Tags Posts tagged with "interdiction de voyager"

interdiction de voyager

par -

Le président nigérian, Muhammadu Buhari, a signé samedi 14 octobre 2018 l’interdiction de voyager pour plus de cinquante hauts responsables. Ils sont accusés d’avoir trempé dans des affaires de corruption, un fléau endémique dont Buhari a le plus grand mal à se débarrasser alors qu’il en avait fait un de ses grands engagements durant sa campagne électorale de 2015. Un phénomène dont il est victime personnellement, du reste. Alors il met le paquet.

Désormais les autorités passent à la loupe toutes les transactions financières des individus sous le coup d’enquêtes pour corruption, comme le stipule un décret paraphé récemment par le chef de l’Etat.
La présidence nigériane explique cette interdiction massive de voyager, une première, par la nécessité d’empêcher les suspects, vu leurs positions, d’orienter les enquêtes et procès en cours.
Le porte-parole du président Buhari a indiqué dans un communiqué que les dossiers en question ont trait à des avoirs d’une valeur d’au moins 1,3 million de dollars, une broutille par rapport aux milliards de dollars dont les caisses de l’Etat ne verront jamais la couleur.

par -

La Chambre d’accusation auprès de la Cour d’appel de Tunis a décidé jeudi 26 juillet 2018 de lever l’interdiction de voyage qui frappait le businessman Slim Riahi, rapporte Shems FM.
S’agissant du gel des avoirs de l’ex-président du Club Africain, le tribunal se prononcera jeudi 2 août 2018…

par -

La saison touristique en Tunisie s’annonce prometteuse, et connaîtra ainsi un retour remarquable du marché européen, particulièrement le marché belge. C’est dans ce contexte qu’à l’issue d’une rencontre, à Bruxelles, entre le Chef du gouvernement, Youssef Chahed et son homologue Belge, Charles Michel, il a été décidé, jeudi 26 avril 2018, d’augmenter le flux de vacanciers belges vers la Tunisie de 25.000 à 50.000 touristes.

Cette rencontre, selon un communiqué rendu public par la présidence du gouvernement, a traité aussi des relations bilatérales entre les deux pays et des moyens pour les renforcer dans divers secteurs.

La Tunisie espère bien retrouver ses quelque 150 000 visiteurs belges par an, un chiffre qui avait chuté à 23 000 en 2016. Rappelons qu’en février 2017, le ministère belge des Affaires étrangères a de nouveau autorisé ses ressortissants à se rendre à Tunis et sur l’axe côtier de Hammamet, Nabeul, Sousse, Monastir Mahdia et Bizerte. Il a en revanche déconseillé les déplacements dans les zones frontalières avec l’Algérie et la Libye. Cette décision a été prise après “le constat d’une évolution sur le plan sécuritaire” en Tunisie. Néanmoins, et jusqu’à présent, beaucoup de Belges rejoignaient la Tunisie à partir de la France ou du Grand-Duché de Luxembourg, où l’avis aux voyageurs n’était pas négatif !

Pour confirmer l’attractivité croissante de la destination tunisienne pour les touristes belges, le ministère du Tourisme, en collaboration avec les professionnels du secteur, a annoncé la mise en place de toute une stratégie innovatrice, dont notamment le renforcement des campagnes promotionnelles pour attirer un grand nombre de Belges, sachant que le touriste belge dépense en moyenne 2.500 euros par an et par ménage. Un des budgets les plus importants au niveau européen.

A noter que le ministère du Tourisme a récemment annoncé que du 1er janvier au 20 avril 2018, la Tunisie a accueilli près de 1,7 million de touristes, soit une évolution de 19% par rapport à la même période de 2017 ; ce chiffre est même supérieur à celui enregistré en 2010.

Le pays a enregistré ces derniers temps une reprise du trafic passagers et du tourisme, grâce à la diminution des craintes liées à la sécurité et la levée d’interdiction de voyage par de nombreux pays européens. En revanche, le secteur fait encore face à des problèmes d’ordre structurel et nécessite un bon diagnostic pour le promouvoir, au regard de l’impératif de mettre en place un plan d’action pour diversifier le produit touristique.

par -

Après un message de l’opposant Jean Ping, qui appelle au soulèvement populaire afin d‘évincer son rival Ali Bongo du pouvoir, les autorités gabonaises ont pris des mesures conservatoires pour parer à toute éventualité d’insurrection, relate Africanews.

Depuis sa défaite à l‘élection présidentielle du 27 août 2016 l’opposant Jean Ping mène plusieurs actions afin que le président Ali Bongo cède le pouvoir. Mais celui-ci tient droit dans ses bottes malgré les violences survenues dans le pays auxquelles la Cour Pénale Internationale (CPI) s’est intéressée sous invitation des deux parties, gouvernement et opposition.

par -

Dorsaf, la fille de l’ancien président déchu Zine el-Abidine Ben Ali et épouse de Slim Chboub, a récemment déposé un dossier médical français chez les autorités tunisiennes, faisant état de la dégradation de son état de santé et sur la nécessité de se faire opérer pour une maladie maligne.

Selon des sources bien informées citées ce lundi 10 octobre 2016 par le journal Al Chourouk, elle est toujours interdite de voyager. Privée de son passeport depuis près de cinq ans, elle reçoit même des menaces quotidiennes et subit des pressions pour quitter sa maison.

On rappelle que cette décision fait suite à un décret qui a été adopté fin février 2011 par le Conseil des ministres du gouvernement de Béji Caïd Essebsi ; il stipulait la saisie des avoirs et des biens mobiliers et immobiliers appartenant à 110 personnes de l’entourage de Ben Ali.

par -

Dorsaf, la fille de l’ancien président déchu Zine el-Abidine Ben Ali  et épouse de Slim Chboub, est toujours interdite de voyager. Privée de son passeport depuis près de cinq ans, elle reçoit même des menaces quotidiennes et subit des pressions pour quitter sa maison, rapporte le journal Al Chourouk, ce mercredi 5 octobre 2016.

On rappelle que cette décision fait suite à un décret qui a été adopté fin février 2011 par le Conseil des ministres du gouvernement de la troïka ; il stipulait la saisie des avoirs et des biens mobiliers et immobiliers appartenant à 110 personnes de l’entourage de Ben Ali.

par -

Une mesure d’interdiction de voyager à été prise à l’encontre de l’homme d’affaires belge dont le passeport a été, en outre, confisqué, a déclaré le porte-parole officiel du tribunal de première instance de Tunis, Kamel Barbouche, expliquant dans une déclaration à Assabahnews qu’il s’agit de deux mesures conservatoires décidées suite au transfert du dossier au Parquet de Nabeul.

Il a ajouté que l’homme d’affaires belge fait l’objet de poursuites dans des affaires de droit commun, après que le pôle judiciaire  des affaires terroristes l’a blanchi d’infractions terroristes et ordonné sa libération, auquel cas il ne peut pas être placé en garde à vue pendant 15 jours, comme le prévoit la loi.

D’autre part, il a indiqué que les présumées armes du conteneur ont toutes fait l’objet d’expertises qui ont conclu qu’il ne s’agit pas d’armes à feu au sens de la loi de 1996 relative aux armes, sauf pour le cas d’un revolver et de munitions y attachées, ajoutant que concernant le « drone » la loi tunisienne n’en interdit pas la détention.

FOCUS 🔍

Comme chaque année et pour la 8ème fois consécutive, Orange Tunisie a organisé son Orange Summer Challenge (OSC), le rendez-vous incontournable des jeunes technophiles,...

Le meilleur des RS

La loi antiraciste vient d'être votée par le Parlement, avec son lot de sanctions qui en refroidit plus d'un (fortes amendes et même peine...

INTERVIEW

Slim Feriani, le ministre de l'Industrie et des PME et de l'Energie par intérim, a récemment accordé à Africanmanager une interview exclusive où il...

AFRIQUE

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) s’est préoccupé de l’évolution rapide de la situation humanitaire dans la région du Kasaï, en...

Reseaux Sociaux

SPORT