Tags Posts tagged with "sncft"

sncft

par -

La prise en otage des trains marchandise de la SNCFT (Société tunisienne des chemins de fer) par les protestataires de tous genres et autres sit-ineurs ne s’arrête pas. Dans l’indifférence officielle des autorités, la direction de la compagnie de transport ferroviaire ne s’est pourtant pas arrêtée et les résultats étaient au rendez-vous. Depuis lundi dernier, pris en otage à Dahmani et au Sers, deux de ses trains ont pu être récupérés ce jeudi 6 juillet 2017. Restait le train de Meknassi qui était en otage depuis le 20 avril dernier. La SNCFT, aidée faut-il le dire par les syndicats de l’UGTT Sfax, a aussi pu récupérer le train transportant le souffre, matière hautement inflammable (un début d’incendie dans du souffre déversé à côté du train a d’ailleurs éclaté, mais vite maîtrisé par une brigade de la protection civile présente), ainsi que 3 locomotives. Les protestataires de Meknassi retiennent cependant toujours en otage 30 wagons remplis de phosphate. Ce n’est pas sur la page FB du ministre du Transport qu’on trouvera cette information !

par -

Les agents et cadres de la SNCFT à Gafsa ont observé, aujourd’hui, mardi 4 juillet 2017, un rassemblement de protestation de deux heures dans la station de train.

Le secrétaire général du syndicat organique de la SNCFT à Gafsa, Fethi Dhahri, a indiqué, dans une déclaration à Shems Fm, que ce rassemblement exprime leur refus de la situation actuelle de la compagnie et la non-application des accords convenus entre les employés et la direction de la SNCFT.

Il a par ailleurs ajouté que la ligne ferroviaire 13 reliant Tozeur à Sfax restera fermée jusqu’à l’examen de leurs revendications.

par -

Le ministre du Transport Anis Ghedira a affirmé lors de son audition ce lundi 5 juin par la commission de la réforme administrative, de la bonne gouvernance, de la lutte contre la corruption et du contrôle de gestion des deniers publics relevant de l’ARP que la fraude dans le transport ferroviaire coûte à l’Etat 1.3 Million de dinars par an…

par -

Lors de la séance d’audition du ministre du Transport, Anis Ghedira, tenue ce lundi 5 juin à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP), le président de la commission de la réforme administrative, de la bonne gouvernance, de la lutte contre la corruption et du contrôle de gestion des deniers publics a fait savoir que des équipes spéciales ont été formées pour ausculter toutes les activités de la Société nationale des chemins de fers tunisiens (SNCFT) afin d’établir le bon diagnostic sur la situation générale.

C’est dans ce contexte que le ministre du Transport a affirmé lors de son audition que la SNCFT passe depuis des années par une situation difficile, précisant qu’un plan stratégique a été mis en place pour la restructuration de la société.

Il a affirmé que les problèmes de la société en question sont d’ordre structurel et financier, dont notamment un déficit budgétaire, une augmentation des dettes de la sociétés auprès de la CNRPS et la SNDP, la dégradation de l’infrastructure, l’ancienneté des équipements, les recrutements arbitraires et abusifs…

Il a, à cet effet, précisé qu’entre 2011/2016, le déficit budgétaire de la SNCFT s’est aggravé et a dépassé les 60 Millions de dinars annuellement. Et d’ajouter que les augmentations salariales ont pesé très lourd sur la situation financière de la société.

Le ministre a également affirmé que l’intégration des personnes pour des raisons sociales et dont la productivité est nulle explique en grande partie la dégradation de la situation de la SNCFT.

Sur un autre volet, il a rappelé que la société subit des pertes quotidiennes car le secteur du transport ferroviaire du phosphate et des engrais chimiques a été paralysé durant des mois par les mouvements de protestation qui ont eu lien dans diverses régions du sud…

Une batterie de mesures

Pour solutionner les divers problèmes de la société, le ministre du Transport a annoncé qu’une série de mesures ont été prises dont notamment la modernisation de l’infrastructure des chemins de fer, le développement du système de la sécurité, la bonne gouvernance, la rationalisation de la gestion des ressources humaines…

par -
Lors de son audition ce lundi 5 juin par la commission de la réforme administrative, de la bonne gouvernance, de la lutte contre la corruption et du contrôle de gestion des deniers publics relevant de l’ARP, le ministre du Transport, Anis Ghedira, a affirmé que les augmentations salariales ont pesé très lourd sur la situation financière de la Société nationale des chemins de fer tunisiens (SNCFT).

Sur un autre volet, le ministre du Transport a ajouté que l’intégration des personnes pour des raisons sociales et dont la productivité est nulle explique également la dégradation de la situation de la SNCFT.

par -

La commission de la réforme administrative, de la bonne gouvernance, de la lutte contre la corruption et du contrôle de gestion des deniers publics relevant de l’ARP a auditionné ce lundi 5 juin le ministre du Transport, Anis Ghedira, sur le plan de restructuration de la Société nationale des chemins de fer tunisiens (SNCFT).

Lors de son audition, Ghedira a affirmé que la situation de la SNCFT est difficile à tous les niveaux (problèmes structurels, ressources humaines, infrastructure, pertes financière…).

Il a ajouté que son département, en concertation avec toutes les parties concernées, œuvre davantage afin de restructurer la société en question et de trouver des solutions pertinentes visant la relance de la SNCFT.

A signaler que cette séance d’audition a été marquée par l’absence d’un grand nombre de députés de différents partis et la présence massive de plusieurs responsables de la Société des chemins de fer tunisiens.

par -

Lui, il est à la tête de ce qu’il appelle «le ministère des grands projets», celui du transport et qui est normalement le secteur structurant du reste de l’économie. Un ministère qui gère le plus grand nombre d’entreprises publiques. Des sociétés régionales surtout, «dont il ne reste que trois déficitaires» tient à préciser le ministre, le reste étant déjà à l’équilibre. Avec lui, Africanmanager a parlé, au départ, du RFR (Réseau ferroviaire rapide). Un projet initié par l’ancien régime et dont la réalisation tarde.

Il précise alors que «la 1ère tranche de ce projet entrera en fonction en octobre 2018». L’entreprise avance aussi à bons pas dans la mise en place de l’infrastructure nécessaire, comme les ponts et l’électrification de la voie ferrée, notamment du côté de la région de la «Gobbaa». «Ce projet a certes pris du retard, mais il est en train d’être récupéré à travers l’installation de la commission de conduite du projet présidée par le chef du gouvernement. C’est justement grâce à cette commission que des problématiques ont été surmontées, telles que l’assainissement foncier qui est à 95 % terminé». Une délégation représentant les bailleurs de fonds a d’ailleurs livré un rapport très positif sur l’avancement des travaux, nous dit-on.

La fabrication du matériel roulant a aussi débuté en Corée du Sud, dans le cadre d’un contrat, comprenant 28 rames dans une première étape pour une valeur de 400 MDT. Pour ses deux premières lignes, le coût total est estimé à 3 Milliards DT et devraient assurer une capacité de transport quotidien de 600 mille passagers, c’est-à-dire un peu plus que la moitié des 1,1 million passagers par jour de toutes les sociétés de la capitale, «ce qui représentera un saut qualitatif important dans le transport urbain en Tunisie».

  • On ne construit pas une nouvelle mosquée, on la remplace

Et lorsqu’on lui parle de cette «sortie de rame» en quelque sorte d’un projet, normalement dédié au transport et qu’on voit lancer un appel d’offres pour la construction d’une mosquée, le ministre du Transport sourit comme s’il s’attendait à cette question. «Il n’est pas de ses prérogatives de construire des mosquées, mais il est par contre de ses obligations de remplacer les constructions, dont la mosquée en question, qu’il a détruite dans le cadre du traçage de son itinéraire. Cela n’a d’ailleurs pas concerné que cette mosquée, mais aussi et dans le cadre de notre souci de justice, d’autres constructions dont les propriétaires ont été lésés ou expropriés».

Le transport étant aussi la SNCFT (Société des chemins de fer tunisiens), il était incontournable d’évoquer le sujet avec le ministre en charge du secteur, ainsi que les multiples défaillances et les difficultés financières qui émaillent depuis plusieurs mois la marche de cette entreprise. Magnanime, Anis Ghédira insiste pour dire que «toutes les entreprises publiques de transport ont, depuis 2011, connu des problèmes, surtout financiers».

  • La SNCFT est d’utilité publique et n’a pas à être bénéficiaire

Abordant ensuite le cas de la SNCFT, le ministre tunisien du Transport rappelle que «40 % de ses recettes provenaient du phosphate dont l’arrêt de la production a commencé avec la révolution, sans oublier les augmentations salariales et l’intégration de personnes dont la productivité est nulle. Tout cela a fait qu’elle devienne déficitaire à plusieurs millions de Dinars». Il nuancera ensuite en expliquant qu’il est normal que l’entreprise perde de l’argent, «étant d’utilité publique et n’est pas obligée d’avoir un bilan bénéficiaire». Une déclaration qui nous ferait presqu’oublier le harangue du chef du gouvernement aux entreprises publiques dont il dénonce les résultats déficitaires.

Pour les projets de la SNCFT, Anis Ghédira évoque en premier lieu le métro-léger de Sfax «qui en est aux dernières étapes des études techniques», la seconde phase du RFR, la prochaine ligne ferroviaire Gabes-Médenine, les dossiers de faisabilité déjà prêts de la ligne Kalaa Kébira-Kairouan, les derniers préparatifs pour la ligne Tunis-Annaba en Algérie, le projet de 180 MDT pour remettre sur les rails toutes les lignes du Nord-ouest. «L’effort d’investissement de l’Etat est à 42 % consacré au transport sous toutes ses formes», dit avec fierté le ministre qui mettait auparavant en exergue l’importance du transport dans le désenclavement des régions intérieures.

  • Le port en eau profonde restera à Enfidha

Abordant le projet de port en eau profonde, le ministre est catégorique. «Bizerte, Mahdia, Sfax et Enfidha demandent tous un port en eau profonde. La décision est prise, sur la base de plusieurs études techniques, concluant qu’Enfidha est le meilleur emplacement. Une société étatique d’un capital de 360 MDT sera créée, procèdera à la construction de la 1ère tranche de ce projet et qui sera l’autorité portuaire et gèrera la zone logistique». Il ajoutera que l’appel d’offres a déjà été lancé pour le choix du bureau d’étude, international et en partenariat avec un autre tunisien, qui rédigera les termes du cahier des charges de ce projet et en est déjà au stade du dépouillement des offres, alors que l’assainissement foncier avance. «Selon nos études, ce port aura un impact économique bénéfique, surtout en matière d’attractivité de l’investissement, dans un rayon de 150 kilomètres autour du port et désenclavera, par terre et par train entre Sousse et Monastir, toutes les régions du Centre-ouest», indique A. Ghédira.

  • Ghédira tient à un nouvel aéroport

Et lorsqu’on lui demande qu’est-ce qu’il a lui-même fait, au bout de 8 mois, dans ce qu’il appelle «le ministère des grands projets», Anis Ghédira évoque l’amélioration de la qualité des services. Il cite en exemple le port de Radès dont il dit qu’il fonctionne désormais à zéro rade permettant une hausse de 15 % des exportations au cours des 3 derniers mois 2017. Il évoque, bien qu’étant des projets de l’ancien régime, la reprise du RFR et le port en eau profonde qui a été remis à l’ordre du jour en 2016. Il évoquera aussi les contrats pour la fabrication de 3.000 nouveaux bus, dont celle de 1.200 qui a déjà débuté dans des usines tunisiennes et certains ont été déjà livrés et se fait fier d’éradiquer le bus jaune et toute l’image négative qu’il charrie. Il annonce aussi comme «un projet pilote» la prochaine création d’une société régionale de transport à Siliana, pour séparer Siliana du Kef dans le cadre de la préparation de la gouvernance régionale. On attend seulement la décision de la Carep (Commission de restructuration des entreprises publiques).

Il évoque aussi, avec force, le projet d’un nouvel aéroport qui est «une décision stratégique, car celui de Carthage n’honore plus la Tunisie, devient incapable de résorber l’évolution du trafic aérien». On lui oppose les informations faisant état de pressions concernant le terrain. Il affirme alors que le terrain de l’actuel aéroport est une propriété avérée de l’OACA et de nulle autre personne. On lui oppose aussi les affirmations de certains experts qui soutiennent qu’une simple extension de Tunis-Carthage couplée à un lien ferroviaire rapide entre Tunis et Enfidha suffirait. Il affirme, par le chiffre, que cette option serait plus coûteuse. «L’extension coûterait 600 MDT et ne suffirait que pour 10 ans. De plus, les seuls 18,5 kilomètres du RFR nous coûteront 3.000 MDT et une telle ligne entre Tunis et Enfidha coûterait donc nettement plus cher».

par -

La Société nationale des chemins de fer tunisiens (SNCFT) a annoncé jeudi le lancement d’une campagne de sensibilisation pour limiter le nombre d’accidents au niveau des croisements Rail-Route, en collaboration avec l’association nationale de la sécurité routière et l’association les Ambassadeurs de la sécurité routière.
Lors d’une conférence de presse tenue au siège de la société à Tunis, Sarra Rejeb, PDG de la SNCFT, a indiqué que cette campagne qui se poursuivra jusqu’au 30 avril courant, concernera les 28 croisements les plus dangereux répartis sur l’ensemble du pays.

Selon la responsable, la campagne cible tous les usagers de la route et vise à les sensibiliser à l’importance de respecter les signalisations avant de traverser un passage à niveau route-rail.
Elle vise aussi les élèves des écoles et collèges situés à proximité des croisements route-rail.
Dans ce contexte, Sarra Rejeb a rappelé qu’en 2016, 74 accidents ont été enregistrés causant 90 blessés et 33 morts.
“Sur un total de 1126 croisements route-rail, 24% seulement soit 267 croisements sont équipés de barrières électriques “, a-t-elle reconnu expliquant que les barrières électriques ne sont installées que dans les zones où il y’a un trafic important.
Elle a aussi, signalé que les statistiques de 2011-2016 ont révélé que 55% des accidents survenus au niveau des croisements route-rail ont eu lieu dans les passages à niveau équipés de barrières électriques, où la circulation est trés dense.
Pour renforcer la sécurité au niveau de ces croisements, elle a indiqué que la SNCFT envisage l’équipement de 100 croisements supplémentaires par des barrières électriques entre 2017 et 2020, précisant qu'”une quarantaine de barrières électriques coûte environ 14 milliards”.
Il s’agit également d’installer des caméras et un système de contrôle automatisé pour être informé instantanément des pannes au niveau des croisements équipés de barrières électriques.
D’après Sarra Rejeb, la fermeture des 800 croisements anarchiques, la formation du personnel, le recrutement des agents et la maintenance et l’acquisition de nouveaux équipements s’inscrivent aussi dans la stratégie de sécurité mise en place par la SNCFT.

par -

Le porte-parole de la SNCFT, Hassène Miadi, a annoncé, lors de son intervention, ce mercredi 29 mars 2017, à Shems Fm, que le train de banlieue allant d’Erriadh vers Tunis est entré en collision avec le train de transport de marchandises venant de Kalâa Sghira vers Tunis. L’accident est survenu vers 05h45 entre les stations Sidi Rezig et Megrine.

Miadi a fait savoir qu’une perte humaine n’a été enregistrée et que les 25 blessés ont été transférés vers les hôpitaux de la capitale. Certains blessés ont d’ores et déjà pu quitter l’hôpital.

Le porte-parole de la SNCFT a ajouté à la même source que le trafic ferroviaire vient de reprendre et qu’une commission s’est rendue sur place pour enquêter au sujet des causes de l’accident.

par -

Le trafic ferroviaire est bloqué depuis cinq jours entre Souassi et El Jem à cause d’une action protestataire menée par les habitants de la ville d’El Jem  dans le gouvernorat de Mahdia, qui ont dénoncé la réouverture d’un point de vente de vin, rapporte Mosaïque Fm.

Hassène Miaâdi, directeur de communication auprès de la SNCFT, a indiqué à la même source que cette action a paralysé complètement le trafic ferroviaire dans les régions du sud et du sud-est et a causé des pertes estimées à 120 mille dinars.

Il a par ailleurs ajouté que la SNCFT a été contrainte de supprimer 26 circulations ce qui a provoqué le mécontentement des citoyens.

par -

Le train reliant Sfax à Tunis s’est arrêté aujourd’hui, vendredi 17 février 2017, au niveau de la région de Zghabnia, gouvernorat de La Mahdia, et ce après avoir percuté un individu, rapporte Shems fm.

Selon les témoignages des passagers, le train s’est arrêté depuis plus de deux heures. Ils ont, dans ce sens, appelé la SNCFT à réagir.

par -

La société nationale des chemins de fer tunisiens (SNCFT) a annoncé, dans un communiqué publié ce lundi, que le trafic des trains sur la ligne Tunis-Kalaa Khasba (dans les deux directions) connaîtra un éventuel retard, en raison des fortes quantités de pluies enregistrées et de la hausse du niveau des eaux sur la voie ferrée.

La reprise normale du trafic des trains dépendra ainsi de l’amélioration de la situation météorologique durant la journée de ce lundi, explique le communiqué.

par -

Nous venons d’apprendre que le chef du gouvernement, Youssef Chahed, a décidé de nommer Mme Sarra Rjeb, PDG de Tunisiair, à la tête de la SNCFT (Société nationale des chemins de fer tunisiens), en remplacement de Sabiha Derbel, et d’attribuer le poste de PDG de Tunisair à Ilyes Mnakbi, qui était jusque-là le patron de la SONOPROD, une société spécialisée dans l’épandage des pesticides pour l’agriculture…

par -

La société nationale des chemins de fer tunisiens (SNCFT) a annoncé l’ouverture d’un concours externe sur dossiers, pour le recrutement de 366 agents.

Dans un communiqué publié, ce jeudi 29 décembre 2016, sur sa page Facebook, la société a annoncé que les personnes désirant participer à ce concours peuvent s’inscrire à travers son site web à partir du 30 décembre 2016.

par -

La PDG de la Société Nationale des Chemins de Fer Tunisiens (SNCFT), Sabiha Derbel et d’autres hauts responsables de la société en question seront limogés, dans les heures à venir suite à l’accident qui a eu lieu, ce mercredi, à Jbel Jloud, selon une source digne de foi.

Cette décision a été prise au cours d’une réunion de travail entre le chef du gouvernement, Youssef Chahed et le ministre du Transport, Anis Ghedira, a ajouté la même source.

On rappelle que le ministère de l’Intérieur a annoncé dans un communiqué que l’accident survenu, ce matin, a fait 5 morts et 34 blessés.

par -

Le substitut du procureur de la République à Ben Arous a affirmé, dans une déclaration à Shems Fm que les barrières du passage à niveau étaient en panne au moment de l’accident ainsi que les feux signalétiques. L’information a été confirmée sur place par un responsable de la SNCFT, indique la même source.

La même source a annoncé que l’agent en charge du passage à niveau devait prendre son poste à 7h du matin alors que l’accident est survenu vers 6h10.

Rappelons que l’accident survenu, ce matin du mercredi 28 décembre 2016, à Jbel Jloud a fait 5 morts et 34 blessés, selon le bilan du ministère de l’Intérieur.

par -

La société nationale des chemins de fer tunisiens (SNCFT) a alloué 12 millions de dinars (MD) pour la réalisation, l’aménagement et l’entretien de certaines intersections des voies ferrées dans plusieurs régions de la République, a déclaré à TAP la présidence directrice générale de la SNCFT Sabiha Derbal.
Elle a ajouté, en marge d’une visite que le ministre du transport Anis Ghedira a effectué, samedi, au gouvernorat de Jendouba, que 40 intersections équipées de barrières automatiques, dont le démarrage des travaux est programmé prochainement, seront réalisées sur un total de 1126 intersections situées dans les différentes régions de la République et ayant un besoin urgent d’entretien. Elle a signalé, dans ce contexte, que l’accent sera, tout d’abord, mis sur les croisements et intersections les plus dangereuses.
Ces intersections seront équipées ultérieurement de caméras de surveillance afin de limiter les actes de violence lesquels engendrent des pertes énormes pour la société et de graves accidents.

par -

Selon un communiqué publié, ce mercredi 2 novembre 2016, sur la page officielle facebook du ministère du Transport, la Société Nationale des Chemins de Fer Tunisiens (SNCFT) va lancer un concours externe. Un dossier médical et un examen oral sont les passages obligés.

Pour plus d’informations, la SNCFT a appelé les personnes concernées à visiter l’adresse de son site web qui suit : http://recrutement.sncft.com.tn

par -

La Société Nationale des Chemins de Fer Tunisiens (SNFCT) a annoncé dans un communiqué rendu public ce vendredi 30 septembre 2016 que les horaires des trains de la Banlieue sud de Tunis connaîtront un changement dans la journée du samedi 1er octobre 2016.

Les horaires des dimanches et des jours fériés seront appliqués au cours de la journée du samedi à cause des travaux de rénovation sur les chemins de fer, a ajouté la même source.

par -

Hassen Miadi, directeur chargé de l’information au sein de la Société Nationale des Chemins de Fer Tunisiens (SNCFT) a déclaré, ce vendredi 30 septembre, que les trains des différentes lignes ont repris leurs activités, à l’exception de la ligne reliant El Kalâa Sghira à Sousse, en attendant la chute du niveau de l’eau après les pluies qui se sont abattues la veille, rapporte Mosaïque fm.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux