AccueilLa UNETunisie : Samir Dilou se goure-t-il dans ses 99 % ?

Tunisie : Samir Dilou se goure-t-il dans ses 99 % ?

Dans le communiqué sur les délibérations du dernier Conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement, le ministre Samir Dilou, a annoncé [Version originale de la TAP que certains journaux de la place ont évité de rapporter], «le retour à 99 % à la normale de la situation économique». Une déclaration qui en a surpris plus d’un et notamment les présidents des deux organisations patronales, Utica que préside Wided Bouchammaoui et Connect de Tarak Chérif et qui en a étonné plus d’un observateur de la conjoncture économique.

Reprenons d’abord, pour donner le ton de la situation économique en Tunisie au 18 janvier 2012, cette déclaration du Conseil d’administration de la BCT, qui avait ,ce jour-là, «noté en particulier, l’augmentation du déficit courant des paiements extérieurs pour s’élever à 7,1% du PIB en 2011, en relation avec la contraction des exportations des industries non manufacturières et des services, ce qui s’est traduit par une baisse du niveau des avoirs en devises à environ 10.582 MDT ou l’équivalent de 113 jours d’importation contre 147 jours une année auparavant». «Retour [donc] à 99 % à la normale de la situation économique» !

Les exportations en toute petite hausse et les grévistes encore plus nombreux.

A fin janvier et dans des chiffres, il est vrai,  provisoires, les exportations n’avaient augmenté que de 2,7 % par rapport à janvier 2011, en pleine Révolution, et le taux de couverture des importations par les exportations s’était même détérioré, passant de 75,6 à 63,9 %.

Pour ce qui est de la situation sociale, les derniers chiffres dont nous disposons pour le mois de janvier 2012, indiquent une baisse de 65 % du nombre des grèves par rapport à janvier 20111 et une baisse de 48 % par rapport au mois de décembre dernier. Ces grèves étaient à 55 % illégales. Le mois de janvier a cependant aussi enregistré une hausse de 118 % du nombre de préavis de grève, une escalade  donc qui n’en finit toujours pas. Baisse, pourtant, de 45 %, du nombre des entreprises concernées par les grèves entre décembre 2011 et janvier 2012. Hausse, cependant, de 83 % du taux de participation dans les grèves, et cela confirme encore l’instabilité de la situation sociale en ce mois de janvier 2012. Baisse pourtant aussi de 79 % (janvier 2012 à décembre 2011) du nombre des journées perdues d’emploi. Elles étaient de 19507, selon l’inspection générale du travail.

Le mois de janvier 2012 a aussi vu la tenue de 4 sit-in, dans 4 entreprises (Usine de packaging plastic à Siliana, l’usine Bona Tunisie à Zaghouan, Maklada à Mahdia et une société de services à Sfax) où la participation était de 90 % des employés, selon l’inspection générale du travail. «Retour [donc] à 99 % à la normale de la situation économique», à en croire le communiqué du Conseil des ministres de Jbali !

Les chiffres, officiels, auxquels nous faisons référence, indiquent certes qu’il y a eu reprise et même nette reprise. Cette reprise, sociale et surtout économique, reste, pourtant, au vu des chiffres que nous avons présentés, plutôt timide et ne justifie nullement le pourcentage des 99 % mentionné par Samir Dilou, un chiffre qui rappelle, même s’il a été retiré, une communication d’un autre temps.

Les patronats plutôt prudents et dubitatifs.

Contacté à propos de cette déclaration du porte-parole du gouvernement, affirmant que l’activité économique  a repris à 99 %, Tarak Cherif, président de Connect reste dubitatif et se demande «sur quoi il se base » pour énoncer une telle affirmation. Il rectifie ensuite, en réponse à notre question de savoir si la Tunisie est maintenant dans une situation économique normale, en précisant que «ce que je vois, c’est une situation qui se normalise progressivement, et j’espère que cela continuera parce qu’il n’y aura pas d’investissement s’il n’y a pas retour complet à la normale, tant sur le plan national qu’international», conclut-il en n’y croyant presque pas.

De son côté, Wided Bouchammaou,i présidente de l’Utica, trouve, en souriant, que «99 %, c’est un peu fort quand même. On espère y arriver». Pour elle et son organisation patronale, la reprise normale et totale de l’activité économique attend toujours «des signaux forts du gouvernement, pour tranquilliser tout le monde». La présidente de l’Utica fait plus précisément référence aux multiples mesures et affaires en justice dont font l’objet les hommes d’affaires, les listes d’interdictions de voyage. «Il faut que les gens puissent travailler sereinement. Ceux qui ont fauté doivent être jugés et qu’on dépasse cette situation de confusion et d’amalgame dont fait encore l’objet toute la classe des hommes d’affaires», dit-elle en substance.

Ce manque de confiance  qui handicape toujours le redémarrage de l’activité économique, a d’ailleurs été encore une fois montré du doigt par le gouverneur de la BCT. Devant la présidente du FMI en voyage en Tunisie, Mustapha Kamel Nabli déclarait que «il y a déphasage entre le cheminement politique et le cheminement économique, et cela pose la question du retour de la confiance» vis-à-vis, aussi bien de ses propres hommes d’affaires que des investisseurs étrangers.

Force ainsi est de conclure que si la conjoncture nationale, sociale et économique, se normalise, elle est loin d’atteindre les 99 % et ne mérite actuellement qu’on en dise, comme l’a corrigé le communiqué du dernier Conseil des ministres, qu’elle est «revenue à une situation quasi normale ». Malheureusement, ni la production, ni l’exportation, ni l’import, ni les grèves, ni les sit-in et encore moins la sécurité, après les évènements de Sfax, ne sont revenus à la normale. On ne s’en réjouit pas, et si on le rappelle, c’est aussi pour rappeler au gouvernement, après ses tentatives de faire main basse sur les médias publics, de ne pas utiliser les mêmes méthodes de communication que le régime qu’il abhorrait.

Khaled Boumiza

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,006SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -