Tags Posts tagged with "OMV"

OMV

par -

Il y a quelques jours, Africanmanager confirmait l’information d’un prêt de 28 MUSD de l’AFC à une société tunisienne qui devrait produire du pétrole, pas plus tard que 2018. Les Tunisiens qui investissent dans la prospection et l’exploitation pétrolières ne font pas légion, mais ils existent et certains restent peu connus. Les plus connus sont les Bouchammaoui, mais ces derniers sont loin d’être les seuls. On vient d’en découvrir un autre, en la personne de Mohamed Toumi père, un ancien syndicaliste reconverti dans les affaires.

On avait tant accusé les banques tunisiennes de frilosité par rapport à l’investissement. Deux banques, publiques de surcroit, donnent la preuve du contraire en décidant de placer de l’argent dans un secteur, celui du pétrole, où l’investissement est généralement lourd et risqué : Il s’agit de la BH et de la STB. Et cela ne date pas d’aujourd’hui.

Pour renforcer ses capacités financières, la société Topic avait procédé à la fin de l’exercice 2009 à une augmentation de capital réservée, assortie d’une prime de mission, d’un montant de 435,5 MDT. Les principaux actionnaires ayant souscrit à cette augmentation de capital sont le groupe Banque de l’Habitat (18,59 %), la Société Financière Internationale (SFI ou IFC, à 17,27 %) et le groupe de la STB (Société tunisienne de banque, à 8,14%). De cette nouvelle structure de capital il ressort d’abord une audace, jusque-là sans pareille, tant le secteur pétrolier reste tributaire du prix du pétrole et des effets de change, deux ratios qui n’arrêtent pas de faire le Yoyo. Il en ressort aussi un partenariat public-privé à double détente car appuyé à la SFI, une filiale de la Banque mondiale et dont la présence est un gage de confiance, tant dans les perspectives du secteur pétrolier que dans le potentiel de l’investissement dans lequel elle met de l’argent et surtout dans la solidité financière du reste des actionnaires et de la crédibilité de l’investisseur majoritaire, Topic.

  • Le groupe Toumi, une success-story d’un syndicaliste autodidacte

Le groupe Toumi a été créé par le défunt Mohammed Toumi, un autodidacte de la région de Kerkennah et un ancien syndicaliste des champs de sel à Sfax de surcroit. De pêcheur d’éponges, il devient propriétaire de son bateau. C’est durant les années 70 qu’il se lance dans les services maritimes, allant du dragage au service d’amarrage au terminal de «la Skhira», de la pêche à la transformation du poisson (congélation, séchage …), de la plongée à la construction navale, de l’entreposage à l’agence maritime. Dix années plus tard, c’est un groupe familial de 11 entreprises dans les domaines de la pêche, la construction métallique, la construction navale et autres et devient, profitant «des incitations mises en œuvre à cette époque pour encourager l’initiative privée», un conglomérat de PME, articulé autour des connaissances dans les secteurs de la marine et de l’énergie et acquiert la majorité de la société publique Sarost, lors de sa privatisation en 1998. Il en fera la plus importante compagnie du groupe qui commence alors son expansion et l’achat ou rachat de concessions pétrolières et gazières.

Topic (Tunisian Offshore & On-shore Petroleum & Industrial Contractors), dirigée par Mohamed, fils de Feu Mohamed Toumi, est une société d’énergie tunisienne indépendante, axée principalement sur l’exploration et la production de pétrole et de gaz, créée en 2000 par le groupe Toumi et deux professionnels, Mongi Ellouz et Abdelmajid Kacem, qui sont des techniciens pétroliers. Ses principales activités sont l’acquisition d’intérêts dans des licences pour l’exploration et la production d’actifs énergétiques, leur développement et leur exploitation par des opérations directes ou indirectes.

En 2001, Topic acquiert 15% d’intérêts dans le bloc d’exploration «Jelma» terrestre exploité par “Hydrocarbures Tunisie Corporation”, une société affiliée de la Suédoise E & P Company PA Resources (détenant 35% d’intérêts). Les intérêts restants de 50% dans le bloc sont la propriété de la Société nationale du pétrole et du gaz, ETAP. Les acquisitions se suivent ensuite

  • 5,1 millions de barils prouvés et 10,2 millions de barils possibles

En 2008, les réserves de Halk El Menzel (HelM) ont été certifiées par le bureau international RPS Energy en conformité avec les règles SPE et en utilisant un taux de recouvrement de 20% comme suit : 5.1 millions de barils prouvés, 7.1 millions de barils prouvés et probables et 10,2 millions de barils prouvés, probables et possibles.

La campagne sismique 3D qui a été réalisée en 2012 a permis de réévaluer avec plus de précision les réserves du miocène et même d′améliorer les quantités confirmées. En effet les réserves sont aujourd′hui réévaluées à 7.5 millions de barils,             avec un potentiel de 70 millions de barils dans la structure géologique profonde

La concession est issue du permis «Marin Golfe de Hammamet ». Elle a été accordée pour 50 ans, se terminant en Décembre 2029. Le bloc couvre une large zone de 570 km2 au golfe de Hammamet, au nord de la Tunisie, une importante province de pétrole. La profondeur de l’eau est de 76 mètres et le champ se trouve à environ 70 kilomètres au nord-est de la ville de Monastir.

La découverte initiale dans la couche d’âge miocène a été faite par le puits HEL-l, qui a été foré par Elf en 1977 et qui a été suivi par un autre puits d′évaluation, HEL 4 en 1979. Les réserves prouvées ont été évaluée à 7 millions de barils. Il est probable que la combinaison des caractéristiques du pétrole, le faible niveau des réserves et les bas prix du pétrole aient conduità la décision prise par Elf de ne pas développer la concession. Les logiques financières pour les grosses entreprises pétrolières n’étant pas les mêmes que pour les petites, cela explique la reprise par Topic.

Cette dernière détient 100 % d′intérêts dans la concession HelM. Elle a acquis ses intérêts de la société autrichienne OMV en 2006 pour 11 millions USD. OMV a cependant conservé une option de retour sur les 50% de HelM, si Topic venait à faire une découverte dans la structure géologique profonde «Serdj». La société affirme que la société table sur une entrée en production avant la fin de l’année 2017 et au plus tard en 2018.

 

par -

Le groupe autrichien de pétrole et de gaz OMV a repris ce mardi 20 juin 2017 ses activités dans le sud de la Tunisie, dans le cadre du projet de gaz naturel Nawara, rapporte l’agence Reuters. Pour rappel, les protestataires avaient complètement paralysé l’approvisionnement en matériaux de construction, ce qui avait poussé le groupe à évacuer des centaines d’entrepreneurs et employés.

Pour rappel, les manifestants exigeaient des emplois et une part des ressources énergétiques ; un accord paraphé avec le gouvernement le 16 juin 2017 a permis de débloquer la situation et de redémarrer la production.
Les blocages ont pris fin. Le redémarrage des travaux du projet Nawara peut être lancé“, a confié un porte-parole d’OMV.

A signaler que Nawara produisait à peu près 8 000 barils d’équivalent pétrole par jour jusqu’au mois de mai. Il faudra deux à trois mois pour retrouver ce volume après ces semaines d’interruption..

par -

Moncef Mattoussi, président directeur général de l’Entreprise tunisienne des activités pétrolières (ETAP), a annoncé ce lundi 1er juin à Africanmanager que la société d’exploitation pétrolière OMV sise dans le gouvernorat de Tataouine a décidé d’arrêter la production et ce à partir du 5 juin.

On rappelle qu’OMV, une société autrichienne, a évacué 700 membres de son personnel non essentiel affecté à ses projets dans le Sud tunisien et ce, suite aux mouvements de protestation pour exiger des emplois et aux menaces pesant sur ses opérations dans la région.

par -
Les 26 employés de la compagnie pétrolière autrichienne

Les 26 employés de la compagnie pétrolière autrichienne “OMV” en grève depuis 24 heures, ont repris le travail, depuis 2 jours, dans le champ pétrolier d’Oued Zar (gouvernorat de Tataouine). La grève a été entamée depuis lundi et devait durer trois jours.

Le secrétaire général de l’union régionale du travail (URT) à Tataouine, Kamel Abedellatif, a indiqué au correspondant de l’agence TAP que le travail a repris suite à un accord avec la direction de la société qui prévoit la tenue d’une séance de négociation, vendredi prochain au siège du gouvernorat, en vue de trouver une solution à la situation de 52 ouvriers de la sous-traitance qui réclament leur intégration dans la société.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Les États-Unis saluent les annonces récentes des gouvernements du Soudan et d’Arabie saoudite, mettant en évidence l’engagement du Soudan d’établir un dialogue constructif avec...

Reseaux Sociaux