Tags Posts tagged with "Mozambique"

Mozambique

par -

Le président de la République du Mozambique, Filipe Jacinto Nyusi et le chef du principal parti d’opposition, Afonso Dhlakama, ont conclu un accord sur une trêve indéterminée, qui fait suite à une première trêve de sept jours instaurée le 27 décembre 2016 et prolongée à deux reprises pour soixante jours. La Suisse félicite les parties et elle continuera à œuvrer avec elles à la résolution pacifique et durable du conflit.

C’est la première fois depuis la reprise du conflit armé en 2013 que le président de la République et le président de la RENAMO s’accordent sur une trêve indéterminée, étape importante vers la signature d’un nouvel accord de paix.

La Suisse tient à féliciter les parties et le pays tout entier pour cette entente, qui délivre un message concret de confiance et jette les bases d’une paix fondée sur le dialogue, d’une plus grande cohésion sociale et d’une relance de l’économie du pays.

C’est avec un profond respect pour les parties et le peuple mozambicain tout entier que la Suisse continuera à présider le Groupe de contact dans un esprit de responsabilité et à œuvrer activement à la résolution pacifique et durable du conflit.

par -

Au moins 73 personnes ont été tuées dans l’explosion accidentelle d’un camion-citerne, hier jeudi au soir, dans l’ouest du Mozambique, rapporte « Le Point ».

Des ambulances et du personnel médical ont été envoyés sur place pour prêter assistance aux victimes. Une grosse centaine de blessés, parmi lesquels des enfants, ont été évacués vers l’hôpital de Tete.

Le gouvernement doit s’y rendre, ce vendredi, pour veiller au bon déroulement des secours, indique la même source.

par -

Rien ne va plus entre le Mozambique et le Fonds monétaire international (FMI), qui a suspendu mardi dernier son soutien à Maputo après avoir découvert que ce dernier avait triché en cachant soigneusement une dette de plus d’un milliard de dollars. Le gouvernement mozambicain, pris en flagrant délit de mensonge, a été contraint de reconnaitre le week-end dernier la supercherie. « Les autorités (mozambicaines) ont reconnu qu’un dépassement d’un montant d’un milliard de dollars de dette externe garantie par le gouvernement n’avait pas été dévoilé au Fonds », a déclaré dans un communiqué Michel Lazare, chef de la mission du FMI au Mozambique.

Voilà qui ne va pas arranger les affaires du pays, déjà englué dans la pauvreté et le sous-développement – il est classé parmi les dix nations les plus pauvres au monde, d’après le FMI – et dont un quart du budget est alimenté par des bailleurs de fonds.

Le FMI n’a pas attendu les aveux très tardifs des autorités mozambicaines pour annuler la mission de ses experts chargés justement de diagnostiquer les comptes publics, un préalable pour le décaissement d’une nouvelle tranche de prêt.

Faute avouée, à moitié pardonnée

Toutefois les carottes ne sont pas cuites pour Maputo, en effet M. Lazare a affirmé que cet aveu était un « premier pas important vers la restauration de la confiance » entre les deux parties. Il a ajouté : « Le Fonds et le Mozambique vont continuer de travailler ensemble de façon constructive pour évaluer les implications macroéconomiques de la révélation de cette information et identifier les étapes pour consolider la stabilité financière (…) et améliorer la gouvernance et la supervision des entreprises publiques ».

Les autorités mozambicaines ont vidé leur sac après un entretien cette semaine entre le Premier ministre, Carlos Agostinho de Rosario et la directrice du FMI, Christine Lagarde. On n’exclue pas donc que la patronne du FMI ait convaincu de Rosario d’avouer publiquement la manoeuvre pour continuer à bénéficier de l’aide de l’institution financière. Une façon aussi sans doute de terroriser ceux qui auraient pu être tentés de duper le FMI en dissimulant une partie de leur ardoise pour ne pas plomber leurs chances d’avoir de nouveaux crédits.

Le FMI n’en est pas à son premier coup de pouce pour le Mozambique, en décembre 2015, il avait mis à sa disposition un prêt de 282,9 millions de dollars, versée par tranches. Des mesures de réduction des dépenses publiques avaient été exigées en retour.
Une première ligne de crédit de 117,9 millions avait été octroyée très rapidement pour permettre au pays de supporter les contrecoups de la chute des cours des matières premières qui avait impacté les recettes publiques. C’est ce dispositif qui vient d’être stoppé net par le FMI après les petites cachoteries du gouvernement mozambicain.

Pour rappel, le FMI avait appliqué le même tarif au Mali en décembre 2014. L’appui financier avait été suspendu pendant 6 mois après la découverte d'”irrégularités » budgétaires, dont l’acquisition d’un nouvel avion présidentiel avec un gros chèque de 40 millions de dollars, alors que le budget de l’Etat était dans le rouge…

par -

Gigawatt Mozambique a annoncé cette semaine un investissement de 200 millions de dollars dans le secteur énergétique au Mozambique, aux côtés de plusieurs acteurs mondiaux, dont entre autres Standard Bank et la Banque mondiale. Cet investissement aidera à exploiter les ressources naturelles en gaz du pays, qui bénéficieront ensuite à de nombreux pays voisins du Mozambique dans la région de l’Afrique australe.
Parallèlement à plusieurs autres projets dans la région de la SADC (Communauté de développement d’Afrique australe), cet investissement sera présenté et examiné lors du prochain Sommet concernant l’énergie et les infrastructures d’Afrique australe (SAEIS) d’EnergyNet, qui se tiendra à Maputo au Mozambique du 4 au 6 mai 2016. Le Sommet célébrera la coopération régionale, et mettra en avant des projets énergétiques et d’infrastructure qui nécessitent un soutien des secteurs public et privé.
Veronica Bolton-Smith, Directrice régionale d’EnergyNet pour l’Afrique de l’Est et l’Afrique australe a déclaré : « le développement régional est la clé pour libérer le potentiel d’investissement énergétique de l’Afrique. Le SAEIS réunira les pays de la région de la SADC en vue d’examiner en direct des projets énergétiques et d’infrastructure qui nécessitent des investissements. »
Cette région dynamique a connu de nombreuses évolutions positives au cours des dernières années, tant au niveau du développement énergétique que de celui des infrastructures. Les progrès réalisés dans la gouvernance, le renforcement des institutions et la consolidation de la démocratie sont des facteurs qui contribuent aux indicateurs positifs recherchés par les investisseurs à long terme.
Le Sommet examinera quelques unes des réussites de l’Afrique australe et la manière dont celles-ci peuvent être reproduites. L’Afrique australe a connu des initiatives menées par le secteur privé local ainsi qu’une plus grande participation à des projets passionnants tels que le programme novateur REIPPPP de l’Afrique du Sud, une initiative qui sera explorée lors du SAEIS.
Lors du Sommet, des intervenants clés participant au projet de ligne ferroviaire Moatize/Nacala, qui reliera le Malawi et le Mozambique, prendront la parole. C’est un projet d’infrastructure visant à redéfinir l’Afrique australe et son potentiel d’investissement.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Le président français, Emmanuel Macron, est décidément très actif sur le contient africain. Après avoir parrainé la force conjointe anti-djihadiste des pays du Sahel,...

Reseaux Sociaux