Tags Posts tagged with "JORT"

JORT

par -

Le décret gouvernemental portant instauration d’une prime annuelle de rentrée universitaire en faveur des enseignants permanents dans les établissements de l’enseignement supérieur et dans la recherche vient d’être publié au Journal Officiel de la République Tunisienne (JORT) du 09 novembre 2018, rapporte Mosaïque fm.

Les dispositions de ce décret gouvernemental n°904 de l’année 2018 entrent en application à partir du mois de septembre 2018 sachant que le montant brut de la prime varie entre 1706 et 823 dinars et ce, selon le corps et le grade.

A noter que la création de cette prime fait suite à un accord signé entre le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et la Fédération générale de l’enseignement supérieur relevant de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT).

par -

Le décret gouvernemental n° 2018-746 du 7 septembre 2018, fixant les critères et le montant des primes et avantages accordés aux présidents des municipalités a été publié dans le dernier numéro du Journal officiel de la République tunisienne (JORT).

Comportant 13 articles, le décret gouvernement prévoit dans l’article 3, l’octroi aux présidents des municipalités d’une prime globale au titre de la gestion et du recouvrement des dépenses liées à la responsabilité, au logement et à la représentation.

Au début de chaque mandat municipal, le montant mensuel brut de la prime accordé aux présidents des municipalités est fixé selon l’un des critères suivants:

-Nombre d’habitants de la commune selon le dernier recensement officiel à la date de l’organisation des élections municipales ou le montant du budget équivalent ou dépassant ses recettes ordinaires durant l’année précédant le mandat municipal (10 MD).

Le montant de la prime est calculé selon les catégories suivantes:

+catégorie 1 : (municipalités de moins de 10 000 habitants),

+catégorie 2 : (municipalités de 10 001 à 30 000 habitants),

+catégorie 3: (municipalités de 30 001 à 100 000 habitants),

+catégorie 4 (municipalités de 100 001 à 300 000 habitants),

+catégorie 5 (municipalités de plus de 300 000 habitants).

Le montant de la prime varie, conformément à ces catégories, soit entre 1.250 à 4.000 dinars (prime de gestion), 150 à 200 dinars (prime de responsabilité), 250 à 500 dinars (prime de logement), 100 à 400 dinars (prime de représentation).

par -

Tout candidat à l’examen du baccalauréat ayant commis la fraude ou la tentative de fraude ne pourra s’inscrire de nouveau à l’examen qu’après cinq ans et sera exclu de tous les établissements éducatifs publics, mentionne un arrêté du ministre de l’éducation datant du 15 mai 2018 et amendant l’arrêté du 24 avril 2008 relatif au régime de l’examen du baccalauréat.

Publié le 18 mai 2018, dans le journal officiel de la République tunisienne (JORT), l’arrêté indique, également, que toute mauvaise attitude ou mauvais comportement est puni par une exclusion de tous les établissements éducatifs publics outre l’interdiction de passer l’examen pendant trois ans. Lorsque la fraude ou la tentative de fraude est associée au mauvais comportement, le candidat risque d’être interdit de passer l’examen du baccalauréat pendant six ans, outre son exclusion de tous les établissements éducatifs.

L’arrêté stipule que la sanction sera décidée par un comité national et ce, après l’examen du dossier du candidat et du rapport des commissions préliminaires.

Ce comité peut, aussi, suggérer au ministre de l’éducation d’ouvrir une enquête administrative pour identifier les responsabilités.

A noter que la session principale du baccalauréat au titre de l’année 2018, démarrera le 06 juin et se poursuivra jusqu’au 13 du même mois.

Les résultats seront annoncés le 24 juin 2018. La session de contrôle aura lieu du 26 au 29 juin 2018 et les résultats seront annoncés le 07 juillet 2018.

par -

Le président de l’ISIE, Mohamed Tlili Mnasri a annoncé que le conseil de l’instance validera aujourd’hui, les résultats définitifs pour 324 circonscriptions.

Dans une déclaration ce jeudi 17 mai 2018 à Mosaïque Fm, il a expliqué qu’aucun appel n’a été déposé auprès du tribunal administratif contre les résultats des circonscriptions qui seront validés. Ainsi, les résultats partiels annoncés auparavant deviennent définitifs.

Mnasri a rappelé que l’annonce finale des résultats des élections municipales aura lieu le 13 juin. Les résultats seront publiés au JORT et sur le site de l’ISIE conformément à la loi électorale.

par -

Les citoyens qui pourrissent la vie de leurs concitoyens à travers moult incivilités, qui défigurent les places publiques avec les immondices qu’ils y jettent impunément, et bien c’est terminé, à en croire le tour de vis opéré par le gouvernement et qui a été rendu public dans le JORT. La police de l’environnement et la police municipale ont désormais à disposition un arsenal législatif, à coup d’amendes très salées, pour mettre un terme aux horreurs et agressions contre l’environnement, lesquelles sont devenues presque une seconde nature. Enfin, les choses vont changer sur le papier, pour ce qui est de l’effectivité, on repassera. Mais l’essentiel n’est-il pas, pour le moment, de siffler officiellement la fin de ces comportements qui ne sont pas les meilleurs amis de la santé publique, du cadre de vie, du tourisme, du Trésor public…

Les délinquants de l’environnement vont encourir de lourdes amendes d’ici deux mois environ, en cas notamment de dépôt sauvage de gravats et autres déchets de jardins et ménagers, d’implantation, sans autorisation, de constructions ou de kiosques, sur le domaine public routier, de stationnement de véhicules sur des emplacements non réservés, d’installation de panneaux publicitaires sur le domaine public ou encore de dégradation ou de destruction de biens publics.
En effet, le décret gouvernemental n° 2018-59 du 16 janvier 2018, publié dans le JORT du 19 janvier 2018, fixe “le barème des montants de l’amende administrative inscrite dans l’article 45 (nouveau) de la Loi n° 2017-20 du 12 avril 2017, modifiant et complétant la loi n° 86-17 du 7 mars 1986, relative à la refonte de la législation relative au domaine public routier de l’Etat“.
Ces amendes entreront en application dans un délai de 60 jours à partir de la date de leur publication au JORT et seront augmentées de 10% toutes les cinq années.

Ces amendes sont fixées comme suit :
– Dépôt sauvage de gravats et autres déchets de jardins et ménagers sur domaine public routier public : une amende de 1000 dinars
– Stationnement de véhicules sur des emplacements non réservés ou entravant le trafic routier : 300 dinars
– Implantation, sans autorisation, de constructions ou de kiosques, sur le domaine public routier : 100 dinars pour chaque m2
– Installation de panneaux publicitaires sans autorisation, sur le domaine public routier ou sur les constructions avoisinantes : 2000 dinars pour chaque panneau
– Installation d’enseignes publicitaires (supports souples) sur le domaine public routier, ou sur les constructions avoisinantes : 1000 dinars pour chaque enseigne
– Pose d’affiches publicitaires, de renseignement, d’information ou d’orientation, au niveau des ponts, des poteaux électriques ou des ouvrages et équipements relevant du domaine public routier : 300 dinars
– Déversement d’huiles, de matières liquides dangereuses ou de béton sur la voie publique, ou dans les ouvrages d’évacuation des eaux pluviales, les espaces verts et les différents espaces relevant du domaine public routier : 600 dinars
– Déversement des eaux usées sur la voie publique ou dans les canaux d’évacuation des eaux pluviales : 400 dinars
– Forage au niveau du domaine public routier : 100 dinars pour chaque mètre linéaire
– Implantation anarchique de ralentisseurs (dos-d’âne) sur le domaine public routier : 1000 dinars pour chaque ralentisseur
– Installation de canaux d’irrigation ou autre type de canaux au niveau du domaine public routier : 100 dinars pour chaque mètre linéaire
– Destruction de poteaux électriques : 2000 dinars pour chaque opération
– Destruction des lampes des poteaux électriques, des balises de marquage routier, des points kilométriques et de tous les équipements relevant du domaine routier public : 400 dinars
– Destruction des Panneaux de signalisation routière : 1000 dinars
– Destruction des accotements : 100 dinars pour chaque mètre linéaire
– Détournement de l’électricité : 2000 dinars
– Etalage de marchandises dans des véhicules de transport ou autres au niveau du domaine routier public : 300 dinars
– Abandon de véhicules ou de carcasses de véhicules au niveau du domaine routier public : 500 dinars l’unité.

Vu la terreur qu’inspire au citoyen tout coup porté à son portefeuille, une vraie révolution va s’opérer dans deux mois, un peu comme toutes ces ceintures qu’on a vu fleurir sur le torse des conducteurs depuis que la chose a été imposée, à coup d’amende. Bon, il ne faut pas se leurrer, on continuera de polluer, salir, envahir l’espace public à l’abri des regard indiscrets, mais la pédagogie fera progressivement son effet parallèlement à la répression. Mais il s’agit surtout de forger les générations futures, pour espérer une transformation radicale dans quelques années…

TAP

par -

La décision de l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE) relative au calendrier des élections municipales, prévues le 6 mai 2018, vient d’être publiée dans le dernier numéro (N°101) du Journal officiel.
La décision avait été rendue publique par l’ISIE lundi dernier. Elle comporte 12 articles qui se présentent en 4 chapitres : Enregistrement des électeurs, candidatures aux élections municipales, campagne électorale, vote et annonce des résultats.
L’article 2 du premier chapitre I du calendrier fixe une période complémentaire pour l’inscription des électeurs qui se tient du 19 décembre 2017 au 6 janvier 2018. Les listes des électeurs seront affichées les 11 et 12 janvier 2018.
Selon les 3, 4 et 5 du chapitre I, le dépôt des recours contre les listes des électeurs est prévu du 13 au 15 janvier 2018, l’annonce des décisions y afférentes ne dépassera pas le 18 janvier prochain. L’ISIE annoncera la liste définitive des électeurs après examen des recours dans un délai ne dépassant pas le 7 février 2018.
L’article 6 du chapitre II fixe l’ouverture des candidatures du 15 février 2018, à partir de 8h00, jusqu’au 22 février 2018. L’annonce des listes acceptées sera faite au plus tard le 3 mars 2018. Les listes validées définitivement pas l’ISIE après examen des recours seront annoncées au plus tard le 4 avril 2018.
Le chapitre III concerne la campagne électorale. Elle se poursuivra du samedi 14 avril 2018 jusqu’au vendredi 4 mai 2018. Le silence électoral sera observé le 5 mai 2018.
Dans le dernier et IVe chapitre, consacré au scrutin et à l’annonce des résultats, il est indiqué que les élections se tiennent le 6 mai 2018. Les militaires et sécuritaires voteront le dimanche 29 avril 2018. L’annonce des résultats préliminaires des élections ne dépassera pas le 9 mai 2018. Les résultats définitifs seront proclamés par l’ISIE au plus tard le 13 juin 2018 après l’examen des recours.

par -

La décision réglementaire fixant les dispositions exceptionnelles relatives aux primes et avantages accordés aux membres du Conseil supérieur de la magistrature (CSM) au titre de l’année 2017 vient de paraître dans le Journal Officiel de la République tunisienne (JORT).
En vertu de cette décision, une prime mensuelle retenue à la source est accordée aux membres du CSM de l’ordre de 2 mille 364 dinars imposable à l’impôt sur le revenu. Chaque membre du CSM bénéficie aussi des frais de carburant (400 litres par mois sous forme de bons).
Les membres du CSM recevront les primes et autres avantages à compter du 28 avril 2017 jusqu’au 31 décembre 2017.

L’Assemblée générale du CSM avait décidé le 28 octobre dernier de se pourvoir contre la non-publication par le chef du gouvernement des décisions du CSM et le refus de parachever les procédures permettant le versement des fonds qui lui sont alloués au titre de l’année 2017.
Notons que le projet de budget du CSM pour 2018 a été discuté hier en commission à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP).
Auditionné par la Commission de législation générale, le président provisoire du CSM, Hatem Ben Khelifa a indiqué dans une déclaration de presse que l’Assemblée générale du CSM a estimé à 11,4 millions de dinars son budget total pour l’année 2018, contre 7 millions de dinars proposés par le ministère des Finances.
Ben Khelifa a expliqué qu’en vertu de l’article 113 de la Constitution, “le Conseil supérieur de la magistrature est doté de l’autonomie administrative et financière. Le conseil assure indépendamment son fonctionnement et établit son projet de budget, qu’il discute devant la commission compétente de l’ARP.
Et d’ajouter que l’article 42 de la loi n°34 de l’année 2016 relative au CSM dispose que l’examen du projet de budget du CSM et son adoption relèvent des prérogatives de l’Assemblée générale du CSM.

par -

Le projet de la loi de finances complémentaire (PLFC) relatif à l’exercice 2017 a été discuté aujourd’hui au sein de la commission des finances de l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP). Le ministre des Finances, Ridha Chalghoum, est venu défendre son projet, mais en vain. Les députés ont soulevé plusieurs défaillances. Marwen Felfel, député de Nidaa Tounes et membre de la commission des finances, a déclaré que la Tunisie file tout droit vers la faillite avec un endettement qui est passé de 61 à 69% du PIB. “Qu’est-ce qu’on a laissé pour les futures générations!“, s’est exclamé le député.

Lors de la réunion de la commission des finances qui s’est tenue à l’ARP, il a reproché au gouvernement de ne pas dire la vérité au peuple tunisien sur la réalité des finances publiques, accusant ainsi l’équipe de Youssef Chahed de ne pas mettre en place des mesures efficaces et courageuses et de compliquer les choses avec des décisions banales et qui versent dans la facilité.

Quant à lui, le président de la commission des finances a exprimé son étonnement du fait de la légèreté avec laquelle on parle d’une loi de finances complémentaire, comme s’il s’agissait d’une chose naturelle alors que le gap financier entre la loi de finances initiale relative à l’exercice 2017 et le projet complémentaire est un gros problème. “J’aurais aimé à travers ce PLFC évaluer l’efficacité des mesures adoptées dans le cadre de cette loi initiale et non chercher simplement à couvrir le gap financier“, a-t-il expliqué.

Mongi Rahoui a en outre indiqué que la contribution conjoncturelle instaurée sur les sociétés au titre de l’année 2017 n’a pas abouti à de bons résultats et n’a ramené que 740 Millions de dinars contre 900 MDT prévus initialement.

Il a mis en garde contre le dérapage des finances publiques durant l’année 2018. “Le dérapage est énorme et l’endettement pourrait atteindre 71% en 2018” a assuré Rahoui, avant d’ajouter que “le gouvernement va nous amener le pire“…

Dans sa réponse aux députés, le ministre des Finances a annoncé la levée de l’administration judiciaire sur 15 sociétés concernées par la confiscation et ce, dans l’objectif de faciliter le processus, accélérer la vente des biens immobiliers et engranger des recettes supplémentaires au profit du budget de l’État. Selon lui, les recettes provenant de la confiscation ont atteint à ce jour 166 MDT et ce, suite à la cession de plusieurs biens immobiliers, selon ses dires. 20 participations devraient provenir d’ici fin de cette année d’El Karama Holding.

Le ministre a par ailleurs indiqué que dans le PLFC 2017, les recettes provenant de la confiscation devraient atteindre 200 MDT d’ici la fin de cette année.

Il a de même souligné l’intention du ministère de vendre toutes les voitures concernées par la confiscation. Pour l’année prochaine, le ministre a fait remarquer que son ministère table sur des recettes de l’ordre de 500 Millions de dinars provenant principalement de la vente des voitures confisquées.

Selon ses déclarations, en 2018, l’État achèvera également la vente de Alpha Ford ainsi que ses participations dans la société Adwya.
S’agissant de la police fiscale, le ministre a tenu à préciser qu’elle entrera en service durant le mois de novembre courant, précisant que le décret régissant ce corps de police est prêt et est en cours de publication dans le JORT. Les équipes chargées de ce dossier ont été déjà dotées des voitures pour accomplir leurs tâches.

Évoquant la situation des finances publiques, le ministre n’a pas caché la gravité des choses, surtout devant l’incapacité de sortir de cette situation. “La situation des finances publiques et de l’endettement ne pourra en aucun cas être acceptable. Je suis tout à fait d’accord avec vous, il y a un dérapage au niveau des finances publiques”, a reconnu le ministre, faisant savoir toutefois que ce dérapage n’est pas du aux salaires de la fonction publique mais plutôt au volume de la masse salariale : “Le salaire du fonctionnaire est très faible en Tunisie“, a-t-il dit.

Au niveau de la numérisation de l’administration, Chalghoum a souligné l’existence de plusieurs programmes au niveau du ministère des Finances, annonçant le lancement d’un appel d’offres pour désigner un bureau spécialisé en la matière. “Le cahier des charges y afférent devrait être publié durant le mois de novembre courant“, a martelé le ministre.

S’agissant des caisses enregistreuses, Chalghoum a indiqué qu’une réunion a eu lieu, hier lundi, au ministère des Finances et qu’il a été décidé de recourir à un bureau spécialisé en la matière. Il n’a pas toutefois écarté la possibilité de mettre en place d’autres alternatives et des solutions immédiates.

par -

Le ministre des Finances, Ridha Chalghoum, a annoncé que la police fiscale entrera en service dès le mois de novembre 2017.

Lors de son audition ce mardi 24 novembre 2017 par la commission des finances de l’ARP sur le projet de la loi de finances complémentaire relatif à l’année 2017, le ministre a expliqué que le décret régissant ce corps de police est prêt et est en cours de publication dans le JORT.

Les équipes chargées de ce dossier ont été déjà dotées de voitures pour accomplir leurs tâches, ajoute le ministre.

par -

La présidence de la République respectera toutes les mesures énoncées dans la loi, a déclaré mercredi sa porte-parole Saida Garrach qui est revenue sur la décision de renvoyer le projet de loi de réconciliation administrative au président de la République.
“Le chef de l’Etat examinera ce projet de loi et une décision sera annoncée par la présidence de la République”, a expliqué Saida Garrach.
“N’ayant pas pu obtenir la majorité des voix requise pour statuer sur le projet de loi organique n°49 de 2015 relatif à la réconciliation administrative, l’Instance provisoire de contrôle de la constitutionnalité des projets de lois a décidé, mardi, de le renvoyer au président de la République.
Ce dernier peut ensuite le parapher et le publier dans le Journal Officiel de la République tunisienne (JORT) ou le soumettre à nouveau au parlement, avait expliqué à l’agence TAP, le secrétaire général de l’Instance, Hayder Ben Amor.

par -
Dans un communiqué rendu public

L’Observatoire National Interministériel de la Sécurité Routière (ONISR) a annoncé ce vendredi 31 mars 2017 que le port de la ceinture de sécurité dans les zones urbaines sera obligatoire à partir du 27 avril prochain, pour le conducteur et son accompagnateur.

Toute personne qui sera contrôlée sans ceinture devra payer une amende de 40 dinars et la décision du port de la ceinture a été publiée dans le JORT, a précisé la même source.

par -

L’Assemblée des représentants du peuple (ARP) a adopté, mercredi soir, le projet de loi amendant et complétant certaines dispositions du Code des décorations et portant création de l’insigne “Loyauté et Sacrifice”.
Le projet de loi qui comporte sept articles a été adopté par 93 voix pour.
Soumis, récemment, par le gouvernement, à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), le projet de loi vise à faire reconnaitre les sacrifices et les services civils et militaires rendus en matière de lutte contre des actes terroristes.
Le projet prévoit l’attribution de l’insigne “Loyauté et Sacrifice” aux personnes ayant constitué de cibles potentielles d’actes terroristes de manière personnelle et directe. Cet insigne est aussi décerné pour récompenser les victimes d’opérations terroristes ou les personnes ayant été grièvement blessées ou victimes de prises d’otages dans des affaires terroristes.
Ces dispositions peuvent aussi être appliquées aux victimes de blessures graves ou de prises d’otages liées à des affaires terroristes en dehors du territoire à condition que ces personnes soient de nationalité tunisienne au moment des faits.
L’article 4 du projet de loi prévoit l’attribution de l’insigne “Loyauté et Sacrifice” par le président de la République sur proposition du chef du gouvernement. La liste des décorés sera ensuite publiée dans le Journal officiel de la République tunisienne (JORT).

par -

D’après le JORT N°64 du 5 août 2016, Youssef Néji a été nommé par la présidence du gouvernement au poste de directeur général du centre de documentation nationale (CDN).

Youssef Néji avait occupé plusieurs postes. En août 1999, il est nommé premier délégué dans le gouvernorat de Kairouan et occupe le même poste, en août 2002, dans le gouvernorat de l’Ariana. En avril 2003, Kamel Néji est nommé gouverneur de la Manouba avant d’assumer en novembre 2004, les fonctions de président directeur général de TUNISAIR.

Le 1er février 2007, il est nommé PDG du Cepex.

par -

La loi portant sur l’expropriation pour cause d’utilité publique a été publiée dans le Journal Officiel Tunisien (JORT) à la date du 29 juillet 2016.
Il est à rappeler que cette loi a été adoptée en juin dernier par 95 voix pour, 11 abstentions et aucune voix contre.
Ce texte comporte 44 articles avec pour objectif d’impulser le développement régional et d’améliorer le rythme de réalisation des projets publics.
Cette loi vise à modifier et à compléter la loi numéro 85 du 11 août 1976, portant refonte de la législation relative à l’expropriation pour cause d’utilité publique.
Ce projet de loi précité propose de donner aux dispositions d’expropriation une vocation administrative et un caractère exceptionnel, tout en insistant sur le principe de l’adhésion du citoyen au projet public.

par -

Hédi Ben Brahim, député du mouvement Ennahdha et premier vice-rapporteur de la Commission des finances, de la planification et du développement de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) a annoncé, ce jeudi 14 juillet 2016, lors de l’audition du ministre des Finances, Slim Chaker, sur le projet de loi relatif aux incitations fiscales que la loi bancaire sera publiée au JORT d’ici deux à trois jours.

Il est à rappeler à ce propos que cette loi a fait l’objet d’un recours. Des députés de l’opposition avaient déposé, auprès de l’instance provisoire chargée du contrôle de la constitutionnalité des lois, un recours contre la loi sur les banques et les établissements financiers, adoptée le 9 juin 2016, par l’ARP. Ce recours concerne l’inconstitutionnalité des dispositions d’adoption de ladite loi et la transgression des dispositions des articles 62 et 54, ainsi que de l’article 64 de la Constitution et du règlement intérieur de l’ARP.

par -

Le Journal officiel de la République tunisienne (JORT) a annoncé le 29 juin 2016 une augmentation des prix pour certaines procédures administratives. Voici les tarifs des procédures annoncées par le JORT :

*Signature légalisée : 0,750 d (avec le droit à 3 copies du document), 1,5 d (en service rapide)

*Copie conforme : 0,750 d (droit à 3 copies), 1,5 d (service rapide)

*Copie acte de naissance : 0,500 d, 0,750 d (service rapide)

*Copie acte de décès : 0,500 d

*Copie acte de mariage : 1,000 d

*Copie de décisions des collectivités locales : 5,000 d

*Extrait de naissance : 0,500 d

*Acte de décès : 0,500 d

*Acte de mariage : 1,000 d

*Extrait de décisions des collectivités : 5,000 d

*Contrat de mariage : 10,000 d

*Livret de famille : 10,000 d

par -

La liste définitive des personnes tombées en martyrs durant les évènements de la révolution ayant mis fin au régime de Ben Ali est prête, a affirmé vendredi Majdouline Cherni, présidente de l’Instance générale des martyrs et blessés de la révolution et des opérations terroristes.

La liste des blessés dans 21 gouvernorats est également prête, a-t-elle indiqué.

La liste a été présentée aux trois présidents (président de la République, chef du gouvernement et président de l’Assemblée des représentants du peuple) en attendant sa publication dans le Journal officiel de la République tunisienne (Jort), apprend-on de même source.

Selon Cherni, environ 90 pc des familles des victimes et des blessés de la révolution identifiés entre 2011 et 2012 ont reçu des compensations sous forme d’indemnités financières, de recrutements dans la fonction publique, de cartes de transport et de soins gratuits.

par -
Près de 170 nouvelles nominations dans différents ministères

Près de 170 nouvelles nominations dans différents ministères, ainsi que dans les présidences de la République et du gouvernement ont été publiées dans le dernier numéro du journal officiel de la république tunisienne (JORT), rapporte le journal Achourouk dans son édition de ce vendredi 17 janvier 2014.

Il y a lieu de noter, dans ce cadre, que la fonction publique connaît, aujourd’hui, un surplus qui ne correspond pas à ses besoins et que plusieurs experts ont tiré la sonnette d’alarme sur le recrutement à des fins politiques et selon l’appartenance partisane.

FOCUS 🔍

Comme chaque année et pour la 8ème fois consécutive, Orange Tunisie a organisé son Orange Summer Challenge (OSC), le rendez-vous incontournable des jeunes technophiles,...

Le meilleur des RS

Ce Post, intitulé «Polémiques hôtelières», est l'oeuvre d'un homme qui a une grande expérience dans le secteur du tourisme et un ancien DG de...

PRESSE LOCALE

INTERVIEW

L'expert en économie et ancien ministre des Finances Houcine Dimasi a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont...

AFRIQUE

À la faveur d’un relâchement des tensions dans la Corne de l’Afrique, le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté mercredi à l’unanimité...

Reseaux Sociaux