AccueilLa UNETunisie : 2011, un annus horribilis pour le tourisme

Tunisie : 2011, un annus horribilis pour le tourisme

Annus horribilis, été pourri, saison lamentable, les aphorismes se bousculent pour qualifier l’état des lieux du tourisme tunisien dans le sillage de la Révolution qui a secoué le pays voici bientôt neuf mois. Les espoirs placés dans un hypothétique rebond de l’arrière-saison ont fondu comme beurre au soleil alors que tombent les chiffres de l’activité touristique et que se précisent les prévisions et les stratégies des tour- operateurs pour ce qui reste de la saison et pour l’année 2012.

- Publicité-

A la date du 20 août, la Tunisie n’a reçu que 2,771 millions de touristes contre 4,539 millions de touristes par rapport à la même période de l’année 2010, soit une baisse de 38,9%. Les nuitées globales ne sont pas en reste, la fréquentation hôtelière a reculé de  46,3%.

Ce faisant, les recettes touristiques ont coulé à pic , perdant  43,4% durant la période  1er janvier- 20 août 2011 atteignant le modeste montant de 1.210,3 million de dinars contre 2.155 million de dinars en 2010, autrement dit  un manque à gagner  dans la périphérie du milliard de  dinars, plus exactement  928,1 millions de dinars.

Le tableau se noircit encore avec le nombre inédit d’unités hôtelières qui ont mis la clé sous le paillasson : 24 depuis  le 14 janvier, soit une capacité d’hébergement de 7544 lits, se traduisant par 89 000 emplois directs et indirects considérés comme pulvérisés  depuis le déclenchement de la Révolution du 14 janvier.

Pis encore, la crise n’a épargné aucune région à l’exception peut-être  du gouvernorat de Tataouine où la fréquentation a augmenté de 44% grâce à l’afflux des réfugiés libyens fuyant la guerre dans leur pays. Ailleurs, les chiffres sont désastreux : Tozeur et Gafsa,  pour ne citer que ces deux destinations, déplorent un repli  en raz-de-marée de plus de 75%. Et à travers tout le territoire tunisien, la fréquentation hôtelière a chuté de 46,3%, un recul de 10 millions de nuitées effectives.

A l’évidence, ce sont les craintes suscitées par l’insécurité qui ont dissuadé les touristes d’où qu’ils puissent provenir de choisir la Tunisie pour y passer leurs vacances en dépit des prix défiant toute concurrence proposés et pratiqués. Il est vrai que les modestes campagnes de promotions lancées çà et là, surtout en Grande-Bretagne par une agence tunisienne, n’ont pas réussi à désamorcer ces craintes ni présenter de la Tunisie une image rassurante, même si aucun des visiteurs n’a eu à déplorer des désagréments extraordinaires, encore moins pâtir de l’insécurité ambiante dans certaines régions.

Est-ce à dire que les autorités tunisiennes n’ont pas su gérer la crise, singulièrement dans son volet promotionnel ? Sans que soient mises en cause les bonnes résolutions qui ont été les leurs dès l’abord, en chemin et présentement, ni l’importance des fonds mobilisés à cette fin, on ne peut pas, au final, s’empêcher d’être interpellé par  le manque d’imagination, et par endroits, l’excès d’imagination qui ont entaché les démarches conçues et mises en œuvre. Certes, il est toujours de bonne guerre d’incriminer l’insécurité, les sit-in, devenus un sport national, les barrages de routes et autres formes de contestation, mais les résultats sont là pour attester que, nonobstant les irréprochables professions de foi qui animent l’establishment touristique du pays, les réponses pratiques à la crise n’ont pas été celles qui auraient dû être données.

Il appartiendra aux « états généraux du tourisme » qui réuniront tous les professionnels ainsi que des représentants du gouvernement, le 15 septembre, de poser un diagnostic franc et sans fard de la situation et d’imaginer des mécanismes absolument convenus et concertés pour permettre au secteur de sortir enfin de l’ornière, et ce, impérativement à l’enseigne d’un nouveau cri de ralliement où les professionnels autant que le ministère du tourisme s’investiront du mieux qu’ils pourront. D’autant que la Fédération tunisienne de l’hôtellerie (FTH) ne semble pas  très rassurée sur la suite des événements, encore moins pour l’année  2012. Témoin, les hypothétiques et incertaines prévisions de  son bureau exécutif le 23 août 2011, pour lequel « la visibilité pour l’année prochaine est  très faible ». Les  tours opérateurs n’ont-ils pas  demandé des réductions de prix et de contingents en s’abstenant, au demeurant, de  programmer des chaînes de vol charter, un « signe fort de leur manque d’engagement sur la destination Tunisie ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,566SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles