Protestations, suicides, migration: Le FTDES dévoile son rapport !

Protestations, suicides, migration: Le FTDES dévoile son rapport !

par -

Selon un rapport élaboré par le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES), les six premiers mois de cette année ont été marqués par la continuité des tensions sociales nourries par la dégradation des conditions de vie et une crise économique et sociale  sans trêve.

Malgré la tendance à la baisse au niveau des  manifestations sociales relevée par l’Observatoire Social Tunisien à travers l’échantillon de travail en appui, avec une différence de 870 mouvements de protestation entre le mois d’avril et celui de juin, la situation commence par un ardent troisième trimestre de l’année qui coïncidera avec la rentrée scolaire, universitaire, et politique.

Cette tendance à la baisse du nombre de manifestations, qui était d’environ 65 %, coïncide avec une période connue comme synonyme d’accalmie relative du mouvement social en raison du fait qu’elle coïncide avec le mois de jeûne, comme en témoignent les rapports de mouvements sociaux que le Forum Tunisien pour les Droits Economiques et Sociaux a publiés depuis le lancement du projet de l’Observatoire Social Tunisien il y a plus de cinq ans.

Les mouvements de protestation ont été caractérisés par la diversité des acteurs. S’y côtoient parents, habitants, des militants des droits de l’homme, enseignants,  instituteurs,  députés,  élèves,  travailleurs,  employés,  diplômés en chômage,  professeurs d’université,  médecins,  cadres paramédicaux et  travailleurs des parcs municipaux,  agriculteurs, chauffeurs de louages, et de taxis,  chauffeurs de transport ruraux,  personnel de sécurité,  marins,  journalistes…

Une fois de plus, le gouvernorat de Kairouan est à l’avant-garde des tensions sociales, un rang souligné par le nombre de manifestations sociales observées, estimé à 14% du total des manifestations observées pendant le mois d’avril, 22% du total des manifestations observées en mai, puis à 18% du nombre total de manifestations observées au cours du mois de juin. 76 des 435 protestations ont eu lieu à Kairouan durant le mois de juin.

Globalement, la région a connu 543 mouvements de protestation qui ont été signalés au cours du deuxième trimestre de 2019, sur un total de 2 655 mouvements de protestation observées dans diverses régions.

Les gouvernorats de Gafsa et Sidi Bouzid ont maintenu une position avancée sur la carte des mouvements sociaux, avec 213 mouvements de protestation pour le premier et 259 pour le second au cours du deuxième trimestre de cette année.

La plupart des revendications portées par les manifestants dans les trois gouvernorats avec un arrière-plan économique et social tient à l’amélioration des conditions de vie, outre celles appelant à assurer l’emploi, le développement et la justice sociale, ainsi qu’à améliorer l’infrastructure et  fournir les services de base tels que l’eau potable, l’électricité, les transports et les services de santé et administratifs.

Les gouvernorats de Tunis et celui de Tataouine figurent également sur la carte des protestations, avec un total de 135 mouvements de protestation pour Tataouine et 201 manifestations pour le gouvernorat de Tunis lors de ce deuxième trimestre.

L’augmentation du niveau des mouvements de protestation dans le gouvernorat de Tunis, qui est le centre du district de la capitale, peut s’expliquer par la grande congestion sociale vécue par le pays au cours du mois d’avril en réponse à la décision d’augmenter le prix du carburant annoncée fin mars.

La région de la capitale a vu la plupart des manifestations rejetant cette décision, par les chauffeurs de taxi, dont certains se sont précipités pour fermer les entrées de la capitale. Aussi le retour des tensions sociales à Tataouine est dû au non-respect par la partie officielle  de l’accord avec les manifestants du Kamour.

146 cas et tentatives de suicide recensés au 1er semestre de 2019

Sur un autre volet, le FTDES a affirmé dans ledit rapport que quelque 146 cas et tentatives de suicide ont été enregistrés au premier semestre de 2019 dont 105 cas masculins et 41 féminins.
le groupe masculin est considéré comme l’un des groupes les plus suicidaires mais le groupe dominant est âgé de 26 à 35 ans, suivi par le groupe d’âge de 36 à 45 ans.

Ces actes sont généralement causés par la fragilité de la situation professionnelle ou le chômage ainsi que par les problèmes familiaux, les pressions et les responsabilités vécues par l’individu dans la société tunisienne, lit-on dans le rapport du FTDES.

S’agissant de la migration irrégulière au premier semestre de 2019, le FTDES a révélé qu’environ 1019 Tunisiens sont arrivés en Italie et en Espagne et 1008 migrants essentiellement des sub-sahariens et des Syriens sont arrivés en Tunisie durant la même période.

Le rapport montre, dans ce contexte que la Tunisie occupe la première place au niveau du nombre de migrants irréguliers arrivés en Italie avec le chiffre de 594 personnes suivie du Pakistan (426 migrants) et l’Algérie (271 migrants)…

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire