AccueilLa UNEVoici ce que les États-Unis devraient faire avec Saied, selon la Brooking...

Voici ce que les États-Unis devraient faire avec Saied, selon la Brooking Institution

Neuf longs mois se sont écoulés depuis le début du lent coup d’État en Tunisie, un pays qui, jusqu’à récemment, offrait l’un des meilleurs espoirs de démocratisation au Moyen-Orient. Le monde observe avec horreur l’évolution de la situation en Ukraine, comme il se doit. Le président américain Joe Biden a présenté la lutte contre la Russie comme une lutte idéologique, une « bataille entre la démocratie et l’autocratie ». Ces derniers temps, le Moyen-Orient a été un front presque entièrement négligé dans cette lutte. Pourtant, la crise actuelle en Tunisie offre l’occasion d’envoyer un signal fort en faveur des valeurs démocratiques, estime la Brooking Institution, le think tank washingtonien qui a vocation à, « mener des recherches approfondies qui débouchent sur de nouvelles idées pour résoudre les problèmes auxquels la société est confrontée au niveau local, national et mondial ».

Jusqu’à présent, relève-t-il, les responsables américains ont été réticents à exercer une forte pression sur le président de la République tunisienne, Kais  Saied. Ils ont perçu son coup  de juillet comme largement populaire. De nombreux Tunisiens en avaient assez des partis politiques qui se chamaillaient  et d’un parlement qui ne semblait pas pouvoir faire quoi que ce soit face à une économie qui s’effondrait. Saied, professeur de droit constitutionnel, s’est engagé à contourner les élites politiques et à fournir (d’une manière ou d’une autre) des résultats directement au peuple. Lui seul pouvait régler le problème.

Mais il ne l’a pas fait, note le groupe de réflexion américain sous la signature de deux de ses chercheurs Shadi Hamid et Sharan Grewal. S’il y a jamais eu un moment pour repenser et réévaluer, c’est maintenant, avant que Saied ne réussisse à consolider le pouvoir et à mettre fin à la démocratie tunisienne. Comme nous l’avons vu ailleurs au Moyen-Orient, notamment de manière tragique avec le coup d’État égyptien de 2013, une fois qu’un nouveau régime s’installe, les options et la marge de manœuvre de la communauté internationale se réduisent considérablement, ajoutent-ils.

Les États-Unis ont passé trop de temps à espérer que les supplications privées pour que Saied fasse ce qui est juste pourraient être persuasives. Mais inciter les autocrates à faire ce qu’il faut pour leur pays – ou pour la démocratie – est presque toujours voué à l’échec. Saied, comme d’autres autocrates, ne croit pas en la démocratie représentative, affirmant en 2019 qu’elle « a fait faillite et que son ère est terminée ». Le dialogue et la persuasion n’allaient jamais suffire à le faire changer d’avis,  soulignent les deux chercheurs.

L’option « maximaliste »

Tardivement, l’administration Biden se rend compte que la pression rhétorique sans aucun mordant ne fonctionne pas. Fin mars, le département d’État a proposé de réduire de moitié l’assistance militaire et économique à la Tunisie. Le secrétaire d’État Antony Blinken a également précisé que l’aide ne serait pas rétablie si Saied ne poursuivait pas un « processus de réforme transparent et inclusif – incluant les partis politiques, les syndicats et la société civile ».

C’est un bon début, mais encore limité. Une suspension partielle de l’aide dilue l’influence des États-Unis en divisant le milieu – aliénant Saied sans changer fondamentalement son calcul. Au lieu de cela, les États-Unis devraient indiquer clairement que si Saied refuse de changer de cap, une suspension totale en résultera, assène le think tank.

Cependant, la mobilisation de l’aide américaine seule ne sera probablement pas suffisante. Les États-Unis – en coordination avec les partenaires européens – doivent envisager quelque chose qu’ils ont rarement fait. On pourrait appeler cela l’option « maximaliste ».

Au cours de l’année écoulée, Saied a négocié avec le Fonds monétaire international (FMI) un renflouement de plusieurs milliards de dollars qui sauverait la Tunisie d’un défaut de paiement imminent. Un tel prêt exigerait probablement que la Tunisie élabore d’abord « un plan de réformes pour s’attaquer aux subventions, à la masse salariale élevée du secteur public et aux entreprises publiques déficitaires », rapporte Reuters. Le moment est venu de compléter (sinon de remplacer) ces conditions par des conditions explicitement politiques : que Saied entame un dialogue national avec tous les principaux partis politiques, trouve un consensus sur une feuille de route de retour à la démocratie, et mette en œuvre cette feuille de route.

Saied « ne peut pas vivre sans le FMI » !

Certes, ce n’est pas ainsi que le FMI fonctionne habituellement. Ses statuts ne précisent pas de conditions politiques ; les autocrates comme les démocrates peuvent bénéficier d’un soutien. Toutefois, les États-Unis et les pays européens, en tant que principaux actionnaires du FMI, peuvent utiliser leurs droits de vote pour contraindre les responsables du Fonds à faire une pause dans les négociations.

C’est peut-être la meilleure – et la dernière – chance de faire pression sur Saied pour qu’il change de cap. Avec une économie en chute libre, la Tunisie a plus que jamais besoin de ses partenaires occidentaux. Comme nous l’a dit récemment un ancien haut fonctionnaire tunisien, « Saied ne peut pas vivre sans le FMI ». Le prêt du FMI est important pour la Tunisie non seulement comme palliatif pour financer le budget de l’État, mais aussi comme signal pour améliorer son crédit afin d’obtenir d’autres prêts. (La Tunisie a récemment été rétrogradée à « CCC », sa note de crédit la plus basse jamais atteinte).

Et le s deux chercheurs de souligner : « Bien sûr, utiliser l’effet de levier américain de cette manière est aussi risqué qu’audacieux. Mais,  comme nous l’avons vu au cours de l’année écoulée, ne pas utiliser l’effet de levier américain est également risqué. En fait, cela risque de condamner les Tunisiens à un retour complet aux vieux jours de la dictature. Si les Américains croient que la démocratie est bonne, alors ils devraient croire qu’elle est bonne pour les Tunisiens aussi. Sinon, la rhétorique louable de Biden ne restera qu’un idéal dont nous parlons mais que nous ignorons, même dans les cas où cela compte le plus ».

- Publicité-

1 COMMENTAIRE

  1. Le régime politique en Egypte est un régime autoritaire et pourtant ça bien fonctionné puisque son économie es redressée et les égyptiens vivent une période meilleure. les occidentaux vivent aujourd’hui une période difficile pour sa démocratie et la guerre civile pourrait éclater à tout moment, peut-on dire que la démocratie est meilleure ? Cette liberté est relative, liberté d’expression sans insulte et sans querelles oui, dès qu’on dépasse les limites rouges (agressions verbale et physique), non respect de l’autre, communication dans un seule sens et surtout mensonge et tromperie, on tombe dans le négatif.
    En Tunisie, les partis n’ont pas joué le jeu démocratique ni le jeu du patriotisme, au contraire ils étaient emporté par l’égoisme, l’opportunisme, l’intérêt personnel, le mensonge, la corruption, le vol, les querelles sans fin et le pouvoir à tout pris. C’est la raison pour laquelle les tunisiens les ont rejetés et le Président a fait le ménage pour sauver le pays. Cela passe évidemment par un large nettpyage à tous les niveaux et procéder à des élections anticipées telles que présentées par le Président KS dans sa feuille de route, je ne vois pas le problème des 2 chercheurs américains qui n’expliquent pas pourquoi nous sommes arrivés à cette situation catastrophiques et quels sont les mobiles. Le progranne de la démocratie et de la liberté ainsi que le recours aux institutions est déjà lancé et la feuille de route est bien connue. Ceux qui veulent obtenir le pouvoir doivent passer par les urnes fin décembre de cette année.
    L’erreur de KS c’est de ne pas enfermer les meneurs de la zizanie et les perturbateurs contre les décisions du 25 juillet, il possède déjà tous les dossiers d’implication aux meurtres et à la corruption. Ces personnes profitent de la situation catastrophique mondiale suite à la guerre de la Russie contre l’Ucraine (augmentation des prix des matières premières,….) pour tapper sur le Président KS qui n’a rien avoir avec ces événements.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,006SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -