39 C
Tunisie
jeudi 24 septembre 2020
Accueil La UNE Plusieurs régions inondées, l’infrastructure s’affale…encore une fois !

Plusieurs régions inondées, l’infrastructure s’affale…encore une fois !

On ne peut nullement s’empêcher de trouver que  la question, devenue récurrente, des crues  des premières pluies d’automne en Tunisie, est d’abord une question d’infrastructure, ensuite d’administration du territoire communal et enfin mais surtout, d’entretien des infrastructures.

Les infrastructures sont l’affaire du ministère de l’Equipement. Car, quand bien même elles relèveraient du domaine des municipalités dans l’espace communal, les eaux pluviales se déversent toutes dans les infrastructures communes nationales. Beaucoup d’entre ces dernières sont mal calibrées, ou faites pour des débits moindres que les grosses pluies d’automne.

Les infrastructures qui sont aussi du ressort des communes ne sont presque jamais curées pendant les saisons sèches, encore moins entretenues pendant l’été. Les municipalités oublient chaque année et comme toujours de le faire, ou «ont d’autres chats politiques à fouetter». Beaucoup de nouveaux maires avaient fait les promesses les plus mirobolantes et se révèlent être, au premier test, aussi mauvais que les premiers.

Enfin, et c’est le plus important, les crues et leurs dommages sur les habitations, sont d’abord dues à une gestion calamiteuse de l’espace communal, aux autorisations de bâtir octroyées dans des zones que tout le monde sait inondables, et au laxisme des autorités, communales et régionales, devant les supposés «Zwawla» et les démunis qui s’installent en bordure des oueds ou carrément dans les lits de ces cours d’eau.

Des villes complètement inondées!

A noter que la ville de Kairouan et un certain nombre de ses délégations -entre autres Bouhajla, Nasrallah, Kairouan-sud et nord, Hafouz, Oueslatia et Aala- ont été touchées par de fortes chutes de pluies qui ont inondé les rues et plusieurs maisons dans les quartiers populaires. Ces fortes précipitations ont causé la fermeture des routes et ont inondé les canaux d’égout, ce qui a perturbé la circulation et a bloqué des citoyens.

L’eau s’est infiltrée dans plusieurs maisons, commerces, unités industrielles dans d’autres villes de la République à savoir Monastir, Gabès…Des quantités de pluies jamais atteintes dans son histoire !

Le chef du gouvernement a appelé les gouverneurs des différentes régions du pays, à la suite des pluies torrentielles et des inondations, à activer immédiatement et de façon permanente les comités régionaux de lutte contre les catastrophes, pour le suivi rapproché de la situation dans leurs régions. Il a, par ailleurs appelé tous les services de secours et d’urgence à se maintenir en état d’alerte maximale durant les heures à venir. Des habitants exaspérés ont imputé les inondations survenues dans la région aux lâchers d’eau des barrages, ce qui a fait que leurs domiciles aient été submergés. Chose que les autorités régionales et celles du ministère de l’Agriculture démentent, expliquant que face à la crue exceptionnelle, des lâchers d’eau ont été réalisés, par mesure de prévention, en direction de la mer au niveau des barrages !

On rappelle également que le ministère de l’Equipement, de l’Habitat et de l’Aménagement du territoire  a annoncé le lancement des travaux supplémentaires d’un coût global de 6 millions de dinars (MD), dans le cadre du projet de protection de Tunis-Ouest contre les inondations.

Ces travaux concernent essentiellement la réhabilitation du canal de Bortal Hayder à Ksar Saïd à travers l’installation de dalots de diverses sections sur une longueur de 600 mètres, ainsi que du canal avoisinant la route régionale n°31 au niveau de la région de Ksar Saïd 2 et la partie traversant la cité Ibn Sina, à travers la mise en place de bassins d’écrêtement sur une longueur de 1500 mètres. Il s’agit également de réaliser des ouvrages hydrauliques divers et de réaménager des routes, des trottoirs et des espaces verts.

1 COMMENTAIRE

  1. Arrêtons de parler de l infrasture avec des averses de plus de 260 mm dans un temps très réduit regarder les conséquences qui sont connus qq jours auparavant à bergamo des pluies semblables à la tunisie à cause des dégâts énormes et personnes n a parlé des infrastructures et n a de mander des dommages de l etat

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

104,615FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,304SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles