Tags Posts tagged with "lauréats"

lauréats

par -

Les organisations internationales qui luttent contre la faim dans le monde ont la possibilité d’empêcher une destruction massive des cultures en Afrique en stoppant la propagation du légionnaire d’automne, une larve de papillon qui ravage les cultures, ont prévenu trois des experts les plus reconnus au monde en matière d’agriculture, mercredi 18 octobre 2017, à Des Moines, aux Etats-Unis.

Mais, pour ce faire, la communauté internationale doit agir de manière prompte, concertée, et à grande échelle. Originaire d’Amérique, la chenille légionnaire d’automne (Spodoptera frugiperda) sévirait déjà dans 28 pays africains et dévaste les récoltes, comme les champs de maïs, dont dépend la sécurité alimentaire de plus de 200 millions d’Africains.

« Le légionnaire est un danger manifeste et bien réel », a déclaré Adesina Akinwumi, qui se voit remettre le Prix mondial de l’alimentation 2017 ce 19 octobre (http://APO.af/J7zJ1M). « Ne rien faire est inenvisageable. Nous avons besoin de mesures urgentes pour soutenir l’Afrique, afin de vite éradiquer cette vraie menace à sa sécurité alimentaire ».

Le Prix mondial de l’alimentation est l’équivalent d’un Nobel de l’agriculture. Président de la Banque africaine de développement (BAD), Akinwumi Adesina a exhorté à l’action les décideurs politiques et autres dirigeants, d’organismes à but non lucratif, d’entreprises et d’universités, venus assister au Symposium de trois jours qui entoure la remise du Prix.

Connu sous le nom de Dialogue de Norman Borlaug (http://APO.af/UQP2Xo), ce symposium attire les experts mondiaux en développement de l’agriculture, venus des quatre coins de la planète pour débattre des stratégies à adopter pour répondre aux  défis  majeurs que pose l’alimentation de la population mondiale, qui devrait atteindre 10 milliards de personnes d’ici à 2050..

« Stopper l’avancée du légionnaire d’automne est l’objectif  suprême auquel nous pouvons dédier le Dialogue de Borlaug de cette année », a déclaré Pedro Sanchez, pédologue à l’Institute of Food and Agricultural Sciences de l’Université de la Floride et lauréat 2002 du Prix mondial de l’alimentation. Et d’ajouter : « Nous espérons pouvoir mobiliser les ressources et l’expertise nécessaires pour venir en aide à ceux qui en ont besoin ».

Lauréat du Prix mondial de l’alimentation en 2013, Robert Fraley, vice-président exécutif et directeur de la technologie chez Monsanto, a souligné quant à lui que l’on sait fort bien aujourd’hui répondre à la menace, rappelant que le légionnaire d’automne est depuis longtemps présent en Amérique du Nord et que des scientifiques et producteurs ont réussi dans une large mesure à endiguer sa propagation.

« La bonne nouvelle, c’est que cette menace est tout à fait évitable », a-t-il lancé. « Nous avons les stratégies pour tôt détecter l’insecte, pour arrêter sa propagation et pour identifier les variétés de cultures qui lui résistent le mieux. »  Avant de poursuivre : « Les organismes qui luttent contre la faim dans le monde doivent investir les ressources nécessaires pour le faire ».

Lauréat du prix Nobel de la paix en 1970 et créateur du Prix mondial de l’alimentation, Norman Borlaug est connu pour avoir mis à profit les  progrès accomplis dans l’agriculture et ainsi sauvé un milliard de vies humaines.

Pour plus d’informations sur le Prix mondial de l’alimentation/Dialogue de Borlaug : https://www.afdb.org/2017wfp et http://www.worldfoodprize.org

par -

Le Next Einstein Forum (NEF) a présenté hier mardi 12 septembre sa seconde promotion de lauréats, 16 scientifiques, tous âgés de moins de 42 ans, pourvoyeurs et pourvoyeuses de solutions aux défis de l’Afrique et du Monde. Une initiative de l’Institut Africain des Sciences Mathématiques (AIMS) en partenariat avec la fondation Robert Bosch, le NEF tiendra sa deuxième Rencontre Internationale des sciences à Kigali, au Rwanda, sous le patronage de son Excellence, le Président Paul Kagame.

Au cœur de la vision du NEF, « Propulser l’Afrique sur la scène scientifique internationale », les lauréats du NEF présenteront leurs recherches révolutionnaires à l’occasion de cette Rencontre Internationale qui se tiendra du 26 au 28 mars 2018, et contribueront ainsi à l’élaboration d’une rencontre passionnante à fort impact.

« Il y a deux ans c’était mon grand honneur de présenter la promotion inaugurale des lauréats. Aujourd’hui encore, je suis heureux de vous présenter une nouvelle promotion brillante de lauréats. Les lauréats sélectionnés, dont six sont des femmes, font de la recherche de pointe en énergie renouvelable, nanomatériaux, nanotechnologie, sécurité alimentaire, médecine régénérative, systèmes cognitifs relatifs aux Fin Tech, à la cosmologie, séismologie etc. Au-delà de leur recherche purement académique, nos lauréats ont développé des technologies impressionnantes au départ de leurs travaux. Nous sommes intimement persuadés que leurs découvertes et initiatives, actuelles et à venir, résoudront les défis mondiaux en santé, énergie, changement climatique, éducation, agriculture pour n’en citer que certains », a dit Monsieur Thierry Zomahoun, Président et CEO de AIMS et Président de NEF.

Les lauréats du NEF sont sélectionnés par un prestigieux Comité du Programme Scientifique suivant une procédure rigoureuse qui prend en compte les qualifications académiques et scientifiques en ce compris de nombreuses publications, brevets, prix et les fonds de recherche recueillis de manière indépendante. Les lauréats doivent démontrer la pertinence et l’impact de leurs recherches / innovations pour la société mais également faire preuve de passion pour améliorer le profil scientifique de l’Afrique et inspirer la prochaine génération de scientifiques africains.

« J’aimerais remercier la première promotion de lauréats qui a utilisé son mandat pour publier des recherches de haute qualité, multiplier les collaborations entre jeunes chercheurs sur le continent et au-delà et guider la jeune génération. Leur participation active dans l’élaboration du programme à améliorer le programme à venir des lauréats. Ensemble avec la nouvelle promotion de lauréats, ils ont rejoint la Communauté des Scientifiques du NEF, un réseau exclusif qui offre aux membres des opportunités de consultance, des financements, des collaborations de recherche, des occasions de prise de parole et des encadrements de carrière. En retour, les membres de cette communauté participeront aux élaborations des politiques nationales et internationales, des recherches de pointes et des activités d’innovation, diriger l’engagement public autour de la science et de la technologie en Afrique, et assurer le mentorat aux jeunes scientifiques en début de carrière et aux étudiants » a dit Monsieur Zomahoun.

Voici les lauréats du NEF 2017-2019 :

* Dr. Vinet Coetzee (Afrique du Sud) travaille sur des méthodes de diagnostic abordables et non invasives permettant de dépister les insuffisances alimentaires et les maladies congénitales chez l’enfant sur base de modèles informatiques faisant le lien entre les traits physiques et ces maladies. Par exemple, l’équipe de Vinet a développé une caméra 3D à un prix abordable, c’est à dire au 10ème du prix de systèmes commerciaux comparables.

* Dr. Abdigani Diriye (Somalie) : Avec son équipe chez IBM Research Africa il développe de nouvelles approches d’exploitation, de modèles et de nombre de personnes, afin d’identifier le montant exact de crédit et les produits appropriés. L’année dernière, ils ont développé un modèle d’apprentissage-machine qui utilise de nouvelles sources de données (comportement des téléphones mobiles) pour évaluer le profil financier et la cote de crédit de millions de personnes en Afrique de l’Est.

* Dr. Kevin Dzobo (Zimbabwe) dirige une collaboration inter-universitaire entre le CIGGB, l’Université du Cap et l’Université de Pretoria sur le développement de pansement ou bandage de « Cellules souche-ECM » qui, quand ils seront complétement développés pourront être utilisés sur les tissus blessés.

* Dr. Jonathan Esole (RDC), alors qu’il était à Harvard, a introduit un nouvel invariant topologique connu comme la caractéristique Orientifod Euler qui est maintenant utilisée journalièrement par les physiciens travaillant sur la F-Théorie. Jonathan a aussi résolu les questions ouvertes en supergravité depuis plus de vingt ans.

* Dr. Yabebal Fantaye (Ethiopie) étudie les propriétés statistiques de l’Univers en utilisant les données du Fond de Rayonnement Cosmique (CMB) du satellite Planck. Plus particulièrement, sa recherche est centrée sur le développement d’une machine d’apprentissage et d’autres méthodes de statistiques avancées pour l’exploitation du système d’information géographiques africain SIG et la base de données pour l’extraction des renseignements exploitables pour aider l’Afrique à atteindre les objectifs développement durable.

* Dr. Aminata Garba (Niger) : Aminata est intéressée par la recherche des politiques clés, des technologies et applications pertinentes pour le développement des TIC, particulièrement dans les zones rurales et mal desservies. Elle est aussi intéressée par les méthodes qui permettent l’augmentation du débit de données des systèmes de communication en façonnant et réduisant les interférences.

* Dr. Mamadou Kaba (Guinée) : Ses projets de recherche l’ont amené à une meilleure compréhension des risques de transmission du virus de l’hépatite E (HEV) des animaux aux humains. Il mène actuellement une étude prospective longitudinale sur comment la composition des voies respiratoires et les communautés microbiennes gastro-intestinales (microbiotes) influencent le développement des maladies respiratoires chez les enfants africains.

* Dr. Rym Kefi (Tunisie) est principalement impliquée dans la recherche en troubles génétiques humains, diversité génétique en Afrique du Nord et l’impact de la consanguinité sur la santé. Elle renforce aussi la recherche sur l’ancien ADN et fait un profilage génétique pour les tests de paternité et l’identification médicolégale humaine.

* Dr. Aku Kwamie (Ghana) : Ses recherches actuelles sont dans le domaine de la gouvernance des systèmes de santé, cherchant comment et où les décisions sont prises dans les systèmes de santé en appliquant la théorie de la complexité aux problèmes de gestion et de leadership, de responsabilité et des innovations organisationnelles.

* Dr. Justus Masa (Ouganda) dirige plusieurs projets de recherches dans le domaine de l’électro catalyse et de la conversion d’énergie, centrés sur le développement des catalyseurs avancés peu onéreux et les matériaux des électrodes pour les systèmes d’énergie électrochimique, en ce compris les piles à combustible, les électrolyseurs (conversion de l’énergie électrique au gaz), les batteries métal-air rechargeables et les autres systèmes de batterie.

* Dr. Sanushka Naidoo (Afrique du Sud) : Sa recherche est consacrée à la défense des plantes dans les espèces forestières, avec un accent sur l’Eucalyptus. Elle se concentre sur les mécanismes qui peuvent conférer un large spectre, une longue résistance en disséquant les familles de gènes et les réponses aux parasites et aux pathogènes.

* Dr. Maha Nasr (Egypte) se concentre sur les technologies avancées comme la nanotechnologie basée sur les transporteurs de médicaments et les systèmes mixtes de délivrance. Elle étudie pour le moment la possibilité de création de nouveaux vecteurs pour le traitement de maladies, principalement le cancer et l’Alzheimer.

* Dr. Sidy Ndao (Sénégal) : Le groupe de recherche de Sidy a récemment développé le premier rectificateur thermique à haute température, une composante de la future Mémoire thermique à haute température et des dispositifs logiques. ex : les ordinateurs thermiques. Il est aussi le fondateur de la Pan-African Robotics Competition.

* Dr. Peter Ngene (Nigeria) a développé une stratégie qui est maintenant largement utilisée pour fabriquer des matériaux nano composites hybrides complexes pour des applications de stockage d’hydrogène réversible et des électrolytes à l’état solide pour batteries rechargeables. Il a aussi développé des senseurs d’hydrogène lisibles peu onéreux pour le diagnostic de l’intolérance au lactose via un test d’haleine à l’hydrogène.

* Dr. Tolulope Olugboji (Nigeria) : Il construit des modèles informatiques sophistiqués et conçois des nouvelles techniques d’imagerie de la sous-surface terrestres pour améliorer la compréhension de l’architecture et de la composition de l’intérieur de la terre ferme.

* Dr. Hamidou Tembine (Mali) : La recherche d’Hamidou porte sur la théorie des jeux et vise à contribuer significativement au savoir existant dans les problèmes de prise de décision interactive avec une information incomplète, et en présence des agents « self-regarding », « other -regarding », altruistes, malveillant, sensible au risque et irrationnels.

par -

Le Groupe BMCE Bank of Africa a révélé la liste des lauréats de la seconde édition de l’African Entrepreneurship Award (https://AfricanEntrepreneurshipAward.com), prix doté d’une enveloppe annuelle d’un million de dollars USD lors de la cérémonie de clôture qui s’est tenue le lundi 5 décembre sous la Présidence de M. Othman Benjelloun, et ce, afin de récompenser les projets à impact social et durable dans les trois domaines du programme, à savoir l’éducation, l’environnement et le domaine inexploré. Cet évènement marque « un temps pour l’entrepreneuriat et pour l’entrepreneuriat africain », y souligne-t-il lors de cette cérémonie.

Parmi les 37 finalistes retenus au Boot Camp qui s’est déroulé à Casablanca du 30 novembre au 3 décembre 2016, 11 lauréats ont été sélectionnés par un jury présidentiel.

Cette année 3 catégories ont consacré 11 lauréats primés par Catégorie :

1ère Place 150 000 $

  • Environnement : Mahmud Johnson – Liberia – « Produits à l’huile de palme »
  • Education : Jennifer Shigoli – Tanzanie – « Serviettes réutilisables »
  • Domaine Inexploré : Abdeladim Moumen – Maroc « Kit de diagnostic des maladies infectieuses »

2ème Place 100 000 $

  • Environnement : Ernie Aylward – Afrique du Sud – « Mini taxi électrique »
  • Education : Abideen Adelu – Nigeria – « Application mobile pour tester les étudiants »
  • Domaine Inexploré : Joyce Kyalema – Ouganda – « Graines de courges »

Pioneer Awards, 50 000 $

  • Frederico Peres da Silva – Mozambique – « Connecter les travailleurs informels »
  • Achiri Nji – Cameroun – « Traçabilité instantanée des bus »
  • Benti Gelalcha – Ethiopie – « Services vétérinaires mobiles »
  • Murtula Sanni – Nigeria – « Plateforme pour travailleurs qualifiés »
  • Omar Kadiri – Maroc – « Recharge téléphonique gratuite »

L‘African Entrepreneurship Award avait été annoncé lors du Global Entrepreneurship Summit par le Président M. Othman Benjelloun en novembre 2014, à Marrakech, afin de promouvoir l’entrepreneuriat à travers le développement des entreprises et la création d’emplois, contribuant ainsi à l’amélioration de la qualité de vie des communautés africaines.

par -

Orange a annoncé hier les lauréats du Prix Orange de l’Entrepreneur Social 2016 en Afrique et au Moyen-Orient lors de la cérémonie des AfricaCom Awards au Cap en Afrique du Sud. Ce Prix, dont la vocation est d’encourager les start-up mettant l’innovation au service du développement du continent africain, s’est étendu cette année au Moyen-Orient et s’est enrichi d’un Prix spécial Contenu Culturel.

L’opérateur a récompensé, pour la 6ème année consécutive, quatre projets innovants favorisant le développement. L’objectif est de stimuler les initiatives des entrepreneurs plaçant les technologies au service des besoins des populations d’Afrique & du Moyen-Orient.

Ouvert de mai à septembre, l’appel à candidatures a récolté 750 projets innovants. Ces propositions illustrent le potentiel des télécommunications dans le développement du continent africain & du Moyen-Orient, dans les domaines aussi variés que la santé, l’agriculture, l’éducation ou encore l’énergie. Onze projets ont été présélectionnés et présentés sur le nouveau portail d’Orange dédié aux entrepreneurs d’Afrique et du Moyen-Orient, Entrepreneur Club, puis les gagnants ont été élus par un jury composé de médias, investisseurs, institutions et experts d’Orange. Les trois lauréats recevront des bourses de 25 000, 15 000 et 10 000 euros et le lauréat du Prix spécial Contenu Culturel recevra 5 000 euros. Par ailleurs, les finalistes du Prix et celui du Prix spécial Contenu Culturel bénéficieront d’un accompagnement privilégié par l’ONG Grow Movement ainsi que par des experts d’Orange pour une durée de 6 mois. Orange finance aussi le dépôt d’un brevet pour le premier Prix.

Bruno Mettling, PDG d’Orange MEA considère « qu’avec près de 3 500 projets déposés depuis 2011, le POESAM connait un succès croissant, comme en témoignent les 750 dossiers en compétition en 2016.  L’écosystème des startups reconnait chaque jour davantage Orange comme un partenaire de référence capable d’accompagner leur développement : 95% des startups lauréates depuis l’origine poursuivent encore  leur croissance aujourd’hui. Je les remercie de leur confiance.»

Les projets récompensés cette année sont les suivants :

Le 1er prix a été attribué à MedTrucks, Maroc

MedTrucks a été créé pour accompagner les acteurs de la santé dans le déploiement d’unités mobiles de soins au Maroc et dans les pays émergents. L’objectif est de lutter contre les déserts médicaux en apportant les soins au bon moment et au bon endroit, ceci à travers le développement d’une gamme complète de services comprenant le cartographie en temps réel et des outils de tracés d’itinéraires pour optimiser l’offre de santé aux patients mais également un catalogue en ligne d’unités mobiles et une plateforme de formation pour les professionnels.

Le 2ème prix a été attribué à Nanoé, Madagascar

Nanoé a pour ambition de concevoir, expérimenter et diffuser un modèle d’électrification latérale pour l’Afrique afin de répondre aux besoins à court-terme des populations éloignées du réseau. Nanoé propose un accès à l’électricité rapide, flexible et abordable, tout en participant à la construction d’une infrastructure électrique du XXIème siècle: décarbonée, décentralisée, collaborative et intelligente. Nanoé embarque dans son projet une forte montée en compétences de ses futurs opérateurs locaux.

Le 3ème prix a été attribué à Ma Tontine, Sénégal

MaTontine apporte une solution à la problématique de l’accès aux services financiers tels que les micro-crédits pour les plus démunis à travers l’automatisation d’un système d’épargne traditionnel entre pairs (collègues, voisins, amis) qui existe en Afrique depuis au moins un siècle : la Tontine. L’innovation réside ainsi dans l’automatisation de cette méthode et l’incorporation d’un système d’évaluation des risques-clients pour faciliter l’octroi de micro-crédits et d’autres services financiers tels que la micro-assurance à aux membres de ces Tontines.

Le 4ème prix, le Prix spécial Contenu Culturel, a été attribué à Bulles Magazine, Côte d’Ivoire

Bulles Magazine est un magazine mensuel dédié au 6-10 ans promouvant la culture africaine. Bulles Magazine est disponible sous 2 formats, l’un papier et l’autre en ligne, accessible à tous les pays francophones à travers le monde. L’originalité de ce magazine consiste à raconter aux enfants l’histoire de rois et reines qui ont régné sur le continent africain il y a longtemps. Chaque mois, les enfants découvriront des histoires passées et actuelles de héros africains ou encore d’inventeurs du continent. Ce magazine très coloré et recourant à de nombreuses illustrations sera donc accessible en papier mais aussi via tablettes et pc…

Les internautes ont également été invités à voter massivement pour choisir leur projet  « Coup de Cœur » :

Le projet égyptien FoodoGraphy a été plébiscité avec 80 457 votes sur plus de 390 000 votes en ligne. Foodography est une plateforme en ligne qui vise à mettre en lien des restaurants, hôtels et centres de conférences avec des organismes œuvrant en faveur des plus démunis afin de permettre à ces derniers de récupérer les surplus de nourriture. Un tel système constitue une réponse au gaspillage alimentaire en apportant la possibilité de manger à leur faim pour des segments pauvres de la population.

par -

La liste des lauréats des différentes filières de la session principale du baccalauréat dont l’annonce des résultats a eu a lieu ce vendredi 17 juin 2016 s’établit, selon Mosaïque Fm, comme suit:

-Adam Khachnaoui (section Maths) Lycée pilote de Nabeul: 19.77
-Sirine Slama (section sciences expérimentales), Lycée pilote de Nabeul: 19.54

-Oussama Jomni (section Technique) lycée pilote de Sousse: 19.27
-Heïfa Tabaï (section économie-gestion), lycée Manzel Jemil: 17.62
-Karim Rejab (section informatique), lycée El Aalia: 17.69
-Oumayma Nasri (section Sport) Lycée Ibn Rochd à Chebba: 16.80
-Ahlem Rabhi (section Lettres) du lycée Salem Ben Hmida à Akouda: 16.55

par -

La BIAT, fidèle à sa stratégie de proximité, a reçu les gagnants du concours Epargne 2015 et les a récompensés lors d’une cérémonie qui s’est tenue le 27 avril au siège de la Banque.

Cette cérémonie, devenue désormais une tradition annuelle, confirme le positionnement de proximité de la première banque du pays qui place les clients au centre de ses préoccupations et les accompagne dans la réalisation de leurs projets.

En présence de sa Direction Générale, la BIAT a organisé le 27 avril la cérémonie de la remise des prix aux gagnants du concours « L’Epargne en fête 2015» au siège de la Banque à Tunis.

Le Concours épargne, devenu une véritable tradition pour les participants, promeut les produits d’épargne offerts par la BIAT à l’instar de l’épargne prévoyance, l’épargne études et l’épargne logement dans le but d’accompagner les clients et répondre à leurs besoins : constitution d’une épargne de précaution, aide aux dépenses courantes, financement des études des enfants, financement de projets comme l’acquisition ou la construction d’un logement,

Cette année, le nombre de lots a été porté à 70 au lieu de 30 l’année dernière. Les heureux gagnants sont repartis avec des postes TV écran plasma, des PC portables ou encore des livrets d’épargne d’une valeur unitaire allant de 500dinars à 1000 dinars.

La Direction Générale de la BIAT, qui a félicité l’ensemble des gagnants, promet de perpétuer la mise en place d’actions de promotion et d’encouragement de l’épargne.

La Banque confirme ainsi son positionnement de proximité et son engagement à soutenir ses clients actuels et futurs dans la réalisation de leurs projets.

Le meilleur des RS

Dans un récent statut sur sa page officielle, l’économiste Ezzeddine Saidane dit «Non, ce n’est pas vrai, il n’y a pas de reprise économique»....

INTERVIEW

Le président de la Conect (Confédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie), Tarek Cherif, a accordé à Africanmanager une interview exclusive dans laquelle il a...

AFRIQUE

La 23ème Conférence des Parties (COP23) de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) tenue à Bonn (Allemagne) du 6 au...

Reseaux Sociaux

SPORT

La sélection tunisienne de kyokushinkai a terminé à la 3e place du championnat arabe de cette catégorie organisé au Liban, avec un total de...