AccueilLa UNETunisie : Une croissance de 3,5% est raisonnable mais difficile, affirment les...

Tunisie : Une croissance de 3,5% est raisonnable mais difficile, affirment les experts

« L’objectif de la loi de fiances complémentaire est de mettre en place des mesures exceptionnelles dans le but de résoudre les problèmes conjoncturelles que vit le pays » a affirmé Slim Besbès Secrétaire d’Etat auprès du ministre des Finances

Il a relevé au cours d’un petit déjeuner débat tenu récemment par le Centre des Jeunes Dirigeants d’Entreprise (CJD) en collaboration avec la Konrad Adenauer Stiftung (KAS), que cette loi vise à satisfaire les nouveaux besoins, essentiellement les nouvelles priorités du gouvernement Jebali.

Après avoir rappelé que le budget est empreint de transparence, il fait remarquer que « pour la première fois en Tunisie, le budget de l’Etat prévoit une augmentation de 2,5 milliards de dinars par rapport au budget initial, pour atteindre 25,4 milliards de dinars, soit une hausse de 10,8%.»

 

La principale rubrique concernée par cette augmentation est celle de la subvention, qui, selon Slim Besbess reflète « un ajustement de l’engagement initial du gouvernement compte tenu du changement des paramètres (la cour du dollar et les prix de baril de pétrole) »

Deuxième rubrique au niveau des dépenses, celle du transfert aux collectivités locales, affectées durant la dernière période. Le secrétaire d’Etat a expliqué que le gouvernement a procédé à cette augmentation afin de concrétiser les promesses tenues comme le développement régional, la promotion de l’emploi et la lutte contre la précarité sociale.

Comment couvrir cette augmentation des dépenses ?

Sur cette question, le responsable a indiqué que le recours aux ressources provenant des recettes fiscales est la meilleure solution pour y faire face. Faut-il signaler que la fiscalité a progressé de 5,5%, en 2011, une année pourtant difficile avec une croissance était négative.

Un défi de taille qui nécessite l’accroissement normal de la fiscalité, la mise en place de mesures de réconciliation fiscale ainsi que la mobilisation des ressources fiscales supplémentaires.

C’est la raison pour laquelle des mesures fiscales ont été arrêtées s’articulant autour de 4 axes. Il s’agit des mesures d’incitations à l’investissement et à la promotion de l’emploi. Le Deuxième axe concerne les mesures relatives à la réconciliation entre le contribuable et le fisc. Dans ce contexte, le secrétaire d’Etat a insisté sur l’importance d’assainir la comptabilité publique. Actuellement, les créances sont de l’ordre de 3200 millions de dinars dont la moitié est recouvrable. Le but ultime est d’élargir l’adhésion fiscale.

Les autres mesures portent sur l’achèvement des reformes fiscales, qui sont, selon secrétaire d’Etat, des mesures partielles et ne touchent plus la structure. Le dernier axe porte sur les mesures liées à la mobilisation des ressources.

L’expert-comptable, Fayçal Derbal, s’est interrogé, de son côté s’il s’agit d’un budget économique en raison du changement de méthodologie entreprise pour la préparation de ce budget.

Avant de poser un regard critique sur les dispositions de la loi de finances complémentaire, le il a passé en revue le contexte dont lequel a été préparé le budget, un contexte est marqué par la reprise de l’activité économique. Les chiffres publiés par le gouvernement de Jebali prouvent que la situation s’améliore surtout avec un taux de croissance de l’ordre de 2% contre -2%.

Ce taux devrait être porté à 3,5%. A ce propos, l’expert financier a fait remarquer que le taux de croissance prévu est raisonnable mais reste difficile. Ceci est expliqué par la conjoncture critique héritée de l’année 2011ou la croissance était négative pour se situer à -2,2% battant le record des années 50.

Au niveau du budget, Fayçal Derbal a signalé que l’augmentation de 10,2% par rapport au budget initial et de 22% par rapport au budget de 2011 traduit une option pour une politique budgétaire expansionniste.

S’agissant de dépenses allouées au développement des imprévus, il a précisé que l’augmentation de 5,55% par rapport au budget initial est trop élevée eu égard au pourcentage qu’il représente dans le total du budget.

Wiem Thebti

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,994SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -