Tags Posts tagged with "salariés"

salariés

par -
Les deux  dirigeants du Front populaire Mongi_rahoui_et  zied_lakhdar ont reçu des menaces de mort et le ministère de l'Intérieur est au courant

Le président de la commission des finances à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP), Mongi Rahoui, a affirmé dans une déclaration ce mercredi 26 octobre 2016 à Africanmanager que le projet de la loi de finances 2017 n’a pas apporté de nouveautés par rapport à ceux des dernières années.

Dans sa copie actuelle, le projet de la LF 2017 ne donne pas un éclairage sur les grandes orientations nationales et régionales, et il ne présente pas non plus des solutions aux problèmes auxquels fait face la Tunisie comme le financement, le chômage, les disparités régionales et la lutte contre la détérioration du pouvoir d’achat, la pauvreté, l’économie parallèle et l’évasion fiscale.

Mongi Rahoui nous a, dans le même contexte, indiqué que le projet de la LF 2017 marginalise deux grands secteurs biens organisés au niveau du paiement des taxes, à savoir les salariés et les chefs d’entreprises. “Avec sa décision de reporter les majorations salariales pour l’année 2019 et d’imposer une taxe exceptionnelle de 7,5% sur les entreprises, l’État marginalise deux grands secteurs ayant longtemps honoré leurs engagement vis-à-vis de l’État”, a-t-il dit.

Le président de la commission des finances a, sous un autre angle, indiqué que les discussions autour du projet de la LF 2017 ont déjà commencé depuis mardi 25 octobre 2016, au niveau de la commission et se poursuivront jusqu’au 15 novembre prochain avant d’être soumis à une plénière pour son approbation finale. La commission des finances va écouter plusieurs parties dans le cadre de ce projet de loi, comme l’ordre des avocats, l’ordre des experts comptables, le syndicat des agriculteurs, l’Utica, l’UGTT, et ce dans l’objectif de recueillir leurs avis et propositions par rapport à cette loi. Les séances d’écoute débuteront mardi prochain.

Pour rappel, la nouvelle taxe imposée aux entreprises n’a pas aussi plu à la présidente de l’Utica. Dans son interview parue ce mercredi 26 octobre 2016 au journal “Assabah”, Wided Bouchamaoui a dit qu’elle comprend et partage la position du l’UGTT lorsqu’elle a dit que les salariés ne sont pas la seule partie qui doit faire des sacrifices. C’est valable aussi pour l’Utica, selon ses dires. Quant à l’UGTT, elle est déterminée : Les salariés ne sont pas les seuls concernés par les sacrifices.

Il est à indiquer par ailleurs que la commission des finances à l’ARP a entamé, hier, jeudi 25 octobre 2016, l’examen du projet de la loi de finances 2017. Lors de son audition, la ministre des Finances, Lamia Zribi, n’a pas manqué de signaler la faible performance économique, la hausse du chômage, la baisse de l’épargne et de l’investissement national, l’aggravation du déficit budgétaire et la hausse de l’endettement qui a dépassé 55 milliards de dinars du PIB.

La ministre a en revanche indiqué que la loi de finances 2017 vise à réaliser un taux de croissance de 3,4%, évoquant des signes d’amélioration dans le secteur du tourisme, de l’industrie et du transport aérien.

Elle a dans le même cadre réaffirmé que le budget a été élaboré sur la vision de développement (2016/2020) et l’accord de Carthage, outre le programme gouvernemental. Les dépenses du budget de l’État pour l’année 2017 sont estimées à 32 400 Millions de dinars, avec la poursuite de l’endettement qui demeure à un taux très élevé et incompatible avec la préservation des équilibres financiers. La ministre a insisté sur la lutte contre l’évasion fiscale, la maîtrise des finances publiques et la réduction du déficit budgétaire.

En outre, Lamia Zribi a assuré que le budget de l’État pour le projet 2017 doit répondre à une équation difficile, tout en récupérant la dynamisme de l’économie nationale et l’investissement et la création de nouveaux postes d’emplois. Il s’agit aussi de garantir un climat social approprié qui prend en compte le pouvoir d’achat des citoyens et consacre la justice fiscale entre les différentes catégories socio-professionnelles.

par -

Le député du Front Populaire, Fethi Chemkhi a affirmé que les salariés n’ont plus rien à sacrifier.
Lors de son passage mercredi 5 octobre 2016 sur les ondes de Shems Fm, il a appelé à la mise en application de solutions alternatives à l’instar du report du remboursement des dettes extérieures.
Il a par ailleurs mis en garde contre toute politique d’oppression sociale poussant le peuple à se soulever de nouveau.

par -
Intervenant sur Mosaïque Fm

L’annonce a été officiellement faite dans la soirée du mercredi 28 septembre 2016 à Tunis. C’est le chef du gouvernement, Youssef Chahed, qui s’en est chargé. Il s’agit de reporter les majorations salariales initialement prévues pour l’année prochaine à 2019. Une proposition qui vient en réponse à la situation de crise qui persiste en Tunisie depuis plusieurs années et qui n’a épargné secteur : Industrie, tourisme, enseignement, phosphates, mines…

Le déficit budgétaire et les fortes pressions sur les finances publiques ont poussé l’État à recourir à de telles solutions. Renflouer les caisses de l’État et mobiliser des dépenses supplémentaires sont le seul souci de Youssef Chahed, oubliant ainsi que de telles mesures pourraient le mettre dans une situation de guerre contre l’UGTT, laquelle n’hésitera pas à mettre des bâtons dans les roues du chef du gouvernement. L’UGTT, du moins selon les déclarations, est convaincue qu’il faut des sacrifices mais pas au détriment des salariés.

Abderrahmane Lahga, du département des études et de la documentation de l’UGTT, a affirmé dans une déclaration ce jeudi 29 septembre 2016 à Africanmanager que l’UGTT ne peut pas accepter de telles mesures, surtout en l’absence de signes positifs et rassurants. Il a en outre indiqué que la réduction du déficit budgétaire n’est pas la responsabilité des salariés : ” Notre réponse à Youssef Chahed est “non”. On ne peut pas accepter de telles décisions, sinon nous allons nous trouver face à plusieurs problèmes d’ordre social”, a assuré Abderrahmane Lahga.

Il a, dans le même ordre d’idée, assuré que le rôle de l’UGTT n’est pas de rétablir les équilibres financiers, mais plutôt de relancer la croissance et stabiliser le pays. Pour y parvenir, le gouvernement doit annoncer un ensemble de mesures inscrites dans un même package, lequel devra répondre à un certain nombre de conditions dont principalement la lutte contre la contrebande, le marché parallèle, l’évasion fiscale et les disparités régionales.

Abderrahmane Lahga a dans le même cadre appelé à mettre en place des mesures touchant le train de vie de l’État et les dépenses de fonctionnement, accusant ainsi Youssef Chahed d’adopter une mauvaise approche : “On aurait aimé que le gouvernement fasse plus d’efforts en matière de recouvrement de ses dettes auprès des entreprises publiques”, a-t-il dit.

S’agissant de la décision de réviser de l’impôt sur le revenu, Lahga a fait savoir qu’une correspondance a été envoyée au chef du gouvernement où l’UGTT avait exprimé son mécontentement à l’égard de cette mesure. “Miser sur la masse salariale est la mesure la plus facile mais la plus faible”, a-t-il dit.

Une autre source de l’UGTT nous a confié dans un entretien téléphonique que cette proposition de reporter les majorations salariales va être catégoriquement rejetée, faisant savoir que cette décision n’est pas surprenante et que l’UGTT avait été sollicitée sur cette question par le chef du gouvernement.

Quant à lui, Houcine Abassi, secrétaire général de l’UGTT, en marge d’une réunion exceptionnelle ce jeudi à Tunis, a dit que l’UGTT ne s’oppose pas au principe de faire des sacrifices mais pas au détriment des salariés, estimant que l’Union a une autre approche, différente de celle du chef du gouvernement. « Notre stratégie consiste à récupérer l’argent de l’État chez les autres et non chez les salariés”, a-t-il dit.

De même, le secrétaire général-adjoint de l’UGTT, Bouali Mbarki, a appelé à ne pas reporter les majorations salariales au titre de 2017 à l’année 2019. Lors de son passage ce jeudi 29 septembre 2016 sur Mosaïque Fm, il a ajouté que la proposition faite hier par le chef du gouvernement, Youssef Chahed, doit être soumise d’abord aux structures de la centrale syndicale.

Un expert fiscal qui a choisi de parler sous le couvert de l’anonymat nous a indiqué que le report des augmentations salariales pour un (1) ou deux années n’aura pas un grand effet sur les salariés. De plus le pays ne pourra pas supporter d’autres augmentations salariales. “L’aménagement envisagé du baromètre d’imposition et qui prévoit l’exonération de l’impôt pour tout revenu allant jusqu’à 5 mille dinars (au lieu de 1500 dinars) aura pour effet une baisse de l’impôt du et par conséquent une augmentation du salaire des personnes à revenu faible ou moyen”.
“Là, il serait très indiqué de se contenter de cette mesure et de reporter par conséquent les majorations salariales antérieurement décidées pour les années futures, soit 2018 ou 2019”, a-t-il ajouté.

Bon à dire : La demande de reporter les majorations salariales ne date pas d’aujourd’hui. L’ancien ministre des Finances, Slim Besbes, avait appelé dans une récente déclaration à Africanmanager à retarder l’application des accords conclus avec l’UGTT portant sur les hausses salariales, au moins pour 2017, l’année record au niveau du remboursement des services de la dette, selon ses dires. « La tâche n’est pas simple. Il faut respecter nos engagements avec le FMI pour éviter une politique d’austérité », avait ajouté Besbes.

par -

L’Instance Nationale de Lutte Contre la Corruption (INLUCC) a annoncé dans son rapport semestriel qui vient d’être publié qu’elle a besoin d’une enveloppe de 700 mille dinars pour couvrir les salaires de ses employés au titre de l’année 2016.

L’ INLUCC a , en outre, rappelé la nécessité de renforcer ses ressources humaines  pour que l’instance puisse accomplir la mission qui lui a été accordée en matière de lutte contre la corruption, dans de bonnes conditions.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux