Tags Posts tagged with "enquête"

enquête

par -

Un voyage du chef de l’Etat, Emmanuel Macron, à Las Vegas en janvier 2016, alors qu’il était ministre de l’Economie, va peut-être lui valoir de gros ennuis judiciaires à peine quelques semaines après sa prise de fonction. En effet on a appris ceci ce vendredi : «Au vu des premiers éléments recueillis dans le cadre de l’enquête préliminaire (…) le parquet de Paris ouvre ce jour, 7 juillet 2017, une information judiciaire contre personne non dénommée des chefs de favoritisme et recel de favoritisme», indique un communiqué rapporté par l’AFP.

La justice veut faire la lumière sur des présumées irrégularités dans l’organisation de cette visite, concoctée par Havas, mais sans appel d’offres de la part de Business France, un organe contrôlé par le ministère de l’Economie. Dans le viseur du procureur : La directrice générale de Business France en 2016, Muriel Pénicaud, qui occupe actuellement le poste de ministre du Travail dans le gouvernement Macron. Autant dire que l’affaire est hautement explosive pour le président de la République, qui a déjà essuyé 3 démissions de ministres, pour d’autres dossiers judiciaires. Mais étant donné que l’ancien président Nicolas Sarkozy avait lui aussi été cerné par les affaires judiciaires mais sans jamais être condamné, du moins jusqu’ici, il y a de l’espoir pour Macron…

par -

Une fusillade a éclaté devant une mosquée à Avignon, dans le sud-est de la France, dimanche soir, faisant huit blessés légers, dont une fillette, a-t-on appris auprès du parquet, qui a écarté la piste terroriste, rapporte LaPresse.ca

D’après les premiers témoignages recueillis sur place, deux hommes au moins sont sortis d’une voiture vers 22h30 près de la mosquée et ont tiré, dont un au fusil de chasse, a précisé le parquet, confirmant une information du quotidien régional La Provence, indique la même source.

Parmi les huit blessés, aucun n’avait de pronostic vital engagé, a indiqué le parquet. «De ce que l’on sait ce soir, la mosquée n’était pas visée, les faits se sont passés dans la rue de l’établissement religieux mais sans lien avec ce dernier», a assuré le parquet, écartant la piste terroriste.

Les témoignages font état de quatre hommes à bord de la voiture, tous encagoulés.

L’enquête a été confiée à la police judiciaire.

par -

Une séance de travail présidée par le ministre du Transport a eu lieu, mardi 27 juin 2017, au sein du ministère entre la partie syndicale et l’administration de la CTN.

À cet effet, un accord a été conclu entre la partie syndicale et l’administration pour que le voyage de cette journée du navire Carthage soit fait à l’heure, rapporte Shems Fm.

Une enquête sera toutefois ouverte par les autorités maritimes. Toutes les parties seront entendues sans exception et les résultats devront être présentés dans un délai de 48 heures pour prendre les mesures administratives et disciplinaires nécessaires.

par -

Le Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires Etrangères Didier Reynders salue l’adoption par le Conseil des Droits de l’Homme (CDH), ce 23 juin 2017, d’une résolution concernant la situation des  droits de l’homme dans le Kasaï et l’établissement d’une mission d’enquête par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme. Il salue en particulier les efforts du Haut-Commissaire Zeid et de l’Union européenne afin de faire avancer la cause des droits de l’homme par un texte consensuel.  Bien que celui-ci ne reprenne pas l’intégralité des propositions plus ambitieuses présentées par l’UE, le texte présenté constitue une avancée incontestable.

Le texte, justifié par la gravité de la situation, condamne très fortement la violence et l’ensemble des violations des droits de l’homme commises par toutes les parties au Kasaï. Il en appelle à la responsabilité des autorités de respecter et garantir les droits de l’homme. La résolution prévoit aussi le déploiement au Kasaï par le Haut-Commissaire d’une équipe d’experts internationaux indépendants, en vue de déterminer les faits et les circonstances des violations des droits de l’homme afin que leurs auteurs, quelle que soit leur affiliation, soient traduits en justice. Pour la Belgique, il essentiel que ce texte contribue à la lutte contre l’impunité dans le Kasaï afin de briser le cycle des violences. Le Conseil des Droits de l’Homme sera informé de façon périodique par des rapports sur la mise en œuvre de ce mandat, ce qui permettra d’en faire un suivi approprié.

La Belgique se réjouit que les négociations aient abouti à un large soutien pour cette résolution, y compris au sein de la région, ce qui en renforce la portée. Le soutien de la RDC à cette résolution engage les autorités congolaises, qui devront faciliter l’accès au territoire à la commission, et lui permettre de fonctionner selon les standards internationaux et donc en toute indépendance et impartialité. En tant que membre du Conseil des Droits de l’Homme, la Belgique restera attentive au suivi des demandes contenues dans la résolution et à la situation humanitaire et des droits de l’homme dramatique dans le Kasaï.

par -

Le gouvernorat de Bizerte fait appel à l’inspection générale au ministère des Affaires locales pour l’ouverture d’une enquête sur la persistance des atteintes au domaine public (terrestre, maritime et forestier), à Sidi Ali Mekki à Ghar El Melh, malgré les mesures régionales prises et les décisions de démolition appliquées.
Ces atteintes ont été constatées lors d’une visite de terrain effectuée, jeudi, par le gouverneur de Bizerte, Mohamed Gouider, et la délégation qui l’accompagnait. Des constructions et des installations anarchiques se poursuivent malgré l’exécution des décisions de démolition, depuis plus de deux mois. Des parasols fixes sont installés sur la plage et même dans l’eau.
Il est impératif de protéger le domaine public et les droits des citoyens, souligne le gouverneur insistant sur la nécessité de déterminer les responsabilités quelles que soient leurs origines.

par -

Plus de sept cents militaires turcs ont été victimes d’une grave intoxication alimentaire dans l’ouest du pays, nécessitant une intervention médicale. Vingt et un employés d’une entreprise de restauration ont été arrêtés dans le cadre de l’enquête, rapporte Le Monde.

Les militaires, cantonnés dans une caserne de la province de Manisa, avaient consommé un repas composé d’une soupe, de riz, de poulet et d’un yaourt, et des centaines d’entre eux ont dû être envoyées à hôpital, se plaignant de douleurs au ventre et de vertiges. Les médecins ont examiné 731 soldats.

par -

Le chef du gouvernement, Youssef Chahed, a ordonné, mercredi 14 JUIN 2017, l’ouverture d’une enquête sur les causes de l’incendie qui a eu lieu, mercredi après midi, au port de Radès, a fait savoir une source responsable à la présidence du gouvernement, précisant que Chahed a chargé les ministres de l’Intérieur, des Finances et du Transport de chapeauter cette enquête.
Selon le directeur du port commercial de Radès, Houcine Jallouli, l’incendie s’est déclenché dans un magasin de dédouanement relevant d’une société implantée au port.
” Aucun dégât humain n’a été enregistré, mais les dégâts matériels sont assez important, étant donné que l’incendie a ravagé tout le bâtiment ce qui a causé son effondrement “, a-t-il noté, ajoutant que les causes de cette incendie ne sont pas encore dévoilées.
L’incendie a eu lieu après la visite inopinée effectuée par le chef du gouvernement où il s’est enquis des différentes opérations de chargement et de déchargement des conteneurs, ainsi que des opérations de contrôle au scanner.

par -

Roche, Pfizer et Aspen sont soupçonnés par la commission sud-africaine de la concurrence d’avoir pratiqué, et de continuer à pratiquer, une tarification abusive et délibérée de médicaments servant à traiter différents types de cancer, rapporte l’AFP.

Aspen Pharma fait également l’objet depuis le mois dernier d’une enquête similaire de la Commission européenne pour des « prix excessifs » pratiqués sur cinq de ses médicaments anticancéreux, a encore précisé la même source.

par -

Dans un post publié sur sa page facebook officielle, le député du bloc national à l’ARP Walid Jalled a appelé le juge d’instruction relavant du tribunal de première instance de Tunis et le pôle judiciaire financier à ouvrir une enquête sur les sources du financement de l’association Tunisia Charity.

Selon ses dires, l’association en question dont le président est Abdelmonaem Daïmi, frère du député Imed Daïmi, dispose d’un budget de plusieurs millions de dinars.

Le député a également indiqué que Tunisia Charity est une section de l’association Qatar Charity, accusée de financer des groupes terroristes.

par -

Les États-Unis ont appelé les Nations unies à enquêter sur le décès d’employés de l’ONU ainsi que sur les violations des droits de l’homme commises en république démocratique du Congo (RDC).

« Michael Sharp et Zaida Catalan, décédés tragiquement, méritent que justice soit faite, de même que leurs familles. Nous devons, pour leur mémoire, mettre fin aux abus contre les droits de l’homme commis par des groupes armés et par le gouvernement de la RDC envers le peuple congolais. Nous espérons que d’autres nations nous suivront pour soutenir une enquête dans le cadre de l’ONU et notamment une commission d’enquête menée par le Conseil des droits de l’homme sur ces actes horribles.», a déclaré Mme l’ambassadrice Haley.

Les USA ont appelé le secrétaire général à ouvrir une enquête spéciale sur les meurtres des deux fonctionnaires de l’ONU, l’Américain Michael Sharp et la Suédoise Zaida Catalan. En tant que membre du Conseil des droits de l’homme, les USA soutiendront une résolution visant à établir une commission d’enquête sur les violations des droits de l’homme qui ont lieu actuellement dans les provinces du Kasaï en RDC.

par -

La justice militaire s’est engagée à diligenter une enquête judiciaire sur les circonstances de l’assassinat du jeune berger Khelifa Soltani, a indiqué, samedi 3 juin 2017 un communiqué du ministère de la Défense.
Une unité de l’Armée nationale a découvert, le même jour, au mont Mghila du gouvernorat de Kasserine, le corps du berger Khelifa Soltani, kidnappé, vendredi, par un groupe de terroristes.
Le ministère de la Défense précise que les opérations de ratissage se poursuivent pour traquer le groupe de terroristes, soupçonnés d’avoir commis le meurtre du jeune berger.
“Ces criminels n’échapperont pas à la justice ; ils subiront le même sort que celui des auteurs de crimes terroristes atroces”, lit-on dans le communiqué.
Le ministère rappelle, par ailleurs, que l’accès aux zones militaires fermées est strictement interdit.

par -

Le gaspillage alimentaire atteint 2,8 millions de dinars dans la grande distribution et son taux s’élève à près 18% dans la restauration privée et à 11% dans les restaurants universitaires, selon les résultats préliminaires de l’étude de l’estimation du gaspillage alimentaire dans les filières lait et céréales, réalisée par l’INC (Institut National de la Consommation).
L’étude a été réalisée durant la période allant du mois de févier au mois d’avril 2017, auprès de 12 restaurants universitaires (Grand Tunis) servant une moyenne 14700 plats par jour, 118 restaurants collectifs commerciaux et 3 enseignes de la grande distribution disposant de 104 points de vente, a précisé jeudi, à l’Agence TAP, le directeur général de l’institut Tarek Ben en marge, d’un ” atelier de restitution des résultats intermédiaires des travaux sur l’estimation du gaspillage (lait/céréales) et axes stratégiques de réduction “.

Les restos déconnent !

Concernant les restaurants universitaires, 10 responsables sur 12 déclarent avoir remarqué un phénomène de gaspillage alimentaire dans leurs établissements, 2 responsables sur 12 déclarent avoir un système de réutilisation des restes des préparations non servies (le même jour) et 33% des restaurants universitaires procèdent au tri des restes des plats, avant de les jeter. Les principaux produits jetés par les étudiants sont les légumes (67%), le pain (50%), le riz (25%), les pâtes alimentaires (17%), les ragouts (17%) et la dinde (8%)…

Selon les responsables des restaurants universitaires, le gaspillage est dû aux préférences et attitudes au stade de la consommation (on n’apprécie pas certains plats), au manque de temps pour déjeuner, au cadre peu propice au plaisir de manger et à la gestion des restes lors du service (surplus non réutilisé). Il s’agit également d’un menu pas toujours adapté, de la surévaluation des quantités, au manque d’équipements et erreurs de manipulation, à la gestion des restes lors du service et à la surestimation des quantités achetées.

L’enquête a concerné en outre 118 restaurants collectifs commerciaux répartis sur les restaurants touristiques (30%), restaurants rapides sur place ou à emporter (27%), restauration traditionnelle (22%), restauration thématique spécialisée (14%) et traiteurs self service (7%).
L’estimation moyenne de gaspillage de pain s’élève à 16% dans ces établissements, la part de leurs clients qui finissent leurs plats en entier est de 74%. 22,3% des clients de ces restaurants demandent à emporter les restes de leurs plats et 32% des restes des plats des clients sont triés avant d’être jetés.
Les principales sources de gaspillage de ces restaurants sont les restes des plats des clients (94,7%), les déchets inévitables lors de la mise en place des plats (60,5%), la surévaluation des quantités cuisinées (35,1%), les portions inadaptées aux besoins (29,8%)
Les salades et garnitures sont les principaux aliments retournés par les clients (80%), suivi des pâtes alimentaires (48,2%), les pommes de terre et frites (31,8%), le riz (30%).

Le scandale dans les grandes surfaces

Concernant l’enquête réalisée auprès des GMS (Grandes et Moyennes Surfaces), l’approximation du Gaspillage alimentaire par an est de 2314 tonnes soit 2,8 MD, dont de 16,7% sont des céréales et 11,7% des produits laitiers. Elle a révélé que deux enseignes sur trois procèdent à des promotions pour les produits dont la date de préemption s’avère proche et deux enseignes sur trois ont une coopération avec des associations caritatives pour la collecte des produits à courte DLUO (date limite d’utilisation optimale) ou DLC (Date limite de consommation).
Les principales raisons des pertes dans la grande distribution sont dues à la rupture de la chaine de froid, à des insuffisances dans la gestion des commandes et des stocks et au manque de qualification du personnel.

Parmi les mesures envisagées pour réduire les pertes et gaspillages alimentaire figurent notamment la bonne gestion des commandes, la formation des collaborateurs au sujet des procédures de gestion adaptées, et la fixation des seuils de perte à ne pas dépasser par famille de produits.

L’étude présentée jeudi fait partie du projet de “Réduction des pertes et gaspillage alimentaire et développement des chaînes de valeur pour la sécurité alimentaire PGA “mis en œuvre par le ministère de l’agriculture, de la pêche et des ressources hydrauliques et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’Agriculture (FAO) en collaboration l’INC, a précisé le coordinateur sous régional du bureau de la FAO à Tunis, Lamourdia Thiombiano. Il s’agit de réduire les pertes et le gaspillage à travers le développement des chaînes de valeur pour la sécurité alimentaire en Egypte et en Tunisie.
Ce projet qui a démarré en 2016, est financé par le gouvernement Italien et mis en œuvre par la Fao en collaboration avec le gouvernement tunisien, a-t-il précisé.

TAP

par -

Des hackers allemands ont affirmé qu’ils avaient réussi à tromper le système de reconnaissance de l’iris, installé sur le nouveau Galaxy S8, rapporte Le Point.

Le géant sud-coréen a annoncé ce mercredi 24 mai qu’il tentait de vérifier ces informations, tandis qu’une porte-parole de Samsung a indiqué qu’une enquête avait été ouverte.

En lançant ce smartphone dernier cri, le géant sud-coréen espérait bien dépasser définitivement une des pires séquences de son histoire, marquée notamment par l’humiliant rappel planétaire du Galaxy Note 7, en raison de risques d’explosion de cet appareil.

Mais des chercheurs du Chaos Computer Club, un groupe allemand fondé en 1981, ont posté une vidéo semblant montrer que le S8 se déverrouille quand on lui présente, non pas l’iris de son propriétaire, mais une photo de l’œil de ce dernier surmontée d’une lentille pour reproduire la courbure du globe oculaire, a ajouté la même source.

par -

Donald Trump a dénoncé jeudi la désignation d’un procureur spécial chargé d’enquêter sur les liens entre son entourage et la Russie, la présentant comme la “plus grande chasse aux sorcières” de l’histoire des Etats-Unis.

Il a fait ce commentaire sur Twitter quelques heures après avoir plaidé en faveur d’une enquête approfondie.

Devant l’intensification des pressions à Washington, le ministère de la Justice a désigné mercredi l’ancien directeur du FBI Robert Mueller comme procureur spécial pour enquêter sur les soupçons de collusion entre la Russie et l’équipe de campagne de Donald Trump.

Dans un communiqué diffusé peu après, la Maison blanche disait souhaiter une enquête minutieuse qui montrera “ce que nous savons déjà : il n’y a eu aucune collusion entre ma campagne et une quelconque entité étrangère”.

Mais, dans une série de tweets jeudi matin, Donald Trump n’a pas caché son agacement devant cette nouvelle épreuve.

“Malgré tous ces actes illégaux commis lors de la campagne de Clinton et par l’administration Obama, jamais un procureur spécial n’a été désigné”, a-t-il écrit.

“Il s’agit de la plus grande chasse aux sorcières dirigée contre un responsable politique dans l’histoire de l’Amérique !”, a-t-il ajouté.

Ces propos reflètent d’autres tenus la veille, avant la désignation de Robert Mueller. Il avait alors jugé qu’aucun responsable politique n’avait jamais été traité plus inéquitablement que lui.

par -

Le parquet de Stuttgart a annoncé mercredi 17 mai l’ouverture d’une enquête officielle sur les dirigeants de Porsche SE Matthias Müller et Hans Dieter Pötsch à l’appui de soupçons de manipulation du marché.

Selon les données publiées par Reuters, le parquet soupçonne Müller, le président du directoire de Volkswagen, et Pötsch, son homologue chez Porsche SE, d’avoir peut-être informé les investisseurs trop tard des risques pesant sur la holding Porsche et induits par le scandale des tests d’émissions polluantes truqués de VW.

Ces investigations se dérouleront parallèlement à l’enquête ouverte l’an passé par le parquet de Brunswick, dont le siège est proche de celui de Volkswagen, qui soupçonne des dirigeants passés et actuels du constructeur de Wolfsburg d’avoir retardé la publication d’informations sur ce que l’on appelle le “Dieselgate”, détaille la même source.

par -

19 pc des Tunisiens de plus de 15 ans sont diabétiques, 36.4 pc sont porteurs d’une hypertension artérielle et 5.1 pc souffrent d’une dépression, selon les résultats préliminaires de l’enquête “Tunisian Health Examination Survey- 2016”, présentés jeudi lors d’un séminaire national organisé à Gammarth.
Selon cette étude, 64,5 pc des Tunisiens sont en surpoids (dont 72,4 pc sont des femmes) et 30 pc sont obèses, a souligné la ministre de la Santé, Samira Merai, à l’ouverture du séminaire, ajoutant que 44,6 pc des citoyens souffrent d’une dyslipidémie.

La prévalence du tabagisme est de 23.5 pc (45.5 pc chez les hommes et de 2.7 pc chez les femmes) et un tiers de la population est anémique (29.2 pc) du fait d’une alimentation non équilibrée, a précisé la ministre soulignant que cette enquête est la 1ère en son genre dans la région arabe et dans la région de l’Est de la méditerranée.
Par ailleurs, cette enquête dont l’objectif principal est d’analyser l’état de la population tunisienne (la population de 15 ans et plus), ses différents déterminants, le recours aux prestations de soins et la qualité de ces prestations, révèle un enregistrement de l’état civil encore non performant avec une sous déclaration des décès aux autorités locales qui est de 0.8pc et dans 3.6 pc des cas l’inhumation est réalisée sans certificat de décès.
Un autre indicateur reflétant l’équité aux soins révèle que 16.3 pc des tunisiens renoncent aux soins du fait d’un problème de ressources financières, a précisé la ministre.

Merai a souligné que ces résultats incitent à accélérer la mise en place du plan stratégique multisectoriel de lutte et de prévention des maladies non transmissibles afin de réduire la vitesse d’augmentation des prévalences des différents facteurs de risque, œuvrer à réduire les inquiétés et disparités géographiques et socioéconomiques en santé et effectuer un plaidoyer pour les déterminants de la santé.
L’enquête incite aussi, d’après la ministre, à renforcer le partenariat avec les ministères de tutelle pour une meilleure déclaration des décès et de leurs causes (qualité des certificats de décès) et opter pour la réalisation quinquennale de cette étude dans le cadre du suivi et d’évaluation de la stratégie nationale de lutte contre les maladies non transmissibles.

par -

Malgré les incertitudes économiques et socio-politiques actuelles, en Afrique, de nombreuses entreprises continuent à faire preuve d’optimisme quant au potentiel de croissance du continent. L’enquête du cabinet d’audit américain PwC (PricewaterhouseCoopers) menée sur l’ensemble du continent révèle que 91 % des PDG croient dans les perspectives de croissance de leur entreprise à moyen terme. « C’est le niveau de confiance le plus élevé relevé depuis que nous avons commencé notre enquête auprès des PDG africains, en 2012 », déclare Hein Boegman, directeur de PwC Afrique.

Lors d’un point presse organisé par PwC à l’occasion du Forum économique mondial sur l’Afrique 2017 qui s’est tenu hier à Durban, Hein Boegman a évoqué les difficultés et les opportunités auxquelles sont confrontés les PDG africains.

L’une des raisons de l’optimisme des PDG africains réside dans leur tendance à voir le bon côté des choses et à saisir les opportunités que peut apporter l’incertitude. Alors que la croissance est au mieux modérée, les PDG reconnaissent que s’ils souhaitent élargir leurs marchés et leur clientèle, ils doivent non seulement se concentrer sur la croissance organique et les réductions de coût, mais aussi insister sur l’investissement dans des alliances stratégiques et des coentreprises.

Néanmoins, malgré leur optimisme vis-à-vis de la croissance, les PDG restent inquiets face à l’incertitude entourant la croissance économique et à son impact sur leurs entreprises. « La création et la gestion d’une entreprise sur le continent peuvent être très profitables, autant que risquées. Pour les PDG africains, les temps sont durs sur ce territoire où les infrastructures restent problématiques, où il est compliqué de trouver et de garder des talents pour son activité, où travailler avec les gouvernements comporte de nombreux obstacles et où il faut aussi gérer les plans de croissance sur l’ensemble du continent », explique M. Boegman.

Le monde est aujourd’hui frappé par des changements majeurs, tels que les dernières élections américaines ou le Brexit, qui créent un environnement caractérisé par son imprévisibilité. Un seul événement peut déclencher la nécessité d’un changement radical de stratégie. L’incertitude politique qui touche aujourd’hui l’Afrique du Sud en est un parfait exemple, et plus particulièrement la baisse récente de la note de sa dette en catégorie spéculative. La volatilité du taux de change, la hausse du poids fiscal, l’instabilité sociale induite par les inégalités et la corruption restent des problèmes dans de nombreux pays.

« Aujourd’hui, les chefs d’entreprise ne peuvent plus se contenter de diriger leur société à travers un environnement difficile et complexe, ils doivent s’adapter rapidement aux changements », déclare Dion Shango, directeur de PwC Sud Afrique. Les PDG vont devoir se concentrer sur leurs stratégies d’entreprise et leurs process et jouer un rôle au sein de la communauté au sens large. Ils devront également tenir compte de l’évolution des attentes et des exigences des parties prenantes actuelles et à venir. « Les clients, les gouvernements et la concurrence ont une grosse influence sur la stratégie d’entreprise adoptée par les PDG. Pour construire la confiance, conserver sa réputation et bénéficier d’un permis social d’exploitation, il est nécessaire de comprendre et de chercher à satisfaire leurs besoins. »

Anne Eriksson, partenaire régionale senior pour PwC en Afrique de l’Est, explique que « la politique réglementaire peut aussi freiner la croissance des entreprises, qui doivent alors réduire leurs coûts ». D’un autre côté, les changements de réglementation peuvent aussi favoriser un développement stratégique rapide des entreprises. Anne Eriksson donne l’exemple du Kenya qui a permis à son secteur des services financiers d’accorder plus d’attention à ses clients, grâce à une modification de sa réglementation. Plusieurs multinationales se sont également engagées à renforcer les capacités et à améliorer la transparence et les cadres réglementaires à travers une collaboration avec le gouvernement. « L’économie profite de ces évolutions positives, ce qui se traduit par une augmentation des investissements étrangers, de l’innovation et de la croissance organique. »

Malgré le ralentissement, les avancées économiques et sociales sont nombreuses en Afrique. Certaines évolutions significatives pourraient être synonymes de nouvelles opportunités et de bénéfices pour les entreprises, les gouvernements et la population. Les megatrends (ou hypertendances) observées l’an dernier, telles que le changement démographique, l’urbanisation croissante, les évolutions du pouvoir économique mondial et l’innovation technologique, sont favorables au développement du continent. Dans tous les secteurs, le rythme de l’innovation en Afrique entraîne plus de collaboration et de convergence. Toutefois, afin de garantir sa croissance et d’exprimer tout son potentiel, l’Afrique devra affronter les conséquences politiques et économiques du changement climatique, ainsi que l’instabilité sécuritaire et politique de certaines de ses régions.

