Tags Posts tagged with "Maison blanche"

Maison blanche

par -

Le président américain Donald Trump, après avoir soutenu l’isolement du Qatar, propose désormais son aide pour apaiser la grave crise qui oppose Doha à ses voisins du Golfe, rapporte le Matin Online.

Lors d’un entretien téléphonique avec l’émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, M. Trump a évoqué, mercredi 7 juin 2017, l’idée d’une rencontre à la Maison Blanche pour aplanir les différends.

Cet appel intervient alors que l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont accentué mercredi la pression sur le Qatar, trois jours après avoir rompu leurs relations avec leur partenaire du Golfe, a précisé la même source.

Lundi, l’Arabie saoudite, Bahreïn, les Émirats arabes unis, l’Égypte et le Yémen ont rompu toute relation avec le Qatar, la pire crise diplomatique dans la région depuis des années. Ils ont été suivis par la Mauritanie.

par -

Le président américain, Donald Trump, a reçu lundi 03 avril 2017 à Washington, avec les honneurs, son homologue égyptien, Abdel Fattah al-Sissi. Cette rencontre a permis de prendre le pouls des relations entre les deux hommes. Pas de doute là-dessus : Elles sont au beau fixe…

Pour rappel, al-Sissi a été l’un des rares dirigeants à recevoir Donald Trump avant son sacre à l’élection de novembre 2016. C’était en septembre 2016, quand le président égyptien s’était rendu à New York pour assister à l’Assemblée générale de l’ONU. A l’époque on était en pleine effervescence pré-électorale aux Etats-Unis, mais très peu de gens pariaient sur les chances de Trump face au rouleau compresseur Hillary Clinton, assise sur un background politique et diplomatique exceptionnel, sur un long passé de femme d’Etat, de dossier. Mais al-Sissi lui n’a pas voulu mettre tous ses oeufs dans le même panier et a eu des entretiens avec les deux candidats, les mettant sur le même pied d’égalité. Ses pairs, qui n’ont pas parié un dollar sur Trump, n’ont pas été aussi inspirés. C’est la raison pour laquelle le chef de l’Etat égyptien était très à l’aise pour attraper son téléphone et adresser ses félicitations au républicain suite à sa victoire surprise sur la démocrate, Mme Clinton, le premier dirigeant arabe à faire ce geste que le nouvel homme fort des USA n’oubliera jamais…

Al Sissi à la Maison Blanche, c’est toute une page qui se tourne, car le prédécesseur de Trump, Barack Obama, ne voyait en l’Egyptien que le pourfendeur des droits de l’Homme, le bourreau aux mains pleines de sangs – celui des Frères musulmans surtout. Trump ne voit pas du tout les choses de la même façon, au contraire il pense que l’Egypte est redevable à al-Sissi pour son « travail fantastique » de nettoyage du pays accompli dans des conditions « difficiles », rapporte l’AFP. Mais déjà avant cette rencontre, Trump avait annoncé la couleur, sur Twitter, qu’il affectionne particulièrement, en faisant savoir qu’il attend « avec impatience une longue et merveilleuse relation » entre l’Égypte et les États-Unis. Tout est dit…

Le miel coule à flot !

« Nous sommes clairement derrière le président al-Sissi […] Nous sommes clairement derrière l’Égypte et le peuple égyptien », a affirmé Trump depuis le Bureau ovale, avec à ses côtés son homologue égyptien, qui n’a pas boudé son plaisir.
Le républicain en a rajouté une louche en déclarant : « Nous avons beaucoup de choses en commun ».. Bien entendu toutes les questions qui fâchent sur les droits de l’homme et la liberté de la presse, qui étaient le dada d’Obama, ont été soigneusement contournées par Trump. On se contentera d’un « nous sommes proches depuis la première fois que nous nous sommes rencontrés », asséné par le président américain. Au moins on lui reconnait une qualité : la fidélité, à ses idées et à ses proches. Dans un entretien avec la chaîne de télévision américaine Fox Business, en septembre dernier, bien avant l’élection, il avait qualifié al-Sissi de « type fantastique », qui avait bien pris en main l’Égypte. C’est bien connu, l’occupant de la Maison Blanche ne fait pas dans la demi-mesure, sur le président égyptien comme sur les autres dossiers sur son bureau…

Ce qui est sûr c’est qu’al-Sissi rend bien à Trump cette affection. Il a fait part de son « admiration » pour « la personnalité » du républicain et a fait savoir qu’il est fin prêt pour fignoler avec lui « une stratégie efficace de lutte contre le terrorisme », un sujet sur lequel les deux hommes sont complètement d’accord…

par -

Samedi, deux personnes ont été interpellées à proximité de la résidence. Le 10 mars, un homme a pu déambuler dans les jardins pendant près d’un quart d’heure, rapporte Lemonde.fr

Le Secret Service, l’unité chargée de la sécurité du président des Etats-Unis, est sur les dents. Un individu a tenté en vain de pénétrer dans l’enceinte de la Maison blanche, alors que le président Donald Trump est en Floride pour le week-end, indique la même source.

Samedi soir, un individu s’est approché au volant d’un véhicule d’un point de contrôle de la Maison Blanche, affirmant avoir une bombe à bord. Aucun engin explosif n’a été trouvé et le conducteur a été interpellé par la police.

Quelques heures auparavant, une personne avait été arrêtée après avoir sauté par-dessus un porte-vélo, apparemment pour tenter de franchir l’enceinte de la Maison Blanche, a indiqué le Secret Service. Cet individu a été arrêté et est passible d’une inculpation. Il ne portait pas d’arme.

par -

Le président Donald Trump s’est acquitté de 38 millions de dollars d’impôts en 2005 (35,8 millions d’euros), sur des revenus de plus de 150 millions de dollars, a annoncé mardi la Maison blanche, après des révélations de la chaîne MSNBC, qui dit avoir obtenu deux pages de cette déclaration d’impôt.

Selon les données rapportées par Reuters, la présentatrice de MSNBC Rachel Maddow a déclaré avoir obtenu ces documents du journaliste David Cay Johnston. Ce dernier a annoncé mardi soir sur son plateau les avoir reçus par la poste.

Les documents, publiés sur le site de MSNBC, montrent que Donald Trump a fait l’objet d’un taux d’imposition de 25%.

La Maison blanche a déclaré que Trump, en tant que directeur de la Trump Organization, avait la responsabilité de “ne pas payer plus d’impôt que ce qui était requis par la loi”.

Selon ces documents, l’ex-homme d’affaires a déduit une perte de 100 millions de dollars de ses revenus afin de réduire le montant des impôts fédéraux.

La Maison blanche évoque pour sa part la prise en compte d’une “dépréciation de grande ampleur pour construction”.

par -

Jared Kushner, mari d’Ivanka Trump, a été nommé haut conseiller à la Maison-Blanche par Donald Trump, nous apprend le site «20 minutes».

Cette décision devrait faire des vagues, alors qu’une loi américaine de 1967 vise à lutter contre le népotisme présidentiel.

Au cours de la campagne, il s’est positionné comme l’homme de confiance de Trump, notamment en charge de la stratégie sur les réseaux sociaux, a indiqué la même source.

par -

Après deux mandats à la Maison Blanche, Barack Obama fait, ce mardi, ses adieux à la vie politique américaine, rapporte l’AFP.

Le démocrate, qui cédera le pouvoir le 20 janvier au républicain Donald Trump, a choisi la ville de Chicago, terre de sa fulgurante ascension politique, pour prononcer son dernier discours en tant que président des Etats-Unis, a ajouté la même source.

par -

Des milliers d’opposants à Donald Trump ont manifesté le 12 novembre pour la troisième nuit consécutive contre son élection à la Maison Blanche. La raison principale du mouvement ? La crainte des manifestants que leurs droits puissent être violés, rapporte le site français, RT.com

La ville de Portland, capitale de l’État de l’Oregon, dans le nord-ouest des États-Unis, a été le théâtre d’une nuit agitée. Les rues se sont transformées en tribune de contestation de l’élection de Donald Trump à la tête du pays.

Les manifestants ont brûlé des drapeaux américains, cassé des vitrines de magasins, mis feu à des voitures garées aux alentours.

Les manifestants ont jeté des projectiles sur les forces de l’ordre qui ont riposté avec des gaz lacrymogènes.

INTERVIEW

Le Directeur général de l’Agence de promotion de l’industrie et de l’innovation (APII), Samir Bechoual, a appelé à l’institutionnalisation de la campagne d’interpellations et...

AFRIQUE

La Banque africaine de développement (BAD) pense pouvoir offrir 25 millions d'emplois d'ici 2025, dans le cadre de sa nouvelle stratégie pour changer le...

SPORT

Reseaux Sociaux