Tags Posts tagged with "algerie"

algerie

par -

Le Centre algérien de l`informatique et des statistiques des Douanes a annoncé que le déficit commercial de l`Algérie s’est chiffré à 3,97 milliards de dollars (mds usd) sur les 5 premiers mois de l’année 2017, contre un déficit de 8,71 mds usd sur la même période de 2016, soit une baisse de 54,4%, a appris mardi l`APS.

Les exportations ont augmenté à 15,7 mds usd entre janvier et fin mai de l`année en cours contre 11,15 mds usd sur la même période de 2016, soit une hausse de 40,77%.

Pour les importations, elles ont très légèrement diminué en s`établissant à 19,67 mds usd en janvier-fin mai 2017 contre 19,86 mds usd en janvier-fin mai 2016, soit un recul de 0,98%.

Les exportations ont assuré la couverture des importations à  hauteur de 80% contre 56%.

Grâce au redressement des cours pétroliers, les exportations des hydrocarbures, ayant représenté 94,63% du total des exportations, ont  atteint 14,86 mds usd, soit une hausse de près de 43% par rapport à la même période de 2016.

Quant aux exportations hors hydrocarbures (5,4% du montant global des exportations), elles ont augmenté à 843 millions usd, en hausse de près de 11%, détaille l’APS.

par -

Le Gouvernement algérien a accordé une nouvelle aide humanitaire de 30 tonnes aux populations voisines de Libye établies dans les municipalités de Ghât, d’Oubari et de Ghadamès, rapporte radioalgérie.

“Composée essentiellement de produits alimentaires et pharmaceutiques, cette aide a été acheminée et remise ce jour en concertation et en coordination avec les institutions légitimes libyennes”, précise la même source, relevant que “ce nouveau geste qui témoigne de la solidarité de l’Algérie avec le peuple libyen notamment en ce mois sacré de Ramadhan, s’inscrit dans le prolongement des efforts constants que déploie l’Algérie pour aider ce pays frère et voisin à surmonter la crise à laquelle il fait face depuis des années”.

L’Algérie “entend maintenir cet élan de solidarité envers la Libye et poursuivre ses efforts en direction de toutes les parties libyennes pour les encourager et les accompagner sur la voie de la solution politique, du dialogue inter-libyen  et de la réconciliation nationale, seuls à même de préserver  l’intégrité de ce pays et l’unité de son peuple”, conclut la même source.

par -

La nouvelle centrale électrique à turbines à gaz de Boutlelis, d’une puissance globale de 446 MW, augmentera la capacité de production d’électricité à Oran de 33%, a indiqué à l’APS le directeur local de l’énergie.

Les travaux du projet, érigé sur une superficie de 20 hectares dans la commune de Boutelis, connaissent un taux d’avancement de l’ordre de 50%, a indiqué M. Omar Sebaa, ajoutant que la réception de la centrale est prévue pour le mois de juin 2018.

La wilaya d’Oran compte 4 centrales : Oran, Mars El Hadjadj, Bethioua et Bir El Djir, d’une puissance globale de 1.200 MW, un seuil de 1.646 MW sera atteint avec la mise en service de la nouvelle centrale.

La centrale électrique est constituée de deux turbines à gaz d’une puissance de 223 MW chacune fonctionnant au gaz naturel comme combustible principal et de gasoil comme combustible de secours, a-t-on indiqué de même source.

Le projet a connu un certain retard en raison de la nature du sol contenant du gypse. Néanmoins, des travaux de renforcement du sol ont été entrepris afin de garantir une assise solide aux différentes constructions et turbines de la centrale électrique et la centrale sera livrée fin 2017.

par -

Grosse désillusion pour le milliardaire égyptien Naguib Sawris. Il vient de perdre son long, âpre et coûteux bras de fer contre les autorités algériennes, rapporte Jeune Afrique. Ainsi en a décidé le Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (Cirdi). Sawris ne verra donc jamais la couleur des 4 milliards de dollars qu’il réclamait à l’Algérie, au titre de dommages et intérêts, pour avoir barré la route aux investisseurs étrangers qui voulaient lui racheter l’opérateur privé de téléphonie Djezzy. L’Etat peut donc, en toute légalité, s’asseoir sur ce dernier, ou plus précisément 51% de ses parts, sans que ça coute au pays un rond!

Cela faisait 4 ans que le businessman égyptien bataillait contre Alger. Non seulement il devra se consoler pour les honoraires faramineux versés à son armada d’avocats et experts, 20 millions de dollars, mais il devra aussi faire le deuil de quelque 3 millions que le Cirdi l’oblige à verser à l’Etat algérien pour couvrir la moitié des frais et honoraires d’avocats. Pour couronner le tout, «la décision du Cirdi est définitive“, estime une source proche du dossier. “Le plaignant peut introduire un recours en annulation, mais celui-ci n’a quasi aucune chance d’aboutir», ajoute-t-il…

par -

Les épreuves du baccalauréat 2017, qui ont démarré ce dimanche 11 juin 2017 en Algérie, se déroulent sous un dispositif particulier, après la session 2016 qui a été marquée par une fuite massive des sujets sur les réseaux sociaux, rapporte maghrebemergent.info

Afin de préserver la crédibilité de l’examen du baccalauréat et de garantir le principe d’égalité des chances entre les candidats, la ministre de l’Education algérien, Nouria Benghebrit avait assuré que des mesures nécessaires ont été prises pour sécuriser l’opération à travers “un protocole extrêmement long et très pointu qui sera mis en œuvre au niveau local avec la contribution des services de sécurité”.

Parmi les mesures visant à sécuriser le déroulement de l’examen, figurent l’interdiction des téléphones portables, des outils numériques, des écouteurs et des antisèches. La ministre avait indiqué qu’en cas de fraude, les sanctions varient entre 5 ans d’exclusion pour les candidats scolarisés et 10 ans pour les candidats libres.

par -

Selon le rapport 2017 de la CNUCED sur l’investissement dans le monde, les flux d’investissements directs étrangers (IDE) à destination de l’Algérie ont rebondi en 2016 à 1,5 milliard de dollars, une nette amélioration constatée après les flux négatifs enregistrés en 2015, rapporte l’agence APS.

Après avoir enregistré des flux négatifs en 2015, l’Algérie a attiré 1,5 milliard de dollars en IDE en 2016, en partie grâce à l’amélioration des politiques d’investissement et un récent redressement de la production pétrolière.

L’Algérie a mis en place une nouvelle loi sur l’investissement offrant des incitations fiscales et des infrastructures nécessaires aux projets d’investissements

Durant le même exercice, le flux d’IDE sortant a baissé de presque de moitié à 55 millions de dollars comparé aux 103 millions de dollars investis en 2015 à l’étranger.

Toujours selon la même source, le stock d’IDE entrant représentant le total des investissements directs étrangers captés par l’Algérie depuis 16 ans s’est établi à 27,77 mds de dollars à fin 2016 contre 19,54 mds de dollars à fin 2010 et 3,37 mds de dollars à fin 2000.

Le stock d’IDE sortant s’est établi à 1,87 milliard de dollars à fin 2016 contre 1,51 milliard de dollars en 2010.

Globalement, la hausse des IDE à destination de l’Algérie a été enregistrée dans le sillage d’une amélioration des flux d’investissements vers l’Afrique du Nord qui ont augmenté de 11% à 14,47 mds de dollars en 2016, tiré par la vigueur de l’IDE en Egypte, détaille la même source.

par -

La Banque Mondiale (BM) a abaissé dimanche ses prévisions de croissance pour l’Algérie en 2017 et en 2018 du fait de la baisse des cours de pétrole en tablant sur des estimations légèrement inférieures à celles de janvier dernier, rapporte Radio Algérie.

Dans son rapport semestriel sur les perspectives économiques mondiales, publié dimanche à Washington, la BM a ramené ses projections de croissance pour l’Algérie en 2017 à 1,8% contre 2,9% projeté dans son rapport de janvier dernier, soit une baisse de -1,1 point.

Pour 2018, la croissance du PIB réel de l’Algérie devrait s’établir à 1% en baisse de -1,6 point comparé au 2,6%, anticipé en janvier.

Selon les pronostics ajustés de la BM, la croissance de l’économie algérienne devrait légèrement s’améliorer en 2019 à 1,5% mais restera en baisse de -1,3 point par rapport à la prévision de janvier.

Cependant, les nouvelles prévisions de la BM pour l’Algérie sont légèrement en hausse comparées à celle anticipées dans son rapport d’avril sur le suivi de la situation de la région Mena. La BM avait, alors, tablé sur un taux de croissance de 1,5% en 2017 et 0,6% en 2018.

A l’instar des autres pays pétroliers de la région du Moyen-Orient et Afrique du Nord, l’Algérie a pâti de la baisse des cours de pétrole qui l’ont incité à opérer un ajustement budgétaire pour faire face au choc pétrolier.

La croissance des pays exportateurs de pétrole de la région devrait s’établir à 1,8% en 2017 et celle des pays du Conseil de coopération du Golfe à 1,3%. En Arabie Saoudite, plus grande économie de la région, le taux de croissance devrait descendre à 0,6 % sous l’effet de la diminution de la production pétrolière, détaille la même source.

par -

Le 26 mai 2017, le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a conclu les consultations au titre de l’article IV avec l’Algérie

L’Algérie reste confrontée à des défis importants posés par la baisse des cours pétroliers. L’activité économique a été globalement résiliente, mais la croissance s’est ralentie dans le secteur hors hydrocarbures en partie sous l’effet de la réduction des dépenses et est estimée à 2,9 % pour 2016. Le taux d’inflation est passé de 4,8 % en 2015 à 6,4 % en 2016 et se chiffrait à 7,7 %, en glissement annuel, en février 2017. Le taux de chômage s’est établit à 10,5 % en septembre 2016 et reste particulièrement élevé chez les jeunes (26,7 %) et les femmes (20,0 %). Malgré un certain redressement des finances publiques en 2016, les déficits budgétaire et courant restent larges et la dette publique a augmenté, en partie sous l’effet de la matérialisation des garanties de prêts octroyées par le gouvernement. Les réserves internationales, bien qu’encore abondantes, ont chuté rapidement. La dette extérieure reste très faible.

Évaluation par le Conseil d’administration

Les administrateurs notent les défis importants auxquels l’économie algérienne est confrontée et saluent les efforts que les autorités déploient pour s’adapter au choc pétrolier. Les administrateurs soulignent qu’il est important de mettre en œuvre un dosage équilibré des mesures de politique économique, ainsi que des réformes structurelles ambitieuses, pour assurer la viabilité des finances publiques, réduire les déséquilibres extérieurs, diminuer la dépendance à l’égard des hydrocarbures et rehausser la croissance potentielle.

Les administrateurs saluent la détermination des autorités à poursuivre un assainissement soutenu des finances publiques, dans un cadre budgétaire précis à moyen terme. Ils soutiennent les mesures prises pour réduire le déficit budgétaire, à savoir accroître les recettes hors hydrocarbures, maîtriser les dépenses courantes, poursuivre la réforme des subventions tout en protégeant les plus démunis, ainsi qu’accroître l’efficience de l’investissement public et en réduire le coût. Les administrateurs sont généralement d’avis que recourir à un éventail plus large de possibilités de financement, y compris un recours prudent à l’endettement extérieur et la cession d’actifs publics, et donner plus de flexibilité du taux de change, pourrait fournir une marge de manœuvre budgétaire pour opérer un ajustement plus progressif et plus propice à la croissance que celui prévu actuellement et diminuer ainsi son impact sur l’activité économique.

Les administrateurs soulignent qu’il est nécessaire d’opérer des réformes structurelles de grande envergure pour diversifier l’économie et promouvoir un secteur privé dynamique. Ils saluent les mesures prises pour améliorer le climat des affaires, ainsi que les travaux en cours sur une stratégie à long terme qui permettrait de refondre le modèle de croissance du pays. Les administrateurs soulignent qu’il est nécessaire d’agir rapidement pour réduire la bureaucratie, améliorer l’accès au crédit, ainsi que renforcer la gouvernance et la transparence. Il convient aussi de réduire l’inadéquation des qualifications, d’améliorer le fonctionnement du marché du travail, d’accroître le taux d’activité des femmes et de continuer d’ouvrir l’économie aux échanges et à l’investissement direct étranger. Les administrateurs soulignent qu’il convient de bien concevoir la stratégie globale et d’enchaîner les mesures de manière à ce que les réformes se renforcent mutuellement et à ce que la charge de l’ajustement économique soit partagée de manière équitable.

Les administrateurs notent que les réserves internationales nettes restent à un niveau confortable, mais que le solde des transactions extérieures courantes est sensiblement plus faible que ne le justifient les paramètres économiques fondamentaux à moyen terme. Ils soulignent qu’une plus grande flexibilité du taux de change, accompagnant l’assainissement des finances publiques et les réformes structurelles, contribueraient à réduire les déséquilibres extérieurs et à favoriser le développement du secteur privé. Les administrateurs préconisent la mise en œuvre de mesures pour développer le marché des changes officiel et réduire l’activité sur le marché parallèle.

Les administrateurs saluent l’introduction par la banque centrale des opérations d’open market pour gérer la liquidité. Ils recommandent que la banque centrale élimine sans tarder les opérations de réescompte afin d’encourager les banques à gérer leurs liquidités de manière plus efficace. Étant donné les tensions inflationnistes, les administrateurs encouragent les autorités à être prêtes à relever leur taux directeur.

Les administrateurs notent que le secteur bancaire dans son ensemble est bien capitalisé et rentable. Cependant, il convient de continuer de renforcer la politique du secteur financier face aux risques croissants qui pèsent sur la stabilité financière en raison du choc pétrolier. Ils encouragent les autorités à accélérer le passage à un dispositif de contrôle basé sur le risque, à accroître le rôle de la politique macroprudentielle, à renforcer la gouvernance des banques et à mettre en place un dispositif de résolution des crises.

L’Algérie a annoncé qu’elle a décidé d’accueillir à titre humanitaire les Syriens bloqués depuis le 17 avril à la frontière algéro-marocaine, rapporte l’agence APS.

Les autorités algériennes assurent qu’elles prendront en charge l’hébergement et les soins nécessaires pour ces Syriens et qu’elles leur permettront, «si tel est leur souhait, de rejoindre d’autres membres de leurs familles, dans le cadre d’un regroupement familial dans d’autres pays».

On rappelle que depuis des semaines, une cinquantaine de personnes de nationalité syrienne étaient coincées dans une zone désertique entre la région algérienne de Béchar et la localité marocaine de Figuig, dans des conditions précaires.

par -

Les concessionnaires automobiles sont actuellement dans l’impossibilité de prendre part au Salon international de l’automobile d’Alger du fait des retards dans l’attribution des licences d’importation au titre de l’année 2017, a indiqué à l’APS un responsable à l’Association des constructeurs concessionnaires automobiles.

La  tenue de la 20e édition du Salon international de l’automobile d’Alger, prévue pour septembre prochain, est écarté du fait que les quotas de licences qui devaient être attribués en avril dernier sont en instance jusqu’à ce jour, a ajouté la même source.

par -

La compagnie aérienne ASL Airlines France a annoncé, samedi 28 mai 2017, l’ouverture de deux liaisons vers Paris au départ d’Alger et de Chlef. L’ouverture de la liaison Alger-Paris se fera dès le 23 juin prochain, à raison de cinq vols hebdomadaires, tandis que la liaison Chlef-Paris en desserte saisonnière sera opérationnelle dès le 4 juillet, et ce, jusqu’au 31 août à raison de deux fréquences par semaine. Par la voix de son directeur général Jean-François Dominiak, la compagnie française a annoncé hier que l’ouverture des deux nouvelles liaisons aériennes vers Paris au départ des deux villes algériennes constitue une étape importante dans son développement, apprenons-nous auprès du site Elwatan.

La compagnie dit vouloir densifier son réseau à l’avenir en élargissant ses dessertes à d’autres villes algériennes. Cette ambition, exprimée lors d’une conférence de presse tenue hier à Alger, marque la volonté de ASL Airlines France de «contribuer au développement des relations entre nos deux pays», selon son directeur général Jean-François Dominiak. L’arrivée de ASL Airlines France en pleine saison des vacances va sans doute desserrer la pression sur la liaison Alger-Paris notamment, réputée  être le cauchemar des adeptes des voyages en haute saison, indique la même source.

par -

Le ministère algérien du Commerce a annoncé que les prix moyens de produits alimentaires de  large consommation, notamment les fruits et légumes, ont connu de fortes  hausses durant le mois de mars dernier par rapport au même mois de 2016, nous apprend APS.

Les prix moyens mensuels du panier, qui compte une vingtaine de produits  alimentaires de large consommation (produits d’épicerie, fruits et légumes  frais et viandes), ont pratiquement tous augmenté en mars dernier, à  l’exception de ceux de l’oignon sec (-30%), des oranges (-5%) et de la  viande ovine locale (-1%).

Pour les légumes, l’ail importé a affiché la palme des hausses avec une  augmentation de 197% de son prix, suivi de la tomate fraîche qui a connu  une hausse de 82% à 124 DA/kg, de la pomme de terre qui a flambé de 80% à  74 DA/kg et de l’ail local de 45% à 791 DA/kg, selon le ministère du  Commerce.

Toujours selon la même source, la carotte et la courgette ont enregistré des augmentations de 15 et 6%  respectivement à 61 DA/kg et 92 DA/kg. Concernant les fruits, le prix de la banane a flambé de 200% à près de 700  DA/kg en mars dernier, celui des pommes importées de 103%, des pommes  locales de près de 70% à 310 DA/kg et des dattes de 14% à 502 DA/kg. Les prix moyens mensuels des oeufs, des viandes blanches et de la viande  bovine congelée ont affiché des augmentations respectivement de 30%, 4% et  11%.

Les prix de produits d’épicerie ont suivi la même tendance en mars  dernier: les haricots blancs ont augmenté de 16% à 201 DA/kg, le café de  14% à 686 DA/kg, le riz et les pâtes alimentaires de 7% à 95 DA et 98 DA  respectivement. Quant aux lentilles, leur prix a bondi de 5% à près de 200 DA/kg alors que  le concentré de tomate a augmenté de 4% à 194 DA/kg, a encore détaillé l’APS.

par -

Le Centre national de l’informatique et des statistiques des Douanes (CNIS) des Douanes a annoncé que le déficit commercial de l’Algérie s’est chiffré à 3,5 milliards de dollars sur les 4 premiers mois de l’année 2017, contre un déficit de 6,63 mds sur la même période de 2016, soit une baisse de 3,13 mds correspondant à un recul de 47,2%, rapporte ce l’APS.

Les exportations ont en effet augmenté à 11,92 mds usd, entre janvier et fin avril de l’année en cours, contre 8,81 mds sur la même période de 2016, soit une hausse de 35,3% correspondant à une augmentation de 3,11 mds, précise le CNIS.

Pour les importations, elles ont très légèrement diminué en s’établissant à 15,42 mds en janvier-fin avril 2017 contre 15,44 mds en janvier-fin avril 2016, soit un recul de 0,14%.

Les exportations ont assuré la couverture des importations à hauteur de 77% contre 57%.

Grâce au redressement des cours pétroliers qui ont oscillé entre 50 et jusqu’à parfois 57 dollars sur la période de janvier-avril, les exportations des hydrocarbures, ayant représenté 94,26% du total des exportations, ont atteint 11,236 mds contre 8,205 mds à la même période de 2016, en hausse de près de 37%.

Quant aux exportations hors hydrocarbures (5,75% du montant global des exportations), elles ont augmenté à 685 millions contre 606 millions , soit une hausse de 13,04%, a ajouté l’APS.

par -

L’Office national des statistiques (ONS) a annoncé que l’évolution des prix à la consommation en rythme annuel s’est située à 7% jusqu’à fin avril 2017, a-t-on appris de l’APS.

L’évolution des prix à la consommation en rythme annuel à avril 2017 est le taux d’inflation moyen annuel calculé en tenant compte des douze mois allant de mai 2016 à avril 2017 par rapport à celle allant de mai 2015 à avril 2016.

Quant à la variation mensuelle des prix à la consommation, qui est l`indice des prix d’avril 2017 par rapport à ceux de mars 2017, elle a été de près de 0,4%.

En terme de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont évolué avec un taux de 0,5%, résultant aussi bien par l’évolution des prix de produits agricoles frais que par ceux des produits alimentaires industriels.

Ainsi, les prix des produits agricoles frais ont enregistré une hausse de 0,5% en avril 2017 par rapport à mars dernier.

A titre d’exemple, les prix de la viande de poulet ont connu une augmentation de 10% et les fruits de 11,4%, tandis que des baisses ont été enregistrées pour les légumes (-6,1%) et la pomme de terre (-2,2%).

Pour ce qui est des produits agro-alimentaires, les prix ont connu une variation mensuelle de 0,4%, une hausse qui s’explique, selon l’ONS, par l’augmentation des prix de produits relevant du sous-groupe sucres et produits sucrés (+1,3%), détaille l’APS.

par -

Les services de la douane algérienne ont annoncé que la facture d`importation des véhicules de  tourisme s’est établie à 422,53 millions de dollars durant les quatre  premiers mois de l’année 2017, contre 458,6 millions de dollars sur la même période de l’année 2016, soit une baisse de 7,87%, a-t-on appris de l’APS.

Quant aux véhicules de transport de personnes et de marchandises (classés  dans le groupe des Biens d`équipement), leur facture d`importation s’est  chiffrée à 190,7 millions de dollars contre 254,31 millions de dollars, en  recul de 25,02% entre les deux périodes de comparaison.

Concernant les parties et accessoires des véhicules automobiles (classés  en Biens de consommation non alimentaires), leur facture d`importation a  atteint 126,22 millions de dollars contre 133,61 millions de dollars, soit  une baisse de 5,53%.

Pour les pneumatiques neufs en caoutchouc, ils ont été importés pour un  montant de 42,25 millions de dollars contre 42,7 millions de dollars, soit  une  baisse de 1,01%.

Pour rappel, sur l`année 2016, le contingent quantitatif d`importation des  véhicules de tourisme a été fixé à 98.374 unités dans le cadre des licences  d`importation.

par -

Cicero & Bernay Public Relations (C & B) annonce qu’elle se développe en Algérie et en Tunisie, grâce à une nouvelle affiliation stratégique avec Kalima. Kalima est l’agence PR du groupe Impact de Riadh Ben Fadhel, qui comprend aussi Med Média et FCA. L’accord de C & B avec Kalima comprend la fourniture de services de relations publiques, de soutien sur le terrain et le développement de stratégies de communication et de communication ciblées qui répondent aux marchés croissants algériens et tunisiens, selon le communiqué d C&B.
Fondée en 2003, Kalima est une filiale du Groupe Impact, l’un des plus grands groupes de communication au Maghreb. «Il offre une combinaison dynamique de relations publiques, de relations presse, de communication éditoriale, de communication financière, de communication citoyenne, de conseil en promotion de vente et d’événements. L’agence compte des marques et des organisations de renommée mondiale, y compris de nombreuses marques de voitures, banques, boissons gazeuses et ONG parmi ses clients, offrant des campagnes créatives et perspicaces en arabe et en français », ajoute le même communiqué. C & B quant à elle fait partie de The Publicity Network (Publinet), un groupe de communication marketing qui comprend des entités spécialisées pour le conseil créatif, les solutions de médias numériques et sociaux, la gestion d’événements, le conseil en Branding, le marketing expérientiel et la production vidéo.

par -

Le rythme de création des entreprises dotées de la personnalité morale (sociétés) a enregistré un ralentissement durant le premier semestre de 2016 comparativement à la même période de 2015, à l’exception de celles relevant du secteur du commerce et de l’industrie, a appris l’APS auprès de l’Office national des statistiques.

Pour rappel, les opérateurs économiques s’inscrivent soit sous le statut de personnes morales (sociétés) soit sous celui de personnes physiques.

Ainsi, durant le premier semestre de l’année écoulée, 5.546 sociétés ont été créées au niveau national contre 5.584 durant la même période de 2015, soit 38 sociétés de moins, un recul de l’ordre de 0,7%.

Toujours selon APS, le plus grand nombre des sociétés qui ont vu le jour a été observé au niveau de quatre  secteurs d’activité ayant représenté plus de 77% de l’ensemble des créations, avec 4.305 entreprises installées dans ces 4 filières.

Il s’agit des secteurs du commerce et de réparation auto (2.065 sociétés créées), de l’industrie manufacturière (1.079), de la construction (853) et du secteur des activités de services administratifs et de soutien (308).

par -

La Mission Economique près l’Ambassade de France en Algérie Business France organise en collaboration avec le Ministère des Ressources en Eau et de l’Environnement (MREE) et l’Agence Nationale des Déchets (AND) la venue en Algérie d’une délégation d’entreprises françaises du secteur du traitement des déchets du 15 au 17 mai 2017.

Durant son séjour, cette délégation rencontrera des responsables du Ministère des Ressources en Eau et de l’Environnement ainsi que des administrations et entreprises en charge de la gestion des déchets. Cette mission s’achèvera avec un programme de rendez-vous d’affaires avec les acteurs privés du secteur du traitement des déchets en Algérie.

Cette délégation est composée de 10 sociétés :

  1. AFITEX : Production et distribution de géotextiles
  2. AM2C : Concepteur et fabricant de portiques de détection de radioactivité, maintenance des équipements, formation en radioprotection
  3. BERGERAT MONNOYEUR : engins pour CET et autres
  4. COMPO-ECO : Fabricant de conteneurs de collecte sélective, conteneurs pour déchets spéciaux et accessoires pour conteneurs
  5. COPEX : Fabricant d’équipements pour le traitement des déchets
  6. FOURMIZE (GROUPE CONVERGENCES) : Collecte et valorisation des déchets organiques en énergie par micro-méthanisation en autoconsommation et en collectif
  7. GIRUS : ingénierie pour énergie, environnement et bâtiment
  8. INDRA AUTO RECYCLING : Ingénierie des processus de gestion, de traitement et de recyclage des véhicules hors d’usage
  9. BERTIN TECHNOLOGIES représenté par MEDICATECH : Banaliseurs pour le traitement des déchets de soin
  10. SUEZ ENVIRONNEMENT : Opérateur, développeur et intégrateur de solutions innovantes sur mesure pour le traitement des déchets : collecte, pré-traitement, tri, récupération, production d’énergie…

L’objectif des participants français est de rencontrer les acteurs algériens, clients et partenaires potentiels afin de s’informer sur le secteur de l’environnement en Algérie et sur les possibilités de partenariats.

par -

L’Agence nationale des activités minières (ANAM) a attribué, mercredi 10 mai 2017, dix-huit sites miniers pour exploration sur un total de 22 sites mis en adjudication, pour un montant global de 263,5 millions de DA, a-t-on appris de L’APS.

Ces titres ont été octroyés à l’issue de la 46e session d’adjudication de la petite et moyenne mine dont l’appel d`offres national et international avait été lancé en avril dernier.

Il a ainsi été procédé à l’ouverture de 35 plis dont cinq ont été rejetés pour non-respect des exigences requises dans le cadre des opérations d’ouverture des plis (non-conformité de statut, de chèque ou de documents).

Sur les 22 sites proposés (calcaire, sable, argile, tuf), quatre n’ont reçu aucune offre, les soumissionnaires ayant été particulièrement intéressés par les mines de calcaire et de sable dont certaines ont, d’ailleurs, attiré plusieurs investisseurs.

L’offre financière la plus importante a atteint 51 millions DA pour un gisement de calcaire à Tamanrasset, alors que l`offre la plus faible a été d`un montant de 1,01 million DA pour un gisement de tuf à Ouargla, détaille la même source.

INTERVIEW

Le Directeur général de l’Agence de promotion de l’industrie et de l’innovation (APII), Samir Bechoual, a appelé à l’institutionnalisation de la campagne d’interpellations et...

AFRIQUE

Mohammed VI n'est pas content et l'a fait vertement savoir aux ministres, qu'il a réunis hier dimanche 25 juin 2017 à Casablanca, pour le...

SPORT

Reseaux Sociaux