AccueilActualitésTunisie-Algérie : Le patron de Condor veut une zone libre-échange

Tunisie-Algérie : Le patron de Condor veut une zone libre-échange

La création d’une zone de libre-échange entre la Tunisie et l’Algérie est désormais une nécessité, a déclaré Abderrahman Benhamadi, président du conseil d’administration du Groupe algérien Condor, spécialisé dans le montage des voitures et partenaire principal du groupe français « Peugeot Citroën ».
Intervenant lors des rencontres d’affaires et de partenariat, organisées, vendredi, par le CEPEX (Maison de l’exportateur) et la Fédération Tunisienne de l’Automobile (FTA), le responsable a indiqué que cette zone répondra aux aspirations des peuples de la région et concrétisera l’objectif de l’UMA (Union du Maghreb Arabe), ajoutant que le secteur automobile est parmi les secteurs qui peuvent renforcer le développement socio-économique des deux pays.
Il a rappelé dans ce cadre que Condor, qui compte aujourd’hui 15 mille employés, encadrés par plus de 100 cadres tunisiens, est un partenaire dans le projet de production de véhicules « Peugeot Citroën » à Oran en Algérie. Ce projet, dans lequel Condor détient 15,5% du capital, entrera en production, début 2019, avec une capacité de production de 25 mille voitures par an, durant la première année, a-t-il encore fait savoir.
Le lancement de ce type de projets en Algérie ne manquera pas de renforcer la demande en pièces de rechange, a indiqué le responsable, ajoutant que cette dynamique favorisera l’accès des industriels tunisiens au marché algérien.

- Publicité-

Pour sa part, le ministre du Commerce, Omar El Bahi, a mis l’accent sur la détermination des deux pays à développer ce secteur, soulignant la nécessité de fournir les incitations et les facilitations afin d’encourager les investisseurs tunisiens et algériens à échanger les expertises et accéder au marché africain.
Le ministre de l’Industrie et des Petites et Moyennes Entreprises, Slim Feriani, a, pour sa part, souligné la nécessité de développer les secteurs à forte composante technologique, afin de faciliter l’intégration de la Tunisie dans la carte mondiale de l’économie intelligence et innovatrice.
Il a fait savoir que son département œuvre à développer le secteur des composants automobiles à forte capacité d’emploi.
Ce secteur, dont le tissu est composé de 267 entreprises, emploie 80 mille personnes, a indiqué le ministre, ajoutant que des résultats positifs ont été enregistrés au niveau des exportations (6,5 Millions de Dinars).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,452SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles