantités de cuivre saisies pèsent 26 tonnes.

Le meilleur des RS

Dans un récent statut sur sa page officielle, l’économiste Ezzeddine Saidane dit «Non, ce n’est pas vrai, il n’y a pas de reprise économique»....

INTERVIEW

Le président de la Conect (Confédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie), Tarek Cherif, a accordé à Africanmanager une interview exclusive dans laquelle il a...

AFRIQUE

La FAO organise en partenariat avec le Centre de Compétences pour les Changements Climatiques (4CMaroc), un atelier d’échange régional sur l’accès au Fonds Vert...

Reseaux Sociaux

SPORT

Le Comité exécutif de l'Union arabe de football (UAFA), a tenu mercredi à Ryadh (Arabie saoudite), une réunion sous la présidence de l'algérien Mohamed...