« Les chefs d’entreprise d’aujourd’hui doivent offrir une excellence stratégique et opérationnelle homogène. Les PDG africains devront surmonter de nombreux défis pour transformer en profondeur leur organisation. Au cours de ce processus, les entreprises vont devoir reconnaître et gérer ce dont elles sont responsables et ce dont elles dépendent », conclut M. Boegman.

par -

Les femmes, à Béja, sont plus nombreuses à quitter la région pour l’exode ou l’émigration, selon une analyse genre effectuée au niveau régional par l’INS (Institut national de la statistique), à partir des résultats du recensement général de la population de 2014. Ainsi, 4 mille femmes ont quitté la région contre 3 mille hommes.
L’analyse, présentée mercredi, à Béja, montre également que le taux de chômage des femmes atteint 29,4% contre 17,8% pour les hommes.
On constate, en outre, que les femmes sans niveau d’instruction sont plus nombreuses que les hommes : 37% contre 21%.
C’est pour la première fois qu’une telle analyse est effectuée, à l’échelle régionale, par l’INS. Trois autres gouvernorats sont concernés : Médenine, Kasserine et Bizerte.
L’intégration de la dimension genre dans le système statistique de l’INS est une nouvelle orientation visant à réduire les disparités entre femmes et hommes et à améliorer la situation de la femme au sein de la famille et en société, explique Arbia Ferchichi, chargée des statistiques de genre à l’INS.

par -

Une enquête sur les PME en Tunisie, réalisée par la Confédération Nationale des Entreprises Citoyennes de Tunisie (CONECT) en collaboration avec le cabinet d’études HLB GSAudit & Advisory, a fait ressortir que la PME tunisienne semble plus ou moins maitriser les différentes composantes de sa gestion interne, mais l’environnement des affaires externe devrait être amélioré pour garantir aux entreprises l’accès au financement, l’accès aux marchés local et international et aussi la qualification et la formation des ressources humaines”.
Cette enquête a abouti à la mise en place d’un baromètre baptisé “Miqyès” de la santé de la PME en Tunisie. “Il s’agit d’un outil qui permettra aux autorités concernées, aux chefs d’entreprises, aux milieux financiers et aux organismes d’appui de disposer d’un diagnostic fiable et actualisé de la situation des entreprises, et de l’évolution de cette situation et des tendances futures“, a expliqué, jeudi, Tarek Cherif, président de la CONECT, lors d’une conférence sur la santé des PME en Tunisie.
Ce baromètre qui sera élaboré chaque année, représente un miroir qui reflète les actions des PME. Il n’est certes pas figé, d’autres indicateurs pourraient y être intégrés selon les besoins et les exigences d’un environnement en mutation rapide et continue“, a encore précisé Cherif, invitant les spécialistes, experts et professionnels présents à contribuer à l’enrichissement de ce baromètre.

L’enquête, réalisée durant la période janvier-février 2017, a étudié un échantillon de 540 entreprises dans les 24 gouvernorats et opérant dans les divers secteurs. L’objectif recherché étant de mesurer les incidences des mutations nationales et régionales sur la capacité de ces entreprises à créer de la richesse et de l’emploi et leur contribution dans le processus de développement économique.

D’après le “Miqyès 2017”, la majorité des PME ne disposent pas de méthodes d’évaluation de leurs parts de marchés et plusieurs d’entre elles ont fait face à des problèmes tels que le manque de compétitivité, les arrêts fréquents de la production, les demandes rejetés de crédits, l’inadéquation des qualifications de la main d’œuvre disponible sur le marché avec les besoins des entreprises, et les différentes vulnérabilités liées au positionnement géographique dans les régions intérieures du pays.

En ce qui concerne la performance de la PME, l’étude fait état d’une bonne aptitude à l’innovation de la PME en 2016, d’un recours de plus en plus remarquable à l’évaluation du personnel et de difficultés à décrocher de nouveaux clients.
S’agissant de l’environnement des affaires, l’enquête évoque une menace généralisée de la concurrence informelle, un impact négatif important en 2016 de la situation en Lybie sur les PME, une forte influence négative de l’environnement sanitaire et social sur l’assiduité des salariés et un problème récurrent de blocages avec l’administration fiscale ou la douane.

La moitié des chefs de PME estiment que la corruption est indispensable “pour pouvoir travailler
Selon l’enquête de la CONECT, 50% des managers d’entreprises questionnées estiment qu’ils ne peuvent pas travailler et gagner sans recourir à la corruption. La plupart de ces dirigeants de PME sont, toutefois, “optimistes pour l’avenir de leurs entreprises“, en dépit des difficultés rencontrées.

par -

Au moins 19 élèves ont été victimes d’intoxication alimentaire mercredi 5 avril 2017 dans une école primaire sise dans le gouvernorat de Ben Guerdane. Selon les données annoncées par la radio Jawhara fm, les élèves auraient mangé “des fricassés” impropres à la consommation. Une enquête a été ouverte sur ce sujet.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux