12 C
Tunisie
vendredi 5 mars 2021
Accueil La UNE Troubles nocturnes : Les politiques ont notoirement négligé tout ce qui est...

Troubles nocturnes : Les politiques ont notoirement négligé tout ce qui est économique

La Tunisie vient de traverser un épisode de turbulences de plusieurs jours et nuits qui n’auraient pas éclaté ex nihilo bien qu’il ait été inévitable   que cet embrasement puise sa première étincelle  dans une occurrence , par bien des côtés, banale, sous la forme d’une voie de fait commise par un policier municipal sur la personne d’un berger devant le siège du gouvernorat de Siliana   

- Publicité-

Face à ce qui se passe aujourd’hui, une économiste spécialisée dans l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient Clara Capelli, qui a travaillé pendant trois ans pour la Banque africaine de développement à Tunis, a déclaré que « nous pouvons parler une fois de plus d' »ordre public » et ne voir que les troubles, les émeutes » et les actes de pillage et de vandalisme rapportés par les médias ». « Ou nous pouvons faire l’effort de nous demander quelles sont les racines de cette colère et du manque structurel d’écoute et d’attention qui a répondu à cette colère. Nous pouvons aussi aller au-delà des images de la contingence et nous demander d’où elle vient, comment elle a été créée et comment elle s’est accumulée. Nous pouvons également nous demander quelles réponses peuvent être apportées pour l’avenir, en allant au-delà de l’approche des arrestations et de la prison », a-t-elle ajouté.

Dans une interview à l’agence de presse italienne AnsaMed,  Clara Capelli a constaté qu’à  à plusieurs reprises, la question économique avait été entièrement négligée par la sphère politique de ces dix années. Bien que le récit d’un pays stable sous Ben Ali ait été démenti par les protestations et mobilisations de 2010-2011, les recettes et les mesures d’économie politique n’ont pas ciblé les causes des problèmes sociaux : l’inégalité régionale (tant dans les régions intérieures du pays que dans les agglomérations urbaines périphériques), le chômage et le sous-emploi dans le secteur informel, qui représente près de la moitié du PIB du pays ».

Le déracinement d’un modèle économique en dix ans est impossible, surtout au vu de la situation internationale, mais il faut dire, a-t-elle noté, que les hommes politiques et les hommes d’affaires tunisiens ne le remettent tout simplement pas en question.

Elle a  souligné qu’ils continuaient à parler d’attirer les investissements étrangers (qui, pour la plupart, concernent les zones côtières, notamment pour des raisons logistiques), les exportations (le secteur manufacturier est principalement constitué de pièces et d’assemblage, et est en tout cas à faible valeur ajoutée et attire en raison du faible coût de la main-d’œuvre et des avantages fiscaux offerts par le système offshore, au même titre que les centres d’appel et le tourisme), et les start-ups. Toutefois, un tel modèle ne conduit pas nécessairement à la croissance et à la redistribution : l’histoire économique du siècle dernier prouve le contraire.

C’est aussi la faute du FMI et de l’UE

Parallèlement au modèle économique problématique », a poursuivi Capelli, « la lutte pour la reconfiguration du pouvoir en Tunisie a réduit la question économique à des slogans vides de sens. Le Fonds monétaire international et l’Union européenne, entre autres bailleurs de fonds , portent la responsabilité d’avoir orienté l’économie politique tunisienne dans des directions qui n’ont pas conduit à la croissance, au développement et à l’inclusion. Cependant, la classe politique tunisienne, Ennahdha inclus – à l’immense déception de nombreux segments de la société – n’a pas lutté de manière visible et tangible pour les citoyens pour des investissements structurels qui réduiraient au moins partiellement les différences régionales ou pour des politiques d’emploi efficaces ». « Toutes les protestations, révoltes et mobilisations qui ont eu lieu au cours des dix dernières années ont plutôt été traitées comme une question de sécurité, exactement comme cela se fait maintenant.

Cela lui rappelle 2016, ou les déclarations du président Essebsi en 2017 sur l’intervention de l’armée dans les sit-in d’al-Kamour. Cela est particulièrement vrai dans les zones urbaines périphériques, qui souffrent énormément non seulement de marginalisation mais aussi de stigmatisation sévère à l’égard de la population et de ses jeunes. « Nous parlons beaucoup des difficultés socio-économiques, mais nous ne devons pas oublier, à propos de la question du « hogra » (injustice, oppression, mépris), que les « non-privilégiés » – si nous préférons utiliser ce terme plutôt que de l’appeler les opprimés et les marginalisés – sont victimes de la bureaucratie, des institutions et de la police. Et peut-être faut-il rappeler qu’on ne peut pas échapper au « hogra » même quand on respecte les règles et l’ordre public », a-t-elle conclu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,470FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,392SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles