Tags Posts tagged with "permis"

permis

par -

Le permis de prospection, de recherche et d’exploitation d’hydrocarbures de ” Douiret ” couvrant une superficie de 4240 km2, dans le gouvernorat de Kebili (Sud tunisien), a été attribué, mercredi après-midi, à la compagnie néerlandaise d’exploration et de production de pétrole et de gaz Mazarine Energy Tunisie B.V, rapporte la Tap.
Une convention a été signée, à cet effet, entre l’Etat tunisien représenté par le ministère de l’Energie, des Mines et des Energies Renouvelables, l’ETAP (Entreprise Tunisienne d’Activités Pétrolières) et le groupe néerlandais Mazarine Energie.
L’accord, qui sera mis en application, dès la publication de la loi portant approbation du contrat entre les deux parties au JORT, a été signé par la ministre de l’Energie, des Mines et des Energies Renouvelables, Héla Cheikhrouhou, le représentant de Mazarine Energy Tunisie B.V, Edward Van Kersbergen et le PDG de l’ETAP, Moncef Mattoussi.
En vertu de cet accord, des travaux d’exploration et de recherches seront entamés par la société Mazarine Energy pour l’exploitation des hydrocarbures. Egalement, une enquête sismique sera effectuée, durant deux ans (à partir de la date de mise en application), soit la durée du permis, moyennant une enveloppe de 2,5 millions de dollars.
L’ETAP a conclu, à cet effet, un contrat de partenariat avec la société Mazarine Energy identifiant les conditions et les mesures d’application des engagements et la réalisation des travaux sur le champ précité. Le groupe néerlandais d’exploration et de production de pétrole et de gaz, se charge, en vertu de ce contrat, des dépenses d’exploration durant 2 ans (durée du permis).
L’ETAP, quant à elle, aura le choix de participer de 50% aux travaux de recherche en cas de découverte d’hydrocarbures par la compagnie néerlandaise, dans le champ Douiret.

par -

Depuis la Révolution, la possession d’une arme de chasse sans autorisation est monnaie courante dans de nombreuses régions en Tunisie, étant donné que la situation sécuritaire n’est pas encore tout à fait au beau fixe.

Des supports médiatiques tunisiens avaient dévoilé qu’en 2012, les fusils étaient vendus au marché noir à des prix variant entre 2.500 et 3.000 dinars la pièce. Plus de 200 fusils de chasse de calibre 12 et 16 ont été confisqués par les autorités.

A cette époque, c’était très facile de trouver des armes dans de mauvaises mains. Pis, des munitions, kalachnikovs ainsi que d’autres joujoux très sophistiqués étaient librement utilisés par des cellules djihadistes retranchées dans les montagnes.

Néanmoins ce fléau a considérablement baissé suite à la multiplication des efforts des agents sécuritaires et des unités de la douane. Des caches d’armes de chasse ont été découvertes, surtout dans le sud tunisien.

45 mille fusils de chasse détenus légalement par des citoyens

Le ministre de l’Intérieur, Hedi Mejdoub, a affirmé lors d’une séance plénière qui s’est tenue ce mardi à l’Assemblé des Représentants du Peuple (ARP) qu’il y a actuellement en Tunisie 45 mille fusils de chasse détenus légalement par des citoyens.

Il a par ailleurs indiqué que son département n’a toujours pas répondu à 50 mille nouvelles demandes d’autorisation de port d’armes de chasse.

Permis d’armes de chasse : Les zones d’ombre

En réaction aux déclarations du ministre, Fayçal Tébini, député du parti la Voix des Agriculteurs, a déclaré ce mardi à l’ARP que les permis d’armes de chasse se vendent partout suite au recours de certaines parties à la corruption et la manipulation.

Il a, dans ce contexte, appelé le ministre de l’Intérieur à ouvrir une enquête approfondie afin de dévoiler les critères qui ont été pris en considération pour accorder les armes à plusieurs demandeurs.

Il a, sur un autre volet, précisé que le ministère de l’Intérieur devrait faire participer les associations de chasse en Tunisie et les députés au processus d’octroi de ces armes aux usagers.

Et d’ajouter : « avoir une arme de chasse est un droit pour toute personne passionnée par ce loisir. Il est ridicule de considérer qu’il y a une relation étroite entre le terrorisme et la possession d’une arme à chasse », a-t-il affirmé…

 

par -

Dix-neuf dossiers de permis de recherche minière, sur un total de 20, ont été approuvés par la commission consultative des mines réunie, le 27 mai 2016, et une demandé a été refusée pour manque de capacités financières et faiblesse des engagements techniques présentées.
Les dossiers approuvés concernent les permis de prospection de sable de silice dans les gouvernorats de Zaghouan et Kairouan, les permis de prospection de carbonate de calcium dans les gouvernorats de Kasserine et Gabès, ainsi que les permis de prospection de sel à Chott el- Jérid , a affirmé à TAP le sous directeur de la recherche minière au ministère de l’énergie et des mines Najah Cherif.
Les demandes d’obtention des permis de recherche minière reviennent à des investisseurs tunisiens, tels que la société tunisienne de verrerie, la société tunisienne industrielle de carbonate de calcium, SOMETRAM ( société Marwa d’exploitation et traitement des minéraux , mines et carrières), et certains nouveaux investisseurs tunisiens ainsi qu’un investisseur italien représenté par la société Minerali Industriali, spécialisée dans la production et la transformation du marbre, précise le responsable.
La direction générale des mines se penche, actuellement, sur l’élaboration des décisions ministérielles relatives aux autorisations minières validées par la commission et informera le candidat dont la demande a été refusée par la commission consultative des mines, des causes de ce refus, souligne un communiqué du ministère de l’énergie et des mines publié, lundi.
Le même communiqué rappelle que la commission consultative a été convoquée à quatre reprises (depuis mi-avril jusqu’au 27 mai 2016) par le ministère de l’Energie et des Mines pour présenter et exprimer ses points de vue sur les demandes en suspens depuis des années à la direction générale des mines. Actuellement des décisions ministérielles sont en cours de promulgation pour instaurer les autorisations minières approuvées.
“Aucune demande n’a été, à cet égard ajournée, ce qui ne manquera pas de donner un nouvel élan à l’investissement dans le secteur minier (hors phosphate) et de garantir une valeur ajoutée au secteur”, précise la même source.

par -

La compagnie pétrolière Independent Ressources  a annoncé  mercredi que  la Commission consultative sur les hydrocarbures en Tunisie a approuvé la semaine dernière la prolongation du permis de Ksar Hadada.

Le permis a été prolongé jusqu’au 6 août, 2017, précise la société ajoutant qu’elle poursuit ses discussions avec des partenaires au titre d’amodiation aux fins du financement des  activités prévues dans la cadre du permis.

“Cette prolongation  accroît le temps disponible pour les partenaires leur permettant de finaliser leurs engagements au titre du programme d’exploration et nous allons continuer nos discussions avec de façon qu’ils se préparent à répondre à nos obligations de travail», a déclaré le directeur général de la compagnie Greg Coleman dans un communiqué.

par -

Le gouverneur de Tunis, Fakher Gafsi, a annoncé, lors de son passage ce lundi 2 mai 2016 sur Shems Fm, que 800 permis de taxi ont été retirés dans le gouvernorat de Tunis, soulignant qu’il ne s’agit pas d’une mesure punitive car les permis retirés appartiendraient à des personnes décédées ou avaient été vendus illégalement à d’autres personnes.

Le gouverneur de Tunis a par ailleurs indiqué que les 800 permis retirés seront octroyés prochainement aux personnes qui en ont besoin sur le Grand Tunis.

“Ces permis de taxi collectif ou individuel seront distribués selon une étude des routes qui sera élaborée par le ministère du Transport prenant en considération les embouteillages”, a-t-il ajouté.

par -

L’Entreprise tunisienne d’activités pétrolières, à la demande de la filiale tunisienne de la compagnie pétrolière Independent Resources , cotée au marché alternatif de Londres, et unique exploitant du permis Ksar Hadada , a présenté une demande de prolongation d’ un an à la Direction  Générale de l’Energie au ministère tunisien de l’Energie.

La demande devrait être  examinée prochainement par le Comité Consultatif des Hydrocarbures, et en cas de réponse positive, la durée de la prolongation du permis devrait courir à partir de sa  date d’expiration, et jusqu’au 7 août 2017.

 Il  s’agira pour la compagnie de remplir des obligations minimales consistant en l’acquisition, le traitement et l’interprétation d’une étude sismique 3D couvrant 300 km2 et le forage de deux nouveaux puits d’exploration au lieu d’un  prévu par l’actuel permis.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Les États-Unis et le Togo seront co-organisateurs du Forum de la loi sur la croissance et les possibilités économiques en Afrique – Africa Growth...

Reseaux Sociaux