Tags Posts tagged with "Exploitation"

Exploitation

par -

Signature, hier jeudi, d’une convention d’exploitation de l’application mobile “Aéroports de Tunisie”, entre l’Office de l’aviation civile et des aéroports (OACA), la Fondation Orange et Tunisie Telecom. Mme Salma Elloumi, ministre du Tourisme et Mme Sarra Rjeb, Secrétaire d’Etat aux Transports, étaient présentes. L’accord a été signé par le Président Directeur Général de l’Office de l’Aviation Civile et des Aéroports, Khaled Chelli et le Directeur Général de l’Orange Tunisie Télécommunications Corporation, Thierry Millet.
L’application permet d’identifier toutes les données concernant les vols réguliers des sept aéroports tunisiens gérés par l’OACA (Tunis, Djerba, Zarzis, Sfax, Tozeur, Nafta, Tabarka et Gafsa). L’application permet également un suivi immédiat de l’état des vols aller et retour, d’accéder et d’obtenir des données pour le changement des vols. En outre, les utilisateurs peuvent prendre connaissance des différents services et diverses installations disponibles dans les aéroports.

par -

L’exploitation du projet gaz du Sud « Nawara », à Tataouine, démarrera au début de 2018, a annoncé la ministre de l’Energie, des mines et des énergies renouvelables, Hela Cheikhrouhou.

Elle a ajouté lors d’une rencontre de presse à l’occasion de la visite qu’elle a effectuée, hier samedi 22 octobre 2016, à la zone industrielle de Gabès que les efforts sont axés, actuellement, sur la résolution des problèmes qui risquent de retarder les travaux de ce projet.

Le taux d’avancement dudit projet a atteint environ 60% et celui des travaux de l’unité de traitement final en cours d’exécution dans la zone industrielle à Gabès est de 75% ,sachant que 90% des équipements devant être installés dans cette unité l’ont été, selon des données présentées par les responsables dudit projet.

Le projet gaz du sud dont le coût s’élève à 2500 millions de dinars (MD) se compose notamment d’une unité de traitement préliminaire à Nawara, à Tataouine, d’une autre de traitement final dans la zone industrielle de Gabes et d’un pipeline de transport du gaz reliant entre les deux unités sur une distance de 370km.

Cheikhrouhou a précisé qu’un programme d’investissement dans les énergies renouvelables sera annoncé prochainement et changera radicalement l’exploitation de ces énergies, tout en impactant positivement l’activité des technopoles qui désirent bénéficier de ces investissements, comme il en est le cas pour le pôle technologique et industriel de Gabes.

La ministre, qui était accompagnée de Hichem Hamdi, secrétaire d’Etat chargé des mines, a pris connaissance de la marche de l’activité dans une unité du groupe chimique tunisien (GCT) ainsi que des programmes de développement et environnementaux que le groupe compte réaliser.

Elle s’est également enquise de la réalisation du projet de réduction des gaz d’ammonium auquel a été consacrée une enveloppe de 16 millions de dinars et dont la fin de la réalisation est prévue pour mi-2017.

Cheikhrouhou s’est rendue à l’usine d’acide phosphorique où elle a inspecté l’activité de l’unité pilote de production d’acide citrique utilisé dans les produits alimentaires.

Elle a également pris connaissance à la société Al Kimia, à Gabes, d’un projet en cours de réalisation par cette société pour répondre à ses besoins en énergie et consistant en la mise en place d’un cogénérateur d’un coût de près de 5 millions de dinars.

par -

Selon une étude menée par l’Association tunisienne de lutte contre la corruption, l’utilisation des véhicules administratifs a augmenté d’une manière considérable entre 2012 et 2015, en comparaison avec le nombre d’employés dans la fonction publique. Ce sont 11 mille voitures administratives qui ont été exploitées dans cette période. Des experts tunisiens ont affirmé, à maintes reprises, que la rationalisation des dépenses publiques, à travers l’annulation des bons d’essence et des voitures de fonction accordés aux agents de l’Etat, permettra de réaliser un gain de 1.5 milliard de dinars par an pour l’Etat tunisien.

2

La prolifération du phénomène de l’exploitation des véhicules administratifs pour des affaires personnelles a attiré l’attention d’un grand nombre de Tunisiens qui ont lancé des appels à la publication de photos illustrant ces dépassements sur les réseaux sociaux. Cette initiative a pour objectif d’inciter les parties concernées (ministère de l’Intérieur, de l’Equipement, de l’Agriculture, de la Défense….) à sanctionner les auteurs des infractions.

C’est dans ce contexte qu’une vague de protestations enfle depuis quelques jours et les citoyens ont publié sur les réseaux sociaux une centaine de photos affichant l’’immatriculation des véhicules exploités en dehors des heures de service.

3

Dans une déclaration accordée ce mercredi 14 septembre 2016 à Africanmanager, le directeur du corps du contrôle général des domaines de l’Etat et des Affaires foncières, Ramzi Jalel, a affirmé que le taux d’exploitation illégale des voitures de fonction pendant l’Aïd est estimé à 13%, expliquant que 13 cas de dépassements sur 94 voitures ont été constatés sur la station de péage de Mornag et 4 dépassements sur 25 à Medjez el-Bab pendant cette période.

4

Fête de l’Aïd : 340 véhicules administratifs interceptés par les autorités

Au moins 340 véhicules administratifs ont été interceptés par les autorités sécuritaires pour plusieurs dépassements qui ont été constatés durant la fête de l’Aïd Al Idha, rapporte, ce mercredi 14 septembre 2016, le site « Achourouk Online ».

On rappelle qu’une équipe d’agents relevant du  ministère des domaines de l’Etat a mené conjointement avec les unités sécuritaires une campagne de contrôle des voitures de fonction au niveau de la station de péage de Mornag et l’autoroute Tunis Medjez El Bab.

par -

Dans notre pays, il existe de nombreux nouveaux venus sur le marché de l'emploi obligés de travailler dans l'économie informelle, sans protection sociale.

Selon une étude élaborée par le centre de recherche et d’études sociales, en coopération avec la Banque Africaine du Développement (BAD), un million et 92 mille travailleurs tunisiens ne bénéficient pas de la protection sociale en 2015. Le taux du travail précaire durant l’année passée a atteint les 32,2% de la population active.

Selon la même étude ce pourcentage qui avait baissé entre 2005 et 2011, a augmenté durant la période de 2012 à 2015. Cela s’explique selon le directeur du centre, Nidhal Becheikh, par la crise économique que traverse la Tunisie. Le travail précaire permettrait à l’économie de réduire l’impact de la crise. TAP

Le meilleur des RS

Dans un récent statut sur sa page officielle, l’économiste Ezzeddine Saidane dit «Non, ce n’est pas vrai, il n’y a pas de reprise économique»....

INTERVIEW

Le président de la Conect (Confédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie), Tarek Cherif, a accordé à Africanmanager une interview exclusive dans laquelle il a...

AFRIQUE

Au moins 50 personnes ont été tuées ce mardi dans un attentat suicide attribué au groupe djihadiste Boko Haram qui a frappé une mosquée...

Reseaux Sociaux

SPORT