Tags Posts tagged with "écoles"

écoles

par -

Des travaux d’entretien à mener d’urgence dans près de 549 établissements scolaires moyennant une enveloppe de 292 millions de dinars, a affirmé vendredi Hatem Ben Salem, ministre de l’éducation.
En marge de sa visite effectuée dans le gouvernorat de Mahdia, Ben Salem a précisé que le ministère examinera la possibilité de financer les travaux de restauration de 39 établissements éducatifs. Des travaux d’entretien seront réalisés dans les prochaines semaines à l’école primaire de Baajlia, avec un coût estimé à 300 mille dinars, en dehors des finances publiques, a-t-il ajouté.
Dans ce même cadre, Ben Salem a précisé que le ministère des finances a promis de mobiliser une enveloppe exceptionnelle au profit du secteur de l’éducation. Un conseil ministériel sera consacré à l’examen du système éducatif et des projets exceptionnels pour l’année 2018, a encore dit le ministre.

Ben Salem a mis en relief, par la même occasion, le rôle de la formation des instituteurs, ce qui a incité le ministère à programmer un cycle de formation en sciences de l’éducation et de l’enseignement et un master en sciences de l’éducation au profit des enseignants afin d’éviter les recrutements arbitraires et contribuer à la promotion du niveau de l’enseignement des élèves.
Ce programme sera soumis bientôt devant le conseil des ministres pour l’examiner et l’adopter.
S’agissant des horaires dans les établissements scolaires, Ben Salem a signalé que l’adoption du régime de la séance unique permettra à l’élève une meilleure exploitation de son emploi du temps, notamment dans des activités culturelles et intellectuelles. Cette question nécessite une disposition des établissements scolaires, sachant que seulement 10 écoles peuvent appliquer le régime de la séance unique, a-t-il fait observer.

par -

A l’occasion de la journée internationale de l’hygiène des mains en milieu scolaire célébrée le 15 octobre de chaque année, l’UNICEF et les Scouts tunisiens lancent une campagne nationale pour sensibiliser à l’importance de bien se laver les mains pour prévenir les maladies.
Le coup d’envoi de cette campagne sera donnée dimanche, à l’école primaire “Al Argoub” dans la délégation de Mareth (gouvernorat de Gabès). Plusieurs activités, dont des ateliers de sensibilisation, sont prévues au profit des écoliers.
“Organisée en collaboration avec les ministères de la Santé et de l’Education, cette campagne durera une année et ciblera 38 écoles réparties sur tous les gouvernorats”, a indiqué à la TAP, Dhafer Temimi, chargé d’information et de communication à la direction centrale des Scouts tunisiens.

par -

La Fondation Novartis et l’Université de Bâle, en collaboration avec d’autres partenaires, se réjouissent d’annoncer le lancement du programme Healthy Schools for Healthy Communities. L’initiative vise à résoudre les problèmes de santé dans des écoles des quartiers défavorisés d’Afrique du Sud. C’est le premier programme de la Fondation Novartis qui englobe le secteur de l’enseignement, ouvrant ainsi de nouvelles perspectives d’obtention de résultats.

Après le succès de la première étape du projet de recherche DASH (Disease, Activity and Schoolchildren’s Health – Maladie, activité et santé des enfants scolarisés), coordonnée par l’Université de Bâle à Port Elizabeth en Afrique du Sud, cette seconde phase s’appuie sur des connaissances pour développer et accroître des interventions réussies dans encore plus d’écoles du pays, et potentiellement plus tard dans d’autres régions du monde.

L’objectif de l’initiative Healthy Schools for Healthy Communities (appelée localement « KaziBantu ») est d’améliorer la santé générale et cardiovasculaire des enfants scolarisés et de leurs enseignants. Le programme mettra l’accent sur la promotion de la médecine préventive, la mise en place d’un programme formalisé d’exercices physiques, l’accessibilité à des examens médicaux, notamment le traitement anti-helminthique, la surveillance des facteurs de risque cardiovasculaire et la délivrance de suppléments nutritionnels en cas de besoin.

En 2014, un partenariat entre l’Université de Bâle (APO.af/QvHtDX), l’Université Nelson Mandela [1] (www.Mandela.ac.za) et l’Institut Tropical et de Santé publique suisse (http://APO.af/DGkMqD) a permis de créer le projet DASH, dont l’objectif était d’identifier les causes et de faire face aux conséquences de la mauvaise santé chez les enfants scolarisés dans des quartiers défavorisés de Port Elizabeth.

Le programme a étudié la santé et le bien-être des enfants de huit écoles, avec une attention particulière sur le lien entre l’activité physique, les maladies infectieuses et les facteurs de risque pour les maladies cardiovasculaire et cardiométaboliques. L’étude est la première du genre pour les enfants africains et elle a révélé qu’un tiers de tous les élèves examinés souffrait d’hypertension, tandis que 16 à 21 % étaient en surpoids ou obèses. [2]

L’étude DASH a démontré que des améliorations apportées à la nutrition et à l’activité physique des enfants non seulement contribuaient à leurs performances cognitives à l’école, mais également permettaient de réduire l’hypertension, les maladies cardiaques et les facteurs de risque cardiovasculaire en général. Il a également été constaté que l’activité physique est corrélée avec la qualité de la vie liée à la santé. Jusqu’à présent, peu ou pas d’interventions exhaustives ont été menées pour traiter la santé cardiovasculaire parmi les élèves et les enseignants dans les milieux scolaires à faible revenu. L’objectif de cette phase d’évolution du projet DASH dans l’initiative Healthy Schools for Healthy Communities est donc de faire la preuve que de simples interventions peuvent améliorer la santé cardiovasculaire.

« La Fondation Novartis comprend que la nature complexe des maladies cardiovasculaires rend extrêmement difficile l’obtention d’effets, de progression et de durabilité. Aucun acteur ne peut tout seul s’attaquer à l’hypertension. Pour remédier à l’hypertension et à ses complications, une action multisectorielle et multidisciplinaire est requise. C’est la raison pour laquelle nous sommes heureux que le programme Healthy Schools for Healthy Communities entre dans cette nouvelle phase, et nous nous réjouissons de travailler pour faire encore évoluer l’initiative avec nos partenaires, » a affirmé Ann Aerts, Directrice de la Fondation Novartis.

En collaboration avec de nombreux partenaires, la Fondation Novartis travaille à remédier à l’hypertension partout dans le monde, via des modèles pilotes ou des approches qui visent à obtenir des effets à grande échelle dès le début.

Lancée cette année, l’initiative Better Hearts Better Cities rassemble des réseaux de partenaires multisectoriels, afin de regrouper des compétences et des ressources pour mettre au point des solutions qui améliorent la santé cardiovasculaire à grande échelle dans les villes.

Les autres programmes contre l’hypertension soutenus par la Fondation Novartis – Communities for Healthy Hearts au Vietnam et le projet ComHip (Community-based Hypertension Improvement Project) au Ghana – visent à rapprocher la détection et la gestion de l’hypertension des communautés locales en optimisant le dépistage de l’hypertension et les occasions de sensibilisation.

Parce que c’est le premier programme à inclure le secteur de l’enseignement, Healthy Schools for Healthy Communities marque une avancée significative dans l’approche multisectorielle de Novartis Foundation visant à remédier à l’hypertension. Comme pour tous nos programmes, les résultats du programme Healthy Schools for Healthy Communities aideront d’autres initiatives dans le domaine de l’hypertension dans le cadre d’un processus continu d’évaluation et d’adaptation.

Pour cette initiative, les partenaires de la Fondation Novartis comprennent l’Université de Bâle, le gouvernement sud-africain, l’Université Nelson Mandela et l’Institut Tropical et de Santé publique suisse (TPH suisse).

Hedwig Kaiser, ancienne vice-rectrice de l’Université de Bâle, fait remarquer que « KaziBantu ou Healthy Schools for Healthy Communities offre la possibilité de poursuivre le travail couronné de succès que nous avons initié, consistant à constamment progresser, et, grâce à la collaboration, d’avoir un impact sur la vie de nombreux enfants en Afrique du Sud ».

« Pour remédier à la progression des taux d’obésité et de mauvaise santé cardiaque, nous devons tous travailler ensemble et commencer tôt. Grâce à KaziBantu, si vous arrivons à sensibiliser sur la médecine préventive et à promouvoir une meilleure santé pour nos enfants dès le jeune âge, nous pourrons envisager que les générations futures bénéficieront d’une meilleure santé, » a affirmé le professeur Lungile Pepeta, Doyen de la Faculté des sciences de la santé à l’Université Nelson Mandela.

Peter Steinmann de TPH Suisse a affirmé, « La recherche que nous avons menée au cours du programme DASH a révélé qu’un tiers des enfants étaient hypertendus. C’est un chiffre stupéfiant étant donné qu’ils fréquentent l’école primaire. Nous nous réjouissons de participer à la poursuite de ce projet et espérons qu’il pourra dans l’avenir influencer positivement la vie de nombreux enfants. »

Références :
[1] L’Université Nelson Mandela est le nouveau nom que la Nelson Mandela Metropolitan University a adopté en 2017.
[2] Gerber, M., Müller, I., Walter, C., du Randt, R., Adams, L., Gall, S., Joubert, N., Nqweniso, S., Smith, D., Steinmann, P., Probst-Hensch, N., Utzinger, J. & Pühse, U. (soumis). Le poids de l’activité physique et le double fléau chez les enfants sud-africains vivant dans des quartiers défavorisés scolarisés dans le primaire.

par -

On a beaucoup dit et écrit sur la déchéance de l’école tunisienne, du fait de plusieurs maux. Le premier est que les enseignants n’y viennent plus par vocation mais par appât du gain, n’ayant pas trouvé un autre endroit où se caser. Le deuxième est que cette une institution est un endroit où est abreuvé de cours, et on n’y fait rien d’autre. Ou très peu, faute de moyens. Pourtant, paradoxe suprême, c’est le département qui a le plus gros budget, sauf que cet énorme pactole est siphonné par les salaires, laissant des miettes aux activités parascolaires, indispensables à l’équilibre des élèves, à leur épanouissement et à leur rayonnement. L’ex-ministre de l’Education nationale, Néji Jalloul, était conscient de ce problème et avait commencé à l’attaquer. Manifestement son successeur a l’intention d’achever ce chantier… ou au moins le pousser jusqu’au prochain remaniement ministériel. Après on verra…

Un accord de partenariat entre les ministères de l’Education et de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, d’une part, et le Comité National de pilotage des olympiades tunisiennes de résolution des problèmes (IOPS), d’autre part, a été signé, hier jeudi à Gammarth, lors d’une cérémonie organisée sous la présidence du ministre de l’Enseignement supérieur et de l’Education par intérim, Slim Khalbous et en présence du président de ce comité, Adel Bouhoula.
Les deux départements s’engagent, en vertu de cet accord, à former des initiateurs parmi des enseignants volontaires pour adhérer aux programmes de ce comité et à fournir les espaces et les équipements techniques nécessaires ainsi que l’appui logistique pour l’organisation des compétitions au sein des établissements éducatifs.

Les deux départements se chargeront, également, de l’organisation de sessions de formation au profit des élèves et étudiants candidats au concours national prévu au cours de la troisième semaine du mois de mars 2018. Les lauréats de ce concours représenteront la Tunisie aux olympiades internationales de résolution des problèmes qui aura lieu en juillet 2018.
Ce concours vise à inciter les élèves et les étudiants à la création et à l’innovation dans le domaine de la programmation

Les “Olympiades Internationales sur la résolution des problèmes et de programmation compétitive” est une initiative tunisienne qui vise à former le plus grand nombre possible de spécialistes tunisiens dans le domaine de la programmation compétitive et qui a été soutenue par plusieurs champions du monde et aussi par les pays pionniers en résolution des problèmes et programmation compétitive (Japon, Chine, Russie, France, Autriche, …).
L’IOPS est un concours individuel : Tout élève ou étudiant peut participer à ce concours. Le comité national de chaque pays est chargé de sélectionner les membres de “l’équipe nationale” de l’IOPS à travers des concours locaux et un concours national final. Les meilleurs membres de chaque équipe seront qualifiés (entre 4 et 12) pour le concours international. Ainsi, tous les pays seront représentés lors de la finale internationale.

par -

En prévision de la prochaine rentrée scolaire (2017-2018), des travaux d’entretien et de restauration sont menés au niveau de nombre d’établissements scolaires (écoles, collèges et lycées) à Gafsa et à Kasserine par les commissariats régionaux de l’éducation.
A Gafsa, une enveloppe de 1,9 MD a été allouée à la réalisation de ces travaux, notamment le réaménagement des unités sanitaires au lycée pilote de Gafsa et au lycée de la Cité “Essourour” (107 mille dinars), la construction de deux salles de classe au lycée “El Farabi” (95 mille dinars) dans la délégation d’El Guettar, la rénovation du réseau d’électricité du lycée “Ahmed Telili” (127 mille dinars) dans la délégation d’El ksar, la restauration du collège de Mdhila (900 mille dinars) ainsi que l’entretien de plusieurs écoles dans la délégation de Belkhir (600 mille dinars).
A Kasserine, une enveloppe de 10 MD a été accordée pour la réalisation des travaux d’extension et de construction de 22 établissements scolaires (écoles, collèges et lycées), de restauration en faveur de 17 établissements de l’enseignement secondaire et de réaménagement au profit de 34 écoles primaires dont celles situées dans les zones rurales.

par -

Des centaines d’établissements scolaires ont récemment fermé dans le nord du Burkina Faso, à la suite de l’assassinat d’un directeur d’école et de menaces proférées par des hommes armés, soupçonnés d’être des jihadistes.

Selon France 24, ce sont les enseignants eux-mêmes qui ont pris cette décision, en l’absence de consignes officielles. Mais certains ont décidé de braver la peur, en continuant de donner des cours directement chez leurs élèves.

Fin janvier, des hommes armés sont passés dans différentes écoles situées dans la province du Soum, dans la région du Sahel. Ils ont demandé aux enseignants d’abandonner le programme actuel, de faire cours en arabe, d’apprendre le Coran à leurs élèves et exigé que les enseignantes portent le voile, sous peine de représailles, avant de partir vers la frontière malienne, a encore ajouté la même source.

par -

“Plus de 20 millions de dinars ont été mobilisés, cette année, par la société civile pour aider le ministère de l’éducation à améliorer l’infrastructure de plusieurs établissements scolaires à travers l’ensemble du pays “, a indiqué, mardi à la TAP, le ministre de l’éducation, Néji Jalloul.
” Des hommes d’affaires, des artistes, des institutions médiatiques et des ambassades ont participé au mois de l’école 2 et ont fait don d’une valeur de plusieurs milliers, voire millions de dinars pour embellir, rénover et même créer de nouveaux établissements scolaires “, a souligné le ministre.
Toujours en collaboration avec la société civile, le ministère de l’éducation, a-t-il dit, a pu assurer le transport de 18 mille élèves et garantir le petit déjeuner à 400 mille autres.
Le ministre a aussi fait savoir qu’entre 40 et 50 écoles olympiques verront le jour dans le cadre d’un projet réalisé en collaboration avec le comité olympique international.
Néji Jalloul a reconnu que beaucoup d’écoles manquent encore de terrains sportifs appelant, dans ce contexte, à revoir et à restructurer le sport scolaire afin que les professeurs d’éducation physique ainsi que l’infrastructure et les équipements sportifs existants soient sous la tutelle du ministère de l’éducation et non pas sous celle du ministère de la jeunesse et des sports.
Le ministre a aussi estimé que le sport et le renforcement des clubs artistiques et culturels sont le seul moyen de lutter contre la violence.
Dans ce contexte, Néji Jalloul a fait savoir qu’un nouveau centre culturel baptisé ” Centre culturel El Messaadi ” sera inauguré le 20 octobre en cours à Tunis (près du Lycée Carnot).
D’une capacité d’accueil de 500 places, ce centre sera dédié à tous les élèves afin qu’ils puissent y exposer leurs tableaux et présenter leurs différentes œuvres artistiques.
A rappeler qu’une bibliothèque, la plus grande en Afrique du Nord a été inaugurée, récemment, à Tataouine. Une bibliothèque similaire sera inaugurée dans deux semaines à Sousse, a fait savoir le ministre.
Par ailleurs, Néji Jalloul a indiqué que dans les établissements scolaires le nombre de clubs scolaires reste encore limité en raison du manque de cadres, saluant toutefois l’effort de plusieurs enseignants qui se sont portés volontaires pour animer de tels clubs dans leurs établissements.

par -

Le ministère de l’Education a déposé 1100 plaintes auprès des autorités judiciaires tunisiennes suite à l’enregistrement de cas d’agressions qui ont été commises par les élèves contre les enseignants et dans les établissements éducatifs, a annoncé le quotidien Al Chourouk ce mercredi 5 octobre 2016.

Les professionnels du secteur de l’Education ont appelé le gouvernement à mettre en œuvre une stratégie nationale pour faire reculer la violence dans les écoles du pays de façon significative et continue, a ajouté la même source.

par -
Football : Résultats de la 6ème journée de la ligue2

programme de la troisième journée du championnat de la ligue 2 professionnelle de football, qui sera disputée samedi 8 octobre courant à partir de 15h00.
Poule “A”
A Menzel Bourguiba:
SA Menzel Bourguiba – SC Ben Arous
A Hammamet:
FC Hammamet – US Siliana
A Korba:
CS Korba – US Monastir
A Kasserine:
AS Kasserine – Olympique du Kef
A Gafsa:
EGS gafsa – ES Hammam-Sousse
Poule “B”
Au Bardo:
Stade Tunisien – CS Msaken
A Nabeul:
Stade Nabeulien – Jendouba Sport
Sfax (2 mars):
SS Sfaxien – Grombalia Sport
A Jerba:
AS Djerba – Sfax RS
A Médenine:
CO Médenine – AS Ariana

par -

La rentrée scolaire est l’occasion pour le journal L’économiste de revenir sur un problème qui va devenir chronique au Maroc si on ne le traite pas en urgence : La surcharge des classes. En 2015, les classes de certains établissements publics ont reçu jusqu’à 70 élèves, lit-on dans le journal ce vendredi 16 septembre 2016. La situation ne sera guère mieux cette année avec l’aggravation du déficit d’enseignants. Il y a plus de 15 400 départs à la retraite, qui ne seront pas compensés par les quelque 7000 enseignants stagiaires embauchés (on en annonce 3000 de plus d’ici début 2017). Donc de gros ennuis en perspective dans le secteur éducatif, cette année encore…

Cette situation a sûrement un rapport avec le virage pris dernièrement par les autorités marocaines vers une baisse drastique des dépenses publiques, à commencer par le nombre de fonctionnaires, qui est budgétivore, il faut le reconnaitre. Sauf qu’en général, du moins c’est ce qui se fait dans les nations avancées, quand on taille dans les dépenses publiques on évite de toucher le secteur éducatif, qui est névralgique, et pour cause c’est lui qui forge les têtes dont toute nation a besoin pour se projeter dans l’avenir…

par -

Le ministre de l’Education, Néji Jalloul, a fait savoir lors de la signature d’une convention de partenariat « sur la lutte contre l’abandon scolaire » à Tunis que son département a bénéficié d’un don d’une valeur de 6 millions de dinars de la part de l’ambassade de l’Italie en Tunisie, en collaboration avec le bureau de l’UNICEF à Tunis. Ce don a pour objectif de renforcer le programme de la lutte contre l’abandon scolaire.

Il a, dans ce contexte, affirmé que son ministère a besoin d’un  financement de 400 millions de dinars pour la modernisation des écoles, a rapporté Express fm.

par -

Le nombre global des écoles qui bénéficieront du programme de maintenance dans le cadre du ” Mois de l’école 2 “, à Sidi Bouzid, devra atteindre 150 écoles, sur un total de 327 établissements dans la région, indique, vendredi, à l’agence TAP, le commissaire régional à l’éducation, Taieb Nsibi.
Un inventaire des interventions à effectuer par les hommes d’affaires, les associations et les organisations a été établi. D’ores et déjà, 40 hommes d’affaires ont pris en charge la réfection de 40 écoles, signale la même source.
Au cours de la précédente année scolaire, une centaine d’écoles ont bénéficié de ce programme dans sa première édition, rappelle Nsibi.

par -

Une convention cadre, a été signée, samedi, entre le ministère de l’Education et la Fondation caritative Hédi Bouchamaoui pour la réhabilitation de 12 écoles primaires dans le gouvernorat de Gabès.

La convention vient instaurer un partenariat entre le ministère de l’éducation et la Fondation pour la mise en place d’un projet intégré (éducatif et culturel) dans le but de lutter contre l’abandon scolaire. Elle préconise l’entretien et la réhabilitation des institutions éducatives, la mise à disposition d’équipements et de matériels scolaires et l’appui des activités des clubs et des services fournis par les établissements éducatifs.

En vertu de ce partenariat, 12 écoles prioritaires ont été sélectionnées en collaboration avec la délégation régionale de l’éducation de Gabès. Les premières interventions ont été axées sur les salles de classe, l’infrastructure sanitaire et l’environnement général dans lequel évoluent les élèves. La première phase des travaux a démarré dans 6 écoles. Ils sont en cours de finalisation dans trois écoles avec l’objectif de parachever les travaux de 6autres écoles avant la rentrée scolaire 2016/2017.

La Fondation Hédi Bouchamaoui est une association caritative active dans la région de Gabès. L’association projette d’élargir dans un second temps ses activités et interventions dans d’autres régions de la Tunisie.

par -

Neji Jalloul, ministre de l’Éducation a annoncé ,  lors de sa visite à de nombreuses écoles primaires relevant du gouvernorat  de Médenine que son ministère  a besoin d’une enveloppe de  700MDT pour effectuer des travaux de réparation et d’entretien afin d’éviter l’effondrement des toits des écoles. L’objectif aussi est d’améliorer l’infrastructure  des établissements éducatifs dans tous les gouvernorats du pays, rapporte le quotidien Assarih dans son édition de ce vendredi 20 mai 2016.

par -

«  Plus de  400 élèves parmi ceux qui avaient abandonné l’école pour divers problèmes, ont repris le chemin de l’école dans le gouvernorat de Kasserine”  a déclaré, ce vendredi 6 mai 2016 à Africanmanager, Mohamed Sghaier Khalfaoui, directeur adjoint de construction et d’équipement des écoles dans ledit gouvernorat.

Il a ajouté qu’un bon nombre d’écoles au gouvernorat de Kasserine souffrent de plusieurs difficultés dont l’absence de l’eau potable et de sièges protégeant les enfants et les institutions éducatives.

par -

Les écoles du pays, au lieu de sommeiller pendant les longues vacances d’été, seront des lieux vivants respirant la culture. Ainsi en a décidé le ministre de l’Education nationale, Néji Jalloul. Le célèbre producteur et réalisateur de cinéma Ibrahim Letaief a fait savoir hier vendredi 22 avril dans un post sur les réseaux sociaux que le projet est sur les rails car Jalloul va signer avec le collectif d’artistes indépendants l’accord qui encadre les festivités estivales.

L’accord devra être conclu dans les brefs délais pour que les artistes aient le temps de concocter le programme d’activités culturelles.

Pour rappel, un collectif d’artistes indépendants avait invité tous les créateurs à demander au ministre de leur permettre d’occuper les écoles et lycées durant l’été pour des séances d’initiation gratuites à la danse, au théâtre, à la musique et aux arts plastiques. Par ailleurs les ministères de l’Education et des Affaires religieuses étaient tombés d’accord pour organiser des cours de Coran gratuits pendant les vacances.

Cette démarche est une façon très saine d’occuper les petits pendant les vacances d’été. C’est quand même nettement mieux que de rester planté devant son ordinateur pendant des heures, avec tous les risques que cela représente pour la santé – obésité, dépendance aux jeux vidéos… -, ou de végéter dans la rue où très souvent on ne glane rien de bon. L’occupation par la culture est donc une démarche à saluer… enfin si les acteurs de cette affaire tiennent toutes leurs promesses.

De façon générale, la culture est le parent pauvre de l’Education nationale. Même dans les écoles privées, où les parents décaissent pourtant des fortunes, c’est le désert à ce niveau, tout étant centré sur les matières au programme, jusqu’au trop plein pour les gamins. Une grossière erreur car la culture est formatrice, c’est une fabrique de citoyens, de gens accomplis. Si les autorités commencent à prendre conscience de ces aspects, on ne peut que les encourager à persévérer, pour le bien de la nation.

par -

Les séances de mémorisation du coran prévues dans les écoles durant les vacances d’été ne seront pas assurées par des associations de bienfaisance mais par des enseignants d’éducation islamique relevant des ministères de l’éducation et des affaires religieuses, a fait savoir, jeudi, le ministre de l’éducation, Néji Jalloul.
“Cette initiative ne vise nullement à transformer les établissements scolaires en des “Koutabs” ou à les confier à des associations suspectes”, a-t-il ajouté.
Dans une déclaration à l’agence TAP, en marge de la clôture de la conférence internationale sur “le renforcement des valeurs de paix et de dialogue” tenue à Sousse, Jalloul a fait savoir que ces séances seront gratuites et assurées par des enseignants bénévoles.
Le ministre a indiqué que l’idée d’encourager la mémorisation  du coran et d’organiser des compétitions à cet effet s’inscrit dans le cadre de la réforme éducative qui vise à enraciner les jeunes dans leur identité arabo-musulmane tout en demeurant ouverts aux autres cultures.
L’ouverture des établissements éducatifs au cours des vacances scolaires pour enseigner le coran intervient, selon Jalloul, suite à la proposition du ministère de l’éducation d’ouvrir les écoles pendant les vacances d’été pour abriter des activités culturelles et sportives dont l’organisation de cours de mémorisation du coran aux enfants.

TAP

par -

Le ministre de l’Éducation, Neji Jalloul  a annoncé la suspension de l’activité d’un ensemble de clubs actifs au sein de plusieurs écoles.

Dans une interview parue ce lundi 21 mars 2016 dans le journal Assabeh El Ousboui, le ministre a indiqué que des infractions ont été enregistrées au sein de ces clubs qui avaient, selon lui, des buts politiques.

Le ministre a, dans le même cadre, indiqué que d’autres clubs ont une orientation takfiriste.

par -

Le ministère de l’Education nationale invite le personnel éducatif et les élèves à observer une minute de silence demain mercredi 9 mars 2016, après le salut du drapeau et ce, dans toutes les écoles primaires et les lycées de la Tunisie.

Ce geste se veut être un symbole de solidarité avec les éléments des forces sécuritaires, militaires et les civils atteints par l’attaque terroriste de Ben Guerdane et un hommage aux martyrs de la Tunisie.

Le meilleur des RS

Dans un récent statut sur sa page officielle, l’économiste Ezzeddine Saidane dit «Non, ce n’est pas vrai, il n’y a pas de reprise économique»....

INTERVIEW

Le président de la Conect, Tarek Cherif a accordé à Africanmanager, une interview exclusive dans laquelle, il a évoqué plusieurs points dont le projet...

AFRIQUE

Le gouvernement libyen d'union nationale (GNA), évoquant des actes "inhumains", a affirmé dimanche qu'une enquête avait été ouverte sur des cas d'esclavage près de...

Reseaux Sociaux

SPORT

Le défenseur et capitaine du Real Madrid (Liga espagnole de football) Sergio Ramos, victime d'un coup de pied au visage face à l'Atletico (0-0), souffre probablement...