Pollution : La Tunisie refuse d’être un mouton noir

Pollution : La Tunisie refuse d’être un mouton noir

par -

Tunis, Sousse et Bizerte figurent parmi les villes africaines où il est difficile de respirer un air sain, selon le dernier rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), publié fin octobre et que la Tunisie compte contester. Dans le rapport de l’organisation onusienne, la Tunisie figure parmi les 10 pays les plus pollués en Afrique, en l’occurrence l’Egypte, le Maroc, le Nigeria, l’Ouganda, la Tanzanie, le Kenya, le Cameroun, le Liberia et l’Afrique du Sud.
L’OMS, qui vient de tenir la première conférence mondiale sur la pollution de l’air et la santé (30 octobre-1er novembre 2018), se réfère à une base de données sur la qualité de l’air comptant plus de 4300 villes de 108 pays. D’après ces données, l’Afrique se classe parmi les plus mauvais élèves en termes d’exposition aux particules fines, que l’on peut respirer en dehors comme chez soi.

Afrique et Méditerranée: 100% des enfants de moins de 5 ans menacés par la pollution de l’air

Dans les régions d’Afrique et de la Méditerranée orientale, 100% des enfants de moins de 5 ans sont exposés à des niveaux de pollution de l’air (particules fines PM2, 5) supérieurs aux niveaux recommandés par l’OMS.
La pollution de l’air provient, dans ces régions, des émissions nocives des gaz d’échappement, des poussières et sable du désert, des mines abandonnées ou encore de la déforestation. Ces émissions ont des répercussions sur la santé et peuvent surtout causer des cardiopathies, des accidents vasculaires cérébraux, des cancers du poumon et infections respiratoires.
On ne peut accepter que des milliards de personnes – surtout des femmes et des enfants – continuent de respirer tous les jours des fumées mortelles émises par des fourneaux et des combustibles polluants à l’intérieur de leur maison“, déplore le directeur de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus.
L’OMS reconnaît que la pollution de l’air est un facteur de risque critique pour les maladies non transmissibles (MNT) causant, selon les estimations, un quart (24%) des décès d’adultes imputables à des cardiopathies, 25 % des décès imputables aux accidents vasculaires cérébraux, 43% des décès imputables à la bronchopneumopathie chronique obstructive et 29% des décès imputables au cancer du poumon.

Un profond désaccord

La Tunisie compte contester ce rapport, comme elle l’a déjà fait pour l’ancien rapport, ce qui a contraint l’OMS à retirer la partie consacrée à la Tunisie, affirme vendredi, à l’Agence Tap, Dalila Betaieb, responsable à l’ANPE (Agence nationale de la protection de l’environnement) , Dalila Betaieb.
Pour elle le rapport est fondé sur des données peu fiables, collectées auprès de chercheurs peu équipés. L’Agence n’a pas été contactée pour ce rapport alors qu’elle gère le réseau National de Surveillance de la Qualité de l’Air et ses 30 stations permanentes réparties sur l’ensemble du territoire tunisien, dit-elle.
Ces stations sont raccordées au poste central installé au site de l’Agence Nationale de la Protection de l’Environnement (ANPE) au parc El Mourouj (Ben Arous).
Le rapport a cibé comme l’année dernière des villes touristiques comme Sousse et Bizerte, alors que tout le monde sait que les villes les plus polluées dans le pays sont Sfax, Gabès ou Gafsa, note Betaieb.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire