AccueilLa UNEPétrole: Les compagnies juniors s’entichent de la Tunisie

Pétrole: Les compagnies juniors s’entichent de la Tunisie

Alors que les « majors » se disent en instance de départ ou en manifestent l’intention, d’autres compagnies, de moindre envergure, dites « juniors »  sont en train de pourvoir à cette vacuité. Deux d’entre elles  sont sur les rangs, Nostra Terra, basée à Londres et active au Texas, et Zenith Energy, cotée à la bourse de Londres et détenant des actifs au Congo, en Italie et en Tunisie.

- Publicité-

La première citée  a déjà annoncé être en train de réaliser des progrès dans l’expansion  stratégique future de son portefeuille en Tunisie, et ce au travers de négociations exclusives et de préparatifs ayant trait à un grand bloc avec des découvertes existantes, offrant à la fois des activités d’exploration et d’évaluation, alors que de nouvelles entités ont été organisées en prévision d’une telle expansion. La conclusion de la transaction initiale n’est pas certaine, mais Nostra Terra a l’exclusivité, a négocié les conditions et attend l’approbation finale. D’autres mises à jour seront faites en temps voulu.

Son PDG Matt Lofgran, a précisé que l’objectif principal de son entreprise a été  de se doter en premier lieu d’une base d’actifs à production régulière où le flux de trésorerie couvre les frais généraux et peut être réinvesti dans la croissance. « Nous savons que les investisseurs aiment voir des actifs qui ont un grand potentiel de hausse afin de pouvoir offrir une valeur substantielle. Nous avons dit que nous prévoyions d’ajouter cet aspect au portefeuille une fois que nous aurions atteint un cash-flow positif », a-t-il dit. « En prévision de la situation actuelle, nous avons commencé à travailler sur certaines opportunités au printemps 2020, lorsque les prix des matières premières étaient bas, causés par la pandémie de COVID, créant ainsi une excellente opportunité d’investir. Nous tirons parti de la vaste expérience et du réseau du conseil d’administration, et nous sommes impatients d’ajouter un actif dynamique au portefeuille, sans besoin de financement externe à court terme, et capable d’avoir un impact très positif », a-t-il assuré.

L’offre « contraignante » de Zenith

L’autre compagnie , celle-là internationale, Zenith Energy, opérant dans la production de pétrole et de gaz, cotée en bourse, qui se concentre sur les opportunités de développement en Afrique, a annoncé qu’elle a fait une offre contraignante  pour acquérir une société détenant un intérêt de 100% dans deux concessions de production et de développement d’hydrocarbures en Tunisie, se félicitant que cette offre ait été acceptée. Il s’agit d’une offre représentée par une combinaison de paiements en espèces et de prise en charge de la dette par Zenith pour une contrepartie totale d’environ 200 000 dollars US.

Les acquisitions potentielles produisent actuellement environ 80-100 barils de condensat par jour avec 5,5-6  mètres cubes/jour de gaz naturel, qui sont réinjectés dans la formation, à partir de la première concession d’acquisition potentielle, et environ 25 barils de pétrole par jour à partir de la deuxième concession d’acquisition potentielle. Un puits de la première concession d’acquisition potentielle a subi des dommages à la colonne de tubage et a été temporairement fermé, après avoir eu une production stabilisée d’environ 500 à 600 barils de pétrole par jour avant la suspension de la production. Le faible prix du pétrole en 2020 et l’investissement matériel nécessaire pour rétablir la production de ce puits ont empêché la mise en œuvre des travaux de réparation nécessaires.

Une étude récente réalisée par le vendeur concernant la deuxième acquisition potentielle, comprenant des évaluations de production, de rentabilité et de faisabilité, a conclu que la production actuelle d’environ 25 barils de pétrole par jour pourrait être augmentée jusqu’à environ 200 barils de pétrole par jour via des activités de forage. Le vendeur n’a pas mis en œuvre les recommandations de l’étude en raison de la faiblesse des prix du pétrole en 2020 et de l’apparition de difficultés de financement.

Une production de plus de 1000 barils/jour

Andrea Cattaneo, PDG de Zenith, s’est déclaré « très heureux de continuer à enrichir notre portefeuille d’actifs de production et de développement de pétrole et de gaz en Tunisie, en particulier avec ces acquisitions potentielles qui contiennent un potentiel inexploité important et une opportunité de création de valeur ».Dans un  communiqué, il a ajouté que « nous prévoyons d’atteindre prochainement une production quotidienne supérieure à environ 1 000 b/j de pétrole grâce à nos acquisitions récemment annoncées, ainsi qu’aux activités de développement à court terme que nous avons l’intention de réaliser dans ces actifs, ce qui positionnerait très favorablement la société en termes de rentabilité dans l’environnement actuel des prix du pétrole. »

Zenith est entrée en Tunisie en avril 2020, en acquérant des participations de 45% dans les actifs de Kairouan Nord et de Sidi El Kilani Kuwait Foreign Petroleum Exploration et CNPC International. Elle a ensuite conclu un accord en mars de cette année pour acheter une participation de 45% dans la concession tunisienne d’Ezzaouia à Candax Energy.

Déjà, la société produit de petits volumes de gaz en Italie depuis plusieurs années. Elle est également entrée au Congo l’année dernière, où elle exploite du pétrole. En janvier de cette année, Zenith a signé un accord de coopération avec Fleet Oil & Gas afin de poursuivre conjointement d’autres acquisitions de pétrole et de gaz en amont en Méditerranée, au Moyen-Orient et en Afrique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,741FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,472SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles