AccueilLa UNEPour la Tunisie, c’est maintenant ou jamais !

Pour la Tunisie, c’est maintenant ou jamais !

Ce ne serait pas trop accabler la Tunisie que de dire que ses gouvernements ont très souvent failli à être au rendez-vous d’échéances essentielles, voire vitales pour le pays, laissant les choses « pourrir » au lieu de s’y atteler à temps. Une mince chance leur reste quand même de s’attaquer aux maux qui rongent le pays depuis une décennie, même davantage. Une perspective que le site de BNN  Bloomberg a résumée dans cette formule : « It’s now or never » dans une analyse où le  ministre tunisien des Finances  est relayé pour avoir  affirmé qu’il était « pleinement déterminé à prendre des mesures impopulaires pour sauver l’économie » avant de reprendre les négociations de prêt avec le Fonds monétaire international, quelques semaines seulement après que les protestations contre le chômage et la pauvreté bien ancrés ont montré combien la colère générale était profonde.

- Publicité-

En attendant, les autorités envisagent une première émission souveraine de sukuk ou se tournent vers les marchés financiers du Moyen-Orient, d’Asie ou même des États-Unis pour aider à combler un déficit budgétaire prévu entre 4 et 5 milliards de dollars en 2021, a déclaré le ministre.

BNN Bloomberg fait remarquer que les Tunisiens ont déjà entendu de telles promesses. Le pays a eu plus de dix gouvernements au cours de la décennie qui a suivi la vague de protestations qui a renversé le président Zine El-Abidine Ben Ali en 2011 et qui a fait des vagues dans toute la région.

L’instabilité politique a entravé les efforts visant à réduire le chômage des jeunes et la corruption, principaux moteurs de la révolte, tandis que des attaques terroristes répétées avaient ralenti le secteur  crucial du tourisme avant même que la pandémie de Covid-19 ne déprime les voyages dans le monde.

Les manifestants, issus pour la plupart de milieux urbains et ouvriers, qui sont descendus dans les rues de la majeure partie du pays le mois dernier, avaient des griefs légitimes, a déclaré le ministre. Ses propos font écho à ceux du chef du gouvernement qui, au plus fort des protestations, a déclaré qu’il « comprenait la colère et la frustration des jeunes », tout en déployant l’armée pour mettre fin au pillage des magasins et des banques et aux attaques contre les bâtiments publics.

Fractures de la coalition

Il  a renouvelé les engagements pris par ses prédécesseurs de réduire les dépenses de compensation , de céder des entreprises publiques et de fournir davantage de financements aux jeunes entrepreneurs tunisiens.

Mais le puissant syndicat UGTT, qui est plus proche du président Kais Saied que du gouvernement de Mechichi, est officiellement opposé au désinvestissement des actifs de l’État et a menacé dans le passé de descendre dans la rue si les subventions étaient touchées.

La récente arrestation de Nabil Karoui, fondateur du parti Cœur de Tunisie, pour corruption et blanchiment d’argent a également mis en évidence les failles de la coalition gouvernementale à un moment critique pour les réformes.

Le Parlement soutient le remaniement

En janvier, le FMI a exhorté la Tunisie à réduire les dépenses salariales et les subventions  pour aider à contenir le déficit budgétaire qui, selon ses prévisions, pourrait atteindre 9 % de la production en 2021 sans réforme.

« Il est essentiel de donner une priorité stricte aux dépenses de santé et de protection sociale, tout en exerçant un contrôle sur la masse salariale, les subventions énergétiques mal ciblées et les transferts aux entreprises publiques », a déclaré le bailleur de fonds  à l’issue des consultations annuelles avec les responsables tunisiens.

« La prochaine étape pour la Tunisie sera de mettre en œuvre des réformes », a déclaré le ministre de l’Economie et des finances i. « Je suis assez confiant que nous allons entamer une discussion constructive avec le FMI, et nous finirons certainement par avoir des vues communes ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,723FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,476SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles