Tags Posts tagged with "touristes,"

touristes,

par -
Les employés de Tunisair à l'aéroport international de Djerba-Zarzis entreront à partir de ce jeudi 14 aout 2014

Le premier vol charter en provenance d’Alger est arrivé, mardi, à l’aéroport Djerba-Zarzis, avec à son bord 130 voyageurs, marquant ainsi le premier contingent de touristes algériens qui ont choisi la destination Djerba-Zarzis pour y passer leurs vacances.
Ces vols se poursuivent jusqu’au 12 septembre 2017 à raison de deux vols chaque dix jours, a indiqué la commissaire régionale au tourisme à Djerba-Zarzis Amel Hachanni, à l’agence Tap, ajoutant que selon les prévisions du commissariat, des centaines de touristes Algériens sont attendus dans la région durant la prochaine période.
Elle a précisé que ces touristes sont contraints de parcourir un long trajet pour arriver à l’île car la majorité vient du sud de l’Algérie, soulignant la nécessité de lancer une nouvelle ligne aérienne Ouran-Djerba et de renforcer le nombre de vols sur la ligne Alger-Djerba.
Hachanni a rappelé que Djerba constitue une destination attractive pour les touristes Algériens qui devront atteindre cette année 2 millions en Tunisie selon les estimations du ministère du tourisme, ajoutant que la zone touristique Djerba-Zarzis a enregistré également une reprise de ses marchés traditionnels tels que le marché français, allemand, tchèque, hongrois, autrichien et belge.

par -

La zone touristique Yasmine-Hammamet (gouvernorat de Nabeul) a enregistré, pendant les derniers mois, une amélioration des indicateurs aussi bien au niveau du nombre des visiteurs que des nuitées touristiques passées dans les établissements hôteliers de la région, indique un rapport du commissariat régional au tourisme.
En effet, durant le premier semestre 2017, la région a connu une hausse de 35% au niveau des arrivées touristiques avec 331 mille touristes contre 244 mille durant la même période de 2016.
S’agissant des nuitées touristiques, elles ont progressé de 37% passant à 773 mille contre 561 mille durant la même période de l’année écoulée.
Les Russes, les Allemands et les Français sont en tête de liste des touristes européens qui ont visité la zone touristique Yasmine-Hammamet pendant le premier semestre 2017 et dont le nombre a atteint 24 mille personnes.
Pour ce qui est des touristes arabes, le marché algérien accapare la part du lion avec 41 mille visiteurs durant la même période.
Quant au tourisme intérieur, les hôtels de la zone touristique Yasmine-Hammamet ont accueilli 226 mille Tunisiens.

par -

Sous le titre «Les Britanniques rentrent en Tunisie en vacances bon marché malgré les conseils du Foreign Office pour éviter le pays », le journal britannique «The Sun » rapporte que «les vacanciers britanniques ignorent les risques et obtiennent des vols bon marché en provenance de la France et de l’Allemagne, où les interdictions de voyage ne sont pas en place» et que des «vols à destination de Tunis sont également en cours d’exécution de Heathrow (…) dans les hôtels quatre et cinq étoiles peuvent être réservés en ligne pour aussi peu que £ 35 (110 DT) par nuit“.

Le journal s’étonne même que «les vacanciers laissent des commentaires élogieux sur TripAdvisor». Il cite ainsi cette touriste de Gainsborough, à Lincolnshire, qui a passé ses vacances à l’hôtel 4 étoiles Marahaba Beach, en prenant soin de noter que c’est «près de l’endroit où l’homme armé tunisien Seifeddine Rezgui a tué 38 touristes et qui «a noté la sécurité “première classe”».

par -

Le délégué régional du tourisme à Sousse, Foued Eloued a annoncé que le nombre de touristes qui sont arrivés à la zone touristique Sousse – Port El Kantaoui a augmenté de 11% durant le premier semestre de cette année. Ainsi, le nombre de touristes a atteint, durant les 6 premiers mois de cette année, 277.782 contre 250.596 touristes au cours de la même période de 2016.

Lors de la réunion, lundi 3 juillet 2017, du conseil régional du tourisme à Sousse qui a eu lieu dans le siège du gouvernorat en la présence du gouverneur de Sousse, le responsable a tenu également à préciser que tous les indicateurs touristiques relatifs à la zone touristique El Kantaoui clignotent au vert et affichent une nette amélioration par rapport à l’année dernière.

par -

Les ministères de l’Intérieur et du Tourisme ont affirmé, vendredi, dans un communiqué commun, que l’agression au couteau commise contre des touristes étrangers à Nabeul “n’est pas de nature terroriste”.
“Une personne perturbée mentalement a agressé, ce vendredi, deux touristes allemandes, une mère et sa fille, avec un objet contondant (un couteau) occasionnant à la mère une légère blessure à l’épaule”, indique le communiqué.
Quant à la fille, elle a été également blessée et placée sous contrôle médical. Son état est actuellement stable, précise le communiqué.
Les faits ont été commis au Souk de l’artisanat à Nabeul. L’agresseur a été rapidement maîtrisé par les unités sécuritaires déployées sur place pour sécuriser les institutions touristiques.
Des sources sécuritaires ont indiqué au correspondant de l’agence TAP dans la région qu’une tentative de vol sous la menace d’une arme blanche, vendredi, au Souk d’El Balgha à Nabeul, a causé une blessure à une touriste au niveau du ventre et à sa fille qui l’accompagnait une blessure à la jambe.
La même source écarte la piste terroriste, affirmant que l’agresseur qui a été appréhendé souffre de “troubles mentaux”.

par -

Les derniers chiffres du ministère du Tourisme contiennent une petite surprise, une bonne : Les Chinois raffolent de la Tunisie. Le nombre des visiteurs chinois, du 1er janvier au 30 mai 2017, est à niveau record, 7000, soit une progression de 395%.

Pas mal non plus du côté des marchés dits traditionnels, où l’embellie se confirme, d’après le ministère du Tourisme. Les Français sont plus nombreux que l’an dernier à pareille époque, du 1er janvier au 30 mai 2017, avec plus 44,9%. C’est encore plus frappant sur le marché belge, +83,2%, 13 800 touristes ; le marché allemand affiche une hausse de 21% ; idem pour la Suisse, +20,7%. A noter que 9450 Britanniques ont séjourné en Tunisie, bravant les consignes de leur ministère des Affaires étrangères…

par -

La ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Salma Elloumi, a déclaré ce mercredi 24 mai 2017, sur Express fm, qu’il y a une nette amélioration des indicateurs du secteur touristique grâce aux efforts fournis par les différents intervenants.

Elle a ajouté que le nombre de touristes français a augmenté de 45% par rapport à la même période de 2016, passant de 105 mille à 153 mille visiteurs. Et de préciser que le tourisme est un secteur important de l’économie tunisienne puisqu’il contribue à hauteur de 7 % au PIB.

par -

Le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères a publié hier lundi 22 mai 2017 sur son site web une note déconseillant aux Français qui voyagent en Tunisie de se rendre au gouvernorat de Tataouine.

Le ministère explique cette mise en garde par “la situation sociale tendue et des affrontements entre les forces de sécurité et des manifestants“.

par -

Le sud-ouest de la Turquie a été le théâtre d’un terrible accident de la route. Le conducteur d’un autocar transportant des touristes locaux a manqué son virage et a dérapé ce samedi 13 mai 2017. Au moins 20 passagers ont trouvé la mort et 11 ont été gravement blessés. Le gouverneur de la province de Mugla a confié au journal turc Hürriyet que le bus transportait une quarantaine de passagers, dont la plupart sont des femmes.
L’accident a eu lieu dans le col de Sakar, sur un tronçon caractérisé par des virages serrés, dans une zone montagneuse proche de la station balnéaire de Marmaris, d’après les médias turcs. Le bus a mal négocié un virage, a démoli la barrière de sécurité, puis a fait un saut dans le vide avant de se crasher sur une route en contrebas, selon les images des chaînes de télévision. Pour le maire de Marmaris, Ali Acar, pas de doute : « une erreur du conducteur » a causé la tragédie…

par -

A l’issue de la levée de la restriction de voyage vers la Tunisie par la Belgique, l’aéroport Enfidha-Sousse accueillera ce vendredi 31 mars et ce samedi 1er avril deux vols tranportant 360 touristes belges.

Selon les données rapportées par Mosaïque fm, les voyages sont organisés par les tours opérateurs TUI Belgique et Thomas Cook. Les touristes seront hébergés à Hammamet, Sousse, Monastir et Mahdia.

par -

On aurait aimé ne pas être amenés à écrire ce genre de papier en ce moment même où commencent à se dessiner les prémices d’une possible reprise, tant les informations dont nous faisons ici état avec force photographies, pourrait battre en brèche les efforts d’au moins 3 ministères pour bien préparer la relance de tout un secteur qui fait vivre des centaines de milliers de personnes. Il s’agit de ceux de l’intérieur, du tourisme et de l’environnement. Ce n’est pourtant pas faute de les avoir alertés. Nous les avions contactés tous, depuis l’été dernier, pour le ministère de l’intérieur et il y a seulement quelques jours, pour les deux autres. Nous continuons alors notre travail de lanceurs d’alerte. D’abord contre l’inertie des premiers concernés par cette action de maintenance que sont les municipalités et l’Apal (Agence de protection et d’aménagement du littoral). Mais ensuite le ministère de l’Environnement qui renvoie automatiquement vers l’Apal sans pouvoir le faire bouger et le pousser à la réaction, et le ministère du Tourisme qui renvoie vers le ministère de l’Environnement qui renvoie lui-même vers l’APAL qui ne bouge pas. Venus constater les dégâts il y a quelques jours, des cadres de l’Apal ont estimé que «il suffira d’attendre que la mer remonte et emporte elle-même toutes les saletés».

C’est dire toute l’inertie et toute l’apathie de ces trois structures étatiques face à la question de l’entretien et de la maintenance du fonds de commerce d’un très large pan de l’économie nationale. Mais d’abord les faits :

  • La relance et son seul point fort

En effet, la relance du tourisme se confirme. Divers TO ont, soit levé, soit assoupli leurs warnings sur les voyages et donc le déplacement de leurs touristes en Tunisie. MSC Cruise, pour le maritime, recommence à desservir le port touristique de La Goulette, TUI et Thomas Cook essentiellement, pour l’aérien, ont annoncé le retour de leurs vols touristiques sur la Tunisie. Chez certaines nationalités, importantes pour le tourisme tunisien comme les Français et les Belges, ou encore les Russes, les réservations ou «Early Booking», se comptent déjà en centaines de milliers. Le président du SETO, René Chikli, a même annoncé que le Booking vers la destination Tunisie a augmenté de 40 % pour la saison 2017 par rapport à 2016. Tout cela promet donc une assez bonne saison touristique et nécessiterait par conséquent une préparation de l’essentiel des produits que vend la Tunisie à ses touristes que sont les SSB.

Pour tous ces touristes, la Tunisie vend jusqu’ici principalement une image, qui est son fonds de commerce, faite de soleil, plage et mer. Le fameux triptyque «SSB» ou «Sun, Sea & Beach». Et si le soleil est une ressource naturelle qui ne demande pas entretien, ce n’est pas le cas de la mer et de la plage. Ces deux dernières ont en effet besoin d’un entretient continu. Les villes touristiques perçoivent, de plus, au moins une partie de la taxe touristique, normalement destinée à l’entretien des plages qui constituent l’essentiel des ressources de ces villes qui ne vivent que du tourisme.

  • Des tonnes d’algues, de la bière, du vin et du plastique

En face de ces vérités, un état des lieux, plutôt désastreux des plages et de la mer. Nous prenons pour cela l’exemple de la principale région, Sousse et El Kantaoui, Mecque de la majorité des touristes algériens et russes entre autres, pour ne citer que les chiffres des deux dernières années.

Dans cette région et sa principale station balnéaire, les plages sont sales, très sales mêmes. Le sable fin que recherchent les touristes, est couvert de tonnes d’algues, de milliers de bouteilles et canettes de bière, de bouteilles de vin vides et de tonnes de plastique, comme le montrent ces photos prises il y a quelques jours par nos soins.

Des algues charriées et déposées, certes par la mer pendant la période hivernale. Mais d’autres détritus, déposés par les hommes, sans que les municipalités, celles d’Akouda et de Hammam-Sousse en particulier, ne bougent le petit doigt. L’Apal, non plus, dort du plus profond de son sommeil. On avait tenté, l’année dernière, de la réveiller par l’intervention de l’ancien ministre de l’Environnement. Il se révèlera impuissant devant le refus de bouger de l’Apal. Des riverains avaient essayé de rendre sa propreté à la plage et ont même loué des engins de levée et de transport. Ils seront empêchés par l’Apal de déplacer une seule algue, et ont même été avertis par PV du risque de déplacer les saletés qui envahissent les plages et n’ont donc pu rien entreprendre dans ce sens. Des autorités qui ne font pas, non plus même en pleine période estivale, leur devoir de propreté de ces plages par les passages périodiques et quotidiens des tamis de plages et par la mise en place de corbeilles et de poubelles de plein air sur ces plages. Des activités pourtant de leur unique ressort.

A quelques semaines de l’afflux touristique, ces plages ne sont en effet toujours pas traitées, ni par les municipalités, ni par l’Apal. Les tonnes d’algues s’entassent, couvertes par le sable transporté par le roulis des vagues et se transforment en pourritures puantes, autour desquelles s’agglutinent des millions de moustiques de plage. Ils dévalorisent ainsi le fonds de commerce de toute une région qui ne vit que par ces plages. Des plages qui ravaleront par la suite, sous l’effet du roulis des vagues, les tonnes de plastique déposées, les canettes de bière et les bouteilles de vin vides, jetés par les hordes de soulards du bord de plage dès que la nuit tombe.

Des hordes, non contrôlées par le poste de police, qui n’est pourtant qu’à quelques mètres de la plage. L’été 2016, nous avions rendu visite au district de police de Sousse. C’était peine perdue. Quelques rondes passaient, de temps en autre, jetaient un Salamalec et s’en allaient. Quelque chose changera-t-elle enfin ? Lequel des 3 ministres lèvera enfin le petit doigt pour ces kilomètres de plages enfouis sous les saletés et les détritus ? N’y aurait-il pas là crime de non-assistance à plages en danger ?

 

par -

Des avions légers ont survolé, dimanche 26 février 2017, le ciel de Tozeur à l’occasion du démarrage de la 1ère édition du festival d’aéronautique dans la région organisé à l’initiative de l’association tunisienne de l’aéronautique (ATA), de la chambre pour le développement du tourisme oasien et saharien et de l’Association des Professionnels Navigants de l’Aviation de France, rapporte la Tap.
Cette manifestation marque la célébration du 104e anniversaire de l’atterrissage à Tozeur, du premier avion léger. Des shows aériens d’avions légers sont au rendez-vous de cette manifestation de deux jours, a déclaré Nebil Gasmi, président de la chambre pour le développement du tourisme oasien et saharien, ajoutant qu’il a été décidé d’organiser des activités similaires au cours du mois de février de chaque année, période pendant laquelle l’aviation légère est interdite en Europe. Cette initiative, a-t-il dit, s’inscrit dans le cadre des efforts déployés en vue de relancer le tourisme dans la région.
De son côté, Habib Soussia, président de l’association tunisienne de l’aéronautique (ATA), a fait remarquer que cette manifestation organisée avec l’appui de l’office national du tourisme tunisien vise à renforcer l’animation touristique et culturelle dans plusieurs régions. Des shows aériens seront, également, organisés à Kairouan, Bizerte et Zaghouan, a-t-il dit, faisant savoir que des spectacles aériens d’envergure seront organisés à partir de l’année prochaine afin d’attirer une nouvelle catégorie de touristes.

par -

Quelques 231 336 entrées touristiques ont été enregistrées au mois de Janvier 2017, en évolution de 10,5% par rapport au même mois en 2016, alors que les prémices d’une reprise du tourisme européen et notamment français et anglais, vers la destination Tunisie, se dessinent, rapporte la TAP, citant les dernières statistiques de l’Office National du Tourisme Tunisien (ONTT).
La configuration du marché touristique reste inchangée, puisque 58,4% des touristes arrivés au cours du mois de janvier 2017, sont des maghrébins, au nombre de 182 514 personnes, (+7,9% par rapport à 2016). La part du lion revient aux algériens (97 978 entrées en hausse de 48,7%), suivis par les libyens dont les entrées se sont élevées à 80 696 personnes (+18,2%).
S’agissant des marchés traditionnels de la Tunisie, le nombre des touristes européens a atteint, au cours de janvier 2017, 39 462 touristes (12,6% des entrées enregistrées), avec une amélioration des entrées des français (20 250 touristes, en hausse de 29,5%).
Après avoir déserté la Tunisie, à la suite de l’attentat de Sousse (26 Juin 2015), quelque 1500 touristes anglais, attirés par les bas prix pratiqués par les unités hôtelières, ont visité la Tunisie, au mois de Janvier, enregistrant une augmentation de 22,4%, par rapport à l’année dernière.
Le nombre des Tunisiens résidents à l’étranger a atteint 81 mille visiteurs (+21,6%), représentant 25,9% du total des entrées au cours du mois de janvier 2017, (312 336 entrées des non-résidents).
S’agissant des statistiques de l’année dernière, à la fin de décembre 2016, le nombre des entrées touristiques enregistrées en Tunisie a atteint 5,7 millions, en hausse de 7% par rapport à 2015. Le nombre de nuitées touristiques a atteint 17,5 millions, en hausse de 11% par rapport à 2015. Ce résultat est dû à la hausse des entrées des Algériens (1,8 million, +22%) et des Russes (623.000, + 1000%).
Le tourisme intérieur a également, enregistré une hausse de 4% pour un total de 5 millions de nuitées passées dans les hôtels.

par -

La ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Salma Elloumi, a fait savoir, lors de son passage, 16 février 2017, sur les ondes de Shems Fm, que son ministère ambitionne d’attirer 10 millions de touristes en 2020.
Elle a par ailleurs annoncé, à la même source, la mise en place d’un nouveau programme de classement des hôtels. Un million 650 mille dinars ont été débloqués pour l’investissement dans le secteur du tourisme.

par -
Au terme du symposium international sur « la thalassothérapie au service

L’absence d’une ligne aérienne directe et la hausse des tarifs de séjour dans les unités hôtelières sont les principaux motifs qui expliquent la régression des touristes algériens dans la zone touristique de Djerba-Zarzis, ont affirmé, samedi, des représentants d’agences de voyage tunisiennes et algériens.

Sur 1,5 million de touristes algériens qui se sont rendus en Tunisie l’année dernière, seulement 200 ont séjourné à Djerba, ont-ils souligné lors d’une conférence de presse, tenue samedi, à l’occasion de la visite d’une délégation de représentants d’agences de voyage et de médias en Algérie.

Cette visite s’inscrit dans le cadre de l’initiative lancée par des agences de voyage dans les deux pays en vue de faire connaître la destination Djerba et les tarifs promotionnels de ses hôtels auprès du touriste algérien, a indiqué Mourad Magroun, représentant d’une agence de voyage en Tunisie.

De son coté Youssef Ouchich, représentant d’une agence de voyage en Algérie, a fait remarquer que les touristes algériens optent souvent pour les zones touristiques de Sousse et Hammamet car la distance est plus proche, d’autant plus qu’ils croient que la destination Djerba-Zarzis est très lointaine et isolée ainsi que ses tarifs sont excessifs. C’est la raison pour laquelle, a-t-il dit, l’effort est axé actuellement, avec nos partenaires tunisiens, sur la nécessité de renforcer et diversifier les campagnes de promotion sur cette destination auprès de nos clients.

par -

Le commissariat régional au tourisme a enregistré à Yasmine Hammamet une amélioration de 3,2pc au niveau du nombre des touristes qui ont visité cette zone touristique durant la période allant du 1 janvier au 20 septembre 2016, en comparaison avec la même période de l’année précédente.
Le nombre des nuitées passées a enregistré, par contre, une baisse de 2pc ainsi que le taux d’occupation allant de 33,7 pc à 33,4pc.
Le marché local a occupé la première place avec 305 mille 200 visiteurs enregistrant ainsi une évolution de 12,5pc en comparaison avec la même période de l’année dernière, suivie par le marché algérien avec une hausse de 21pc.
Le marché russe a enregistré pour sa part une évolution dépassant 400pc face à un recul du marché français avec un taux de 10pc ainsi que le marché allemand avec une baisse estimé à 52 pc.

par -

Deux personnes sont mortes et 14 autres, en majorité des Européens, ont été blessées, jeudi 15 septembre en Indonésie, suite à l’explosion du moteur d’un navire de tourisme, peu après son départ de l’île de Bali, a annoncé le site de la chaîne de télévision « RT ».

Le bateau n’a parcouru qu’environ 200 mètres en direction de la petite île de Gili Trawangan, a ajouté la même source.

par -

Le ministre indien du Tourisme, Mahesh Sharma, a une étrange façon de faire la promotion de son pays. En effet face au problème endémique des violences sexuelles, il n’a rien trouvé de mieux que de conseiller aux étrangères ceci : «Ne portez pas de jupes ou de robes trop courtes, ne vous aventurez pas seule la nuit dans les petites villes».

Ces propos ont été tenus dans une conférence de presse où le ministre abordait le problème de la sécurité des touristes dans la ville d’Agra, au nord de l’Inde, où se situe le Taj Mahal. A cette occasion, il a évoqué le «kit de bienvenue» mis à la disposition des femmes dans les aéroports depuis 2015 et contenant des conseils très précieux pour éviter toute mésaventure. Ces kits donnent des consignes sous la forme «do’s and don’t» (à faire / à ne pas faire), dont celle-ci : «Ne vous aventurez pas seule la nuit, prenez en photo la plaque d’immatriculation du véhicule dans lequel vous voyagez et envoyez-la à des amis».

D’autres suggestions valent également le détour, à l’instar de «dans les petites villes d’Inde, subsistent des styles vestimentaires traditionnels. Renseignez-vous sur les coutumes locales avant de visiter ces endroits». Le journal Le Guardian rappelle qu’un conseil du même type avait été donné par le ministère des Affaires étrangères britannique, qui demandait à ses ressortissants en visite en Inde de «respecter les codes vestimentaires locaux et éviter les zones isolées».

par -

Les destinations méditerranéennes et sud-est asiatiques ont attiré cette année davantage de touristes russes suite à la situation en Turquie et en Egypte, selon la directrice de l’association russe des tour-opérateurs (ATOR) Maya Lomidze.

Elle a révélé que les premières données sur les vacances des Russes à l’étranger cet été indiquent une augmentation de la demande pendant toute la saison pour les destinations méditerranéennes, comme la Grèce, Chypre, l’Espagne et l’Italie ainsi  qu’une légère augmentation pour la Croatie et le Monténégro. L’ Asie du Sud a fait un  retour dans le top dix DES destinations les plus populaires après deux années de faible demande.

Une autre constatation importante tient à la forte croissance de la demande sur la Tunisie cette année, à un taux de plus de 200% par rapport à l’année dernière, plaçant au Top 3 des destinations recherchées par les Russes .

MayaLomidze a ajouté que les Russes cherchent un hébergement et des vols plus abordables cette année avec un coût  moyen d’environ 600 $. Néanmoins, ils sont toujours parmi les touristes les plus généreux avec les dépenses moyennes par voyage allant jusqu’à 500 euros.

par -

Typiquement, en haute saison, les plages tunisiennes regorgent de touristes français, britanniques, allemands et hollandais. Mais ce n’est pas le cas cette année avec les  Russes et les Algériens qui occupent les transats  alors que deux attaques terroristes perpétrées par Daech contre des  vacanciers en 2015 faisant notamment 38 tués sur une plage dans la station balnéaire de Sousse, ont fait fuir de nombreux touristes européens. Leur absence a porté un coup sévère à une industrie qui est une source essentielle de devises et d’emplois pour la Tunisie.

La Tunisie a été saluée comme la seule transition démocratique réussie après sa révolution de 2011 qui a déclenché le printemps arabe. Cependant, ces bouleversements ont entraîné une faible croissance économique, constate le Financial Times.

Dans un pays qui s’échine à  attirer les investissements et créer des emplois pour ses jeunes mécontents, dont beaucoup sont attirés et influencés par la propagande orchestrée par Daech , le  déclin du tourisme est synonyme de sérieux défi.

En 2010, la Tunisie affichait  7 millions d’arrivées de touristes et les revenus avaient atteint 3,5 milliards $. Mais les arrivées ont chuté à 5.5m l’année dernière et les recettes du tourisme ont dégringolé à 1,5 Mds $.

Ces baisses ont étouffé la croissance économique chutant à moins de 1 pour cent et ajouté aux pressions exercées sur le dinar tunisien, qui a enregistré une baisse  record  par rapport au dollar américain en juillet.

«Le secteur du tourisme et celui des agences de  voyages sont en en crise depuis la révolution de 2011″, a déclaré Hédi Hamdi, porte-parole de la Fédération tunisienne des agences de voyages, au Financial Times.

La plupart des hôtels ont rouvert après les attentats de 2015, qui comprenaient également l’attaque contre le musée du Bardo,  et les autorités ont renforcé les mesures de sécurité dans les zones touristiques, avec des centaines de policiers et de patrouilles supplémentaires. Mais les navires de croisière qui ont cessé de servir la Tunisie après l’attaque du Bardo  ne sont pas encore de retour.

Prix cassés et nouveaux marchés

L’industrie touristique tunisienne  a réagi en cherchant à profiter des troubles dans les pays  concurrents de la région, en cassant les prix et en ciblant de nouveaux marchés, en particulier ceux de la Russie et de l’Algérie.

L’Egypte et la Turquie ont toujours été des destinations courues  auprès des touristes russes, mais la  querelle diplomatique avec Moscou a nui à l’industrie turque. La Russie a décrété des sanctions contre  la Turquie, notamment l’interdiction des forfaits russes pour avoir  abattu un avion de chasse russe sur la frontière syrienne en novembre. La Russie a également interdit les  vols vers l’Egypte après qu’une bombe posée par un terroriste de Daech a détruit un avion de ligne Metrojet transportant des touristes russes en octobre peu après son décollage d’un aéroport égyptien, tuant les 224 passagers et membres d’équipage.

Ces incidents ont aidé la Tunisie à attirer 350.000 touristes russes sur ses plages, un chiffre record, relève Hédi Hamdi dit. Le nombre des visiteurs russes pourraient atteindre 700.000 en 2016, mais Hamdi et d’autres disent que cela ne pourra pas compenser les pertes causées par les  touristes français, britanniques et allemands.

« C’est  le seul marché européen où nous enregistrons une augmentation, les autres sont très mauvais », ajoute-t-il. En 2014, la France a fourni environ 1.4 million de touristes, mais cette année,  seulement 213.000 Français ont choisi de visiter la Tunisie.

Mohamed Daoud, dont la société, One Hotels et Resorts, gère deux hôtels avec un total de 1500 chambres dans la station balnéaire de Monastir, a déclaré qu’il a bataillé pour que les hôtels restent  ouverts.

« Malheureusement, nous avons dû réduire les prix, comme c’est le cas pour le  marché russe aujourd’hui,” a-t-il dit. «Nous avons été obligés d’offrir des tarifs spéciaux pour les attirer. Le taux moyen est maintenant de 30 pour cent de moins qu’en 2014 ».

Riadh Ben Jelili, économiste et fondateur du  centre Joussour, un think-tank spécialisé dans l’élaboration de politiques publiques, a déclaré que la dépense quotidienne moyenne par touriste a également chuté. En 2014, elle se situait entre 50 € à 60 € par jour, mais il estime qu’elle baissé d’environ 30 €.

Il a expliqué que  les opérateurs sont amenés à offrir des forfaits tout compris, même dans les hôtels  haut de gamme, ce qui rend “impossible” pour le secteur de devenir rentable.

Ces répercussions devraient se faire sentir au niveau du fragile secteur bancaire qui croule déjà sous de lourds prêts non performants liées au tourisme.

« La vulnérabilité du secteur bancaire est fortement liée au taux des  créances douteuses dans le tourisme», a-t-il souligné. “Près du cinquième des nouvelles créances douteuses  au cours des deux dernières années sont le fait du secteur touristique. »

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Les exportations de l'Algérie ont nettement augmenté à 18,141 milliards de dollars (mds usd) sur la première moitié de l'année 2017 contre 13,323 mds...

SPORT

Reseaux Sociaux