AccueilLa UNESTB et MG : Pourquoi sont-ils partis ?

STB et MG : Pourquoi sont-ils partis ?

La veille du Mouled (Célébration de la naissance du Prophète Mohamed) en Tunisie, n’a pas apporté que les premiers effluves de l’Assida (Met traditionnel à base de graines de pin d’Alep et beaucoup de fruits secs). D’autres marmites, dans d’autres cuisines, préparaient,  de leur côté, les restes de la valse des DG.

On connaissait le départ de Hichem Rebai de la BH Bank qui ira à la BT (Banque de Tunisie), et qui devra être remplacé par une autre bonne tête issue d’un appel à candidatures lancé depuis août dernier. Rebai a fait passation avec Habib et occupe le siège de DG de la BT depuis le 1er octobre 2022 et la BH Bank a été, temporairement mais pour un mois ferme, confiée à Haykel Khadhraoui. Ce dernier serait déjà short-listé parmi les candidats pour le poste de DG de la BH Bank.

On attendait la décision du dernier CA de l’ATB qui devait nommer le remplaçant d’Ahmed Rjiba. Pas pressé, le CA a fini par éluder simplement la question du DG, et Riadh Hajjej reste encore aux commandes. Le fringant quinqua connaît très bien la banque où il a été DC de l’audit et de l’inspection et 10 ans à la conformité, a déjà pris son bâton de pèlerin pour inspecter les régions et prospecter.

On attend toujours la confirmation officielle, par la partie saoudienne, du choix de Nabil Chahdoura par le ministère des Finances, pour le poste de DG de la TSB, comme on attend l’issue de l’appel à candidatures pour le choix d’un DG pour la Banque de Tunisie et des Emirats (BTE), toutes deux dans une situation financière difficile (Déficit de 2,8 MDT pour la 1ère qui ne publie plus rien depuis 2019, et déficit de 12,8 MDT la seconde).

–          Des DG aux sièges encore vides, un départ volontaire et un départ forcé

On sait désormais que la rubrique « Avis et communiqués » du site du ministère tunisien des Finances (MF) devra prochainement être garnie d’un autre appel à candidature pour le choix d’un nouveau DG pour la plus grosse des banques publiques, la STB (Une Capi de 587,317 MDT et PNB de 655 MDT pour un PEB de plus de 1,124 Milliard DT).

Dès le jeudi 6 octobre 2022 en effet, et depuis bien plus que cela, disent des sources de la banque, des bruits de couloirs emplissaient la place financière, faisant part d’un départ forcé de Mohamed Chouikha. Ces bruits ont été finalement confirmés vendredi dernier. Ni le site de la banque, ni sa page fb, ne parlaient pourtant du sujet.

On sait désormais que ce qui a été un limogeage, a été demandé par l’actionnaire majoritaire qu’est l’Etat tunisien (71,54 % du capital de la STB), et approuvé, le vendredi après-midi, par le conseil d’administration de la banque.

On sait aussi, selon des sources proches du MF, que ce limogeage aurait eu pour cause une réticence de l’ancien DG à financer l’Etat par une participation plus accrue aux emprunts obligataires, ainsi qu’une réticence à rééchelonner les dettes de certains secteurs économiques en difficultés financières.

Les connaisseurs estiment que Chouikha, qui n’est pas un spécialiste du secteur bancaire, faut-il le rappeler, a été mal conseillé par ses équipes internes en matière d’arbitrage entre banque et finances publiques, dans une conjoncture nationale plus que difficile mais qui pouvait autoriser des entorses aux ratios prudentiels, selon certains de ses collègues à qui on a pu parler.

–          Pourquoi Chouikha a-t-il été remercié ?

Mohamed Chouikha, qui reste silencieux sur la question de son départ et ne décroche plus son téléphone, aurait expliqué cette réticence par son souci du respect des ratios de la banque dans le domaine. Chouikha aurait été, peut-être aussi, ébranlé outre mesure par les remarques de Moody’s sur les risques du financement de l’Etat par le biais des bons de trésor, mettant les banques publiques dans l’obligation d’augmenter son capital.

Chez la STB, l’encours de bons d’Etat souscrits pour financer le déficit public, était cependant à 584 millions DT, contre 22 milliards DT (5,6 Milliards DT court terme et 16,3 Milliards DT long terme. Stock au 6 octobre) pour tout le secteur bancaire. Un secteur qui souffrirait aussi d’un déficit de liquidité de 12,2 milliards DT (En hausse de 4 mds DT), dont seulement 980 MDT pour la STB.

Des proportions, jugées minimes pour l’Etat qui est propriétaire de la STB. L’explication du respect des ratios n’a en tout cas pas été du goût d’un actionnaire majoritaire aux abois en matière de financements, alors que le 1er semestre 2022 se serait terminé avec un bénéfice de 40 MDT pour la STB.

Ce dernier chiffre n’est cependant pas officiel, dans la mesure où les états financiers de la STB pour le 1er semestre 2022 n’ont pas été encore publiés, ce qui  donne à penser à certains connaisseurs qu’il y aurait eu des réserves qui auraient été formulées par les commissaires aux comptes de la STB, et dont il fallait peut-être tenir compte, ou corriger avant la publication. En attendant, ce sera Lassaad Jouini, Dga, et ancien responsable du pôle bancaire étranger à la banque qui prend temporairement les rennes de la STB.

–          Le cas Hédi Baccour de MG

Le Mouled a aussi été marqué par l’annonce du départ de Hédi Baccour de la direction de MG (Magasin Général). Baccour dégustera cependant mieux son « Assida » que Chouikha, car son départ était volontaire et même programmé depuis des semaines, « pour laisser la place aux jeunes et insuffler un nouvel élan et un nouveau souffle » dans la doyenne des grandes surfaces, créée en 1883 par la Maison « Bortoli Frères » et qui avait pris sa dénomination de MG en juillet 1905.

Un départ programmé, d’abord en interne il y a deux semaines, auprès du groupe Bayahi où il restera en haut du panier en tant que conseiller de la Holding, et ensuite auprès de l’Utica où il présidait la chambre syndicale des grandes surfaces où, toutefois, rien n’est encore décidé.

Entretemps, c’est Fahd Chaouch, proche collaborateur de Baccour et depuis deux semaines déjà désigné Dga qui prendra les rênes d’une entreprise qui fait ainsi le choix, « au bon moment » nous dit-on de source officielle, de faire fonctionner l’ascenseur social dans la continuité. Le guépard (traduction de Fahd) de MG ne deviendra DG que courant premier semestre 2023 lorsque Baccour prendra lui-même l’ascenseur de « l’hôtel MG » (Allusion au fait que l’actuel siège de MG était un hôtel connu de la capitale tunisienne) plus haut vers la Holding.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,020SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -