Tags Posts tagged with "japon"

japon

par -

L’économie japonaise a connu au troisième trimestre une croissance plus forte qu‘attendu, à la faveur notamment de la bonne tenue des exportations du pays, qui, avec un septième trimestre de suite de hausse du PIB, enregistre sa plus longue période d‘expansion depuis plus de dix ans.

Selon les données publiées mercredi par le gouvernement japonais et rapportées par Reuters, le produit intérieur brut (PIB) a augmenté de 1,4% en rythme annualisé sur la période juillet-septembre, alors que les économistes interrogés par Reuters avaient anticipé une progression de 1,3%.

Au trimestre précédent, la croissance était ressortie à 2,6% (chiffre révisé), toujours en rythme annualisé.

Les dépenses de consommation ont chuté pour la première fois en sept trimestres mais ce repli est vu comme étant temporaire au vu d‘une situation de plein emploi qui devrait doper la consommation des ménages dans un avenir proche.

Toujours selon Reuters, la hausse des dépenses d‘investissement et des exportations devraient également continuer à soutenir la croissance de la troisième économie mondiale, ce qui devrait contribuer à dissiper les doutes concernant la faiblesse de l‘inflation.

par -

Le ministre des Affaires étrangères, Khemaies Jhinaoui, a réaffirmé la disposition de la Tunisie à bâtir un partenariat durable avec le Japon et à développer les échanges commerciaux avec le Japon.
La Tunisie, a-t-il ajouté, est déterminée à mettre en place un nouveau cadre d’investissement offrant d’importantes opportunités pour les investisseurs nippons, sur la base d’un profit mutuel.
Présentant, jeudi, à Tokyo, une conférence sur le thème “La Tunisie, de la transition démocratique à l’essor économique”, à la fondation “Sasakawa Peace Foundation”, Jhinaoui a passé en revue les réformes entreprises par le gouvernement tunisien pour promouvoir le développement et renforcer la compétitivité de la Tunisie en matière d’investissement extérieur.
Il a, aussi, parlé des caractéristiques de l’expérience démocratique tunisienne et les facteurs de sa réussite et abordé le processus de transition démocratique.
De son côté, le président de la Fondation, Nobuo Tanaka, a salué l’expérience démocratique tunisienne, relevant que l’attribution du Nobel de la Paix 2015 au Quartet, parrain du dialogue national, est le fruit d’un consensus des Tunisiens pour faire réussir leur transition démocratique.
Plusieurs académiciens, chercheurs et journalistes ainsi que des hommes d’affaires japonais ont assisté à la conférence.
Le ministre des Affaires étrangères a, par ailleurs, accordé des interviews à des médias japonais, dont la chaine de télévision NHK, l’agence de presse Kyodo news et le journal économique Nikkei.
Khemaies Jhinaoui effectue les 1er et 2 novembre une visite à Tokyo à l’invitation de son homologue japonais.

par -

Le ministre des Affaires étrangères, Khemaies Jhinaoui, effectue, les 1er et 2 novembre 2017, une visite officielle à Tokyo (Japon), à l’invitation de son homologue japonais, Taro Kono.
Selon le département des Affaires étrangères, cette visite s’inscrit dans le cadre du renforcement des relations d’amitié et de coopération de longue date entre les deux pays, dans les domaines de l’économie, de la finance, du tourisme et de l’enseignement supérieur.
Elle entre, également, dans le cadre du suivi des résultats issus des travaux de la 9e commission mixte tuniso-nippone, tenue en juillet 2017 à Tunis.
En outre, Khemaies Jhinaoui aura une séance de travail avec son homologue japonais.
Il effectuera, par ailleurs, une série de rencontres avec des hauts responsables japonais avec qui il examinera les moyens d’impulser davantage la coopération avec le Japon et échangera les vues autour des questions régionales et internationales d’intérêt commun.
A noter que le Japon entretient avec la Tunisie des relations diplomatiques depuis 1956. Celles-ci connaissent un essor rapide depuis le milieu des années 70.
Le Japon a financé 41 projets touchant à plusieurs domaines prioritaires, notamment, l’agriculture, l’environnement et l’infrastructure, moyennant une enveloppe d’environ 6 milliards de dinars tunisiens.
Lors de la conférence internationale sur l’investissement “Tunisie 2020”, en novembre 2016, le Japon s’était engagé à réaliser une station de dessalement de l’eau de mer dans la ville de Sfax pour un coût de 811 millions de dinars.

par -

Les travaux du projet de construction d’une station de dessalement d’eau de mer à Sfax s’achèveront en février 2022, selon le 6ème numéro de la newsletter trimestrielle de la JICA (Agence japonaise de coopération internationale), daté du 25 octobre 2017.

Le projet est financé par un prêt concessionnel d’un montant de 980 millions de Dinars (MD), remboursable sur une durée de 25 ans avec 7 années de grâce et un taux d’intérêt de 1,7 %.
Les fonds du prêt serviront à l’installation d’équipements de haute technologie pour le dessalement de l’eau de mer, la fourniture et la pose de conduites de transport de l’eau, en plus des services de consulting.
La Société Nationale d’Exploitation et de Distribution des Eaux (SONEDE) sera en mesure ainsi de fournir 100 000 tonnes d’eaux supplémentaires par jour pour environ 600 000 personnes.
Ce projet garantira un approvisionnement stable d’une très bonne qualité d’eau dans le Grand Sfax, avec un taux de salinité conforme aux normes internationales et contribuera à l’amélioration des conditions de vie des habitants et au développement économique de toute la région“, assure la revue.

par -

Le constructeur automobile japonais Nissan a suspendu pour deux semaines la production de ses véhicules destinés au marché nippon. A l’origine de cette décision, la persistance de mauvaises pratiques de certification des véhicules neufs, rapporte Reuters.

C’est la première crise que doit affronter le PDG de Nissan, Hiroto Saikawa, qui a pris les commandes de l’entreprise en avril. Cette nouvelle affaire éclabousse déjà le partenaire de Nissan, Renault, dont le titre a perdu en Bourse 3% juste après le communiqué de la direction.

Cette affaire de certification a commencé le mois dernier. Nissan avait alors suspendu les immatriculations de plusieurs dizaines de milliers de véhicules produits avant le 20 septembre. Ces voitures se trouvaient encore dans ses usines et devaient être vendues sur le marché local, précise la même source.

Début octobre, nouveau rappel. Concernant cette fois, plus d’un million de véhicules, produits entre octobre 2014 et septembre 2017, et qui étaient déjà commercialisés au Japon. Coût de l’opération : 190 millions d’euros.

A huit jours de l’ouverture de grand salon automobile de Tokyo, cette affaire est quelque peu embarrassante pour la nouvelle direction de Nissan.

Selon la presse nippone, des certificats de contrôle auraient été falsifiés pour dissimuler la fraude. La pratique aurait continué même après les excuses du patron, détaille Reuters.

par -

La Corée du Nord a lancé, vendredi 15 septembre au matin, un missile qui a survolé le Japon, a annoncé le gouvernement nippon.

Selon les données rapportées par l’AFP, l’engin nord-coréen a survolé l’île septentrionale japonaise de Hokkaido à 07h06 (jeudi à 22h06 GMT) ont précisé les autorités, soulignant que le système d’avertissement J-Alert a été déclenché dans plusieurs régions du nord de l’archipel.

par -

Le gouvernement japonais va accorder une aide de 100 millions $ à l’Ethiopie afin de soutenir le développement du réseau routier du pays, rapporte l’agence de presse éthiopienne.

Selon les informations publiées par l’agence Ecofin, ce financement du Japon servira principalement à la mise à niveau de la route reliant la capitale Addis Abeba à la localité de Chida, située dans le sud du pays.

Pour rappel, l’Ethiopie et le Japon entretiennent des relations diplomatiques depuis le début des années 1930.

par -

La Corée du Nord a lancé ce mardi 29 août 2017  un autre missile balistique qui a survolé le nord du Japon, rapporte le site yonhapnews.

Vers 5h57,  un missile a été lancé depuis les environs de Sunan à Pyongyang en direction de la mer de l’Est. Il a traversé l’espace aérien japonais et est retombé dans l’océan Pacifique Nord. Il a parcouru une distance supérieure à 2.700 km et a atteint l’altitude d’environ 550 km.

D’après la même source, cette provocation nord-coréenne est un coup dur de plus pour les présidents sud-coréen et américain, Moon Jae-in et Donald Trump, qui cherchent à renouer le dialogue avec Pyongyang, et fera monter davantage la tension sur la péninsule.

par -

L’économie japonaise a progressé à un rythme inédit en deux ans au deuxième trimestre, sur fond de forte hausse de la consommation et de l’investissement, montrent les chiffres préliminaires publiés lundi par le gouvernement, rapporte Reuters.

Le produit intérieur brut japonais (PIB) a progressé de 4,0% au deuxième trimestre, dépassant largement les anticipations d’une croissance de 2,5% en rythme annuel. C’est la plus forte hausse du PIB depuis le début de l’année 2015.

En rythme trimestriel, l’économie a enregistré une expansion d’1,0%, également au-dessus des attentes des économistes, qui prévoyaient une croissance de 0,6% d’avril à juin.

La croissance en rythme annuel du premier trimestre a été révisée à la hausse et s’établit à 1,5%. En rythme trimestriel, le PIB enregistre une hausse de 0,4% de janvier à mars (0,3% en lecture préliminaire).

La dynamique de croissance est susceptible de se prolonger cette année, et pourrait signaler que le resserrement du marché du travail commence à avoir des effets positifs sur la consommation et à terme sur l’inflation, comme l’espère la Banque du Japon.

par -

A l’heure où presque tous les sondages donnent la présidente du Front national (FN), Marine Le Pen, en tête du premier tour de l’élection présidentielle, le 23 avril 2017, l’ambassadeur de France au Japon, Thierry Dana, prend clairement ses distances avec l’extrême droite, rapporte l’AFP. Dans une tribune qui sera publiée dans l’édition du journal Le Monde de demain jeudi 09 mars 2017, l’ambassadeur a fait savoir qu’il lui était impossible de “servir” Le Pen si elle gagnait la présidentielle. Thierry Dana pose là un acte qui pourrait faite tache d’huile dans le milieu très réservé et feutré de la diplomatie.

“Si les éléments de la tragédie française qui se mettent en place devaient conduire à son élection, je me placerais en réserve de toute fonction diplomatique”, a écrit l’ambassadeur.  Ce dernier a apostrophé Mme Le Pen en ces termes : “La France est conquérante et vous voulez en faire un pré carré. La France est généreuse et vous voulez en faire une boutique repliée sur elle-même. La France est créative et votre vision sent le rance”.

Le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, a réagi en affirmant que “ce n’est pas le rôle d’un ambassadeur” de prendre position de la sorte, mais que les fonctionnaires ont la possibilité de faire valoir le “droit de retrait”. Une façon implicite d’appuyer cette sortie et de tacler la présidente du FN, que rien ne semble ne semble pouvoir stopper…
Quant au ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault, il a invité les diplomates à s’astreindre au “devoir de réserve et au principe de neutralité”.
“Dans un contexte de montée du populisme, il convient de garder son sang-froid, sauf à prendre le risque de contribuer à alimenter la démagogie dirigée contre les fonctionnaires (…) En tant que citoyen, chacun pourra peser, selon ses convictions et en exerçant son droit de vote, sur un choix essentiel pour notre pays”, a indiqué Ayrault.

Thierry Dana doit normalement être réaffecté cet été, pour une destination inconnue, mais il a d’ores et déjà fait savoir qu’il ne s’y rendrait pas, “la mort dans l’âme (…), plutôt que de servir la diplomatie du Front national”. Il pourrait faire des émules a en croire la réaction de l’ambassadeur de France à Washington, Gérard Araud, sur Twitter : “Très beau texte de mon homologue à Tokyo”. A ajouter à ce que disent de nombreux diplomates, qui se posent de “vraies questions” et ne sont “pas du tout” certains de pouvoir cohabiter avec un exécutif d’extrême droite…

par -

La Corée du Nord a tiré lundi 6 mars une salve de quatre missiles balistiques, dont trois ont fini leur course en mer dans la zone économique exclusive (ZEE) du Japon, qui s’étend jusqu’à 370 kilomètres de ses côtes, a annoncé l’AFP.

Le Nord ambitionne de mettre au point un missile intercontinental balistique (ICBM) capable de porter le feu nucléaire sur le continent américain, mais Donald Trump a promis que cela ne se produirait pas.

D’après Séoul, Pyongyang a tiré quatre missiles en mer Orientale (mer du Japon). La Corée du Sud comme son allié américain sont en train “d’analyser” ces tirs “de près”.

par -

Pour la deuxième fois, le Japon vient de faire un don au Maroc qui servira à l’achat de voitures alimentées en énergie propre, rapporte le site bladi.net.

Une convention portant sur un montant de 300 millions de yens, soit environ 26 millions de dirhams, a été signée en ce sens vendredi par l’ambassadeur du Japon au Maroc, Tsuneo Kurokawa et l’ambassadeur secrétaire général des Affaires étrangères et de la Coopération, Mohamed Ali Lazreq.

par -

Dans un monde déjà très agité et dangereux, le président russe, Vladimir Poutine, a fait monter la tension d’un cran en ordonnant, ce jeudi 22 décembre, le renforcement de la puissance de feu nucléaire du pays. But de la manoeuvre : Se doter de la capacité de briser tout bouclier antimissile, comme celui que les USA projettent d’installer en Europe orientale. Il se murmure que Poutine est un “ami” du nouveau président américain, Donald Trump, mais ce qui est sûr c’est qu’il va falloir que le républicain se méfie de l’homme fort de la Russie.

“Il faut renforcer le potentiel militaire des forces nucléaires stratégiques, avant tout à l’aide de systèmes de missiles capables de garantir le franchissement des systèmes de défense antimissile existants ou à venir”, a lancé Poutine dans une réunion avec l’ensemble des patrons des armées russes. Cette phrase n’est pas tombée dans l’oreille de sourds. D’ailleurs avec Poutine il vaut mieux ne pas faire la sourde oreille si on veut faire de vieux os dans sa fonction…

Mais le sujet n’est pas nouveau, en effet dès juin 2015, le chef de l’Etat russe avait déjà ébruité le déploiement de plus de 40 nouveaux missiles balistiques intercontinentaux, capables de “percer les systèmes de défense antiaérienne les plus sophistiqués”. C’était une réaction au projet américain d’implanter des armes lourdes en Europe de l’est.

La Russie prend très mal le fait que les Etats-Unis déploient en Roumanie et en Pologne des pans de leur bouclier antimissile. Pour Moscou, ce dispositif est une menace directe contre sa capacité de dissuasion nucléaire, quoi qu’en dise Washington, qui continue d’arguer que ce bouclier ne sert qu’à protéger l’Europe d’une éventuelle menace iranienne.
“Il faut faire attention à n’importe quel changement dans l’équilibre des forces et de situation politico-militaire dans le monde et surtout aux frontières russes. Et corriger à temps nos plans pour éliminer les menaces potentielles contre notre pays”, a indiqué M. Poutine.

Et comme un malheur n’arrive seul, plus tôt dans la journée de ce sombre jeudi c’est le gouvernement japonais, pourtant très paisible d’habitude, qui a fait savoir qu’il a donné son feu vert pour porter le budget annuel de la Défense à un niveau sans précédent, rapporte le journal “Japan Times”. Le Japon casse sa tirelire car il a une trouille bleue de son voisin nord-coréen. 5125 milliards de yens (41,8 milliards d’euros), c’est la somme astronomique que vont engloutir les dépenses militaires, +1,4% par rapport au budget de l’an dernier, une tendance à la hausse depuis 5 ans. A ajouter aux 210 milliards de yens (1,7 milliard d’euros) qui seront décaissés en 2017 pour la garde côtière japonaise, au-delà de la somme demandée par ce corps, “car les préoccupations demeurent sur la présence de la Chine dans les eaux autour du Japon», indique le quotidien “Asahi Shimbun”. Le budget militaire crève le plafond de 1 % du PIB japonais, presque le seuil autorisé par la Constitution pour les dépenses militaires. Le Japon s’emballe et son image de nation pacifique par excellence en prend un sacré coup. Mais que voulez-vous, quand on a l’imprévisible Kim Jong-un (président de la Corée du Nord) et la puissante Chine à sa porte, on n’est jamais trop prudent…

par -

L’agence spatiale nippone a annoncé avoir envoyé dans l’espace un vaisseau de ravitaillement avec à son bord un engin de nettoyage des débris spatiaux, rapporte le site « fredzone.org ».

Dans leurs recherches, les scientifiques de l’agence en question ont travaillé sur un moyen de consumer ces déchets de vieux satellites ou de fusées envoyés par l’homme.

D’après la même source, l’engin de nettoyage spatial qu’ils ont utilisé se présente en fait sous la forme d’un câble électrodynamique attaché à un vaisseau. Il a été fabriqué avec l’aide d’un fabricant de filets de pêche. Ce filament d’acier et d’aluminium de 700 mètres de long et de 30 mètres de large fonctionne comme un aimant.

À partir du champ magnétique de la terre, le câble attire les débris se trouvant à proximité. Après cela, les déchets vont descendre de manière progressive jusqu’à atteindre l’atmosphère, pour finir en cendres fumantes.

Si l’expérience porte ses fruits, alors d’autres appareils du même type seront envoyés dans l’espace afin de le nettoyer de fond en comble, explique «  fredzone.org ».

par -

La facture du démantèlement de la centrale nucléaire de Fukushima et les indemnisations, suite à l’accident qui s’est produit le 11 mars 2011, sera salée. Le ministère japonais de l’Economie, du Commerce et de l’Industrie (Meti) a fait ses calculs et a trouvé une somme vertigineuse : Plus de 20 trillions de yens, ce qui fait plus de 167,8 milliards d’euros. Autant dire un record mondial pour les indemnisations. Les autorités peuvent se targuer de maitriser la situation après la terrible catastrophe nucléaire, pour ce qui est du gouffre financier, il semble que ce soit hors de contrôle. Il y a à peine 3 ans, le gouvernement évoquait une somme presque deux fois moins importante. Fin 2013, on évoquait, tout au plus, le chiffre de 11 trillions de yens (92,2 milliards d’euros) de dépenses.

Si on ajoute un oeil sur la répartition de ce pactole, d’après les autorités japonaises, les indemnités vont accaparer 67 milliards d’euros au lieu des 45,3 milliards annoncés en 2013. Les coûts de la décontamination des endroits affectés par les retombées radioactives vont monter en flèche, jusqu’à doubler pour se situer aux alentours de 42 milliards. A ajouter aux dépenses pour la destruction des six réacteurs de Fukushima-daiichi, qui prendraient quarante ans, au bas mot et coûter «plusieurs centaines de milliards de yens (millions d’euros) par an», disait dimanche dernier le Nikkei. Si on y greffe le tarif des travaux pour le stockage des déchets irradiés, on se retrouve avec 167,8 milliards de yens.

par -

Le Japon veut construire le superordinateur le plus rapide au monde dans le but de fournir aux industriels du pays une plate-forme de recherche susceptible de les aider à développer et à améliorer des voitures autonomes ainsi que des technologies dans la robotique et le diagnostic médical, rapporte « Reuters ».

Le ministère de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie va consacrer 19,5 milliards de yens (163 millions d’euros) à ce projet, évoqué pour la première fois.

Le gouvernement japonais voudrait que la troisième puissance économique retrouve sa puissance d’innovation dans le domaine des hautes technologies, où elle a perdu la main dans de nombreux secteurs, notamment sous le coup de la concurrence féroce de la Corée du Sud et de la Chine, indique la même source.

par -

Un cinquième des Japonais actifs risquent de décéder d’un surmenage, qu’on dénomme au Japon “karoshi”. C’est un très sérieux rapport gouvernemental qui le dit.

Le document fait partie du premier livre blanc sur ce fléau et il a été validé hier vendredi 7 octobre par le cabinet du Premier ministre, Shinzo Abe.

A signaler que le phénomène préoccupe les autorités car des centaines de morts liées à l’épuisement au travail, par crise cardiaque, accident vasculaire cérébral ou suicide, sont recensés chaque année au Japon. Sans perler de moult problèmes de santé graves.

D’après le rapport, 22,7% des firmes japonaises sondées entre décembre 2015 et janvier 2016 ont affirmé que certains de leurs salaries faisaient plus de 80 heures supplémentaires chaque mois – 80 étant officiellement considéré comme le chiffre à partir duquel le risque de mourir de surmenage est élevé.

L’étude démontre aussi que 21,3% des employés japonais travaillent 49 heures ou plus par semaine en moyenne, contre 16,4% des salariés aux Etats-Unis, 12,5% en Grande-Bretagne et 10,4% en France. Le rapport indique également que les employés japonais déclarent des niveaux élevés de stress en rapport avec leur travail.

par -

Stupeur et tremblements au Japon où une série de décès étranges a été enregistrée à l’hôpital de Yokohama, au sud de Tokyo. Les questions fusent après la mort de deux patients de 88 ans récemment suite à l’inoculation d’une substance chimique, peut-être par perfusion intraveineuse, ont rapporté lundi 03 octobre les médias. Ces morts viennent s’ajouter aux 46 autres signalés depuis juillet dernier.

L’autopsie des dépouilles des deux hommes révèle la présence d’une substance chimique présente dans des antiseptiques et selon les médias, les services de police suivent la piste d’un poison sciemment administré aux patients. Du coup les enquêteurs ont exhumé les dossiers d’une quarantaine de décès, quasiment dans les conditions. « Nous voyons beaucoup de gens mourir ici en raison de la nature de notre établissement mais il nous semble que leur nombre augmente un peu », a confié un responsable de l’hôpital à l’agence Kyodo, précisant le chiffre de 46 autres décès suspects de patients hospitalisés, qui plus est dans le même étage!

Mais les policiers se heurtent à un écueil, de taille : La plupart des corps ont déjà été incinérés, ce qui rend périlleuse la recherche d’indices sur les motifs de ces décès, indiquent les médias. Toutefois il y a des éléments intéressants pour la police : Le personnel de l’hôpital a noté des traces de perforation sur dix poches de perfusion intraveineuse aux abords du local des infirmières, d’après la presse. La police et l’hôpital ont refusé de commenter ces informations…

A signaler que cette affaire a été précédée par une autre, il y a un peu plus de deux mois : 19 individus avaient été assassinés dans un centre pour handicapés mentaux, la pire tuerie en série au Japon depuis des décennies.

par -

Un avion militaire américain se serait écrasé au sud de l’île japonaise d’Okinawa. Les gardes-côtes auraient déployé un important dispositif de recherche pour retrouver l’appareil. L’équipage serait sain et sauf, rapporte la chaîne «RT».

L’aéronef, qui serait un avion d’attaque au sol « AV8B Harrier II », aurait fait partie de la flotte de la base américaine d’Okinawa. Selon Okinawa Times, l’avion de combat se serait écrasé en mer après son décollage, a ajouté la même source.

par -

Le ministre des affaires étrangères Khemaies Jhinaoui a souligné que depuis l’établissement en 1977 de l’Agence de coopération internationale japonaise (JICA) en Tunisie, le Japon a financé et participé à la réalisation de plus de 41 projets de développement dans notre pays, notamment la construction du pont de Radès et le Technopole de Borj Cedria.
Il a affirmé que “la contribution du Japon au développement de la Tunisie, ne se limite pas seulement à un apport financier et technique, mais s’illustre par le travail remarquable accompli depuis 1975 par les volontaires japonais, notamment en faveur du développement dans les différentes régions de la Tunisie”.
Le ministre s’exprimait à l’occasion de l’inauguration jeudi soir au musée du Bardo d’une exposition photographique japonaise, dans le cadre de la célébration du 60e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques tuniso-japonaises.
“Je formule notre vif souhait de voir nos amis et partenaires japonais continuer à apporter un appui substantiel aux efforts menés par la Tunisie dans cette phase cruciale de son processus démocratique et de réformes économiques”, a-t-il souligné.
Khemaies Jhinaoui a affirmé d’autre part que la Tunisie s’attend “à une participation de haut niveau du Japon à la conférence internationale sur l’Appui à l’Economie et de Promotion de l’Investissement en Tunisie les 29 et 30 novembre 2016.
Le ministre a fait remarquer que les deux pays depuis l’établissement des liens diplomatiques “sont parvenus à cultiver ensemble un esprit de compréhension mutuelle, de respect et de coopération gagnant-gagnant”.
Il a rappelé que “La Tunisie et le Japon partagent les mêmes valeurs universelles et défendent les principes de la Charte des Nations Unies”.
“Aussi, profondément convaincue de son engagement en faveur de la promotion du développement, de la paix et de la sécurité internationales, la Tunisie a-t-elle soutenu l’élection du Japon en qualité de membre non permanent du conseil de sécurité de l’ONU”, a-t-il affirmé.
“Pour célébrer cet heureux évènement, le choix a été porté sur le Musée du Bardo. Comme vous le savez tous, ce haut lieu historique et joyaux du patrimoine tunisien qui témoigne à la fois de l’identité culturelle et de la richesse civilisationelle de la Tunisie ainsi que de son apport et celui de son peuple à l’Histoire du monde, a malheureusement été, le 18 mars 2015, le théâtre d’un attentat terroriste odieux ayant fait 21 victimes parmi des touristes étrangers dont 6 victimes japonaises”, a déploré le chef de la diplomatie tunisienne.
Khemaies Jhinaoui a souligné dans une déclaration à la presse en marge de cette cérémonie, que le Japon a été parmi les premiers pays à aider financièrement la Tunisie et à réaliser plusieurs projets dans notre pays.
“La coopération bilatérale a connu une baisse relative après 2011, notamment après l’attentat terroriste du Bardo, mais les deux parties œuvrent à relancer la coopération pour toucher des secteurs important comme le développement durable, les infrastructures, la culture et l’enseignement”, s’est-il réjoui.
Le ministre de la culture, Mohamed Zine El Abidine, a mis également en valeur les relations stratégiques entre les deux pays qui “ne se sont pas ressenties des développements géopolitiques et se sont renforcées”.
Il a précisé que la coopération culturelle bilatérale porte sur les ressources humaines, par le biais de l’échange des compétences et sur les équipements, le Japon comptant les plus grandes firmes de production des instruments de musique et des technologies de sonorisation en cinéma, arts visuels, musique et éclairage.
“La coopération avec le Japon peut se diversifier pour porter sur la mise à niveau des maisons de cultures à l’intérieur du pays, l’encouragement des initiatives privées en matière culturelle, ainsi que sur d’autres opportunités qu’il importe d’inclure dans un programme de développement mené à l’échelle nationale avec un appui international”, a-t-il ajouté.
De son côté, l’ambassadeur japonais Susumu Hasegawa a réaffirmé la volonté de son pays de continuer à soutenir les efforts de la Tunisie pour surmonter ses difficultés socio-économiques.
“Le premier ministre Abe a annoncé son intention d’apporter à l’Afrique dans trois ans à venir un soutien d’environ 10 milliards de dollars pour le développement de ses infrastructures. Si on ajoute à cela les investissements privés, le montant total dépassera 30 milliards de dollars”, a-t-il souligné.
Le diplomate japonais a relevé que la coopération a connu un développement des échanges culturels et académiques, indiquant que le Japon “est pleinement conscient de l’importance de la Tunisie au plan diplomatique, démocratique et régional.
“Depuis la Révolution, vous avez accompli la démocratisation avec succès et maintenant vous devez vous attaquer aux problèmes économiques et sociaux tel que le chômage des jeunes et la disparité régionale. Le Japon, géographiquement loin de la Tunisie, mais est toujours aux côtés des Tunisiens. J’affirme notre intention de poursuivre notre soutien à vos efforts”, a-t-il relevé.
“C’est un grand honneur que l’exposition se tient ici au Musée de Bardo, le musée le plus prestigieux en Tunisie. Mais il faut se rappeler le tragique attentant terroriste survenu en mars 2015 ici, a rappelé l’ambassadeur japonais. ” J’aimerai prier, de nouveau, pour le repos de l’âme de toutes les victimes, y compris trois victimes japonaises. Depuis lors, le gouvernement tunisien a déployé ses efforts particuliers pour renforcer les mesures de sécurité, ce que le Japon apprécie”, s’est-il félicité.
Le député japonais Kazonori Tanaka, a réaffirmé de son côté, la disposition totale de consolider les relations entre les deux pays, soulignant que la solidité des relations entre les deux peuples amis ne peut manquer de consolider les relations futures et promouvoir la coopération à tous les niveaux.
L’exposition, placée sous le signe “Vue sur le monde moderne: une photographie moderne du Japon des années soixante dix à aujourd’hui”, porte sur “l’homme en tant qu’une partie de la société”, les transformations urbaines au Japon, dans les banlieues et les zones de l’intérieur qui reflètent la grande croissance économique de ce pays asiatique en ce début du 21e siècle.
La cérémonie a été ponctuée par deux spectacles musicaux, l’un japonais et l’autre tunisien, interprété par Amina Srarfi.

Le meilleur des RS

Dans un récent statut sur sa page officielle, l’économiste Ezzeddine Saidane dit «Non, ce n’est pas vrai, il n’y a pas de reprise économique»....

INTERVIEW

Appelé «bulldozer de la finance» par notre confrère Business News, à 48 ans et des dizaines d’entreprises introduites sur la cote de la bourse...

AFRIQUE

La KfW, la Banque allemande de développement, et l'Agence pour l'assurance du commerce en Afrique (ACA) ont annoncé, en marge du sommet African Investment...

Reseaux Sociaux

SPORT

La sélection tunisienne de handball (cadets) a remporté le championnat arabe de la catégorie grâce à sa victoire face à son homologue égyptienne par...