AccueilLa UNESaied accepterait-il une rédaction consensuelle d’une nouvelle Constitution ?

Saied accepterait-il une rédaction consensuelle d’une nouvelle Constitution ?

Les deux prochains mois en Tunisie seront cruciaux pour déterminer si le président de la République, Kais Saied, consolide son pouvoir ou s’il cède à une démocratie renouvelée. Le 25 juillet 2022, un an après le coup constitutionnel, la Tunisie organisera un référendum sur une nouvelle constitution qui n’a pas encore été rédigée et qui est censée inaugurer une « nouvelle république ». Si cette constitution consacre les pouvoirs quasi absolus dont Saied  s’est emparé au cours de l’année écoulée, la démocratie tunisienne telle qu’elle est connue sera terminée. Pour éviter ce destin, il faudra non seulement augmenter la pression nationale et internationale sur Saied, mais aussi lui offrir une porte de sortie, estime la Brookings Institution dans une analyse livrée cette semaine.

La feuille de route actuelle de Saied le verra rédiger la nouvelle constitution de manière quasi unilatérale. Excluant tous les partis politiques et la plupart des organisations de la société civile, il n’a invité qu’une poignée de professeurs de droit et de syndicats à siéger dans deux conseils purement consultatifs, et même la plupart d’entre eux ont refusé. Néanmoins, Saied va de l’avant, promettant le projet de la nouvelle constitution pour le 30 juin. Une telle approche devrait donner lieu à une constitution taillée sur mesure pour Saied, une constitution qui donne du pouvoir à la présidence avec peu de contrôles et d’équilibres. Après tout, l’une des justifications de sa prise de pouvoir était qu’il se plaignait que la constitution de 2014 comportait trop de « verrous » sur le pouvoir du président.

Jusqu’à présent, rappelle le think tank, Kais Saied a pu compter sur sa popularité pour faire passer ses décrets unilatéraux – mais il est moins évident qu’il puisse en faire de même avec la Constitution. La période de lune de miel de Saied touche à sa fin. Les masses, lassées des difficultés économiques et de la corruption, ne considèrent pas une nouvelle constitution comme une priorité. Il n’est pas surprenant que Saied ait eu du mal à mobiliser ne serait-ce que 6 % de la population pour participer à sa consultation en ligne sur la constitution ce printemps. Cela augure mal de sa capacité à mobiliser un grand nombre de personnes pour voter oui le 25 juillet, d’autant plus qu’il n’a toujours pas de parti ou de mouvement politique officiel.

En attendant, toutes les forces organisées se retournent progressivement contre lui. Même les forces qui ont adopté un ton neutre ou prudemment positif en juillet dernier, comme l’Union générale tunisienne du travail, lauréate du prix Nobel de la paix, rejettent aujourd’hui plus fermement sa feuille de route. C’est également le cas de tous les grands partis politiques et de la plupart des organisations de la société civile. Si toutes ces forces s’unissent pour voter non, elles pourraient constituer une menace sérieuse de blocage de sa nouvelle constitution.

« Ennahdha est radioactif »

L’opposition, bien sûr, a eu du mal à s’unifier. Le fossé entre laïcs et islamistes est profond, et aucun des partis laïcs ne veut être considéré publiquement comme travaillant avec Ennahdha, le plus grand parti du parlement maintenant dissous. Pour eux, « Ennahdha est radioactif », comme me l’a dit un dirigeant laïc. Pourtant, s’unir pour voter non est beaucoup plus facile que de s’unir autour d’une vision alternative.

Certains partis politiques ont indiqué qu’ils pourraient plutôt boycotter le référendum, afin de saper sa légitimité. Ce serait une erreur stratégique. Rien dans l’année écoulée n’indique que Saied s’intéresse de près à la légitimité de sa feuille de route, mais seulement à la création d’un nouveau système qui consacre son pouvoir. Menacer de voter non donnerait à l’opposition beaucoup plus de poids que le boycott.

Si une menace crédible d’échec de sa constitution se matérialise, les vraies couleurs de Saied seront à leur tour révélées. Il pourrait se présenter à la table des négociations, reconnaissant qu’il a besoin de s’assurer le soutien d’au moins quelques partis politiques pour faire passer sa constitution. Mais alternativement, s’il est vraiment un dictateur, il pourrait avoir recours à la répression et au trucage pour faire passer sa constitution. La question est donc la suivante : comment éviter ce destin et inciter Saied à emprunter la voie du compromis ?

Le besoin d’une bretelle de sortie

 Saied a besoin d’une voie de sortie, une voie qui l’attire vers le compromis, plutôt que vers la répression. Ce que les 10 derniers mois révèlent, c’est que la seule chose à laquelle Saied tient le plus, c’est son héritage : il veut être celui qui crée un nouveau système politique. Il veut être salué dans 50 ans comme Habib Bourguiba l’est aujourd’hui pour avoir créé une nouvelle république. La clé est de le laisser faire.

En même temps que l’opposition menace de voter non à une constitution rédigée unilatéralement, elle doit aussi signaler à Saied qu’elle votera oui si sa voix est entendue lors de la révision. Cela nécessitera un peu d’humilité de leur part : Ils doivent reconnaître que si la constitution de 2014 qu’ils ont créée était plutôt bonne, elle avait néanmoins des défauts. Ils doivent être prêts à se joindre à Saied et à travailler ensemble pour l’améliorer. Ils doivent reconnaître que le système semi-présidentiel n’a pas fonctionné, et passer à un système parlementaire ou, si nécessaire, présidentiel. Dans tous les cas, ils doivent garantir un équilibre des pouvoirs suffisant. Ils doivent supprimer la disposition relative   à l’état d’exception, par exemple, qui a conduit à ce coup de force, et renforcer et consacrer l’indépendance du pouvoir judiciaire, de la commission électorale et de la commission de lutte contre la corruption, entre autres organes constitutionnels.

De cette façon, toutes les parties peuvent encore sortir de cette crise avec une victoire. Saied pourra dire qu’il a créé une nouvelle république, et un héritage pour lui-même lorsqu’il quittera le pouvoir. Entre-temps, les partis politiques auront sauvé la démocratie tunisienne, et peut-être même l’auront-ils revitalisée et améliorée.

Le rôle de la pression internationale

Cependant, estime Brookings , même si l’opposition offre une telle sortie, il n’y a aucune garantie que Saied la saisisse . Il pourrait au contraire appuyer sur l’accélérateur de la répression. C’est là que la communauté internationale peut jouer un rôle de soutien important. Les États-Unis et leurs partenaires européens doivent faire savoir que toute répression ou manipulation du référendum entraînera une réduction immédiate de l’aide et la suspension des négociations avec le Fonds monétaire international. Les coûts doivent être prohibitifs, de sorte que la seule option de Saied soit la sortie de route du compromis.

Les critiques pourraient répondre qu’il est préférable de laisser Kais Saied faire passer sa nouvelle constitution, soit pour que son projet soit tenté et échoué et ainsi délégitimé, soit pour que le pays puisse passer à des défis économiques plus importants. Mais cette approche est risquée : si Saied consolide son pouvoir par le biais d’une nouvelle constitution qui ne prévoit aucun contrôle réel de son pouvoir, les options pour le maîtriser par la suite se réduisent considérablement. La meilleure option aujourd’hui est que toutes les parties se mettent autour de la table et rédigent de manière consensuelle une nouvelle constitution qui remette le pays sur la voie de la démocratie, conclut Brookings Institution.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,004SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -