AccueilActualités - Tunisie : Actualités en temps réelSommet de la Francophonie en Tunisie: "Je suis de très près ce...

Sommet de la Francophonie en Tunisie: « Je suis de très près ce qui se passe », dixit la SG de l’OIF

Inaugurant aujourd’hui à Hammamet la rencontre des commissaires aux comptes francophones, Slah Zahaf a rappelé que 2022 en Tunisie vivra deux importants évènements. Le premier,  c’est la 8ème conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD 8) qui se tiendra à Tunis les 27 et 28 août prochain, sous le thème de « Un levier pour le financement du secteur privé Africain ». Pas moins de 5000 participants du Japon, de pays africains et d’autres continents y sont attendus. Le second est le 18ème sommet de la Francophonie qui se déroulera à Djerba, les 19 et 20 novembre 2022, au niveau de chefs d’Etat et de gouvernement et sera précédé par une série de manifestations économiques et de rencontres d’affaires. Outre les délégations officielles, les rencontres professionnelles grouperont plus de deux mille participants.

Interrogée sur ce prochain sommet de la francophonie, par le journal canadien « Le Devoir », la secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), Louise Mushikiwabo a dit que « « pour le moment, je n’ai pas d’inquiétude, mais je suis de très près ce qui se passe ». Elle n’en dira pas plus. Sa réponse qui fait suite de la remarque du journaliste canadien que «on sait en effet que si le sommet a été reporté l’an dernier, ce n’est pas seulement pour des raisons logistiques et à cause de l’épidémie ». « À l’époque, le président tunisien, Kaïs Saïed, venait de s’arroger les pleins pouvoirs et de suspendre le Parlement dominé par le parti islamiste Ennahdha. Or, le 22 avril dernier, il s’est aussi donné le droit de nommer le directeur de l’Autorité électorale qui doit superviser le référendum constitutionnel qui se tiendra en juillet prochain ainsi que les élections législatives en décembre.». Et le journal canadien de s’interroger  encore : «  Quelle image donnerait en effet un sommet de la Francophonie tenu dans un pays qui ne respecte pas ses propres règles constitutionnelles ? Il ne faudrait surtout pas que ce sommet, qui devait souligner les 50 ans de l’OIF, soit à nouveau reporté. »

On rappelle que le chef de tout l’Etat tunisien avait reçu Louise Mushikiwabo en 2020 (Notre photo) et l’avait rencontrée à Bruxelles février dernier, et lui avait assuré que « le Sommet de Djerba donnera une nouvelle impulsion à l’action de l’OIF ».

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,006SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -