16 C
Tunisie
jeudi 22 octobre 2020
Accueil Ce que je crois Nizar Yaiche ferait-il ainsi déclaration de cessation de paiement !

Nizar Yaiche ferait-il ainsi déclaration de cessation de paiement !

C’est un Post publié sur la page fb de l’expert Ezzeddine Saidane. Un Post qui fait peur, surtout après la dernière intervention télévisée du chef du gouvernement. Un Post qui jette un éclairage financier sur une déclaration, passée inaperçue, de l’éminence grise financière du chef du gouvernement, son ministre Nizar Yaiche. Ce dernier y annonçait, simplement, la cessation de paiement par l’Etat de tous ses prestataires et ses marchés.

- Publicité-

« Une déclaration qui inquiète sérieusement, très sérieusement. Il s’agit de la déclaration faite récemment par le ministre des Finances, qui, par ailleurs, fait des efforts importants pour gérer une situation des finances publiques extrêmement difficile.

Lors de son dernier passage sur la radio privée Express FM, le ministre des Finances [Ndlr : Nizar Yaiche] s’adressait aux entreprises tunisiennes ayant réalisé des marchés de travaux, de prestation, ou de fourniture en faveur de l’État, et qui n’ont pas été payées par ce dernier. Il s’est adressé à ces entreprises en leur disant « je suis désolé mais nous n’allons pouvoir vous payer, ni cette année ni même l’année prochaine ». L’État doit à ces entreprises l’équivalent de 800 millions de Dinars environ, ou 800 milliards de nos millimes.

Une telle annonce équivaut à une déclaration de cessation de paiement (au moins partielle) de la part de l’État. Elle entraîne des conséquences graves dont nous pouvons citer:

1- les entreprises concernées peuvent se trouver, à leur tour, défaillantes, voire même en faillite. Ceci entraînerait des licenciements, et donc une augmentation du niveau de chômage dans le pays;

2- les entreprises concernées ne vont pas pouvoir payer leurs fournisseurs. Ce qui entraînerait des difficultés en cascades;

3- les entreprises concernées vont sans doute enregistrer des impayés auprès des banques qui les ont financées;

4- les banques recherchaient activement les financements des marchés avec l’État, puisque l’État a toujours été considéré comme étant le meilleur payeur. Maintenant les banques rejettent systématiquement ce genre de financement;

La conséquence la plus grave d’une telle situation est qu’à l’avenir il n’y aurait plus d’entreprises tunisiennes disposées à construire une route, un pont, une école ou un hôpital pour le compte de l’État !!!

Même si l’État ne dispose pas de moyens pour honorer à temps ses engagements, ces moyens doivent être créés. Dans des circonstances graves comme celles que nous vivons actuellement, l’État doit pouvoir s’endetter directement, dans des limites à définir, auprès de la Banque centrale. L’État doit pouvoir le faire pour honorer ses engagements, tous ses engagements, à temps même si cela pourrait se traduire par un regain d’inflation et / ou une augmentation du niveau de la dette publique ».

Si l’interprétation, par l’expert Saidane de la déclaration du ministre Yaiche s’avère juste, il ne restera à ceux qui avaient fait affaire avec l’Etat tunisien, que leurs yeux pour pleurer. Ceux qui s’apprêteraient à signer des marchés avec l’Etat tunisien, sont ainsi avertis, l’Etat n’a pas de quoi les payer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

104,725FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,330SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles