Tags Posts tagged with "grèce"

grèce

par -

La Grèce a annoncé vendredi avoir dégagé en 2016 un excédent budgétaire primaire de 3,9% du PIB, près de huit fois supérieur à l’objectif qui lui avait été assigné par ses créanciers UE et FMI, rapporte l’AFP.

L’annonce de cet excédent primaire a été faite par l’Agence statistique grecque Elstat alors que s’ouvre à Washington la réunion annuelle du Fonds monétaire international (FMI) dont Athènes attend une avancée pour un allègement de sa dette et sa sortie de crise, en se prévalant du succès de ses efforts pour redresser le pays.

La feuille de route dictée au pays par ses créanciers en juillet 2015 en échange d’un troisième programme de prêts, d’un montant de 86 milliards d’euros, prévoyait qu’il dégage en 2016 un excédent de 0,5% du PIB pour arriver à 3,5% en 2018, a ajouté l’AFP.

par -

A l’heure où la tempête Trump souffle la planète, avec sa cohorte de propos et décisions anti-immigration, le président grec, Prokopis Pavlopoulos, endosse volontiers le costume d’humaniste. Pourtant il aurait pu avoir le réflexe du bouclage des frontières grecques, vu les vagues de migrants qui submergent littéralement le pays notamment ces 5 dernières années, avec le conflit syrien.

Prokopis Pavlopoulos, qui s’est rendu dans une cité populaire où deux éléments armés de l’extrême droite avaient été arrêtés il y a 4 ans, au mois de février, a prononcé un vibrant discours en direction des enfants des réfugiés accueillis en Grèce, rapporte Huffington Post. Le président a déclaré ceci : “Vous êtes à présent une part de nous-mêmes et vous y resterez tant que l’horreur de la guerre vous gardera éloignés de votre patrie. Accompagné de vos petits camarades grecs, j’aimerais avoir la chance de pouvoir vous rendre visite un jour, quand la paix vous permettra de reconstruire votre patrie”.

Il a ajouté : “Les enfants sont le vecteur du dialogue entre les civilisations. Ce dialogue est le seul remède contre la guerre puisque la civilisation est inconcevable si l’Homme et la Paix ne constituent pas son socle. Dans ce pays qui vous accueille, une grande civilisation a vu le jour. Plus tard elle a eu la chance de constituer la base civilisationnelle de l’Europe et du Monde Occidental”. Des mots puissants qui devraient siffler dans les oreilles du président américain…

par -

La cour suprême grecque a refusé hier jeudi l’extradition en Turquie des huit militaires turcs, accusés par Ankara d’avoir participé au putsch manqué du 15 juillet en Turquie, rapporte “La Croix”.

Le ministère turc des Affaires étrangères a promptement réagi à la nouvelle, assurant qu’Ankara allait procéder à une “évaluation exhaustive” de l’impact de cette décision de justice sur ses relations avec Athènes, “bilatérales” et en matière de “coopération dans la lutte contre le terrorisme”.

Dans la foulée de ce jugement, la Turquie a également émis un mandat d’arrêt contre les huit hommes, et une nouvelle demande d’extradition, a ajouté la même source.

par -

L’expert en économie Hatem Zaâra  a affirmé que la Tunisie peut connaître un scénario pire que celui connu par la Grèce, estimant que la hausse du taux d’endettement et la détérioration du déficit budgétaire de plus de 10% du PIB ne font qu’aggraver la situation.

Lors de son intervention ce jeudi 6 octobre 2016 sur les ondes d’Express Fm, Zaâra a indiqué que la Tunisie ne cesse d’adopter depuis le 14 janvier 2011, la politique d’ « aumône », la même une stratégie suivie par la Grèce avant qu’elle n’annonce sa faillite. “Si la Grèce a réussi à compter sur le soutien d’autres pays de l’Europe et des institutions financières européennes, la Tunisie quant à elle, ne jouit pas de ce type de soutien financier pour sortir de sa crise”, a-t-il ajouté.

par -

Certains dirigeants allemands ont peur d’une chose en ce moment : Qu’un front méditerranéen se constitue au sein de l’Union européenne (UE) pour tenter d’obtenir l’inflexion des règles budgétaires communes. Pour l’Allemagne, la sortie de la Grande Bretagne de l’UE est synonyme d’une obligation de davantage de rigueur dans la gestion des budgets – comprenez il faut éviter un dérapage des déficits budgétaires -, alors que pour la Grèce, porte-drapeau des partisans de l’assouplissement – en gros les pays de la Méditerranée -, l’heure est à plus de clémence. D’ailleurs le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, se réunit ce vendredi à Athènes avec les chefs d’Etat et de gouvernement de France, d’Italie, d’Espagne, du Portugal, de Malte et de Chypre pour plancher sur l’orientation à donner à l’UE après le Brexit.

Tsipras, d’après l’agence Reuters, va aller à la rencontre avec dans sa besace des propositions anti-austérité, et il est en quête de soutien pour ce virage, alors que l’Allemagne est toujours arcboutée à une stricte discipline budgétaire. Les discussions entre la chancelière allemande, Angela Merkel et Tsipras risquent d’être électriques.

Le député européen Markus Ferber, membre de la CSU, la branche bavaroise de la CDU, le parti de Mme Merkel, a confié au journal Die Welt qu’il craignait que les pays du sud montent une “coalition de la redistribution” qui compromettrait la stabilité financière de l’Europe.
“Après le départ de la Grande-Bretagne, le ‘Club Med’ aura une minorité de blocage qui pourra faire obstacle à Bruxelles à toute loi qui ne lui convient pas”, ajoute-t-il.

Même son de cloche chez le commissaire européen Günther Öttinger. “Ce serait une mauvaise chose que le fossé se creuse entre les pays membres de l’UE ayant de gros problèmes budgétaires et ceux pour lesquels ils sont minimes”, déclare-t-il dans le Passauer Neue Presse.
M. Ferber, vice-président de la commission économique et de change du Parlement européen, a indiqué dans le même journal que l’Europe doit faire front pour bloquer les aspirations des pays du sud. “Il faut un signal pour plus de stabilité, ce qui implique qu’il faut appliquer les textes existants”, dit-il.
Il est même allé jusqu’à réprimander le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, pour avoir appuyé la décision de l’UE de ne pas sanctionner financièrement l’Espagne et le Portugal pour déficit budgétaire excessif.

par -

La ménopause ne sera peut-être plus bientôt synonyme de stress, de panique compte tenu de tous les désagréments qui lui sont associés, avec à leur tête la fin de la fertilité chez les femmes, cette chose épouvantable pour la gent féminine. Une équipe de médecins de la Clinique de la fertilité d’Athènes a déclaré avoir mis la main sur sur la technique pour “rajeunir” les ovaires après la ménopause et déclencher de nouveau l’ovulation.

Ces chercheurs ont inoculé du plasma riche en plaquettes (PRP) dans les ovaires des femmes ménopausées, et ça a permis de faire repartir le cycle menstruel. Les nouveaux ovules lâchés deviennent ainsi fécondables. Le procédé a parfaitement marché sur une femme de 40 ans, qui était ménopausée depuis 5 ans. Six mois après la piqûre de PRP, elle avait de nouveau ses règles.

“Cela apporte un espoir aux femmes qui souffrent de ménopause précoce car elles pourront tomber enceinte avec leur propre matériel génétique. Cela semble fonctionner dans deux tiers des cas”, indique le Pr Konstantinos Sfakianoudis, qui pilote ces recherches. “Nous avons constaté des modifications biochimiques, une restauration des règles, la production d’ovules et la fécondation”, a-t-il ajouté.

Cette étude a été dévoilée lors du Congrès annuel de la Société européenne de médecine de la reproduction et d’embryologie, qui a lieu actuellement à Helsinki, en Finlande.

par -

L’heure n’est plus aux formules feutrées, politiquement correctes, l’Europe a décidé de faire savoir au monde, aux migrants économiques en premier, qu’elle croule sous les flux massifs de réfugiés et qu’elle est au bord de l’implosion. Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a déclaré lors d’un déplacement en Grèce ce jeudi 03 mars : “Ne venez pas en Europe. Ne croyez pas les passeurs. Ne risquez pas vos vies et votre argent. Tout cela ne servira à rien (…). Ni la Grèce, ni aucun autre pays européen ne pourront continuer à être des pays de transit”. En guise d’avertissement, pour dissuader les plus récalcitrants, il a ajouté : “Les réglementations de Schengen seront à nouveau appliquées”…

Tusk était au chevet de la Grèce ce jeudi, un pays en grande difficulté du fait de la forte pression des flux migratoires ; actuellement plus de 10.000 migrants sont coincés à la frontière de la Grèce avec la Macédoine. La Grèce, qui a toujours refusé de boucler ses frontières, comme le font certains pays d’Europe de l’Est, file droit vers une crise humanitaire aigüe, d’où la sortie du président du Conseil européen pour tenter de calmer les ardeurs des migrants économiques. Pas sûr qu’il soit entendu…

Même si Tusk a agité la menace d’une réactivation des dispositifs de la zone Schengen, ce qui suppose des contrôles plus stricts aux frontières européennes extérieures, il critique néanmoins l’attitude de certains pays membres de l’Union européenne qui ont fixé des quotas pour pénétrer sur leurs territoires. “Des décisions unilatérales sans une coordination préalable, même si elles sont compréhensibles dans un contexte national, portent atteinte à l’esprit européen de solidarité”, a-t-il déclaré.

La Grèce a dénoncé à plusieurs reprises ces politiques restrictives unilatérales et accuse l’Autriche d’avoir ouvert la brèche, dans laquelle se sont engouffrés d’autres pays par la suite, laissant les Grecs seuls absorber ces flux massifs.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux